En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 min 25 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 34 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 5 heures 57 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 28 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 6 heures 59 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 14 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 13 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 6 heures 49 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 7 heures 56 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 12 min
© Ilmars ZNOTINS / afp
© Ilmars ZNOTINS / afp
Union européenne

Europe à la Draghi : le sauveur de l’euro a une idée très politique pour consolider l’Union

Publié le 01 mars 2019
Dans un discours prononcé à Bologne le 22 février dernier, sous l'intitulé "Souveraineté dans un monde globalisé" Mario Draghi s'est prononcé en faveur d'un transfert de pouvoir exécutif au profit des institutions, tout en pointant l'inefficacité d'une approche basée sur les gouvernements et le respect de la règle.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un discours prononcé à Bologne le 22 février dernier, sous l'intitulé "Souveraineté dans un monde globalisé" Mario Draghi s'est prononcé en faveur d'un transfert de pouvoir exécutif au profit des institutions, tout en pointant l'inefficacité d'une approche basée sur les gouvernements et le respect de la règle.

Atlantico : Si l'analyse de Mario Draghi semble conforme à la nature du projet européen, ne peut-on pas ici souligner une dichotomie entre cet objectif d'un transfert de pouvoir exécutif au profit des institutions, et la réalité des souhaits de l'opinion européenne ?

Christophe Bouillaud : Il me semble que Mario Draghi y fait lui-même allusion lorsqu’il évoque les difficultés possibles que rencontrerait une telle réforme institutionnelle qui donnerait plus de poids politique à des institutions de nature fédérale, comme celle qu’il préside (la BCE), la Commission européenne ou la Cour de Justice. Comme il le dit, « Ce processus d’ajustement |des institutions] a rencontré jusqu’ici de la résistance en raison des inévitables difficultés politiques nationales qui ont toujours paru être plus importantes que le besoin que l’on en avait » (This process of adjustment has so far encountered resistance because the inevitable national political difficulties always seemed to be above such need. ») Tout le discours de Mario Draghi constitue un encouragement donné à ceux qui disposent en pratique de « la souveraineté de la souveraineté » de l’Europe, à savoir les dirigeants des Etats membres, à rouvrir le dossier de la réforme institutionnelle de l’Union européenne.  
Le problème de sa proposition est qu’effectivement elle rencontrerait des « inévitables difficultés politiques nationales ». Il me parait en effet très difficile actuellement de proposer plus de transferts de souveraineté des Etats vers des institutions fédérales, existantes ou à créer. Il n’existe pas de demande politique en ce sens, surtout si l’on regarde non pas les sondages où cela n’engage à rien de répondre que l’on veut plus d’Europe, mais les votes effectifs pour tel ou tel parti dans tel ou tel pays. Dans un pays fondateur, comme la France, en mai prochain, l’électorat va encore une fois voter majoritairement pour des listes proposant plutôt un rapatriement de compétences ou une « autre Europe ». On devrait avoir la même chose en Italie, avec une Ligue de Matteo Salvini probablement à des scores inédits pour elle, et, même en Allemagne, malgré tous les efforts de la CDU-CSU pour couvrir leur droite, il y aura tout de même une percée de la droite extrême, de l’AfD, par rapport à l’élection européenne de 2014.  Toutes les analyses à base de compilations de sondages nationaux prédisent une nette poussée de la droite radicale et souverainiste au sein du Parlement européen. Ils ne seront pas majoritaires certes, mais ils risquent de donner le ton à la situation d’après mai 2019 et de peser dans la formation de la nouvelle Commission. 

D'un point de vue plus politique, le quotidien allemand FAZ serait, selon l'analyse Wofgang Munchau, sur le point de publier le résultat d'un sondage mené auprès des parlementaires français, allemands, et italiens, montrant que les pays s'opposeraient sur l'idée de "plus d'Europe", entre des Français et des Italiens (à l’exception de la Ligue) qui se montreraient favorables tandis que les

Allemands seraient plus sceptiques. Soit une inversion des rôles sur les 10 dernières années. Comment expliquer ce qui pourrait ressembler à un isolement Français sur cette question ? Ne peut-on pas voir une forme d'aveuglement, entre Emmanuel Macron et Mario Draghi, sur la réalité actuelle des rapports de force ? 
Ce sondage auprès des parlementaires ne fait que confirmer ce que l’on a vu pendant toute la crise ouverte depuis 2008 : les électeurs allemands dans leur majorité et les parlementaires qu’ils élisent en conséquence sont totalement hostiles à un haut niveau de transferts budgétaires entre pays européens. « L’Allemagne ne veut pas payer », pas question d’une « Union de transferts », et inversement, et fort logiquement, les parlementaires français et italiens veulent que leur pays reçoive des transferts. 
Il y a certes dans cette affaire un isolement français due en particulier à la brouille durable avec l’Italie depuis l’entrée en fonction du gouvernement M5S/Ligue en juin 2018, mais il y a le constat plus général que les opinions des parlementaires des différents pays restent structurés par l’anticipation d’avoir à payer ou d’avoir à recevoir en cas de budgets européens communs plus importants. C’est la conséquence inévitable de la voie prise dès les années 1970-80 lorsque la Communauté économique européenne commence à se financer plus par des contributions nationales que par une fiscalité propre. Depuis lors, tous les pays raisonnent en termes de « juste retour », de « contribution nette », etc. 
Donc, pour l’instant, toute proposition visant à centraliser plus les budgets publics au niveau fédéral sera refusée, ou aboutira au final à une somme modeste, comme pour les propositions d’Emmanuel Macron qui ont débouché sur un tout petit plus. Il n’y a pas de volonté de partage de la richesse entre contribuables des pays européens qui aille au-delà du strict minimum. Et, par ailleurs, la mise en garde de Mario Draghi, tout à fait classique à mon sens, ne donne pas une piste pour dépasser ce blocage, qui, il faut le dire et le répéter, date d’au moins quarante ans. 
En outre, comme le montre le relatif isolement d’Emmanuel Macron dans ses grands projets de refondation de l’Europe énoncés en 2017, personne n’a envie de rouvrir à ce stade une phase de redéfinition des traités. Force est de constater qu’il a été tout de même bien seul à proposer d’avancer dans cette direction. Aucun dirigeant européen ne lui a répondu par un discours fondateur similaire au sien. Au contraire, sans trop épiloguer sur leurs propres raisons égoïstes, des pays se sont groupés autour des Pays-Bas pour bloquer ce qu’Emmanuel Macron proposait.  En fait, la plupart des dirigeants nationaux sont satisfaits du statu quo actuel, ou, s’ils veulent une révision des traités, une minorité voudrait acter plutôt le droit de n’en faire qu’à sa tête chez soi… Il faut bien se dire que personne ne se voir rejouer le scénario de 2004-2005 avec l’échec de la ratification du TCE.

Si chacun tend à constater l'impasse actuelle d'une Europe au milieu du gué, et en considérant les difficultés politiques de résoudre cette question, comment envisager la poursuite du projet européen ? Ne peut-on compter que sur une crise pour "déboucler" cette question, que cela soit dans un sens ou dans l'autre ?

D’une part, il ne faut négliger l’importance de tous les petits ajustements qui ont lieu, ne serait-ce que de facto. Par exemple, les pays qui ne voulaient pas accueillir de réfugiés sur leur « sol sacré » lors de la crise de 2015 ont réussi à jouer de l’inertie. L’Union européenne n’a pas de forces armées fédérales pour imposer sa volonté aux autorités récalcitrantes d’un Etat membre, qui refusent de se plier à la loi commune, la BCE et le MES ont certes la main sur les capacités de financement d’un Etat récalcitrant, mais elles ne peuvent pas grand-chose contre un Etat autonome financièrement hors zone Euro, comme la Hongrie ou la Pologne. Le caractère au final  mou et peu respecté des règles que dénonce Mario Draghi comporte aussi beaucoup d’avantages. Il n’est pas sûr que, si l’on veut protéger l’intégration européenne, il ne faille pas devenir beaucoup plus sensible aux idiosyncrasies nationales. Il faut savoir faire des exceptions. Une des leçons du Brexit est ainsi qu’il aurait peut-être été plus sage de laisser tomber la libre circulation des personnes en ce qui concerne les flux entrants dans les îles britanniques pour éviter d’irriter l’électorat britannique au point qu’il finisse par voter pour quitter l’Union en 2016. 
D’autre part, pour passer à un stade où existerait une autorité fédérale avec de forts moyens budgétaires, au-delà de 5% du PIB européen, il ne faut espérer  - ou craindre – qu’un passage à ce stade d’intégration qu’en raison de nécessités pressantes qui feront taire toute contestation nationale. Par analogie avec ce qui a pu se passer dans d’autres fédérations, ou avec ce qui a amené la centralisation de ressources financières à un niveau plus élevé de gouvernement dans les Etats nationaux, cela ne laisse donc guère comme possibilité que la guerre ou la débâcle économique. Rappelons que l’Etat fédéral américain n’est devenu vraiment important qu’à la faveur de la crise des années 1930, puis de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre Froide. On pourrait ajouter à ces scénarios les conséquences possibles de l’urgence climatique. Ce n’est pas certes une perspective très réjouissante, et, par ailleurs, tout dépend de la volonté de tous les Etats d’affronter ensemble le défi. Les dernières années de l’intégration européenne laissent une impression pour le moins mitigée sur ce point. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 01/03/2019 - 18:39
La gestion des Etats de l'€ sont idem à ceux des USA $
"La crise économique frappe la Californie en 2008: en juin2009, 2,1 millions de personnes sont sans emploi et le taux de chômage s’élève à11,2 %de la population25, soit2points de plus que la moyenne nationale26. Le bâtiment et la construction sont particulièrement touchés : entre mars 2007 et mars 2008, le nombre d’emplois dans ce secteur a diminué de9,1%.
Ensuite, le budget2009-2010de l’État de Californie est déficitaire de26,3Mds$. La loi budgétaire adoptée par les deux assemblées du congrès californien en juillet 2009 prévoit une diminution des dépenses de 15 Mds$ en réduisant notamment le salaire des fonctionnaires"
Aucune intervention de l’État Fédéral, l’État Californien s'est ressaisi par lui même en adoptant un Budget pour réduire le déficit & donc la dette & cela sans le concourt ds autres États. Le $ ne sait pas adapté à la situation de la Californie. La France refuse ça & préfère accuser les autres pays de tous ls maux & de continuer d'aller dans le mur
Les accords de Maastricht contiennent le fait que les États devaient converger sans pour cela dénaturer ce qu'ils sont. Des États l'ont fait d'autres non. France & d'autres ont préféré croire que ls autres paieront
Hadrien8
- 01/03/2019 - 13:31
Le nationalisme est la
Le nationalisme est la meilleure arme de la finance internationale contre les "peuples": diviser pour régner.
Aucun pays européen n'a la taille nécessaire à exercer une vraie souveraineté. L'union fait la force.
Ce qui est urgent: supprimer la règle de l'unanimité au conseil européen.
Danper
- 01/03/2019 - 12:27
Macron et Merkel sont les destructeurs de l'Europe
Peu de monde en Europe voudrait retourner à la situation d'avant 1958. Cependant la création d'une sorte de gouvernement supranational non-élu qu'est la Commission Européenne aux mains de l'état le plus puissant (l'Allemagne) aidé par la France et qui manipulent à leur gré les fameuses "règles" à leur avantage est aujourd'hui l'origine principale de la décomposition progressive de l'UE.
En particulier, Macron est particulièrement bavard et grandiose dans ses mises-en-scène européennes, mais dans les faits il est ultra-nationaliste français (voir Air-France-KLM, les chantiers navals avec Fincantieri, etc.). Tant qu'on ne trouvera pas un équilibre et une vraie ouverture d'esprit entre les états et que les rêves de puissance et d'hégémonie de ces deux pays existeront l'UE n'évoluera pas positivement et probablement explosera. Les traités franco-allemands renouvelés en grande pompe chaque année loin d'aller dans la direction de plus d'Europe ne sont qu'une confirmation de cette volonté de puissance qualifiée abusivement de pro-Européenne alors que les états vassaux seraient eux anti-Européens simplement parce qu'ils ne veulent pas se faire écraser.