En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 16 min 26 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 45 min 51 sec
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 1 heure 45 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 2 heures 42 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 18 heures 58 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 22 heures 49 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 24 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 jour 56 min
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 33 min 39 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 31 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 2 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 4 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 49 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 1 jour 1 heure
© RYAD KRAMDI / AFP
© RYAD KRAMDI / AFP
Pauvres pays riches en pétrole

L’Algérie est-elle menacée par un destin à la vénézuélienne ?

Publié le 08 février 2019
L'économiste et expert financier Omar Berkouk dans une interview donnée au magazine Jeune Afrique explique que même si "le pire n’est jamais certain" l'Algérie "s'achemine vers la pente du Venezuela" du fait de l'assèchement des réserves de change du pays. Une situation qui ne peut pas être sans conséquences sur les plans économique et politique.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économiste et expert financier Omar Berkouk dans une interview donnée au magazine Jeune Afrique explique que même si "le pire n’est jamais certain" l'Algérie "s'achemine vers la pente du Venezuela" du fait de l'assèchement des réserves de change du pays. Une situation qui ne peut pas être sans conséquences sur les plans économique et politique.

Atlantico : Dans un contexte politique marqué par l'élection présidentielle du 18 avril prochain, l'Algérie fait face à la dégradation de sa situation économique, sur fond d'érosion de ses réserves de changes, passées de 194 milliards de $ en 2014 à une estimation de 62 milliards pour cette années 2019, de baisse de la croissance (estimation de 2,3% pour cette année 2019 selon la Banque mondiale). Au regard de la très forte dépendance du pays aux hydrocarbures (95% des exportations et 60% des recettes publiques), quels sont les risques de voir l'Algérie entrer dans un cycle "vénézuélien" ?

Stephan Silvestre : Comme le Venezuela, l’Algérie voit sa production pétrolière dangereusement baisser : elle est passée de 1,4 million de barils par jour (Mbbl/j) en 2008 à 1,0 Mbbl/j en 2018, dont seulement 0,4 Mbbl/j destinés à l’exportation en raison de la hausse continue de la consommation intérieure. Il en résulte un effondrement de la balance commerciale algérienne, passée d’un excédent de 20 Md$ en 2011 à un déficit de 37 Md$ en 2018 (voir le graphique), et donc des ressources budgétaires du pays. En outre, si la croissance du PIB reste honorable (+2,3% attendus en 2019), celle du PIB par habitant est préoccupante : à peine +1,0%/an en moyenne sur les dix dernières années, contre +2,5%/an pour le Maroc, par exemple. Autre point commun avec le Venezuela, une large partie de la rente énergétique alimente l’aide sociale publique, rendant cette dernière non pérenne. De fait, le gouvernement est contraint de puiser dans les réserves de change du pays, qui fondent comme neige au soleil. Cette érosion des réserves de change va entraîner, à terme, la perte de confiance des bailleurs du pays, qui va avoir de plus en plus difficilement accès au crédit. Quant au dinar, il a déjà perdu 1/3 de sa valeur contre le dollar depuis 2014.

L’Algérie, comme le Venezuela, est victime de la fameuse maladie hollandaise (Dutch disease), ou malédiction des matières premières. L’abondance de la rente d’une ressource minière entraîne plusieurs effets pervers : primo, cette rente induit une léthargie économique délétère : le pays néglige d’investir dans d’autres secteurs économiques nécessaires au développement, comme l’artisanat, l’industrie ou les services, mais aussi dans son système éducatif et sa recherche ; secundo, les pouvoirs publics captent cette rente pour la redistribuer au peuple sous forme d’aides sociales diverses, après l’incontournable nationalisation des compagnies étrangères ; mais ces aides deviennent alors assujetties à des facteurs extérieurs que sont les prix des matières premières et les taux de change ; tertio, une -bonne- partie de la rente est captée par une nomenklatura népotique qui contrôle à la fois les entreprises exploitantes et le pouvoir politique : il en résulte d’inévitables conflits d’intérêt et une gouvernance médiocre qui conduit au naufrage de ces entreprises. Pour tenter d’enrayer cette tendance, le ministre de l’Énergie a annoncé un vaste plan d’investissement dans l’exploration pétrolière de 78 Md$ d’ici 2021. Mais pour se sortir de cette situation, l’Algérie doit surtout développer massivement d’autres secteurs économiques, en ciblant en particulier ceux qui exportent.


Quels sont les risques de voir le pays être contraint de réduire ses dépenses publiques - avec les risques d'instabilité inhérents à une telle stratégie ? Les anticipations relatives aux prix du pétrole laissent-elles entrevoir une amélioration ou une détérioration de la situation ?

Dans un premier temps, l’Algérie a la possibilité de recourir aux privatisations pour éviter autant que possible les coupes dans les aides sociales. Mais cela ne lui donnera qu’un faible répit, pas plus de deux ou trois ans. Pour sauvegarder son budget, le gouvernement mise sur un baril compris entre 70 et 80$. Cet objectif est relativement réaliste, mais le pétrole peut connaître des périodes bien en dessous, comme on le voit en ce moment avec un Brent sous les 65$ depuis novembre dernier. Il reste comme atout à l’Algérie son gaz naturel, qu’elle vend assez bien, surtout en Europe (90% de ses exportations). Mais, là aussi, la production est inférieure au potentiel du pays en raison de la faiblesse des investissements, notamment dans les infrastructures LNG. De plus, l’Algérie s’inquiète de la mise en place de taxes carbone en Europe et notamment en France. Pour s’en sortir, elle va devoir prendre des parts du marché asiatique en plein essor. Mais à court terme, l’année 2019 est bien partie pour connaître une nouvelle dégradation économique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 08/02/2019 - 12:56
ânesha s'est payé un
cerveau lent et se croit au-dessus de tout.
Ganesha
- 08/02/2019 - 11:47
Un cerveau ratatiné, c'est irréparable !
Un article qui explique les problèmes que vit l'Algérie (ou de l'Arabie Saoudite) devrait, vu le niveau intellectuel des abonnés de ce site, commencer par un graphique montrant les cours du pétrole et du gaz, sur une période d'une ou plusieurs décennies.

Il y aurait alors un faible espoir pour que diminue le nombre des ''papys-Atlantico'' qui viennent écrire une de leurs conneries les plus traditionnelles : ''L'échec du Venezuela est exemplaire du Socialo-Communisme'' !

Mais, il ne faut pas se faire trop d'illusions : un cerveau ratatiné, c'est irréparable !
assougoudrel
- 08/02/2019 - 08:21
"Ce n'est pas grave"
La France est une terre d'asile et aura droit à un tsunami. Comme si on a besoin de ça. La Sénorita va certainement faire une attaque.