En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© DAMIEN MEYER / AFP
Edito
Pourquoi il est urgent de mettre un terme à la schizophrénie fiscale
Publié le 01 mars 2019
La fiscalité est devenue la bête noire des Français.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fiscalité est devenue la bête noire des Français.

La fiscalité est devenue la bête noire des Français. En quelques semaines elle a pris l’allure d’un brûlot qui ravage toutes les couches de la société et suscite une véritable cacophonie au sein du gouvernement. Matière inflammable par excellence depuis des générations, elle est à l’origine du mouvement des gilets jaunes. Emmanuel Macron a invité ses ministres à proposer des solutions, en participant au grand débat, mais a abouti à une déferlante de propositions contradictoires obligeant le premier ministre à opérer sans cesse des recadrages qui étaient autant de désaveux, en développant des sentiments anxiogènes au sein de la population. En clair, le peuple a le sentiment qu’il n’y a aucune vision pour y porter remède.

A la base, il y a un phénomène concret : depuis la crise de 2008, la croissance est en panne, compte tenu de l’augmentation de la population. Alors que les prélèvements obligatoires ont augmenté de 3,5% . L’existence de l’euro ne permet plus les ajustements par la dévaluation, qui a été la pratique coutumière des gouvernements pendant des générations. Dès lors, le pouvoir s’est montré incapable de maîtriser les dépenses publiques qui ont continué de dériver, alors que le Parlement continuait de jouer un rôle effacé dans ce domaine, laissant en fait au ministère des finances le soin de conduire la politique fiscale.  D’où le système dont on mesure aujourd’hui la situation calamiteuse, car il est le fruit d’une technocratie complexe, illisible, parce qu’elle change sans cesse, mais qui a une finalité, celle de perpétuer le mouvement de hausse des impôts, parce qu’elle est incapable de supprimer la moindre taxe, d’autant que le Parlement ne l’aide pas dans cette tâche puisque les députés proposent toujours des dépenses nouvelles.

Aujourd’hui la coupe est pleine : toute velléité d’accroitre la charge est perçue comme une agression et provoque la révolte. Il est vrai que François Hollande avait particulièrement chargé la barque en matraquant les classes supérieures, qui a provoqué son rejet dans l’opinion au moins autant que son incapacité à lutter contre le chômage. Aujourd’hui le poids des impôts est anormalement concentré sur les classes supérieures, alors que l’opinion ne comprend toujours pas que les riches peuvent contribuer au mieux être de la population et pourraient être à nouveau tentés de quitter le pays, si le gouvernement entendait créer par exemple une tranche supérieure de l’impôt sur le revenu.

Nul ne sait comment Emmanuel Macron mettra fin à la cacophonie présente malgré les mesures fortes qu’il annonce à la fin de la période du grand débat. Car le tohu bohu actuel fragilise le pouvoir comme le montrent deux affaires récentes, où l’autorité de l’Etat est contestée. Ainsi, Nissan a été sauvé par Renault, mais réalise aujourd’hui l’essentiel des bénéfices du tandem franco japonais, au point de contester le pouvoir exercé par la firme au losange et à réclamer une redistribution des rôles. De même, Air France a sauvé KLM de la faillite, mais là encore à cause de l’aveuglement des pilotes français se montre beaucoup moins profitable que la firme néerlandaise qui ne supporte plus sa tutelle. Deux signes qui rappellent notre penchant aux querelles internes alors qu’il faudrait avoir pour seul objectif la définition d‘une  stratégie véritable favorisant la rentabilité et le sens de l’effort.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
thymthym711
- 02/03/2019 - 10:33
"Les autres" gagnent toujours assez.
Assistant, dans le coin où je vis, à une réunion "grand débat" sur le pouvoir d'achat qu'ai-je encore entendu : "Il faut créer des tranches d'imposition supplémentaires" pour les hauts revenus. Où allons-nous ? La tranche la plus haute est déjà à 45%. Le très grand nombre de personnes qui sont déjà à la tranche à 30% ne sont pas des gens riches, loin de là. Quand sur les sept dernières années l’État vous prélève l'équivalent d'une année de revenus en impôts directs il y a de quoi trouver que cela fait beaucoup. L'assistance fait alors remarquer que ce qui est important est ce qui reste au foyer après imposition ! Ce qui reste c'est pas assez pour aider sa propre famille comme on le devrait ! Faire payer l'impôt sur le revenu (progressif en plus !) c'est faire tout payer plus cher à certains qui ont fait des efforts pour obtenir un salaire satisfaisant. Contribuer aux services publics à proportion de ses moyens, je trouve cela juste. A proportion veut dire proportionnellement. La TVA est juste car proportionnelle à la dépense. L'impôt sur le revenu progressif s'apparente à de la spoliation. Le trop d'impôts tue l'économie.
lasenorita
- 01/03/2019 - 14:28
Le racket fiscal.
Ceux qui nous gouvernent dépensent ''sans compter'' les sous des contribuables français; ils sont ''très généreux'' envers les terroristes musulmans qui nous envahissent,puis ils piquent des sous aux ''vrais'' ''Français moyens'' qui sont pressurisés''.. Endettement de la France le 17 mai 2017:2167 milliards771 millions d'euros;aujourd'hui:2358 milliards 170 millions d'euros. Croissance en 2017:1,8 du PIB; en 2018:1,5 du PIB...Nous assistons à une baisse du pouvoir d'achat des Français et à une disparition de ''la classe moyenne''..
zelectron
- 01/03/2019 - 11:28
tout agent du fisc est un schizophrène qui s'ignore
en fait ces gens-là sont atteint de multinévroses croissantes accentuant in fine leur débilité motrice cérébrale : il n'y a pas de remède connu à ce jour hormis leur éviction pour ne pas contaminer les nouveaux arrivants