En direct
Best of
Best Of
En direct
© GEORGES GOBET / AFP
Bonnes feuilles
L'appel de la robe : avocat, ou le sacerdoce des tribunaux
Publié le 02 mars 2019
Maître Gérald Pandelon publie "Le métier d’avocat en France" aux éditions PUF (collection Que sais-je ?). Il y décrit les us et coutumes du métier d'avocat. Cette alliance entre tradition et modernité fonde la spécificité d'une profession méconnue et parfois décriée, pourtant particulièrement indispensable. Extrait 1/2.
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Gérald Pandelon publie "Le métier d’avocat en France" aux éditions PUF (collection Que sais-je ?). Il y décrit les us et coutumes du métier d'avocat. Cette alliance entre tradition et modernité fonde la spécificité d'une profession méconnue et parfois décriée, pourtant particulièrement indispensable. Extrait 1/2.

(A) Un sacerdoce ? – Contrairement à ce que pourraient penser parfois certains justiciables, qui considèrent la mission d’assistance de l’avocat comme aisée, il n’en est rien, et cette tâche d’assistance n’est pas simple, irréductible à une approche quantitative (dispenser des conseils à répétition à un client et l’accompagner devant un tribunal pour plaider son dossier, comme une simple prestation ou un secours). Elle ressortit à une relation complexe et fondamentale à la fois, qui demande, à partir du « minimum », à être approfondie d’une manière qualitative dans chacune de ses dimensions, par un travail acharné de l’avocat qui va inlassablement rechercher le texte ou les textes susceptibles d’être utilement mis en évidence pour atténuer le sort, voire la peine de son client. Cette relation est le cœur du métier, qui se révèle pour cela d’une grande complexité. Comment par exemple faire admettre à un client qui a effectivement raison sur un plan juridique qu’il n’est pas certain que, sur un plan judiciaire, sa cause soit réellement entendue ? Que l’on peut, par ailleurs, gagner avec un mauvais dossier, quand les preuves sont accablantes, mais perdre également avec un bon dossier ? Qu’il n’y a pas toujours de logique dans un monde judiciaire complexe – ce que savent tous les avocats, qui, dans la plupart des cas, font toujours de leur mieux pour aider leurs clients ? Que la défense demeure un sacerdoce, un combat de tous les instants dans une société qui n’est pas juste par définition ? C’est d’ailleurs pourquoi l’usage a mêlé, dans l’exercice du métier d’avocat, les deux notions de l’assistance et de la représentation en justice. Or, ces deux prérogatives ne sont pas synonymes.

(B) Une notion juridique. – Assister son client, c’est être à ses côtés et le conseiller ; le représenter, c’est se substituer à lui, parler en son nom, notamment au moment du procès. Concrètement, l’avocat muni d’un « pouvoir spécial de représentation » dûment signé par son client pourra intégralement se substituer à son mandant, celui-ci s’effaçant alors au profit de l’avocat ; il s’ensuit que le client pourra même se dispenser d’être présent à l’audience. Le rôle de son avocat consiste alors à organiser une défense en se présentant devant la juridiction compétente, où il développera une argumentation factuelle et juridique. Toutefois, l’assistance ou la représentation devant la juridiction, et la plaidoirie, apanage de l’avocat, ne sauraient caractériser, à elles seules, l’activité judiciaire de l’avocat, et ce que son client attend véritablement de lui. C’est l’article 412 du Code de procédure civile qui fixe l’étendue de la mission de l’avocat. En effet, aux termes de ces dispositions, « la mission d’assistance en justice emporte pouvoir et devoir de conseiller la partie et de présenter sa défense sans l’obliger ». À ce titre, l’avocat peut exercer sa mission d’assistance devant toutes les juridictions et tous les organismes juridictionnels ou disciplinaires. Aucune limitation territoriale n’existe. L’avocat dispose du monopole de la plaidoirie devant les tribunaux de grande instance, les cours d’appel, les tribunaux répressifs et les tribunaux administratifs, sous la seule réserve du droit reconnu aux parties de se défendre elles-mêmes avec l’autorisation du président. Aucun monopole n’existe en revanche devant les tribunaux d’instance, les tribunaux de commerce et les juridictions paritaires ou sociales. Cela signifie qu’il existe des dérogations qui permettent l’assistance et la représentation des parties par des personnes qui, dans certains cas, ne sont pas avocats : les conseils de prud’hommes ; les tribunaux des affaires de sécurité sociale ; le tribunal de proximité ; le tribunal d’instance ; le tribunal de police ; le tribunal correctionnel ; le tribunal de commerce ; les tribunaux paritaires de droits ruraux ; les autorités indépendantes ; la possibilité pour l’État et les collectivités territoriales d’être représentés par un fonctionnaire ou un agent de l’administration.

Extrait du livre de Maître Gérald Pandelon, "Le métier d’avocat en France", publié aux éditions PUF dans la collection Que sais-je ?. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires