En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 14 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 31 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 46 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 8 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 53 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 33 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 54 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 30 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 16 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 18 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 51 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 14 min
© Giovanni ISOLINO / AFP
© Giovanni ISOLINO / AFP
Qui pèsera le plus demain ?

Boycott contre boycott : cette “guerre des naissances” à laquelle nous mène la logique des actions de protestation communautaires

Publié le 02 mars 2019
La polémique sur le hijab vendu par Décathlon a entraîné un appel au boycott de la marque par ses adversaires, mais aussi une "contre-offensive" avec un autre appel au boycott cette fois-ci contre Nocibé, dont un cadre avait proféré des insultes anti-musulmans contre le polémiste Yassine Belattar.
Jean-Paul Gourévitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Gourévitch est depuis 1987 consultant international sur l'Afrique, les migrations et l'islamisme radical. Il a enseigné à l'Université Paris XII Créteil. Écrivain, essayiste et formateur il est également spécialiste de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La polémique sur le hijab vendu par Décathlon a entraîné un appel au boycott de la marque par ses adversaires, mais aussi une "contre-offensive" avec un autre appel au boycott cette fois-ci contre Nocibé, dont un cadre avait proféré des insultes anti-musulmans contre le polémiste Yassine Belattar.

Atlantico : La sortie du dernier livre de Jérôme Fourquet, L'archipel français, a provoqué une polémique sur la base d'une statistique indiquant que 18.8% des garçons nés en France en 2016 portaient un prénom arabo-musulman. Dans le même temps la semaine a été marquée par des appels au Boycott, dans un premier temps au sujet de la polémique Décathlon, puis dans un second temps, concernant la polémique Nocibé, en surfant sur la polarisation actuelle de la société. Comment mesurer les forces futures en termes de naissances qui s'opposeront dans le moyen-long terme -si le pays ne parvient pas à sortir de cette polarisation - entre ceux qui s'opposent au Hijab de Décathlon, et ceux qui dénonceront le racisme à l'égard des arabo-musulmans comme dans le cas de Nocibé ?

 
Jean-Paul Gourévitch : « Une tempête dans un verre à dents ! ». Ainsi pourrait-on qualifier la polémique suscitée par l’ouvrage de Jérôme Fourquet L’archipel français dont Le Point du 28 février a publié les bonnes feuilles en mettant en exergue la statistique selon laquelle 18,5% des garçons nés en France en 2016 portaient un prénom arabo-musulman contre 2,5% en 1968. Sauf que cette comparaison se trouve déjà sur le site Fdesouche en janvier 2017 et que la position  de l’auteur était connue depuis son ouvrage Le nouveau clivage (Ed du Cerf avril 2018) et son interview par l’Express en septembre 2018. Mais dans un micro-milieu médiatique hystérisé par trois mois de Gilets Jaunes et fatigué par trois semaines d’omniprésence au petit écran d’un Président qui mouille la chemise dans tout l’hexagone pour promouvoir son Grand Débat, il fallait chercher le nouveau buzz. Le magazine, l’auteur  et l’éditeur ont réussi leur coup. Champagne !

Sur la forme, la statistique des prénoms ne fait pas preuve d’appartenance religieuse  et  traduit simplement une tendance lourde. Il est certain que des parents musulmans préfèrent  donner à leurs enfants des prénoms musulmans par conviction religieuse ou affirmation identitaire,  même si quelques-uns les francisent pour ne pas compromettre leur carrière, l’inverse étant exceptionnel. Ajoutons que de nombreux nouveaux-nés d’Afrique subsaharienne portent des prénoms qui sans être arabo-musulmans et pour cause, connotent leur appartenance à l’islam. Ceci traduit simplement la progression de la religion musulmane en France. 

 Si tout le monde ou presque s’accorde sur le fait qu’il y a environ 4 millions de pratiquants musulmans dans l’hexagone, l’Oumma (la communauté musulmane, enfants et agnostiques inclus) compte aujourd’hui entre 7,5 et 9 millions de personnes comme nous l’avons démontré scientifiquement et non pas 3, 4,  5 ou 6 comme le psittacise la bien-pensance et l’auteur lui-même depuis plus de 15 ans. A croire que l’immigration et le différentiel de fécondité n’auraient eu aucun effet sur la transformation de la population française. 

 Didier Leschi, le directeur de l’Office Français d’Immigration et d’Intégration qu’on ne saurait accuser de complaisance avec la « fachosphère », le démontre clairement. « Notre pays connaît aujourd’hui la plus forte proportion d’immigrés de son histoire contemporaine : aux alentours de 11% de la population résidente est immigrée au sens de l’Insee, c’est à dire composée de personnes nées étrangères à l’étranger ce qui donc inclut ceux qui obtiennent la nationalité française… »,  et  si l’on y ajoute les enfants d’immigrés nés sur le territoire français,  « c’est près du quart de la population française qui a un lien direct avec l’immigration » (Migrations :  la France singulière Fondapol octobre 2018). Un texte de référence qui a connu un silence assourdissant.  Jérôme Fourquet ne dit pas autre chose quand il utilise le terme de prochain « basculement » et le Point celui de « bouleversement ».  

 Sur le fond les polémiques « Décathlon » et « Nocibé », quoi qu’on puisse penser des visées commerciales d’une firme qui cherche d’abord à s’accaparer un marché juteux ou d’un Yassine Belattar souvent accusé de trop de complaisance avec l’islamisme, montrent que dans une France tétanisée et qui confond le respect de la loi et l’envie de laisser éclater sa rage,  les scénarios consensuels du  « vivre ensemble » et du « modèle républicain » laissent place à ceux du « vivre côte à côte »  voire du « vivre face à face », une notion que j’ai explicitée avant Gérard Collomb (mais je ne réclame pas de droits d’auteur). 

 On peut y ajouter la résurgence de l’antisémitisme, la floraison du business halal et des paraboles,  la généralisation de l’économie informelle et le fléchage territorial des nouveaux arrivants. En ce sens la notion d’archipel développée par Jérôme Fourquet mérite  mieux que cette polémique. La question clé qui domine ces territoires si proches et pourtant séparés est de savoir qui est majoritaire. C’est la dialectique des « in » et des « out ». Quand les « out » supplantent les « in », ces derniers  cherchent à devenir  « out » pour échapper à l’assignation à résidence. Ainsi coexistent souvent malgré eux ceux qui voudraient partir mais qui ne le peuvent pas, ceux qui pourraient partir mais qui ne le veulent pas et ceux qui voudraient que les autres partent pour rester, enfin, « entre nous ».

 Les moteurs traditionnels de l’intégration, l’armée, l’école, l’église, la cité, la laïcité, l’esprit républicain, le travail, sont aujourd’hui tous obsolètes ou grippés. Ils ont été remplacés par d’autres valeurs, la solidarité, le plaisir individuel, la fête collective, l’expression libre, la débrouille ou l’embrouille. Aucun  projet n’apparaît capable aujourd’hui de solidariser la communauté nationale (sauf peut-être les jeux olympiques de 2024 ?). Comment s’étonner que la société soit si fragmentée ? Les traditionnels clivages français droite-gauche se sont maillés avec périphériques-urbains-ruraux , gagnants-perdus, légalistes-transgressifs, mobiles-sédentaires, modernes-traditionnels religieux-agnostiques pour transformer la France en une gigantesque gare de triage incontrôlée.  

Dans quelle mesure la question soulevée par Jérôme Fourquet devrait-elle nous inciter à accepter les statistiques ethniques, notamment pour éviter les fantasmes créés par ce qui est parfois perçu comme une dissimulation de la réalité ? Les personnes issues de l'immigration n'y auraient elles pas également intérêt ? 

La question des statistiques ethniques fait débat depuis près de 20 ans en France.  A preuve l’ouvrage de Michèle Tribalat Statistiques ethniques : une querelle bien française (Editions du Toucan 2016).   Paradoxalement, à rebours de ce qui se passe en matière d’immigration, la France est cette fois critiquée pour son refus des statistiques ethniques par les organisations droitsdelhommistes : la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU  (CERD), et la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI).

 Certes la définition scientifique du « groupe ethnique » mêle des catégories objectives (le territoire, la langue le nom, l’histoire, les valeurs) et subjectives (l’identité, l’identification, le ressenti d’appartenance). En Europe, le Royaume-Uni dès 1991 a introduit des critères ethniques dans ses statistiques. Il a été suivi par de nombreux pays, Norvège,  Pays-Bas, Danemark, Allemagne, Autriche  et les pays de l‘Europe de l’Est… Au Canada ou au Brésil les recensements comportent une question sur l’origine ethnique.  Environ 100 pays du monde autorisent le recueil d’information  sur une base déclarative avec le plus souvent le respect de l’anonymat des sondés.  

 Mais en France la loi de 2007 relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile qui autorisait le dénombrement des groupes ethniques a été censurée par le Conseil Constitutionnel. Les tentatives de Manuel Valls, la proposition conjointe de la sénatrice EELV Esther Benbassa et du  sénateur UMP Jean-René Lecerf n‘ont pas abouti. 

 En tout cas la publication de statistiques ethniques  favoriserait la lutte des immigrés et de leurs descendants  contre les discriminations à l’embauche, leur donnerait toute leur place dans les constructions d’établissements publics  et une visibilité dans les medias correspondant à leur représentation. Il est même permis d’espérer que cette transparence affichée dans la vie publique  ferait justice d’un certain nombre de rumeurs, d’amalgames et de schématisations et contribuerait sinon à pacifier les esprits, du moins à segmenter voire diminuer les « violences ethniques ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/03/2019 - 12:51
Dedecar
Je vais peut-être vous surprendre, mais le scénario-catastrophe que vous nous proposez est tout à fait possible, sinon plausible !

En pratique, la campagne pour les européennes va réellement débuter le jeudi 14 Mars : ''l'Émission Politique'' sur France 2 recevra Marine Le Pen.

Marine a devant elle un défi gigantesque !
Cependant, il serait un peu exagéré de considérer l'avenir comme aussi désespéré que celui auquel faisait face Charles de Gaulle, lorsqu'il lança son appel sur la BBC, le 18 Juin 1940.
La réalité, c'est qu'une forte poussée des partis Souverainistes est très probable, dans tous les pays d'Europe.
Mais nous sommes en Démocratie, et il y a un abîme entre un résultat à 49 ou 51 % !
Chaque voix sera d'une importance capitale !

Mais, en cas d'échec, il suffira d'attendre l'explosion du Krach boursier : il n'y en a plus pour très longtemps !
ajm
- 03/03/2019 - 10:08
Le conflit inévitable des souverainistes.
Les souverainistes Européens mènent naturellement chacun un combat pour leur pays et ne sont à l'échelle Européenne pas d'accord sur grand chose. On voit par exemple les souverainistes Autrichiens voter comme la CDU Allemande contre le gouvernement Hongrois. Les Polonais jouent leur jeu en solo sans se concerter beaucoup avec les autres. Les souverainistes Allemands, Flamands, Autrichiens et Hollandais refuseront à MLP le moindre ecart budgétaire dans le cadre de l'euro . En politique étrangère tous les souverainistes de l'est et les Hollandais sont très pro US etc.. Sur l'immigration ceux qui sont en première ligne comme les Italiens ne voient pas les choses exactement comme les autres même si tous les souverainistes sont a priori d'accord pour reduire au maximum l'immigration extra Européenne.
Dedecar
- 02/03/2019 - 21:36
trop tard
les élections européennes n'y changeront rien , les souverainistes seront minoritaires & le PPE, le PSE & les libéraux se coaliseront pour poursuivre la politique migratoire enclenchée depuis 30 ans. La finance finira par avoir la peau du gouvernement italien qui s'oppose à la politique de Bruxelles. L Europe va se balkaniser progressivement et connaitra la même fin que l'empire byzantin. Décadence d'Onfray illustre cela très bien.