En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 3 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 14 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 24 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 54 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 50 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Et pendant ce temps là au pied des HLM

Emmanuel Macron porte le Grand Débat dans la France des grandes villes et des quartiers… mais au fait, où en est-elle depuis la crise des Gilets jaunes ?

Publié le 04 février 2019
Dans le contexte de la crise des Gilets jaunes et le cadre du Grand débat national, Emmanuel Macron se rend à Evry-Courcouronnes.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le contexte de la crise des Gilets jaunes et le cadre du Grand débat national, Emmanuel Macron se rend à Evry-Courcouronnes.

Atlantico: Il va y rencontrer une France qui semblait avoir disparue de l'agenda politique depuis quelques semaines, celle des zones périurbaines et des banlieues. Il serait tentant d'opposer cette France des cités, des "quartiers", de la banlieue à la France périphérique. Existe-t-il un lien entre la France des Gilets jaunes et celle des périphéries urbaines ?

Bruno Cautrès: La plupart des analyses réalisées par les géographes ou les spécialistes de géographie électorale montrent que la répartition du mouvement a reflété, en tout cas à ses débuts, une série d’oppositions et de clivages territoriaux profonds. Dès le début, Hervé le Bras avançait que la carte de la mobilisation correspondait aux zones de France les moins peuplées, la « diagonale du vide », s’étendant des Ardennes aux Hautes-Pyrénées. Il indiquait d’ailleurs que cette répartition géographique couvrait deux types de territoires ; le rural délaissé et le péri-urbain, des anciens départements ruraux à une cinquantaine de kilomètres de Paris. Le trait d’union entre des territoires isolés et de territoires peri-urbains était la question des déplacements domicile-travail. Plus récemment, Jérôme Fourquet et Sylvain Manternach ont analysé eux-aussi la mobilisation de départ (17 novembre) et parviennent au même constat : c’est le rapport qu’entretiennent les territoires avec la voiture qui été la clef de voute de la mobilisation de départ et notamment pour la grande périphérie des principales métropoles. On peut citer la Seine-et-Marne mais aussi le Nord de l’Isère ou le sud de l’Ain comme des exemples de ces territoires. Ils citent également les grands axes de circulation que sont la vallée du Rhône ou de la Garonne, de la Seine ou la Loire. Enfin, ils notent aussi, comme Hervé Le Bras, les zones rurales « excentrées » avec des actions dans des villages et de petites villes peu habitués aux mobilisations politiques ou syndicales. On voit donc que les périphéries urbaines constituent bien un des foyers du mouvement même s’il faut prendre soin de définir ce que l’on entend par « périphérie urbaine » : l’étalement urbain, c’est-à-dire la densification d’espaces situés autour du cœur de la ville ou de la métropole.

Serait-il dès lors possible de jouer la carte "France périurbaine" contre "France périphérique" ?

Je ne suis pas sûr que cette opposition soit pertinente ici. Le concept de « France périphérique », particulièrement popularisé par les travaux de Christophe Guilluy est basé sur une opposition un peu binaire entre une France des métropoles (où se concentrent les richesses et les emplois qualifiés) et une France frappée par la désertification des emplois: petites et moyennes villes et zones rurales, la « France périphérique » vers laquelle seraient reléguées les classes moyennes en déclin social et les milieux populaires. L’opposition recouvre en partie le conflit entre « gagnants » et « perdants » de la mondialisation. Les géographes ne sont pas tous d’accord avec cette approche et font également remarquer que les emplois peu qualifiés, la précarité et les inégalités sociales sont aussi présentes dans les métropoles et parfois même dans leurs centres. On peut plutôt voir dans le mouvement des gilets jaunes une explosion liée aux inégalités sociales et à la double question pouvoir d’achat/justice fiscale ; cette explosion a été d’autant plus forte dans les territoires où l’on compte beaucoup de « pendulaires », des personnes dont la vie sociale, familiale et professionnelle est très dépendante de la voiture. Ces personnes vivent dans différents territoires mais surtout aux périphéries des grandes métropoles et en rural profond.

La façon dont nous percevons ces territoires et la diversité sociale qu'ils recouvrent peut être problématique. La vision qu'en donne Emmanuel Macron est-elle proche de la réalité ?

Emmanuel Macron n’a pas, pour le moment en tout cas, mis ce dossier en haut de la pile des dossiers prioritaires. Il avait « retoqué » le plan ambitieux, mais très budgétivore, qu’avait préparé Jean-Louis Borloo. Il avait alors indiqué qu’il ne fallait plus faire comme « avant » c’est-à-dire traiter la question du développement péri-urbain à coup de grands plans et d’infrastructures. Mais il n’avait pas non plus précisé avec beaucoup de détails son plan alternatif. Il a pourtant confié le portefeuille ministériel de la ville et du logement à un jeune talent de la macronie, Julien Denormandie qui a porté la loi Elan (pour l’évolution du logement, l’aménagement et le numérique). Jean-Louis Borloo avait axé son plan sur les « quartiers sensibles » et avait évoqué l’absolue nécessité d’une « réconciliation nationale » et territoriale en France, on voit qu’il s’agissait d’une approche beaucoup plus globale et sans doute beaucoup plus ambitieuse. Pour le moment, je ne parlerais pas d’une « vision » développée par Emmanuel Macron sur la question des banlieues spécifiquement. Son approche est en fait insérée dans la thématique plus large de la mobilité et « l’émancipation » vis-à-vis de l’assignation à résidence. On aurait pu s’attendre à ce que ces questions soient le pivot et le centre de son action car la question du désenclavement et de la mobilité structure fortement son discours, en tout cas du temps de la campagne électorale. Cette tonalité est, me semble t’il, moins présente dans ses discours de Président qu’elle ne l’était dans ses discours de candidat.

Emmanuel Macron insiste souvent sur son ambition pour les banlieues, notamment quand il avait parlé de la Seine-Saint Denis comme "laboratoire de la start-up nation". Cependant comment celles-ci perçoivent-elles l'action du Président ?

Il existe sans doute une déception, voire une grande déception, des acteurs de la politique de la ville et des banlieues vis-à-vis d’Emmanuel Macron pour le moment. La « start-up nation » est une belle formule, prometteuse et sans aucun doute porteuse de projets positifs pour les jeunes générations vivant en France. Mais pour le moment, ce beau projet ne se traduit pas vraiment dans des modifications spectaculaires pour ceux qui vivent à la périphérie des grandes métropoles. Je ne suis pas sûr que la Seine-Saint-Denis ait vu, pour le moment, sa situation sociale et économique bouleversée…

 Le sujet des zones périurbaines avait été particulièrement évoqué lors de la présentation avortée du plan Borloo pour les villes. La grogne des maires avait été terrible par la suite. Emmanuel Macron ne prend-il pas un risque en écartant tout décisionnaire entre lui et l'action politique dans ces espaces ? Que sait-on de ses relais ?

Oui et l’on a bien vu que ce risque a fini par arriver… La politique c’est beaucoup de lien. Dans le tissage complexe du lien politique, les acteurs locaux (élus locaux, associations, société civile), jouent un rôle crucial. Leur rôle est d’autant plus important que tout est devenu comme un gigantesque « streaming permanent » : une information, une actualité, un évènement, une annonce gouvernementale, en chasse une autre. Nous sommes submergés par le flux incessant de déclarations gouvernementales et surtout présidentielles : il devient très difficile à un moment donné de s’y retrouver, de savoir si tel plan, telle annonce, telle politique publique a été mise ou œuvre ou pas. On constate souvent que des ministres sont obligés de rappeler que des dispositifs existent, beaucoup de choses passent inaperçues ou sont à peine audibles. Si les acteurs publics et politiques intermédiaires ne sont pas impliqués ou sont mis à l’écart, alors cela devient très compliqué pour le pouvoir, voire très dangereux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 04/02/2019 - 19:02
La mixité sociale.
Quand un immigré italien arrive en France, il va chercher à se loger où d'autres Italiens se trouvent afin d'être mieux compris puisque ses voisins parlent la même langue que lui..il en va de même pour un immigré d'Afrique du Nord.. A New-York il existe un quartier ''chinois'',etc..plus tard cet immigré italien (ou Nord-Africain) cherchera à s'intégrer dans un quartier où il y aura de la ''mixité sociale''...Dans nos campagnes où tous les villageois se connaissent, nous avons l'impression que nous sommes dans une autre France, il n'y a pas de musulmans car dans les petits villages les ''aides'' sociales sont inexistantes car tous les villageois sont des ''petits'' propriétaires...L'insécurité est faible car dès qu'un ''étranger'' se montre il est ''repéré'' aussitôt!...
jc0206
- 04/02/2019 - 16:27
Dans les quartiers, ça va !
La « start-up nation » du neuf-trois va bien, très bien même. Le commerce est florissant depuis que la police est occupée ailleurs le week end et en repos le reste de la semaine. Preuve que la liberté d'entreprendre et la suppression des contraintes sont indispensables à la relance des affaires.
TPV
- 04/02/2019 - 10:48
Difficile pour tous les sachants
Des 10 grandes villes françaises d'accepter que leurs concitoyens des moyennes, petites villes et villages ne partagent quasiment plus la même civilisation !