En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Guerre civile froide

Bloc contre bloc : jusqu’où pourrait nous mener la logique de guerre civile froide dans laquelle la France s’enfonce ?

Publié le 12 février 2019
Dans un contexte de poursuite du mouvement des Gilets jaunes, la tension opposant les soutiens aux Gilets jaunes aux soutiens du gouvernement semble de plus en plus soutenue, révélant une forme d'incapacité d'entendre ou de comprendre les positions des uns et des autres.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un contexte de poursuite du mouvement des Gilets jaunes, la tension opposant les soutiens aux Gilets jaunes aux soutiens du gouvernement semble de plus en plus soutenue, révélant une forme d'incapacité d'entendre ou de comprendre les positions des uns et des autres.

Atlantico : Comment s'illustre et quelles sont les causes de ce qui ressemble de plus en plus à une "guerre civile froide" entre ces deux camps ? 

Vincent Tournier : Une crise est toujours un dialogue de sourds. C’est même à cela qu’on la reconnaît : les camps en présence ne sont plus d’accord sur les constats. Par exemple, quand on regarde la communication du gouvernement en 2018, on constate que celui-ci a lourdement insisté sur le fait qu’il prenait des mesures destinées à accroître le pouvoir d’achat. Or, pour beaucoup de gens, ces annonces ne correspondent à rien. D’où leur colère. Et lorsque le gouvernement reprend les mêmes arguments pour contrer les manifestants, il provoque encore plus d’agacement.

En fait, la question clef est de savoir si le mouvement des gilets jaunes a une base objective ou s’il est créé artificiellement par des activistes qui utilisent habilement les réseaux sociaux pour manipuler les gens. C’est un débat qui resurgit dans toute contestation sociale : d’un côté, le gouvernement explique que les problèmes sont largement exagérés ; de l’autre, les contestataires accusent le gouvernement d’être dans le déni.

Dans le cas des gilets jaunes, on ne peut exclure qu’il y ait des tentatives de manipulation ou de récupération par des activistes, mais est-ce suffisant pour tout expliquer ? Pourquoi le mouvement dure-t-il maintenant depuis la mi-novembre ? La virulence des propos, la radicalisation de certains protestataires dont beaucoup n’ont pas de passé militant, le sentiment aussi qu’on est face à un dialogue de sourds, tout ceci incite à penser que les clivages sont profonds et viennent de loin. En politique, il faut peut-être accepter de partir du principe que les gens peuvent avoir de bonnes raisons d’être en colère, que leur colère n’est pas le fruit d’une manipulation ou d’une mauvaise analyse : s’ils adhèrent à des idées contestataires, c’est tout simplement parce qu’il y a un terreau favorable. La première étape pour résoudre une crise, c’est donc de prendre les gens au sérieux, de partir de ce qu’ils ressentent, ce qui n’est pas l’attitude la plus courante de la part des gouvernements français.

Peut-on néanmoins faire la part des choses entre les uns et les autres ? Les contestataires ne sont-ils pas dans l’erreur lorsqu’ils refusent d’entendre les arguments rassurants du gouvernement ou de ceux qui s’opposent aux gilets jaunes ?

Deux attitudes sont possibles. La première consiste à s’enfermer dans ses certitudes et à prendre les gens de haut. C’est une réaction assez courante chez les élites. Dans les  universités, cela fait maintenant un demi-siècle qu’on apprend aux étudiants qu’il faut se méfier de ce que Bourdieu appelait le « sens commun ». Un intellectuel digne de ce nom est donc supposé partir du principe que les gens manquent de compétences, qu’ils sont incapables de juger avec pertinence de l’état de la société et de leur situation, qu’ils ont besoin d’un regard extérieur pour les éclairer. Le problème est que, si les élites étaient aussi clairvoyantes, on ne connaîtrait probablement pas toutes ces crises à répétition.

La seconde attitude est plus modeste. Elle consiste à prendre les gens aux sérieux, à admettre qu’ils ont une certaine conscience des enjeux et des réalités. S’ils disent qu’il y a un problème, c’est qu’ils ont peut-être raison. En particulier, les statistiques ne sont pas forcément fausses, mais on les a peut-être mal interprétées ou on n’a pas pris en compte tous les paramètres. Regardons le pouvoir d’achat, point névralgique de la crise des Gilets jaunes. On sait que les statistiques de l’INSEE intègrent mal certaines évolutions sociologiques, ce qui peut expliquer le décalage entre les chiffres officiels et le ressenti, comme pour la météo où il faut tenir compte des températures mesurées et des températures perçues. Plusieurs phénomènes sont mal pris en compte, comme la hausse des familles monoparentales (qui paupérisent les ménages à niveau de revenu égal), l’évolution de l’immobilier ou encore le poids des dépenses contraintes. Ces dernières ont fortement augmenté, par exemple pour le numérique : vivre sans Internet est désormais impossible, ne serait-ce que pour contacter les administrations. Il est donc indispensable d’acheter un équipement, de prendre un abonnement, d’acheter une imprimante et des cartouches d’encre, sans oublier les frais des réparateurs dès qu’il y a un problème ou un virus. De même, tous les membres de la famille doivent avoir un téléphone portable car, sans lui, il devient difficile d’avoir une vie sociale. Un autre paramètre majeur est la hausse de l’espérance de vie, dont la conséquence est de placer à la charge des actifs une population croissante de personnes âgées et dépendantes. Enfin, plus généralement, il faut tenir compte du fait la société moderne met à notre disposition tout un ensemble de produits et de services qui, non seulement sont plus attirants les uns que les autres (les voitures n’ont pas exemple jamais été aussi performantes et agréables à conduire), mais sont souvent indispensables pour réussir dans la vie. En effet, si vous voulez donner toutes ses chances à votre enfant, il va falloir lui offrir des activités culturelles, l’amener en voyage, etc. Dans la compétition sociale actuelle, les élites placent la barre de plus en plus haut, et beaucoup de gens ne sont pas en mesure de suivre, ce qui accroît leur désarroi et leur frustration car ils voient bien que, à niveau de ressources constant, les possibilités d’ascension sociale deviennent plus difficiles. Qui peut aujourd’hui se payer une école de commerce de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an ?

Existe-t-il des précédents à une situation d'une telle opposition entre les Français depuis 45 ? Cette incapacité d'échanger et d'écouter est-elle une nouveauté ? 

Par définition, tous les mouvements sociaux reposent sur un profond désaccord. Cependant, au moins depuis la fin de la Guerre froide et la disparition du communisme, les oppositions avaient tendance à rester dans un cadre relativement limité. En fait, votre question invite à s’interroger sur les spécificités du mouvement des gilets jaunes : s’agit-il simplement d’un mouvement social comme les autres, ou est-il totalement original parce qu’il exprime un clivage encore plus intense ?

En tout cas, si on parcourt l’histoire de ces dernières décennies, il n’est pas certain qu’on puisse trouver un précédent. Par exemple, le dernier mouvement anti-fiscaliste que l’on a connu était la crise poujadiste des années 1950, mais celle-ci était circonscrite au monde des artisans et commerçants, et ces derniers ont su obtenir des mesures pour faire face à la concurrence des grandes surfaces. De même, on ne peut guère comparer le mouvement des gilets jaunes avec les contestations catégorielles (enseignants, infirmières, cheminots), lesquelles touchaient d’ailleurs plutôt les professions sous statut, et on ne peut pas dire que les gilets jaunes s’opposent à un projet de réforme précis comme pour cela a pu être le cas avec la réforme de la sécu en 1995 ou lors des diverses réformes des retraites. Enfin, il est encore plus évident que ce mouvement n’a rien à voir avec les mobilisations post-modernes du type marches contre le racisme ou pour le climat.

En fait, on a véritablement affaire à quelque chose de nouveau. Il y a certes des revendications sociales assez classiques, mais il y a aussi des spécificités qui méritent d’être relevées, y compris dans les symboles comme l’importance des drapeaux tricolores, la présence de la Marseillaise, le fait de se qualifier de « Gaulois », mais aussi l’absence des banlieues et des minorités, ou encore les revendications sur la démocratie référendaire (et non sur la démocratie délibérative, qui est souhaitée, elle, par les cadres urbains). Il se peut donc que l’on soit dans l’acte I d’une contestation originale à l’ère de la globalisation.

L'écoute du gouvernement des aspirations des Français n'est-elle finalement pas la seule option ? 

Le pouvoir actuel est quand même très ambigu. D’un côté, le président de la République a lancé un grand débat national, ce qui peut être vu comme une manière de prendre acte de l’incompréhension entre les gouvernants et les citoyens ; mais de l’autre, il est aussi obsédé par la question de la désinformation, ce qui montre qu’il reste très attaché à la vision classique des élites selon laquelle la contestation est le fruit d’une manipulation ou d’un complot. En fait, chacun se renvoie à la figure l’accusation de complotisme, ce qui est bien le signe que la crise est très profonde, même si elle reste encore tempérée dans ses manifestations.

Suffira-t-il donc de s’écouter pour trouver une solution ? Quand il y a une crise, on a tendance à penser qu’il est toujours possible de trouver un compromis, qu’il suffit que chacun y mette du sien et écoute l’autre partie pour résoudre les problèmes. C’est une vision un peu naïve. Les crises sont généralement produites par des contradictions qui sont justement insurmontables, et qui ne peuvent être tranchées que par le rapport de force. C’est tout le problème aujourd’hui avec les gilets jaunes. Ceux-ci représentent les perdants de la mondialisation et de l’intégration européenne. Ils tentent de se faire entendre, mais ils n’ont guère de chance de l’emporter car ils n’ont aucun soutien puisqu’ils ont contre eux tout le gratin du pays : les médias, les élites, les artistes, etc.

Cela dit, l’histoire montre que les sorties de crise ne se font pas uniquement sur la répression. Les crises se règlent aussi par des réformes substantielles. Par exemple, les tensions de la fin des années 1960 ont débouché sur des réformes sociétales dans les années 1970 (le divorce, l’avortement, le droit de vote des jeunes, etc.). De même, les crises des années 1930 ont débouché sur la création de la sécurité sociale à la Libération.

Le gouvernement va certainement tenter, comme tous les gouvernements avant lui, de jouer sur les deux leviers qui sont à sa disposition : la carotte et le bâton. D’un côté, il va renforcer la répression (ce qu’il a déjà fait et qu’il va amplifier avec la loi anti-casseurs) et de l’autre, à l’issue du Grand débat, il va être amené à faire des concessions (ce qu’il a du reste commencé à faire au début du mouvement). La question est de savoir quel dosage il va effectuer entre ces deux leviers : va-t-il actionner plutôt l’un que l’autre, un peu les deux, beaucoup les deux ? Sa réponse va dépendre aussi de la situation sur le terrain : les gilets jaunes vont-ils se contenter de quelques concessions ? Vont-ils être sensibles à la répression ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 13/02/2019 - 07:32
Question de confiance.
On pourrait peut-être ramener la conclusion de Vincent Fournier à la question: faites-vous confiance à la caste installée au pouvoir pour étouffer sans trop de casse la crise révélée par les Gilets jaunes? Et vous, pensez-vous qu'on puisse leur faire confiance?
BienVu
- 12/02/2019 - 12:19
Quelques remarques
1- M. Tournier est prof à Sciences-Po Grenoble. Grenoble n'est pas Paris, mais Sciences-Po est l'école censée former l'élite de l'élite dans les domaines non-techniques. Donc, il « apprend à ses étudiants qu'il faut se méfier du sens commun ». Dont acte.
2- Qui ne sait aujourd'hui que « la hausse des familles monoparentales » ou « l'évolution (des prix) de l'immobilier » sont déterminants dans l'économie du pays ? Quand aux dépenses contraintes... mais certaines sont moins contraintes que d'autres.
3- M. Tournier néglige un facteur presque essentiel dans la vie moderne, la vitesse. On dispose d'une information immédiate et on voudrait des résultats immédiats. Or les exemples choisis montrent (des années 60 aux résultats des années 70) qu'il faut du temps pour réformer un pays. Et quand la crise est aussi profonde et aussi ancienne qu'aujourd'hui …
4- Comment les admirateurs de Mme Le Pen ne s'aperçoivent-ils pas de la médiocrité de leur leader ? Au moins le père avait le charisme nécessaire au leadership. De plus, depuis que les élections pour le Parlement européen existent, je n'ai jamais vu qu'elles aient influencé en quoi que ce soit la vie politique française.
Ganesha
- 12/02/2019 - 09:50
Solutions
Ce qui mettra fin au mouvement des Gilets Jaunes, ce sera le début de la campagne pour les Européennes !
Et, bien entendu, le programme des candidats !

Vis à vis des retraités aisés d'Atlantico, pour Marine Le Pen, la priorité sera de vous rassurer sur la protection de votre patrimoine : de toutes façons, l'évolution de la situation économique rendra indispensable, dans les prochains mois, un important changement du système, mais le retour pur et simple au Franc, et à ses dévaluations, est exclu.

En tout cas, si vous voulez contraindre Macron à dissoudre l'Assemblée Nationale, ne votez surtout pas pour la liste Wauquiez-Bellamy !

François Fillon n'a mis qu'un quart d'heure après le premier tour de la présidentielle, pour jeter à la poubelle son programme absurde et criminel, et se mettre joyeusement ''En Marche'' !