En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
info atlantico
© LUDOVIC MARIN / AFP
Discussion aux sommets
Référendum: conversation (évidemment imaginaire) entre Macron et moi
Publié le 05 février 2019
Tout avait gentiment commencé. Et ça a tristement fini.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout avait gentiment commencé. Et ça a tristement fini.

Tout avait gentiment commencé.  Et ça a tristement fini.

"Bonjour, je suis Emmanuel Macron".  Étonné, flatté, bouleversé, j'ai répondu en bégayant d'émotion: "Bonjour Monsieur le Président".  Il a été aimable et d'une exquise courtoisie: chez les jésuites, il avait appris l'art du savoir-vivre et Brigitte Trogneux, qui fut son professeur, a donné une touche finale à son éducation.

"Que pensez-vous de mon idée de référendum?". "Le plus grand bien, Monsieur le Président, mais ça dépend de la question qui sera posée".  Macron: "J'en ai une à propos de laquelle je voudrais avoir votre avis".  

"Bien sûr, Monsieur le Président". "J'envisage de demander aux français si, oui ou non, ils sont prêts à voter pour une vie plus heureuse". Moi: "Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur le Président, permettez-moi de vous dire que vous avez peut-être des raisons de penser que les gens sont con, mais que vous avez tort de les prendre pour plus con qu'ils ne sont".

Macron: "Là vous êtes à la limite de l'insolence. Mais comme je suis dans un bon jour, continuons". Moi: "Merci beaucoup, Monsieur le Président".  Lui: "J'envisage donc une question plus riche et plus complexe: voulez-vous, oui ou non, que les salaires augmentent, que les impôts baissent et que les prix des biens de première nécessité soient divisés par dix?".

Moi: "Vous les prenez toujours pour des cons. Mais moi j'ai une suggestion à vous faire. Pourquoi ne programmeriez-vous pas un référendum pour demander à tous ces cons s'ils sont favorables ou non au RIC (référendum d'initiative citoyenne)?".

La voix de mon interlocuteur devint froide, glaciale. "Le seul référendum que j'envisage c'est le RIP (référendum d'initiative présidentielle). Quant à vous, sachez que vous m'avez fait perdre quelques précieuses minutes de mon temps".

Il raccrocha sans me dire au revoir. Je sais qu'il ne me rappellera plus jamais, ce qui me laissera triste pour toujours. J'ai eu quand même avec lui quelques instants de bonheur. Merci pour ce moment, Monsieur le Président.*

*librement emprunté à François Hollande

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 07/02/2019 - 02:34
Bien vu.
Macron tout craché : il veut l'avis des autres ...à condition que ce soit le sien. Le ton est blagueur, of course, mais la réalité est inquiétante : ce type est un dictateur et nous risquons de nous en apercevoir de plus en plus.
Anouman
- 05/02/2019 - 21:20
Référendum
Mon cher Benoît vous auriez du vous douter que le président savait que les gens sont cons. D'abord parce qu'il a été élu, et ensuite parce qu'ils le sont, car depuis le temps qu'ils votent contre leurs intérêts et continuent à le faire la seule autre solution possible serait le masochisme. S'il vient vous trouver demandez lui un gros chèque et dites lui ce qu'il veut entendre. Il sera heureux et vous n'aurez pas perdu votre temps.
Ullman
- 05/02/2019 - 18:11
Errare humanom est
Mais non, Benoît ! Emprunté à Valérie…
Si le « 80 » vous intéresse, https://www.facebook.com/pg/yvon.monet.photo/photos/?tab=album&album_id=2475640255844071
Surtout, continuez !