En direct
Best of
Best Of
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Bonnes feuilles
Les difficultés des médias traditionnels à s'adapter face au glissement des réseaux sociaux en médias sociaux
Publié le 17 février 2019
Guillaume Klossa publie "Media for Good" chez Débats Publics éditions. A l'heure des Fake news et de la désinformation de masse, Guillaume Klossa est convaincu que nous avons besoin de médias exemplaires qui, plutôt que de nourrir les crises, aident les citoyens à comprendre les défis de notre temps. C'est la condition pour construire la démocratie du XXIe siècle. Extrait 2/2.
Guillaume Klossa est président du mouvement Civico Europa et conseiller spécial (pour l’intelligence artificielle et les médias) du vice-president de la Commission européenne en charge du numérique. Dirigeant de l’Union européenne de Radiotélévision ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa est président du mouvement Civico Europa et conseiller spécial (pour l’intelligence artificielle et les médias) du vice-president de la Commission européenne en charge du numérique. Dirigeant de l’Union européenne de Radiotélévision ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa publie "Media for Good" chez Débats Publics éditions. A l'heure des Fake news et de la désinformation de masse, Guillaume Klossa est convaincu que nous avons besoin de médias exemplaires qui, plutôt que de nourrir les crises, aident les citoyens à comprendre les défis de notre temps. C'est la condition pour construire la démocratie du XXIe siècle. Extrait 2/2.

La clé de la confiance, c’est la qualité des contenus des médias et d’abord la qualité de l’information, et donc sa véracité, parce que le rôle historique des médias, avant d’éduquer ou de divertir, a été d’informer. Or, la perception dans l’opinion publique, à tort ou à raison, est que la qualité de l’information a décliné. Il y a plusieurs facteurs qui justifient cette perception.

On constate d’abord qu’existe le sentiment que l’information ne traite pas bien la réalité, que les journalistes ont du mal à saisir et à restituer les faits correctement et, surtout, à les mettre en perspective. Le monde s’est transformé très rapidement. Le monde actuel est pluriel, globalisé, en évolution de plus en plus rapide, les citoyens perçoivent que leur quotidien est affecté par des phénomènes qui dépassent largement le cadre national et les menacent (migrations, réchauffement climatique, rééquilibrage géopolitique…), phénomènes qui créent des peurs d’autant plus fortes qu’ils ne sont pas sûrs de les comprendre et qu’une partie croissante de la population voit l’avenir de manière anxiogène. Faute de comprendre, certains sont tentés par le repli et beaucoup plus sensibles aux stéréotypes et aux idées reçues qui deviennent de plus en plus difficiles à combattre. Le média du XXIe siècle doit vivre avec son temps et donc répondre à ces préoccupations nouvelles de mise en perspective, d’approche comparative, de fourniture de repères fiables pour comprendre des réalités de plus en plus complexes et se donner les moyens de combattre des stéréotypes qui peuvent s’enraciner rapidement dans les esprits ; il doit sortir de son marché historiquement national, se faire plus ouvert, traiter de la diversité, anticiper les phénomènes de société et être capable de montrer comment un fait s’articule dans une réalité locale, nationale, européenne ou globale, enfin donner des éléments de comparaison… Les technologies sont désormais là pour l’aider dans ces fonctions plus complexes à intégrer. J’avais animé dans le cadre du Prix Italia qui s’est tenu à Lampedusa une réflexion sur la manière dont les données extrêmement nombreuses disponibles sur les migrations et les technologies liées peuvent aider à mieux mettre en perspective des enjeux difficiles à cerner pour les citoyens. Beaucoup de journalistes réfléchissent à la manière de relever ce défi, souvent dans le cadre de collaborations avec des centres de recherche spécialisés et des experts de l’utilisation et de la mise en valeur des données. De nouveaux programmes d’information sont créés avec de nouvelles formes narratives. #DataGueule, par exemple, un programme de France Télévisions, qui vise à mettre en perspective un sujet à travers des faits et des données comparatives, est une source d’inspiration pour l’ensemble du secteur. C’est une première génération de programmes capitalisant sur l’utilisation des données disponibles sur un sujet particulier.

Ensuite, le développement des fake news, ou des infox, voire des fausses nouvelles d’État ou de groupes de pression privés, catégorie à part entière de désinformation, qui a été rendu possible par le succès des réseaux sociaux, a jeté un doute profond sur l’ensemble des médias d’information. Les réseaux sociaux sont devenus des médias sociaux par un glissement dans la perception des utilisateurs sur ce qu’est une information. Les commentaires et les avis des utilisateurs (et influenceurs) sont devenus informations, avec une propagation inédite des rumeurs, des hoax et des fake news. Dans le même temps, les médias traditionnels ont cherché à s’adapter à l’information numérique en mettant l’accent sur le gratuit et l’instantanéité, qui sont devenus des standards de l’information numérique. Mais l’information gratuite est souvent partielle, la mise en perspective étant réservée à des informations payantes à plus forte valeur ajoutée. Enfin, la course à la visibilité sur les réseaux sociaux favorise les informations les plus spectaculaires et les faits divers, brouillant les lignes entre informations importantes et secondaires. À l’heure de la concurrence entre les chaînes et les sites d’information, il faut être le plus rapide, le premier à tirer. Résultat, cette course à l’échalote a favorisé la multiplication des erreurs et des approximations au sein des agences de presse et dans les rédactions des médias traditionnels. En Suède, par exemple, pays où la population est hyperconnectée quelle que soit la génération, les médias sociaux semblent avoir joué un rôle majeur dans le sentiment d’insécurité du pays, alors que rien n’a substantiellement évolué depuis une dizaine d’années et que l’ensemble des indicateurs économiques est au vert. Force est de reconnaître que la contrainte budgétaire partout à l’œuvre dans les médias historiques a accru ces phénomènes. Plus d’information à vérifier, moins de moyens humains pour le faire, plus de façons de viraliser des informations. À l’heure du « tous connectés », cette combinaison peut être mortifère pour la crédibilité des médias et menace la démocratie.

Extrait du livre "Media for Good" de Guillaume Klossa, publié chez Débats Publics éditions.  

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
L'identité de Jack l’Eventreur dévoilée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires