En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
La robe aujourd'hui
Gérald Pandelon : “50% des avocats galèrent sur le plan financier car il est devenu de plus en plus difficile de faire payer le client en contexte de crise”
Publié le 02 mars 2019
Maitre Gérald Pandelon publie dans la fameuse collection "Que sais-je" un ouvrage sur le métier d'avocat. Petit tour avec lui de l'état de la profession.
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maitre Gérald Pandelon publie dans la fameuse collection "Que sais-je" un ouvrage sur le métier d'avocat. Petit tour avec lui de l'état de la profession.

Atlantico : Vous publiez "Le métier d'avocat en France" aux éditions "Que sais-je". Selon vous, comment a évolué la perception du métier d'avocat depuis le début de votre activité professionnelle ?

Gérald Pandelon : Il s'agit d'abord d'une profession qui s'est largement féminisée, comme d'ailleurs l'évolution du nombre des femmes magistrats. Une deuxième évolution, à mon sens, réside dans le fait qu'il s'agit d'un métier où nous plaidons de moins en moins. En effet, au civil comme d'ailleurs de plus en plus au pénal, au nom du désengorgement des juridictions, la place de la plaidoirie tend à s'amenuiser, c'est en toutes hypothèses, ma perception. Dernière évolution, la relation au client qui s'est compliquée. Aujourd'hui le client veut tout, tout de suite, il oublie que derrière une robe d'avocat il existe un être humain, qui a ses propres contraintes, et qui n'est pas un Dieu. 

Qu'est ce qui peut motiver un jeune bachelier à s'orienter vers des études de droit afin de devenir avocat ?

L'avocature demeure une belle aventure car cette profession est merveilleuse. Elle peut procurer des joies immenses. Néanmoins, c'est aussi une des seules professions où vous pouvez vous retrouver le même jour plusieurs fois au paradis et en enfer...

N'y a-t-il pas un réel écart entre la perception et la réalité des choses ?

Oui. J'y vois l'influence des émissions de TV américaines où les avocats sont souvent présentés comme des millionnaires cupides et sans morale. Chez nous, les choses sont très différentes. Seuls 1 % des 66958 avocats de France gagnent très bien leur vie. Et 50 % d'entre eux galèrent sur un plan financier car il est devenu de plus en plus difficile de faire payer le client dans un contexte de crise, et ce, même les résultats de l'avocat sont excellents. Pourtant les problèmes sont de plus en plus nombreux...

Quel regard portez-vous sur l'évolution du métier d'avocat dans sa pratique depuis vos débuts ?

On est passé de l'"avocat-roi", celui qui avait sous la III ème République un prestige considérable, à l'"avocat-servant", presque l'esclave de son client, lequel oublie que nous n'avons qu'une obligation de moyens et non de résultats, et qui a tendance à menacer son conseil d'une réclamation à son encontre portée devant le bâtonnier de son ordre à la moindre difficulté, le plus souvent pourtant sans importance. Quelle "progression"....

Avec le développement des "legal tech" et la robotisation croissante des pratiques, se dirige-t-on inévitablement vers une justice de plus en plus déshumanisée ? 

Oui, inévitablement. D'ailleurs, au-delà de cette "ubérisation" croissante du droit et des pratiques, avez-vous constaté que nous plaidons de plus en plus par visio-conférence, s'agissant de contentieux aussi importants que ceux de la détention provisoire devant la chambre de l'instruction ou statuant sur la question d'un aménagement de peine. Comment voulez-vous toucher le coeur d'un juge lorsqu'en réalité vous ne vous adressez plus directement à lui mais à une caméra,  puisqu'en toutes hypothèses il ne pourra capter les émotions inhérentes à ce type de "débats" ? Où se loge la part d'humanité de l'institution lorsque tout est fait pour l'en priver ? D'ailleurs, si la justice pénale est de plus en plus sévère s'agissant des auteurs majeurs d'infractions, même lorsqu'elles ne sont pas d'une particulière gravité, ces dispositifs n'y sont pas étrangers. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dorine
- 03/03/2019 - 09:12
Le client veut tout, tout de suite
Sans effort et gratuitement. Mais c'est le problème de tous les métiers. Pas seulement celui des avocats. Il faut consommer : c'est l'obsession de nos gouvernements successifs. Donc, il faut décérébrer le client pour qu'il ne réfléchisse plus. Les métiers, au bout d'un moment ne suivent plus, d'où la déshumanisation dont se plaint cet avocat. Car on finit par remplacer le professionnel par des robots rapides, soumis et sans cervelle.....