En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 5 heures 6 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 2 heures 6 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 10 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 9 min
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Journalisme

Pourquoi les licenciements outre-atlantique chez Vice, BuzzFeed ou le Huffington Post nous prouvent que les réseaux sociaux et la concurrence sont en train de tuer le journalisme en ligne

Publié le 06 février 2019
Ces dernières semaines, de très grands médias web internationaux ont annoncé d'importantes réductions d'effectif : Huffington Post, Yahoo, Buzzfeed, Vice. Si la baisse des effectifs des médias est une tendance importante depuis quelques années, celle qui concerne ces médias en ligne semble être le fruit d'une seule et même tendance : la perte des revenus publicitaires, ces derniers étant captés par les réseaux sociaux.
Alexandre Joux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Joux est directeur de l’Ecole de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces dernières semaines, de très grands médias web internationaux ont annoncé d'importantes réductions d'effectif : Huffington Post, Yahoo, Buzzfeed, Vice. Si la baisse des effectifs des médias est une tendance importante depuis quelques années, celle qui concerne ces médias en ligne semble être le fruit d'une seule et même tendance : la perte des revenus publicitaires, ces derniers étant captés par les réseaux sociaux.

Atlantico : N'est-ce pas un retour de bâton compréhensible, ces médias se fondant principalement sur une importante utilisation des réseaux sociaux ? 

Alexandre Joux : Il y a deux choses. La première c'est que les médias américains historiquement, papiers comme numériques, se sont bien plus financés par la publicité que la presse française. Leurs revenus publicitaires dépassent même ceux des ventes et des abonnements des lecteurs, ce qui fait que la presse outre-Atlantique est beaucoup plus impactée. Elle doit repenser complètement ses modèles d'affaires. Le New York Time par exemple est en train de gagner plus d'argent avec ses abonnements qu'avec ses recettes publicitaires, mais beaucoup de médias américains dépendent encore en majorité de la publicité, en ligne notamment. Un autre exemple, Buzzfeed dépend quasi-exclusivement des réseaux sociaux, qui constituent les trois quarts de son audience. Pour ces médias la situation est compliquée, car les plateformes internet captent de plus en plus la ressource publicitaire par les Smartphones. Depuis les années 2010 et l'explosion de l'internet sur mobile, il y a eu une rupture complète dans les modalités de commercialisation publicitaire. Avant les bannières étaient vendues à l'affichage, l'audience touchée dépendait du contexte. Par exemple sur le Washington Post la bannière visait un public assez aisé, et était donc assez cher par rapport à celles afichées sur des sites de divertissements ou de services. Mais la publicité programmatique change la donne, c’est-à-dire que l'on détache la bannière en fonction de la ligne éditoriale pour la personnaliser en fonction de l'internaute. Les algorithmes qui gèrent cela prennent leurs informations sur les réseaux sociaux essentiellement, informations qui appartiennent à Facebook, Twitter, et consorts. Ces derniers, bien évidemment, facturent ces données.

La deuxième, vu que les entreprises publicitaires arrivent à afficher des pubs pertinentes, face à chaque utilisateur et indépendamment du contexte éditorial, internet est devenu un gigantesque espace de publicité potentiel. L'offre a dépassé la demande de manière herculéenne.

Une solution de redistribution serai-t-elle viable ?

Régulièrement Facebook signe des accords avec des médias, souvent c'est dans le cas du lancement de nouvelles fonctionnalités sur le réseau social. L'entreprise va rémunérer des médias pour produire une information adaptée à son modèle, et fournir un flux d'informations. Mais cela est ponctuel et dure juste le temps du lancement, après le partenariat cesse, c'est uniquement provisoire. A plus long terme il y a une nécessitée pour Facebook et Google de trouver des accords avec des médias de référence pour combler le besoin d'informations "sérieuses" de leurs utilisateurs. Il n'y aura pas de concurrence pure entre les réseaux sociaux et les médias traditionnels, car les deux ont besoin l'un de l'autre. Une avancée notable serait, comme en Europe, que les réseaux payent les journaux quand ils reprennent leurs contenus.        

Alors que la question des fake news fait chaque jour l'actualité, est-ce la fin définitive de toute idée d'un marché libre et opérationnel pour les médias dans l'espace numérique ?

Le marché dans l'espace numérique est plus libre qu'il ne l'a jamais été ! Il y a ce paradoxe entre liberté d'expression et libre concurrence, l'idée de départ étant de s'opposer à l'intervention de l'Etat. Le marché était une alternative à la censure étatique, mais le contexte a changé, le marché est confronté aux "Fakes News" il faut donc un retour de l'Etat, ou au moins une responsabilisation des acteurs du milieu. S'il n'y a pas un encadrement plus "musclé" de la part des plateformes, on risque de voir les états multiplier les lois pour encadrer l'information sur internet, et donc forcément une limitation du marché numérique libre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires