En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 40 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 27 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 41 min
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Journalisme

Pourquoi les licenciements outre-atlantique chez Vice, BuzzFeed ou le Huffington Post nous prouvent que les réseaux sociaux et la concurrence sont en train de tuer le journalisme en ligne

Publié le 06 février 2019
Ces dernières semaines, de très grands médias web internationaux ont annoncé d'importantes réductions d'effectif : Huffington Post, Yahoo, Buzzfeed, Vice. Si la baisse des effectifs des médias est une tendance importante depuis quelques années, celle qui concerne ces médias en ligne semble être le fruit d'une seule et même tendance : la perte des revenus publicitaires, ces derniers étant captés par les réseaux sociaux.
Alexandre Joux est directeur de l’Ecole de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Joux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Joux est directeur de l’Ecole de Journalisme et de Communication d'Aix-Marseille
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces dernières semaines, de très grands médias web internationaux ont annoncé d'importantes réductions d'effectif : Huffington Post, Yahoo, Buzzfeed, Vice. Si la baisse des effectifs des médias est une tendance importante depuis quelques années, celle qui concerne ces médias en ligne semble être le fruit d'une seule et même tendance : la perte des revenus publicitaires, ces derniers étant captés par les réseaux sociaux.

Atlantico : N'est-ce pas un retour de bâton compréhensible, ces médias se fondant principalement sur une importante utilisation des réseaux sociaux ? 

Alexandre Joux : Il y a deux choses. La première c'est que les médias américains historiquement, papiers comme numériques, se sont bien plus financés par la publicité que la presse française. Leurs revenus publicitaires dépassent même ceux des ventes et des abonnements des lecteurs, ce qui fait que la presse outre-Atlantique est beaucoup plus impactée. Elle doit repenser complètement ses modèles d'affaires. Le New York Time par exemple est en train de gagner plus d'argent avec ses abonnements qu'avec ses recettes publicitaires, mais beaucoup de médias américains dépendent encore en majorité de la publicité, en ligne notamment. Un autre exemple, Buzzfeed dépend quasi-exclusivement des réseaux sociaux, qui constituent les trois quarts de son audience. Pour ces médias la situation est compliquée, car les plateformes internet captent de plus en plus la ressource publicitaire par les Smartphones. Depuis les années 2010 et l'explosion de l'internet sur mobile, il y a eu une rupture complète dans les modalités de commercialisation publicitaire. Avant les bannières étaient vendues à l'affichage, l'audience touchée dépendait du contexte. Par exemple sur le Washington Post la bannière visait un public assez aisé, et était donc assez cher par rapport à celles afichées sur des sites de divertissements ou de services. Mais la publicité programmatique change la donne, c’est-à-dire que l'on détache la bannière en fonction de la ligne éditoriale pour la personnaliser en fonction de l'internaute. Les algorithmes qui gèrent cela prennent leurs informations sur les réseaux sociaux essentiellement, informations qui appartiennent à Facebook, Twitter, et consorts. Ces derniers, bien évidemment, facturent ces données.

La deuxième, vu que les entreprises publicitaires arrivent à afficher des pubs pertinentes, face à chaque utilisateur et indépendamment du contexte éditorial, internet est devenu un gigantesque espace de publicité potentiel. L'offre a dépassé la demande de manière herculéenne.

Une solution de redistribution serai-t-elle viable ?

Régulièrement Facebook signe des accords avec des médias, souvent c'est dans le cas du lancement de nouvelles fonctionnalités sur le réseau social. L'entreprise va rémunérer des médias pour produire une information adaptée à son modèle, et fournir un flux d'informations. Mais cela est ponctuel et dure juste le temps du lancement, après le partenariat cesse, c'est uniquement provisoire. A plus long terme il y a une nécessitée pour Facebook et Google de trouver des accords avec des médias de référence pour combler le besoin d'informations "sérieuses" de leurs utilisateurs. Il n'y aura pas de concurrence pure entre les réseaux sociaux et les médias traditionnels, car les deux ont besoin l'un de l'autre. Une avancée notable serait, comme en Europe, que les réseaux payent les journaux quand ils reprennent leurs contenus.        

Alors que la question des fake news fait chaque jour l'actualité, est-ce la fin définitive de toute idée d'un marché libre et opérationnel pour les médias dans l'espace numérique ?

Le marché dans l'espace numérique est plus libre qu'il ne l'a jamais été ! Il y a ce paradoxe entre liberté d'expression et libre concurrence, l'idée de départ étant de s'opposer à l'intervention de l'Etat. Le marché était une alternative à la censure étatique, mais le contexte a changé, le marché est confronté aux "Fakes News" il faut donc un retour de l'Etat, ou au moins une responsabilisation des acteurs du milieu. S'il n'y a pas un encadrement plus "musclé" de la part des plateformes, on risque de voir les états multiplier les lois pour encadrer l'information sur internet, et donc forcément une limitation du marché numérique libre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires