En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 6 heures 43 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 10 heures 22 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 11 heures 48 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 13 heures 42 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 15 heures 55 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 17 heures 42 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 18 heures 50 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 7 heures 19 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 10 heures 42 sec
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 10 heures 50 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 12 heures 58 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 14 heures 6 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 15 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 16 heures 37 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 19 heures 22 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Europe déniaisée

Guerre commerciale : et si le Parlement européen était en train de (doucement ) sortir de son état de naïveté ?

Publié le 26 février 2019
Réuni en session à Strasbourg cette semaine, le Parlement européen a choisi de valider la mise en place d'un moyen de contrôle des investissements étrangers dans l'Union européenne, ceci dans un contexte marqué par l'affaire Huawei.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réuni en session à Strasbourg cette semaine, le Parlement européen a choisi de valider la mise en place d'un moyen de contrôle des investissements étrangers dans l'Union européenne, ceci dans un contexte marqué par l'affaire Huawei.

Atlantico : L'Union européenne serait-elle en train de changer d'approche concernant les investissements étrangers, faut-il y voir une remise en cause d'une certaine naïveté européenne sur cette question au cours de ces dernières années ?

Florent Parmentier : Le Parlement européen est obligé de tenir compte du poids des opinions publiques, qui peuvent voir d'un œil défavorable les investissements étrangers au sein de l'Union européenne, plus spécifiquement dans les secteurs stratégiques. Après tout, si les États-membres s'accordent sur leur méfiance envers le renseignement économique chinois, leur perméabilité aux investissements étrangers constitue un défi sans doute au moins équivalent.

Mais, au juste, qu'est-ce que l'affaire Huawei, du nom de cette entreprise chinoise de télécommunication dont l'ambition consiste à répandre la 5G partout sur le continent ? Pour les pouvoirs publics français, la méfiance est de mise, les députés de la majorité ayant voté le 20 février une proposition de loi à l’Assemblée nationale « visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l’exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ». Il est indéniable que cette entreprise fondée par un ancien cadre de l'armée n'aurait pas pu se développer sur le soutien de l'État chinois ainsi que des banques publiques. L'entreprise compte aujourd'hui 180000 employés dans 170 pays. Aux Etats-Unis, cette entreprise est soupçonnée de vouloir nuire aux démocraties aux Etats-Unis et en Europe.

Les Européens ont-ils fini avec une forme de naïveté ? Il est vrai que certaines prises de position n'étaient pas forcément envisageables il y a seulement quelques mois. Cette timide prise de conscience, sachant que plusieurs États membres avaient déjà prévu des mesures réglementaires pour limiter les investissements étrangers au sein des économies nationales, est plus que bienvenue. En réalité, le texte du Parlement européen permet surtout de combler les manques des pays qui n'étaient pas déjà doté d'une telle législation. Certains Etats-membres ont néanmoins accueilli avec une certaine méfiance ce texte, qu'il s'agisse de pays du Nord, de la Bulgarie, de la Grèce ou encore de la Roumanie qui ont accueilli avec soulagement les investissements étrangers chinois au moment où les capitaux venaient à manquer.

Quelles seraient les méthodes les plus efficaces de contrôle concernant les investissements étrangers ? Le dispositif prévu par le Parlement européen est-il suffisant dans ce cadre ?

Le Parlement européen entend encadrer les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques afin d'éviter que les partenaires chinois ne fassent main basse sur les technologies européennes. Ces secteurs stratégiques sont compris de manière large : énergie, transport, données, espace ou encore finance ; parmi les technologies considérées comme cruciales pour l’avenir de l’Europe, on compte les semi-conducteurs, l'intelligence artificielle ainsi que la robotique. La santé, l'eau, la défense, les médias, les biotechnologies et la sécurité alimentaire ont été rajoutés à la liste de ces priorités par les négociateurs du Parlement européen.

De fait, le consensus était assez large lors du vote du 14 février dernier :  ce sont 500 pour qui s'en sont exprimées, 49 contre et 56 abstentions. Cet acte tend à accréditer l'idée selon laquelle l'Europe protège. Il est d'ailleurs paradoxal de noter que la France, connue pour sa tradition étatiste, a été soutenue sur ce point non seulement par son partenaire allemand, mais également par l'Italie avec laquelle Paris est en froid depuis plusieurs mois.

Le dispositif prévu dans la cadre européen peut et doit être complété dans le cadre national ; la France, via Bercy, détient par exemple un véto sur les capitaux étrangers.

N'assiste-t-on pas à un véritable changement d'approche au niveau international sur la question du libre-échange, reposant sur une prise de conscience nouvelle des rivalités internationales ?  

En effet, on peut avancer que nous assistons à une véritable remise en cause du libre-échange tel que nous l'avons connu au cours des années 1990. Il est vrai qu'un certain nombre de faits plaident pour une approche renouvelée des questions de libre-échange, avec une approche qui passe de plus en plus, dans le cas européen, du multilatéralisme au bilatéralisme.

Le Medef français souhaiterait que l'Union travaille à faire émerger des champions nationaux pour concurrencer les États-Unis, qui n'hésitent pas à recourir à des mesures protectionnistes, ainsi que de la Chine, qui impose des barrières administratives. Dans cette veine, Geoffroy Roux de Bézieux n'hésite pas à déclarer : « on ne souhaite pas être ceux qui stimulent cette guerre commerciale, mais il faut qu'on soit dans un système de réciprocité équilibrée ».

La position française est loin d'être isolée en Europe, puisque les partenaires allemands ont par exemple regretté la décision de la Commission européenne de rejeter la fusion Alstom-Siemens en raison des risques de monopole engendrés sur plusieurs segments du marché ferroviaire en Europe. Ainsi la fédération allemande de l'Industrie (BDI) a publié récemment un rapport enjoignant Berlin et Bruxelles de renforcer la politique européenne face à Pékin.

En tout état de cause, si le Parlement semble avoir pris conscience du fait que la surveillance doit se faire à niveau européen. Une question demeure : qu’en sera-t-il au sein du nouveau Parlement issu des élections de mai prochain ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 26/02/2019 - 19:19
Réciprocité
Enfin, l'Europe semble sortir peu à peu de sa posture idéologique missionnaire (du libre-échange) et pénitente (vis à vis du "tiers-monde") pour redécouvrir les bases des relations saines avec l'étranger qu'on considère comme un égal : la réciprocité. Cela ne doit pas empêcher des privilèges commerciaux ciblés vers les pays pauvres et amis (comme feue la convention de Lomé, jetée à la poubelle sous la pression américaine et allemande).
Cependant, les médias sont très influençables : il suffira que les adversaires de cette approche utilisent les mots "protectionnisme" et/ou "paternalisme" pour susciter des articles à charge. Espérons que les lobbys industriels européens seront suffisamment efficaces