En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 6 heures 49 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 8 heures 40 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 12 heures 23 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 13 heures 18 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 16 heures 55 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 19 heures 41 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 7 heures 39 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 11 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 12 heures 58 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 18 heures 4 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 19 heures 23 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 5 heures
© REUTERS / Neil Hall
© REUTERS / Neil Hall
No-deal

Ce qu’un Brexit sans accord pourrait bien coûter à la France

Publié le 28 février 2019
Avec Eric Dor
Alors que le scénario d'un Brexit sans accord, le 29 mars prochain, reste d'actualité, les dirigeants du pays affirment que la France se prépare à un tel scénario.
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le scénario d'un Brexit sans accord, le 29 mars prochain, reste d'actualité, les dirigeants du pays affirment que la France se prépare à un tel scénario.
Avec Eric Dor

Atlantico: Alors que la France affiche une balance commerciale déficitaire à l'égard du reste du monde, celle-ci est excédentaire dans sa relation bilatérale avec le Royaume Uni. Du point de vue commercial, quels seraient les effets d'un No deal sur l'économie française ?

Eric Dor: Il y a effectivement peu de grands pays avec lesquels la France dégage un surplus de balance commerciale des biens. Le Royaume Uni est de ceux-là, c'est pourquoi la relation commerciale entre la France et ce pays est très importante.

Avec un Brexit sans accord, le Royaume Uni va normalement prélever des droits de douane sur ses importations en provenance de France, dès le 29 mars 2019. Le Royaume Uni a déjà notifié à l'OMC son intention, en cas de Brexit sans accord, de prélever sur ses achats aux autres nations, les droits de douane qui sont maintenant appliqués par l'Union Européenne sur ses importations en provenance de pays tiers, sous le régime de la nation la plus favorisée. 

Ces droits de douane sont relativement modérés pour la plupart des produits. Toutefois pour certaines catégories de biens, surtout alimentaires, ces droits de douane peuvent être exorbitants. C'est par exemple le cas pour le beurre, les fromages, le lait, les oeufs, certaines viandes, les céréales, les légumes ou les jus de fruits. Les producteurs français de certaines filières de produits sont donc très inquiets de l’augmentation du prix de leurs biens pour les consommateurs du Royaume Uni, ce qui risque d'en réduire la demande. 

La hausse des droits de douane va se combiner avec la dépréciation de la livre sterling par rapport à l'euro, pour augmenter le prix, au Royaume Uni, des produits français importés. Une forte réduction de la demande britannique pour les produits français est donc à craindre, surtout pour ceux pour lesquels les droits de douanes seront lourds.

Comme toujours avec le Brexit, cela pourrait peut-être encore changer. En effet, des droits de douane importants sur les produits agricoles protégeraient les fermiers britanniques de la concurrence des pays de l'Union Européenne  après un Brexit sans accord, mais augmenterait les prix de l'alimentation pour les Britanniques. Ceux-ci sont donc divisés à ce propos et certains politiciens proposent pluôt d'exonérer l'alimentation de telles taxes à l'importation. Leur argument est que le Brexit a justement pour objectif partiel de permettre au Royaume Uni de renégocier ses accords commerciaux avec le monde entier pour importer moins cher ce dont il a besoin, en échange d'un meilleur accès des produits britanniques aux marchés des pays tiers.

Quoi qu'il en soit, le retour de formalités douanières va impliquer des charges administratives très lourdes pour les exportateurs français vers le Royaume Uni. Le transport va être perturbé également, et les délais allongés, ce qui va compliquer les exportations vers le royaume Uni, par exemple pour les produits frais.

Beaucoup de sites de production français sont insérés dans des chaînes d'approvisionnement internationales complexes comprenant des entités au Royaume Uni. L'efficacité de tels réseaux exige la possibilité de déplacer les biens aisément et très vite d'un pays à l'autre, ce que permet l'appartenance à l'Union Européenne. Après un Brexit sans accord, tout cela va être fortement perturbé et les délais allongés, ce qui va perturber les chaînes de production françaises concernées.

La répartition des quotas qui sont appliqués aux échanges commerciaux de certains produits entre l’Union Européenne à 28 et les pays tiers va également poser problème car on est encore loin d'un accord à l'OMC à ce sujet. L'Union Européenne et le Royaume Uni vont sûrement se les partager entre eux, mais il y aura le risque de recours de pays tiers à l'OMC.

 

Du transport au secteur financier, quels sont les premiers effets à attendre d'un tel Brexit sans accord sur notre économie ? 

Certains secteurs des services français vont être fortement affectés par un Brexit sans accord. On perdrait en effet le bénéfice de tous les arrangements de l'accord qui a été négocié entre l'union Européenne et le Royaume Uni, mais que le parlement britannique éprouve des réticences à voter. Tout dépend des arrangements d'urgence qui peuvent être pris.

Les transporteurs routiers français vont se retrouver brusquement sans licence pour travailler au Royaume Uni et l'inverse est vrai pour les camions britanniques sur le territoire de l'Union Européenne. Juridiquement, il n'y aurait comme solution juridique que de recourir au système multilatéral de quotas de la conférence européenne des ministres des transports. Cet organisme peut octroyer des permis, mais ils sont limités par des quotas décidés à l'unanimité. Les permis qui pourraient être octroyés seraient très insuffisants par rapport à l'intensité du transport entre l'Union Européenne et le Royaume Uni. C'est pour cela qu'il y a maintenant une proposition législative d'urgence de la Commission Européenne pour autoriser pour quelques mois la poursuite du transport entre le Royaume Uni et l’Union Européenne, avec pour principe la réciprocité. 

Le tourisme français a une forte clientèle britannique. Avec un Brexit sans accord, ceux-ci auraient à demander un visa pour se déplacer en France, ce qui pourrait les dissuader. Les dépenses touristiques britanniques en France vont déjà diminuer à cause de la dépréciation de la livre sterling, et ces obligations de visas les réduiraient encore. La Commission propose une législation d'urgence pour exonérer les touristes britanniques de visas pour des durées courtes.

Les activités de beaucoup d'entreprises nécessitent de déplacer des données personnelles de leurs clients d'un pays à l'autre. L'Union Européenne rend obligatoires des normes sévères de confidentialité, comme condition à ces échanges de données. Après un Brexit sans accord, les législations peuvent différer, et l'Union Européenne peut alors être réticente à accepter un accord d'adéquation avec le Royaume Uni qui autoriserait les flux de données personnelles. Cependant, les entre prises seront bien obligées de continuer à fonctionner et donc de déplacer des données. Beaucoup d'entreprises françaises vont donc devoir affronter une situation juridique incertaine et être menacées de recours.

En ce qui concerne le secteur financier, la Commission européenne a été obligée d’offrir des concessions. le but est de limiter les dégâts. Les grandes banques françaises seront autorisées à continuer à régler leurs transactions sur dérivés sur les plates-formes de compensation localisées à Londres. Les obliger à réaliser ces compensations sur le territoire de l'Union Européenne aurait augmenté les coûts à court terme.

La situation juridique reste cependant incertaine concernant les contrats de dérivés qui sont traités hors chambres de compensations, par exemple conclus directement entre une entreprise d’un pays qui reste dans l’Union Européenne et une entreprise du Royaume Uni. 

Les fonds de pension et de placement collectif français resteront autorisés, en cas de Brexit sans accord, à continuer à localiser leur staff de trading au Royaume Uni.

Il y a encore de gros problème pour la continuité des activités sur les marchés d'actions et d'obligations car, après un Brexit sans accord, le Royaume Uni sera libre d'ignorer la directive MIFID 2. Or les implications de celles-ci sont obligatoires en France, ce qui pourrait compromettre certaines activités avec le Royaume Uni. 

 

Au regard de ces éléments, quelle serait la solution la plus souhaitable, du point de vue Français, concernant le scénario du Brexit ? 

Le mieux, pour les intérêts économiques français, serait que le Royaume Uni change d'avis et reste dans l'Union Européenne, à l'occasion d'un nouveau vote populaire. Autrement, un Brexit avec accord est évidemment le meilleur scénario. L'exigence de permettre la continuité des activités explique pourquoi.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 28/02/2019 - 23:16
C’est aux Britanniques de décider
Même si j’espère bien qu’il vont quitter plutôt sans accord la putride UE sans payer les quelques 40 milliards d’Euros qu’on leur réclame. Même si cela nous coûte cher mais on peut envisager un Frexit
jurgio
- 28/02/2019 - 15:57
L'enjeu réel du Brexit
est de savoir celui des deux qui perdra le plus et de se mettre du bon côté.
Benvoyons
- 28/02/2019 - 10:41
Il faut ajouter
qu'il me semble que le parlement de l’Écosse peut décider des taxes d'importations sur son territoire. Mais les Britanniques peuvent bloquer.
Bonjour l’ambiance dans le RU