En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 13 min 44 sec
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 18 heures 33 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 23 heures 28 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 46 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 18 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 21 heures 54 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 23 heures 12 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 23 heures 40 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Crise de l'UE

Alerte rouge pour l’Europe : quand l'administration Trump ET son ennemi George Soros voient l’UE comme une URSS en phase terminale

Publié le 13 février 2019
Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis entamait une tournée européenne ce 11 février, dans une attitude de défiance vis à vis des institutions européennes
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis entamait une tournée européenne ce 11 février, dans une attitude de défiance vis à vis des institutions européennes

Atlantico : En décembre dernier, à Bruxelles, Mike Pompeo demandait aux Etats européens de placer les intérêts de leurs populations avant celles des technocrates, tout en félicitant les pays qui réaffirmaient leur souveraineté. Dans le même temps, George Soros accuse les dirigeants bruxellois de ressembler de plus en plus au Poltiburo lors de l'effondrement de l'URSS. Face à de tels jugements extérieurs, provenant d'anciens "amis"  quel peut encore être le souffle européen pour survivre ?

 
Maxime Tandonnet : Les Etats-Unis, en particulier les administrations républicaines, n'ont jamais été très favorables à l'Union européenne, privilégiant les relations bilatérales d'Etat à Etat. Maintenant, les propos que vous citez sont symptomatique d'un phénomène qui est celui du bouc émissaire. Parler de Politburo de l'URSS est totalement excessif et déplacé. L'Europe, non pas en tant que l'Union européenne (UE), mais qu'entité géographique regroupant quelque 500 millions d'hommes et de femmes, réunis par une histoire et un patrimoine culturel commun connaît une crise grave à l'échelle des décennies. Son déclin démographique, technologique, scientifique est profond et durable. Elle vit dans la hantise de son passé – esclavagisme, colonialisme – source de la repentance. Elle se révèle totalement divisée, impuissante et démunie face à un événement comme la crise migratoire de 2015-2017. Elle se déchire entre une Allemagne puissante économiquement et les pays du Sud en pleine débâcle industrielle. Des forces impressionnantes de la division sont à l'oeuvre: Brexit, conflit franco-italien, montée des votes anti-système. Alors, dans ce contexte dramatique, de malaise extrême, l'UE, est la victime émissaire toute trouvée. Il est facile pour les Américains comme pour les Européens eux-mêmes, d'en faire la responsable de tous les maux. L'idéologie et les fantasmes s'emparent de la question européenne. Les pourfendeurs de L'UE et ses adorateurs – qui accusent les premiers de lèpre populiste – se livrent à une guerre idéologique totalement déconnectée des faits et du monde des réalités. La vérité, c'est que l'UE n'est en rien un colosse tout puissant qui imposerait sa loi d’airain aux Etats. Elle n'est pas la principale responsable de la tragédie européenne qui a des causes bien plus profondes de civilisation. Mais elle n'a pas non plus été capable de l'empêcher ni même de l'atténuer.
 

Quelle pourrait être la nature d'un sursaut européen, et quel pourrait être le vecteur politique d'une telle transformation ? 

Qu’est-ce que l’Europe avant tout ? Une réalité géographique, culturelle, historique, économique, un ensemble de nations unies par une solidarité extrêmement forte face aux menaces planétaires. Il faut réfléchir à une refondation de l’Europe sur des bases différentes. Il faut moins de bureaucratie, de normes, de directives et règlements, de jurisprudences, imposées depuis Bruxelles. Il faut au contraire, davantage de volonté politique commune, de mise en commun des forces, des moyens, des interventions conjointes par exemple pour combattre les passeurs criminels et esclavagistes qui sévissent au sud de la Méditerranée et accumulent des fortunes gigantesques au prix du sang et des larmes de millions de personnes. Il faut que l’Europe mette en commun ses forces économiques pour soutenir le développement économique et social des pays du Sud. Moins de bureaucratie, plus de politique et de volonté : voilà la clé de l’avenir. La question n’est pas « plus ou moins » d’Europe, mais de penser l’Europe autrement, dans une perspective dynamique et de bon sens. A l’origine du traité de Rome en 1957, il avait un sens très précis : « une union toujours plus étroite entre les peuples. » Il faudrait se poser la question : pourquoi l’Europe donne-t-elle le sentiment de s’éloigner tous les jours un peu plus de cet idéal européen? Et comment refonder une Europe sur des bases plus démocratiques et proches des préoccupations des Européens ? Mais est-on seulement capable d’ouvrir les yeux  à ce sujet ? Rien n’est moins évident tant les dogmes et les tabous ruinent toute tentative de réflexion. Et puis, il y a l’héritage gaullien de l’Europe, celui de la réconciliation franco-allemande et celui du plan Fouchet. Enterré en 1960, ce dernier voulait une Europe fondée, non sur des règles bureaucratiques, mais sur la volonté commune de gouvernements agissant collectivement, dans le cadre d’une politique unifiée. La question n’est évidemment pas de revenir sur de vieux débats qui remontent à plus d’un demi-siècle. Elle est plutôt de s’inspirer des messages des pères fondateurs de l’Europe, dans leur diversité, de Monnet à de Gaulle, pour tenter de définir une nouvelle voie et de réconcilier l’Europe avec elle-même.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 04/03/2019 - 11:00
L'histoire de l'Europe, c'est
L'histoire de l'Europe, c'est les "guerres" et des traités qui y metent fin temporairement. La violence armée de ce phénomène s'est atténuée avec l'écrasement de l'Allemagne par l'URSS et les USA en 1945, sans vraiment gommer les antagonismes séculaires. Ils subsistent pourtant de façon molle et lancinante, sous l'œil bienveillant de la Russie et de l'Amérique .
Ce n'est pas Bruxelles qui va gommer des antagonismes séculaires. On peut toujours en rêver, mais l'histoire est là. .L'idée européenne a bien du mal, même grâce à la finance qu'elle ne contrôle pas, à faire de ce magma humain de ces 500 millions d'habitants, une entité cohérente et bien organisée, animée d'une pensée et d'une âme commune.
L'Europe est et restera une construction neutralisante américano-russe.
Sidewinder
- 15/02/2019 - 00:13
Trop tard
Cette Europe a un déficit démocratique hallucinant. Tous les pays Européens sont des démocraties (à des degrés divers), mais la structure Européenne ne l'est pas. Qui a voté pour élire l'exécutif ? Le parlement monocaméral est dépourvu de pouvoirs puissants. Les décisions sont prises et appliquées par une bureaucratie réellement soviétique sans contrôle ni contrepouvoir.... On ne pourra plus changer cette Europe car il faut la revoir de fond en combles, et ce n’est pas demain la veille. Oui, cette Europe s'écroulera tôt ou tard car c'est un montage bancal.
Jardinier
- 13/02/2019 - 18:46
Un pays, c'est des régions qui marchent, le centre, et d'autres
Qui se désertifient, la périphérie. Avec plus ou moins de transfert pour compenser. Mais un pays c'est surtout une acceptation du centre de faire ces transferts, et une certaine acceptation de la périphérie de s'effacer face au centre, parce qu'on est du même pays. L’Europe est elle un pays, avec son centre allemand et ses périphéries françaises et d'Europe du sud ? les transferts, c'est nein. Et acceptons nous français de nous effacer devant l'avenir radieux de notre centre allemand ? Même si ce n'est pas éternel, pour preuve le renouveau de la façade ouest française au détriment des régions industrielles du nord et de l'est, et donc que les centres et les périphéries peuvent bouger, acceptons nous d'attendre des siècles peut être un renouveau français. L'euro est le problème. Avec l'euro, l'Europe se comporte comme un pays, parce qu'il n'y a pas de barrière protectrice des changes, et changer les rapports de force revient à un travail surhumain de changement de mentalité et de culture. Parce que c'est ça qui fait la force de l'Allemagne, et que ça ne vient pas du jour au lendemain. Et si cette force est contrôlable avec des changes flottants, elle ne l'est pas avec l'euro.