En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Fabrice COFFRINI / AFP
Crise de l'UE
Alerte rouge pour l’Europe : quand l'administration Trump ET son ennemi George Soros voient l’UE comme une URSS en phase terminale
Publié le 13 février 2019
Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis entamait une tournée européenne ce 11 février, dans une attitude de défiance vis à vis des institutions européennes
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis entamait une tournée européenne ce 11 février, dans une attitude de défiance vis à vis des institutions européennes

Atlantico : En décembre dernier, à Bruxelles, Mike Pompeo demandait aux Etats européens de placer les intérêts de leurs populations avant celles des technocrates, tout en félicitant les pays qui réaffirmaient leur souveraineté. Dans le même temps, George Soros accuse les dirigeants bruxellois de ressembler de plus en plus au Poltiburo lors de l'effondrement de l'URSS. Face à de tels jugements extérieurs, provenant d'anciens "amis"  quel peut encore être le souffle européen pour survivre ?

 
Maxime Tandonnet : Les Etats-Unis, en particulier les administrations républicaines, n'ont jamais été très favorables à l'Union européenne, privilégiant les relations bilatérales d'Etat à Etat. Maintenant, les propos que vous citez sont symptomatique d'un phénomène qui est celui du bouc émissaire. Parler de Politburo de l'URSS est totalement excessif et déplacé. L'Europe, non pas en tant que l'Union européenne (UE), mais qu'entité géographique regroupant quelque 500 millions d'hommes et de femmes, réunis par une histoire et un patrimoine culturel commun connaît une crise grave à l'échelle des décennies. Son déclin démographique, technologique, scientifique est profond et durable. Elle vit dans la hantise de son passé – esclavagisme, colonialisme – source de la repentance. Elle se révèle totalement divisée, impuissante et démunie face à un événement comme la crise migratoire de 2015-2017. Elle se déchire entre une Allemagne puissante économiquement et les pays du Sud en pleine débâcle industrielle. Des forces impressionnantes de la division sont à l'oeuvre: Brexit, conflit franco-italien, montée des votes anti-système. Alors, dans ce contexte dramatique, de malaise extrême, l'UE, est la victime émissaire toute trouvée. Il est facile pour les Américains comme pour les Européens eux-mêmes, d'en faire la responsable de tous les maux. L'idéologie et les fantasmes s'emparent de la question européenne. Les pourfendeurs de L'UE et ses adorateurs – qui accusent les premiers de lèpre populiste – se livrent à une guerre idéologique totalement déconnectée des faits et du monde des réalités. La vérité, c'est que l'UE n'est en rien un colosse tout puissant qui imposerait sa loi d’airain aux Etats. Elle n'est pas la principale responsable de la tragédie européenne qui a des causes bien plus profondes de civilisation. Mais elle n'a pas non plus été capable de l'empêcher ni même de l'atténuer.
 

Quelle pourrait être la nature d'un sursaut européen, et quel pourrait être le vecteur politique d'une telle transformation ? 

Qu’est-ce que l’Europe avant tout ? Une réalité géographique, culturelle, historique, économique, un ensemble de nations unies par une solidarité extrêmement forte face aux menaces planétaires. Il faut réfléchir à une refondation de l’Europe sur des bases différentes. Il faut moins de bureaucratie, de normes, de directives et règlements, de jurisprudences, imposées depuis Bruxelles. Il faut au contraire, davantage de volonté politique commune, de mise en commun des forces, des moyens, des interventions conjointes par exemple pour combattre les passeurs criminels et esclavagistes qui sévissent au sud de la Méditerranée et accumulent des fortunes gigantesques au prix du sang et des larmes de millions de personnes. Il faut que l’Europe mette en commun ses forces économiques pour soutenir le développement économique et social des pays du Sud. Moins de bureaucratie, plus de politique et de volonté : voilà la clé de l’avenir. La question n’est pas « plus ou moins » d’Europe, mais de penser l’Europe autrement, dans une perspective dynamique et de bon sens. A l’origine du traité de Rome en 1957, il avait un sens très précis : « une union toujours plus étroite entre les peuples. » Il faudrait se poser la question : pourquoi l’Europe donne-t-elle le sentiment de s’éloigner tous les jours un peu plus de cet idéal européen? Et comment refonder une Europe sur des bases plus démocratiques et proches des préoccupations des Européens ? Mais est-on seulement capable d’ouvrir les yeux  à ce sujet ? Rien n’est moins évident tant les dogmes et les tabous ruinent toute tentative de réflexion. Et puis, il y a l’héritage gaullien de l’Europe, celui de la réconciliation franco-allemande et celui du plan Fouchet. Enterré en 1960, ce dernier voulait une Europe fondée, non sur des règles bureaucratiques, mais sur la volonté commune de gouvernements agissant collectivement, dans le cadre d’une politique unifiée. La question n’est évidemment pas de revenir sur de vieux débats qui remontent à plus d’un demi-siècle. Elle est plutôt de s’inspirer des messages des pères fondateurs de l’Europe, dans leur diversité, de Monnet à de Gaulle, pour tenter de définir une nouvelle voie et de réconcilier l’Europe avec elle-même.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 04/03/2019 - 11:00
L'histoire de l'Europe, c'est
L'histoire de l'Europe, c'est les "guerres" et des traités qui y metent fin temporairement. La violence armée de ce phénomène s'est atténuée avec l'écrasement de l'Allemagne par l'URSS et les USA en 1945, sans vraiment gommer les antagonismes séculaires. Ils subsistent pourtant de façon molle et lancinante, sous l'œil bienveillant de la Russie et de l'Amérique .
Ce n'est pas Bruxelles qui va gommer des antagonismes séculaires. On peut toujours en rêver, mais l'histoire est là. .L'idée européenne a bien du mal, même grâce à la finance qu'elle ne contrôle pas, à faire de ce magma humain de ces 500 millions d'habitants, une entité cohérente et bien organisée, animée d'une pensée et d'une âme commune.
L'Europe est et restera une construction neutralisante américano-russe.
Sidewinder
- 15/02/2019 - 00:13
Trop tard
Cette Europe a un déficit démocratique hallucinant. Tous les pays Européens sont des démocraties (à des degrés divers), mais la structure Européenne ne l'est pas. Qui a voté pour élire l'exécutif ? Le parlement monocaméral est dépourvu de pouvoirs puissants. Les décisions sont prises et appliquées par une bureaucratie réellement soviétique sans contrôle ni contrepouvoir.... On ne pourra plus changer cette Europe car il faut la revoir de fond en combles, et ce n’est pas demain la veille. Oui, cette Europe s'écroulera tôt ou tard car c'est un montage bancal.
Jardinier
- 13/02/2019 - 18:46
Un pays, c'est des régions qui marchent, le centre, et d'autres
Qui se désertifient, la périphérie. Avec plus ou moins de transfert pour compenser. Mais un pays c'est surtout une acceptation du centre de faire ces transferts, et une certaine acceptation de la périphérie de s'effacer face au centre, parce qu'on est du même pays. L’Europe est elle un pays, avec son centre allemand et ses périphéries françaises et d'Europe du sud ? les transferts, c'est nein. Et acceptons nous français de nous effacer devant l'avenir radieux de notre centre allemand ? Même si ce n'est pas éternel, pour preuve le renouveau de la façade ouest française au détriment des régions industrielles du nord et de l'est, et donc que les centres et les périphéries peuvent bouger, acceptons nous d'attendre des siècles peut être un renouveau français. L'euro est le problème. Avec l'euro, l'Europe se comporte comme un pays, parce qu'il n'y a pas de barrière protectrice des changes, et changer les rapports de force revient à un travail surhumain de changement de mentalité et de culture. Parce que c'est ça qui fait la force de l'Allemagne, et que ça ne vient pas du jour au lendemain. Et si cette force est contrôlable avec des changes flottants, elle ne l'est pas avec l'euro.