En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 12 heures 5 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 42 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 15 heures 12 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 17 heures 21 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 21 heures 10 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 7 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 49 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 14 heures 29 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 21 heures 20 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les Eglises ont-elles abandonnés les "petits blancs" ?

Publié le 23 février 2019
Pierre Jova publie aux éditions Tallandier "Les chrétiens face aux migrant". La question des migrants est aujourd’hui une des plus polémiques qui soit, à la fois dans l’ensemble de notre société marquée par une forte insécurité culturelle, mais aussi au sein du christianisme où, malgré l’engagement des différents papes et les injonctions bibliques, elle reste âprement débattue. Extrait 1/2.
Pierre Jova
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Jova, journaliste, a collaboré à La Vie, au Figaro et à Famille Chrétienne. Féru de géopolitique, il a couvert la crise migratoire en Serbie et en Hongrie pendant l’été 2015. Il travaille à présent pour l’hebdomadaire Pèlerin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Jova publie aux éditions Tallandier "Les chrétiens face aux migrant". La question des migrants est aujourd’hui une des plus polémiques qui soit, à la fois dans l’ensemble de notre société marquée par une forte insécurité culturelle, mais aussi au sein du christianisme où, malgré l’engagement des différents papes et les injonctions bibliques, elle reste âprement débattue. Extrait 1/2.

Aux yeux de certains catholiques conservateurs inquiets des migrants, les gilets jaunes validaient une de leurs obsessions : si l’Église a perdu le petit peuple « blanc », c’est à cause de son positionnement sur l’immigration. Oubliées, les causes complexes de la sécularisation ! Pour eux, les choses étaient plus simples. « Les compromissions de nombre d’évêques avec l’idéologie immigrationniste sont probablement responsables de bon nombre d’abandons de la foi chez les Européens », écrivait sur Twitter un certain « Hérisson Dissident », en juin 2018. S’il l’exprime de manière plus élégante, Laurent Dandrieu pense la même chose. « À cette population européenne qui, au lieu du nectar hédoniste espéré, n’a plus qu’un goût de cendres dans la bouche, l’Église, au lieu du calice de la vie éternelle, n’offre que la coupe amère du suicide collectif », affirme le journaliste de Valeurs actuelles à la fin de son essai Église et immigration. Le grand malaise, en concluant « comment le catholicisme se coupe des populations européennes ». En avril 2018, dans les colonnes de son hebdomadaire, il avait également accusé l’Église catholique d’être « sourde » aux « souffrances de cette France périphérique qui est bien placée pour ne pas partager cette vision idyllique de l’immigration ».

Écartons d’emblée la thèse selon laquelle le catholicisme se couperait des populations européennes, hardie à vérifier car il est déjà minoritaire sur une partie du continent où les Églises traditionnelles sont réformées (Suisse, Hongrie), anglicane (Grande-Bretagne), luthériennes (Scandinavie) ou orthodoxes (Bulgarie, Grèce, Serbie, Roumanie). Mais discutons de cette hypothèse sur le terrain français. Le discours migratoire de l’Église catholique est-il un frein à l’évangélisation de la France périphérique ? A-t-elle abandonné les « petits Blancs » de ces territoires ?

Pour avoir une approche incarnée de cette question, il me fallait aller à la rencontre de convertis au catholicisme ayant tous en commun d’être issus de milieux dits populaires, en contact avec les conséquences de l’immigration. Commençons par Claude, 25  ans, attablé dans un excellent restaurant arménien de Paris. « Je descends d’Arméniens fuyant le génocide turc, et d’Italiens immigrés dans la Meuse. » Né à Créteil (Val-de-Marne), il n’a jamais quitté cette ville, sauf pour une année Erasmus en Grande-Bretagne. Cet élève brillant a bénéficié de la convention ZEP de Sciences Po Paris et travaille aujourd’hui dans un cabinet de conseil.

« À l’âge de sept ans, on m’a traité pour la première fois de “sale Français” », confie Claude, dont la scolarité est marquée par la Seconde Intifada, les attentats du 11 septembre 2001 et le débat sur le voile à l’école, en 2004. « Tous les enfants parlaient de ça, j’ai ressenti une césure. Il y avait de moins en moins d’élèves juifs. Persécuté comme “Blanc”, je me suis construit contre le rap, les sweat à capuche, la culture urbaine », raconte celui qui fut brièvement « jeune correspondant » du quotidien communiste L’Humanité.

Issu d’un milieu déchristianisé, le jeune homme a été baptisé dans l’Église catholique, à Pâques 2017. « J’ai toujours vécu avec des gens qui croyaient en quelque chose. Mes camarades allaient à la mosquée pendant les récréations. De l’autre côté, les profs ânonnaient “laïcité, laïcité…” Mais ça ne remplissait pas l’existence ! Tu n’opposes pas le vide au plein ! » Son goût pour la beauté des églises le met lentement sur la voie. Ce n’est qu’en participant à La Manif Pour Tous, en 2013, que Claude rencontre des catholiques : « Jusqu’alors, je n’en connaissais aucun ! » avoue-t-il. Deux ans plus tard, il se jette à l’eau, en fréquentant l’église Saint-Eugène, une paroisse parisienne qui draine une population majoritairement traditionaliste. « Avec la liturgie, ce milieu me convenait dans sa coloration politique, notamment sur l’immigration. Mes oreilles chauffent moins chez eux ! »

Claude s’explique : « Là où certains voient le multiculturalisme comme une chance, j’ai vu à Créteil le désordre, la tristesse et l’inquiétude pour l’avenir. Le discours de l’Église ne m’a pas empêché de devenir chrétien. Mais cela ne m’a pas encouragé non plus. D’ailleurs, je n’attends pas de l’Église qu’elle me dise ce que je veux entendre : je n’adhère pas à un programme politique, et je suis prêt à ce qu’on m’explique ! » Toutefois, il a le sentiment que l’Église ne s’intéresse pas à la fameuse « France périphérique ». « Je pense qu’elle a pourtant soif de spiritualité. Il suffirait de pas grand-chose : ma tante, agnostique, a fini par mettre un crucifix sur sa porte parce que ses voisins sont musulmans ! » Sa conversion l’a cependant rendu moins sensible au discours identitaire sur les « racines chrétiennes ». « Plus j’essaie de mener ma vie en chrétien, plus je me dis que les racines ne suffisent pas. Il faut un arbre ! Et l’arroser ! » Son regard sur l’étranger, même s’il reste difficile, a également changé. « La foi m’a aidé à ne plus voir dans les immigrés des masses indistinctes. J’ai fini par voir des visages. Je perçois toujours autant de problèmes. Mais je suis devenu moins hargneux, et moins agressif. »

 

Extrait du livre de Pierre Jova, "Les chrétiens face aux migrant", publié aux éditions Tallandier.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Eglise, migrants, chrétiens
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 24/02/2019 - 09:16
Tout fout le camp
Même les cannibales ne mangent plus de "p'tits suisses".
TPV
- 23/02/2019 - 14:05
Le petit blanc à été trahis
Par ses élites, paumées sur leur identité nationale, spirituelle et même sexuelle.
Le meilleur va venir.