En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Radioscopie
Dégressivité des allocations chômage pour les cadres : ceux qui vivraient très bien avec et ceux que cela toucherait durement
Publié le 26 février 2019
Suite à l'incapacité des partenaire sociaux à trouver un accord concernant la question de l'indemnisation chômage, le gouvernement étudierait la question de la dégressivité des allocations pour les cadres
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l'incapacité des partenaire sociaux à trouver un accord concernant la question de l'indemnisation chômage, le gouvernement étudierait la question de la dégressivité des allocations pour les cadres

Atlantico : Une proposition qui se justifierait par la bonne santé de l'emploi pour cette catégorie de population qui bénéficie d'une situation de "quasi plein emploi". Géographiquement, et en fonction des profils, comment dresser le portrait de ces cadres qui n'auront pas à souffrir d'une telle réforme ? 

Michel Ruimy : 

La théorie économique, comme les études empiriques, tendent à montrer que la durée et le montant de l’allocation versée ont une incidence sur la vitesse de retour à l’emploi des demandeurs d’emploi. Une allocation plus élevée ou versée pendant un temps plus long peut induire, en théorie, chez certains demandeurs d’emploi, une baisse de l’intensité de recherche d’emploi et une hausse du salaire de réservation. C’est pourquoi, les arguments en faveur d’une dégressivité des allocations chômage sont nombreux. 
Au regard de ses voisins européens, la France apparaît particulièrement généreuse dans ce domaine en raison de conditions d’accès favorables à l’indemnisation du chômage et de durées d’indemnisation élevées au regard des pratiques européennes, notamment pour les demandeurs d’emploi âgés. 
Par ailleurs, notre pays se distingue par le haut niveau de l’allocation maximale : pour des niveaux de salaires élevés avant la perte d'emploi, les demandeurs d’emploi français bénéficient du plus haut taux de remplacement net. Dans les faits, le plafond d’indemnisation se situe entre environ 60% à 75% du salaire journalier de référence et la durée du versement peut atteindre jusqu’à 36 mois, pour les plus de 55 ans (24 mois pour les moins de 52 ans).
Il n’en demeure pas moins que les cadres d’entreprises privées risquent d’être la catégorie la moins touchée par cette disposition gouvernementale. En effet, jusqu’il y a encore quelques mois, alors que l’activité était vigoureuse, nombre d’entre eux, majoritairement du secteur tertiaire, étaient à l’écoute du marché de l’emploi. Ceux qui travaillaient dans les banques et compagnies d’assurance, notamment dans les fonctions commerciales, ceux qui tenaient des postes dans les cabinets de conseil en lien avec la transformation numérique des entreprises étaient recherchés. Parmi les secteurs qui recrutaient, il y avait aussi l’information et les télécommunications. Ils n’étaient pas les seuls. L’actualité en matière de ressources humaines avec la loi Travail, les « ordonnances Macron », les ruptures conventionnelles collectives… a poussé les offres d’emploi à la hausse. Quant au « bâtiment et les travaux publics », durement touché pendant la crise, il enrôlait, entre autres, des conducteurs de travaux et des directeurs de programmes immobiliers. 
Par ailleurs, après 10 ans de quasi-stagnation, l’économie européenne a été dynamique. Les embauches ne se sont plus limitées à Paris. L’ensemble du territoire français a profité, dans une certaine mesure, de la reprise. 
Ainsi, nous pourrions tracer, dans une première approche, le profil d’un « cadre protégé » : « quinqua », urbain, ayant une grande agilité et des compétences / qualifications en lien avec la conjoncture économique, juridique, financière… A l’avenir, les profils les plus expérimentés, ceux qui permettront aux entreprises de revoir leur modèle de fonctionnement et les aideront à prendre le virage du numérique, seront particulièrement recherchés. 

A l'inverse, quels sont les profils qui pourraient être touchés par une telle réforme, notamment d'un point de vue géographique, ou encore d'un point de vue de la classe d'âge (puisqu'en 2017, seuls 52% des cadres étaient en activité au moment de prendre leur retraite) ? 

Au-delà du problème soulevé par votre question, il s’agit de savoir quelle place l’ensemble des acteurs du marché du travail souhaite donner aux cadres « seniors ». Car ces profils attirent et inquiètent à la fois. D’un côté, leur expérience est louée, de l’autre, on s’inquiète de leur productivité. Ainsi, nous arrivons à une situation dans laquelle les entreprises ont exclu jeunes et seniors : les jeunes, par manque d’expérience et les seniors, par manque de dynamisme, de forces de proposition. 
Car l’âge est un des facteurs discriminants de chômage le plus cité, devant l’origine, une situation de handicap ou le sexe. C’est pourquoi, le gouvernement devrait davantage s’atteler à casser les préjugés qui entourent cette catégorie de travailleurs. D’autant qu’avec l’allongement de l’âge légal de départ à la retraite, il va être de plus en plus difficile d’atteindre le quota d’annuités pour avoir une retraite complète. En outre, une étude, parue en 2014, de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, montrait que contrairement aux représentations, les pertes de capacités physiques ou cognitives dues au vieillissement naturel restent modérées jusqu’à 65-70 ans et qu’elles sont compensées par l’expérience. Enfin, la culture d’entreprise française est un facteur défavorable. Les dirigeants, les Directeurs de ressources humaines devraient davantage accepter la diversité. Ils sont trop frileux et oublient ce qui compte vraiment en entreprise : le savoir-faire et le savoir-être. L’âge, c’est dans la tête.
En fait, pour les cadres, comme pour l’ensemble des salariés, la meilleure façon de rester employable ou d’envisager une reconversion consiste à se former tout au long de sa carrière. Pourtant, seulement 5% des salariés de plus de 50 ans suivent une formation. Manque d’informations, doute sur les conséquences concrètes en termes de carrière, moindre investissement professionnel... Près des trois quarts des seniors déclarent ne pas souhaiter suivre une formation.

 

Quelles sont les difficultés particulières que pourraient rencontrer ces cadres de plus de 50 ans, notamment au regard des dépenses auxquels ils sont confrontés ? 

Pour certains, la retraite est devenue, ces dernières années, synonyme de parenthèse enchantée au point de déséquilibrer les comptes publics des pays vieillissants. Désormais, les nations réagissent et les quinquas sont la première génération à en faire l’expérience. Il y a trois ans, ils faisaient valoir leurs droits à la retraite à 60 ans. Maintenant, ce sera 62... ou plus. En Irlande, c’est déjà à 66 ans, en Allemagne, 67 ans.
Et les bouleversements continuent. Les quinquas évoluent dans un nouveau monde où, plus de 40% de l’économie européenne est numérique. Un monde où les entreprises pyramidales doivent travailler en réseau, où les logiciels d’accès libre s’imposent. Une société connectée dans laquelle les quinquas peuvent plutôt se targuer d’être la génération « juste avant » le grand nombre de transformations sociétales majeures rendant la vie plus simple, rapide, trépidante ou... l’inverse. Ils ont dû s’adapter une bonne partie de leur vie professionnelle pour « rester dans le coup ».
Avec l’âge, nombre de cadres, investis dans leur travail, n’ont pas préparé le troisième tiers de la vie, plus particulièrement s’ils se retrouvent au chômage. Depuis quelques années, sur le million de dossiers de surendettement déposés, de plus en plus l’ont été par des seniors. L’endettement est de plus en plus souvent causé par les dépenses liées au logement avant même les dépenses de consommation voire de subsistance. Environ un quart des surendettés sont âgés de 55 ans et plus. La raison ? La faiblesse des ressources des personnes surendettées qui affecte les capacités de remboursement, le paiement du loyer et des charges locatives, la subsistance du débiteur et à celle de son foyer ainsi qu’aux différentes charges courantes.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 26/02/2019 - 23:02
On découvre que l'égalité républicaine est comptable
Les gouvernementaux se sont mués en grippe-sous. Cela rapportera quelques millions. Ça peut toujours payer une piscine... ou un service de Sèvres. Les symboles républicains sont désormais les vaches à lait, d'un côté, et de l'autre, les cochons qu'on engraisse.
Forbane
- 26/02/2019 - 20:18
Dégressivité injuste
insupportable, surtout de la part ministres antérieurement de droite...
A quand des manifestations des vaches à lait ( cadres, professions libérales...)?
Je précise que je n’ai jamais été au chômage mais ayant beaucoup cotisé, il me paraîtrait normal de pouvoir être indemnisée au même niveau,en proportion, que l’ensemble des salariés. c’est ça l’égalité constitutionnelle de DROITS , non?
Déjà que nous sommes inégaux sur les impôts sur le revenu , payés par 40%, la taxe d’habitation, payée par 20% ....
zen-gzr-28
- 26/02/2019 - 14:37
Une nouvelle "ponction"
envisagée par PHILIPPE... On ne peut que réagir face aux indemnités mirobolantes des acteurs, des intermittents du spectacle, aux subventions distribuées tous azimuts dans le domaine de la culture ! Au lieu de nous bassiner régulièrement avec de probables nouvelles ponctions, pour calmer la panique à bord du bateau LREM, on lui recommande ... une escale qui nous permettra aussi de souffler.