En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 24 min 11 sec
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 12 heures 46 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 15 heures 28 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 18 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 22 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 34 min 56 sec
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 15 heures 8 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 16 heures 13 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 18 heures 45 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 19 heures 7 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 20 heures 18 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 22 heures 55 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Atlantico business

Le succès de la prime d’activité ouvre la voie à un revenu universel de base

Publié le 06 février 2019
Les partenaires sociaux, qui trouvent désormais à la prime d’activité toutes les vertus, vont ouvrir la voie au revenu universel, dont on avait beaucoup parlé pendant la campagne présidentielle.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les partenaires sociaux, qui trouvent désormais à la prime d’activité toutes les vertus, vont ouvrir la voie au revenu universel, dont on avait beaucoup parlé pendant la campagne présidentielle.

La prime d’activité, revue et corrigée par Emmanuel Macron en réponse à la revendication des Gilets jaunes, se révèle être un véritable succès. Normalement, plus de 3,5 millions de foyers bénéficient depuis hier, mardi, de cette prime d’activité augmentée, soit 700 000 de plus qu’avant le début de la colère, une prime qui a grossi de façon importante (jusqu’à 100 euros).

Juridiquement, près de 5 millions de foyers sont désormais éligibles, contre 3,8 millions avant le mouvement des Gilets jaunes, soit 1,2 million de foyers supplémentaires. Mais comme ce versement n’est pas automatique, les bénéficiaires doivent en faire la demande aux guichets des caisses d’assurances familiale, les CAF.

Le gouvernement prévoyait pour janvier 400.000 foyers bénéficiaires en plus. On s’aperçoit qu’ils seront beaucoup plus nombreux. Alors, il y a tous ceux qui ne faisaient pas la demande parce qu’ils en ignoraient la procédure, mais il y a aussi les nouveaux bénéficiaires, puisque cette prime concerne l’ensemble des actifs, les salariés mais aussi les agriculteurs, fonctionnaires et indépendants.

Soit 5 millions de foyers éligibles (7,6 millions de personnes en comptant conjoints et enfants) peuvent au total prétendre à la prime. Alors, le gouvernement a beaucoup simplifié les procédures et les a accélérées, mais il faudra sans doute plusieurs mois pour que l’ensemble des bénéficiaires se présentent à la CAF.

La prime d’activité est donc dès aujourd'hui un véritable succès. La plupart des critiques se sont tues. Que ce soit parmi les gilets jaunes, les syndicats ou les chefs d’entreprises.

Il faut dire que, depuis qu‘elle existe, les économistes considèrent que c’est une mesure d’intervention qui a peu d’effets pervers. D’ailleurs, elle a été adoubée et améliorée par tous les gouvernements, qu’ils soient de gauche ou de droite.

Elle existe depuis 2016, année où on avait fusionné le RSA et la prime pour l'emploi. La révolte des gilets jaunes a conduit le gouvernement à encore l’améliorer, en l’augmentant de près de 100 euros par mois.

Cette augmentation correspond à une accélération du calendrier de la revalorisation, qui était initialement étalée jusqu’en 2022, à laquelle on a ajouté la revalorisation du Smic. Les conditions d’obtention sont très simples. Pour la toucher, il faut un emploi ou une activité, même partielle, mais à condition que le revenu mensuel génère au moins la moitié d’un smic, soit 600 euros par mois jusqu’à un plafond de 1,5 fois le smic pour une personne seule sans enfant. Les étudiants et les stagiaires, qui ont reçus 78% du Smic sur trois mois (environ 930 euros), sont également éligibles.

Cette augmentation et la communication faites autour de cette prime par le gouvernement expliquent que les Caf reçoivent désormais 30 000 demandes nouvelles par jour.

Pour la macro économie, la prime d’activité va représenter aux alentours de 4 milliards, soit une grande part du montant de la relance consentie par Emmanuel Macron en décembre dernier, qui devrait représenter 13 milliards d‘euros en année pleine.

Mais pour la micro-économie, cette prime d’activité n’a pas d’effets pervers. Elle bénéfice aux bas revenus, on peut donc imaginer qu’elle ira dans la consommation.

Par ailleurs, la prime va à ceux qui ont un travail, c’est donc un encouragement au travail. Quant aux entreprises, elles n’en payent pas le surcoût, contrairement à ce qui se serait passé si on avait augmenté le smic. Si on avait augmenté le smic, on piégeait la compétitivité des entreprises, on provoquait une distorsion de la grille des salaires. Bref, on prenait un risque avec l’emploi. Une partie des Gilets jaunes et de la France Insoumise qui réclamaient plutôt une augmentation de salaires, ont peut être compris que l’augmentation de salaires se retrouvait directement dans le prix de revient du produit ou du service, donc que c’est le client final qui la payait. Du coup, l’entreprise se retrouvait confrontée à la concurrence de marché. Le gilet jaune est assez prompt à réclamer une augmentation de salaire et il a raison. Dans le même temps, il va réclamer des baisses de prix à la consommation. Ces deux revendications constituent une mécanique redoutable pour tuer l’entreprise et fabriquer du chômage.

La prime d’activité est neutre. Et comme son mécanisme a été très simplifié, elle est assez compréhensible. Ni les Gilets jaunes, ni les partenaires sociaux ne peuvent sérieusement l’attaquer.  

Ce qui est intéressant, c’est que cette mécanique de redistribution ouvre la voie à la création d’un revenu universel (de base). Un outil auquel beaucoup de candidats à la présidentielle avaient songé. Le parti socialiste en avait fait son cheval de bataille, mais Emmanuel Macron d’un coté et François Fillon de l’autre, avaient eux aussi retenu le principe.

La principale différence avec le revenu universel, c’est que dans l‘esprit des concepteurs, le revenu universel de base remplacerait dans le même temps toutes les autres prestations et allocations qui sont versées, ce qui complique singulièrement la distribution et le calcul mais qui permet d'amortir le cout budgétaire en transférant une grande partie du financement des dépenses sociales au paiement du revenu universel de base.

Ajoutons qu’en période de sous-emploi avec un chômage structurel important et affectant principalement les emplois non-qualifiés, la prime d’activité a un énorme avantage, elle incite à l’emploi et à l'embauche en conditionnant son versement à l’exercice effectif d’emploi.  Or, les emplois non qualifiés (et par définition faiblement payés) sont nombreux à ne pas être pourvus. S’ils sont primés, le chef d’entreprise embauche et les salariés au chômage peuvent avoir intérêt à les accepter.

Le seul inconvénient de la prime d’activité, c’est qu’elle peut dissuader le chef d‘entreprise d’augmenter ses salaires. Mais comme les bas salaires sont calés sur le smic, et que le smic est réglementé, le chef d’entreprise ne bougera pas. Son projet va être de satisfaire des emplois très peu qualifiés et la prime peut lui permettre de maintenir des emplois plutôt que d’imaginer une sous- traitance dans un pays émergent ou alors un investissement pour automatiser le process. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 06/02/2019 - 17:22
Le probleme c'est la progressivité des revenus ,
A force d'aider les bas revenus, ceux qui sont un peu au dessus, et dans les entreprises de main d’œuvre, il faut en faire beaucoup pour être un peu au dessus, se retrouve smicardisés. Le revenu universel de base serait la solution, à la condition que TOUT le monde le touche (quitte à ce qu'il soit imposé), sinon ce qui part, ce n'est plus l'incitation à trouver un travail, mais l'incitation à s'investir dans son travail, à progresser dans son travail. Et pour que tout le monde le touche, il faut obligatoirement mettre au pot toutes les actuelles dépenses sociales (hors santé).
jurgio
- 06/02/2019 - 14:11
Un revenu universel est impossible en France
Que feraient alors nos politicards qui ont le loisir de donner aux catégories qu'ils veulent et de reprendre aux autres ? De moduler les aides de façon à calmer la populace à certains moments et pas à d'autres ? ? Et ainsi de suite...
J'accuse
- 06/02/2019 - 10:46
Tours de passe-passe
On donne de l'argent et on s'étonne du succès ! Qui va se plaindre de recevoir de l'argent ?
Sauf que cet argent avait été préalablement volé par des taxes: le besoin de ces primes souligne d'abord une fiscalité excessive et injuste, partiellement compensée par des reversements.
Toutes ces allées et venues d'argent entre contribuables, fisc et bénéficiaires, ont "l'intérêt" de permettre de justifier un grand nombre de fonctionnaires pour gérer tout ça.
Nos "élites" (qui ne méritent pas ce nom) préfèrent rendre la fiscalité encore plus complexe, obscure, avec un inutile prélèvement à la source (une mensualisation généralisée suffisait) plutôt qu'engager une vraie et nécessaire réforme profonde.
Nos gouvernants (élus, ministres, hauts fonctionnaires) ne cherchent pas la meilleure gestion possible de l'argent public, et la plus équitable, mais à la rendre toujours plus impénétrable et idéologique; ils adorent jouer au bonneteau avec notre argent: où qu'est-y, où qu'est-y ? Dans leur poche, bien sûr.