En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Nouvelle force

Un sondage montre que les euro-sceptiques pourraient obtenir un tiers des voix au Parlement européen : mais quel pouvoir peuvent-ils en attendre ?

Publié le 17 février 2019
Dans la perspective des élections européennes du mois de mai prochain, le ECFR (European Council on Foreign Relations) a publié un rapport montrant que les mouvements d'extrême droite européens seraient en mesure de prendre 132 sièges au Parlement.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la perspective des élections européennes du mois de mai prochain, le ECFR (European Council on Foreign Relations) a publié un rapport montrant que les mouvements d'extrême droite européens seraient en mesure de prendre 132 sièges au Parlement.

Atlantico : Dans la perspective des élections européennes du mois de mai prochain, le ECFR (European Council on Foreign Relations) a publié un rapport montrant que les mouvements d'extrême droite européens seraient en mesure de prendre 132 sièges au Parlement. Dans de telles circonstances, quels seraient les moyens de pression les plus efficaces de ces partis ? 

Cyrille Bret  : Tirer la sonnette d’alarme est indispensable. Car la situation est préoccupante. Le prochain Parlement européen comptera assurément plus d’eurodéputés nationalistes, parmi ses 705 membres, que durant la précédente mandature (2014-2019). L’ECF prévoit en effet l’élection, d’une part, 132 eurodéputés d’extrême droite (Ligue et M5S italiens, RN français, PVV néerlandais, AfD allemand, FPÖ autrichien, etc.) et de 65 eurosceptiques (PiS polonais, Fidesz hongrois, Démocrates Suédois, etc.). Cela conduirait, en pure arithmétique à un ensemble hostile à la construction européenne de 197 députés sur 705 eurodéputés. En particulier, ces résultats, s’ils se confirmaient, permettraient la constitution d’un groupe ou de groupes parlementaires européens plus puissants qu’aujourd’hui. A l’heure actuelle par exemple, le groupe de l’Europe des Libertés et des Nations (ENL) où siègent la Ligue, le FN et le FPÖ est le plus petit des groupes parlementaires avec 37 membres loin derrière les 217 eurodéputés du Parti Populaire européen. Ce que le rapport de l’ECFR montre avec justesse, c’est que le poids relatif des partis d’extrême droite dans le prochain Parlement européen sera bien plus grand. Cela aura des conséquences, assurément, sur le fonctionnement du Parlement européen. Ces partis ont depuis longtemps fait du Parlement européen une caisse de résonnance et même une scène pour mettre en évidence leur opposition virulente à l’Europe. En outre, ils réclameront à juste titre des présidences ou des vices-présidences de commissions et de délégations parlementaires. Ils chercheront naturellement à infléchir ordres du jour, rapports, travaux parlementaires et amendements.

En somme, si ces partis croîtront, ils ne submergeront pas le prochain Parlement européen.

Selon l'ECFR, le processus législatif pourrait en être perturbé. Ce pronostic est-il réaliste ou est-ce que l'architecture européenne pourrait résister à un groupe minoritaire de 132 députés ? 

Depuis le début de l’élection du Parlement européen au suffrage universel direct en 1979, le Parlement a toujours été dominé largement par le Parti Populaire Européen (PPE) et par les sociaux-démocrates du S&D. Cela reflète à la fois l’histoire de la construction européenne où ces deux courants politiques ont contribué à l’édification de l’Europe mais aussi la bipolarisation classique des vies politiques en France, en Allemagne, en Autriche, en Italie, etc. Aujourd’hui, la scène politique nationale et européenne est en recomposition rapide. Dans les Etats membres fondateurs, les forces politiques classiques pro-européennes sont en reflux : le parti socialiste français, la démocratie-chrétienne italienne, le SPÖ autrichien ou encore la coalition CDU-CSU font face à une méfiance croissante la part des électeurs. Cela a bénéficié à des partis d’extrême droit : le FN devenu RN en France est plusieurs fois parvenu au deuxième tour de l’élection essentielle, la présidentielle. En Italie, la croissance de la Ligue (anciennement du Nord) et du M5S consacre la fin du système politique d’après-guerre. En France, en Pologne, aux Pays-Bas, etc. des partis libéraux modernistes et pro-européens ont pris leur essor : La REM en France, Démocrates 66 aux Pays-Bas, Ciudadanos en Espagne, Wiosna récemment en Pologne, etc. Tous ces partis concourent à un profond renouvellement de l’offre politique locale.

Et ces mouvements tectoniques vont se matérialiser dans le prochain Parlement européen. Bien entendu, les partis d’extrême droit vont essayer de constituer un large groupe parlementaire. On le voit dans l’étude de l’ECFR, la Ligue risque de rassembler

Mais d’autres forces plus européistes vont faire leur entrée au Parlement européen. Aujourd’hui la REM est mesurée à plus de 20 sièges sur les 79 que comptera la France dans le prochain Parlement européen. De même, le parti laïc, moderniste et écologique Wiosna mené par Robert Biedron en Pologne est susceptible d’envoyer un contingent de 10 eurodéputés.

Il essentiel de souligner deux points pour modérer la sonnette d’alarme tirée par l’ECFR. Premier point, les partis souverainistes sont loin de constituer un bloc. On se souvient des négociations sans fin entre eux en 2014 et 2015 pour la constitution du groupe ENL et du groupe des conservateurs et réformistes européens (CRE) où siègent les conservateurs du PiS polonais. Bien des points les séparent. D’un côté, la filiation politique est loin d’être la même entre les démocrates-chrétiens conservateurs voire réactionnaires du PiS polonais et du Fidesz hongrois et des extrémistes largement sécularisée du Rassemblement National et de la Ligue. D’un autre côté, la question du programme politique est loin d’être réglée. Certes, en apparence ces partis sont d’accord sur le rejet de l’islam, du fédéralisme et des élites traditionnelles. Mais bien des points les divisent. C’est le deuxième point.

Deuxième point, les antagonismes programmatiques entre ces partis. Concernant la politique extérieure, la Ligue et le RN sont pro-russe alors que le PiS polonais et les agrariens baltes sont atlantistes et pro-américains. Concernant l’euro : le M5S a toujours demandé un référendum sur la sortie de l’euro, comme le RN a souvent laissé entendre que l’euro était contraire à la souveraineté nationale. En revanche, des partis comme le FPÖ autrichien et le PVV néerlandais sont pour le maintien de l’euro : leurs pays d’origine sont trop dépendants des échanges intra-communautaires pour que ce volet de la construction européenne soit mise en question. Et il en va ainsi sur de nombreux points.

Plus que le poids numérique, c’est la division programmatique qui limite les capacités d’influence des eurodéputés souverainistes au prochain Parlement européen.

En quoi ce vote pourrait-il, ou non, transformer l'Union dans les années à venir ?

Le premier objectif d’un bloc nationaliste au Parlement européen sera de peser sur les nominations à la Commission européenne qui assure une large partie des pouvoirs exécutifs dans l’Union européenne, au côté du Conseil. En effet, le système de la Commission a été largement démocratisé et européanisé. Le prochain président de la Commission européenne sera nommé selon la procédure du Spitzenkandidat : c’est le parti européen arrivé en tête aux élections qui le désignera le président chargé de constituer ensuite un collège des commissaires. Or, dans cette négociation, si la présidence échappera aux partis souverainistes, en revanche la nomination des commissaires sera en partie influencée par eux.

Plus largement, la tonalité risque de changer dans toutes les institutions européennes pour les années de la prochaine mandature (2019-2024) : plusieurs gouvernements nationaux sont ouvertement eurosceptiques (Pologne, Hongrie, etc.), plusieurs partis eurosceptiques gagnent en audience nationale et européenne (Ligue, Fidesz, etc.), le Brexit a suscité de nombreux fantasmes centrifuges malgré les risques qu’il fait courir au Royaume-Uni. Depuis 2015 et le vote du Brexit, le flambeau du souverainisme a été repris par le groupe de Visegrad à l’est de l’Europe et par une alliance entre le RN, la Ligue, le FPÖ et le PVV à l’Ouest de l’Europe.

La prochaine mandature sera décisive pour l’avenir de la construction européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 19/02/2019 - 11:10
elections
d après les sondages il n est pas sur qu ils ne fassent pas plus
car Vox en Espagne,la Tchequie,la Bulgarie,la Roumanie ect ect
tous ces pays apporteront leurs lots de d&put&s eurosceptiques donc on verra le soir des élections
AZKA
- 18/02/2019 - 05:22
33% 40%
Rêvons un peu 50%.
cloette
- 17/02/2019 - 15:47
mieux vaut en rire
@Benvoyons, j'aime ton humour .
@Jurgio j'aime aussi cet humour .
Moi je n'en ai pas trop en ce moment.