En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 15 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 51 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 13 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 57 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 34 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 17 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Emplois fantômes

Comment les métropoles sont devenues invivables pour les travailleurs peu qualifiés

Publié le 31 janvier 2019
Des recherches américaines tendent à montrer que les métropoles n'offrent plus aux ouvriers non ou peu qualifiés les standards de vie de la classe moyenne qu'elles offraient jusque dans les années 1980.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des recherches américaines tendent à montrer que les métropoles n'offrent plus aux ouvriers non ou peu qualifiés les standards de vie de la classe moyenne qu'elles offraient jusque dans les années 1980.

Atlantico: Les ouvriers non ou peu qualifiés disparaissent des villes. A quoi impute-t-on ce phénomène ?

Laurent Chalard : Selon les travaux, mentionnés par un article de Bloomberg, de l’économiste américain David Autor, qui corroborent d’autres études, ce phénomène est principalement le produit de la désindustrialisation des grandes métropoles des Etats-Unis, liée à l’accélération depuis les années 1980 des délocalisations des emplois industriels vers des pays à plus bas coût de main d’œuvre (principalement d’Asie Orientale ainsi que le Mexique), et aux forts gains de productivité dans l’industrie demeurant sur place grâce à l’automatisation de la production, à l’origine de la suppression de nombreux emplois d’ouvriers peu qualifiés, qui ont été remplacés par des machines. En effet, pour les ouvriers peu qualifiés, il est beaucoup moins intéressant de vivre dans les grandes métropoles qu’auparavant car ils n’y trouvent plus guère d’emplois leur correspondant et que les salaires dans l’industrie se sont égalisés entre la ville et la campagne dans un contexte d’envolée du coût de la vie dans les grandes métropoles. Pour résumer, pour un travailleur peu qualifié, il vaut mieux travailler dans une usine à la campagne qu’à la ville pour espérer avoir un niveau de vie satisfaisant. Il s’ensuit un accroissement de l’écart de niveau de diplômes entre les grandes métropoles, attractives pour les plus diplômés, et les campagnes, où les gens moins diplômés restent sur place.

 

Ce phénomène redessine les contours des emplois dans les villes et dans les zones périurbaines voire rurales. Y a-t-il une organisation centre/périphérie correspondant à une répartition des compétences des plus élevées (en ville) vers les moins élevées (en périphérie) ? Qu'est-ce que cela induit pour l'économie des métropoles ? 

Effectivement, aux Etats-Unis, a tendance à se dessiner une géographie du type d’emplois suivant un schéma centre/périphérie, entendu que plus l’on s’éloigne du coeur de la métropole, plus les emplois proposés sont peu qualifiés. Pour résumer, les grandes métropoles concentrent les emplois les plus qualifiés du secteur tertiaire supérieur, dont la finance et les technologies de l’information, leur périphérie se spécialise dans des emplois intermédiaires, par exemple la logistique, alors que les emplois peu qualifiés se retrouvent dans les campagnes, où demeurent des activités industrielles traditionnelles, comme l’agro-alimentaire ou les industries extractives.

Cette évolution induit que l’économie des métropoles nord-américaines s’est fortement spécialisée, en l’occurrence dans les activités à haute valeur ajoutée, demandant une main d’œuvre diplômée, alors qu’auparavant elle était beaucoup plus diversifiée, proposant des emplois pour tous les niveaux de diplôme. Il s’est donc produit un phénomène de concentration des cadres dans les grandes métropoles, plus accentué qu’auparavant, alors que les ouvriers disparaissaient au fur-et-à-mesure du temps, les emplois bas-de-gamme étant désormais exercés par des employés du secteur tertiaire (nettoyage, restauration, services à la personne…), sous-payés, et donc principalement issus de l’immigration.

 

L'accès à la culture, à l'éducation, aux services sportifs des centre-villes est fermé à cette catégorie de population. Ces recherches montrent aussi que le fossé '"éducationnel" s'est accru depuis les années 1970 entre le centre et la périphérie. Ce phénomène ne ferme-t-il pas définitivement la route de l'ascension sociale pour les travailleurs peu ou non qualifiés ? 

la grande interrogation. En effet, une déconnexion géographique vient se coupler à la déconnexion sociale, formant une sorte de double peine. Aux Etats-Unis, les travailleurs peu qualifiés résident de moins en moins dans les territoires où les perspectives d’ascension sociale sont les plus importantes, c’est-à-dire les grandes métropoles, ce qui était moins le cas par le passé, où un enfant d’ouvrier qualifié d’un quartier industriel pauvre d’une grande ville pouvait accéder plus facilement à l’éducation et à la culture, lui donnant des perspectives d’ascension sociale certaines s’il avait un bon niveau et une motivation pour les études. Aujourd’hui, la distance géographique, qu’il faut percevoir comme un « coût », constitue un frein supplémentaire à l’ascension sociale des populations qualifiées, qui sont, d’une certaine manière, assignées à résidence dans leurs campagnes. En outre, étant donné la forte reproduction sociale dans le système éducatif, le fait que les populations moins diplômées soient surreprésentées dans les campagnes laissent à penser que les enfants auront beaucoup de mal à acquérir un niveau de diplômes plus élevé que leurs parents.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 27/08/2019 - 14:43
L'éducation à la Française. Faut que cela soit ludique
surtout aucune contrainte & pas d'effort ( il suffit de le rêver je suis Bon & je sais ) à faire, même à la maison. La chose est innée, elle coule de source & tombe toute seule dans les cerveaux, comme les versements sociaux tombent dans le porte monnaie.
Ainsi si le prof doit te prévenir quinze jours avant de la question qu'il va lui poser, malheureusement même là aucune réponse il n'arrive pas bien à lire les réponses dans ses livres. Par contre les jeux sur Internet & sur son smartphone aucun problème la réussite est totale. Même l'enfant & les parents devant tant de réussite avec ses jeux se posent la question: Le prof doit lui en vouloir pour le saquer comme ça alors qu'avec sa tablette il a réponse à tout.
Benvoyons
- 27/08/2019 - 11:50
La dernière partie de l'article est très amusant
Aujourd'hui celui qui a la motivation d'apprendre peut le faire par Internet avec les meilleurs profs de l'école à l'Université. (MOOC) Même pour certains vous êtes en direct avec votre prof.
Le problème sont pour ceux qui n'ont pas psychologiquement la motivation. Il est faux de dire que même en dehors des villes la vie sociale n'existe pas. Donc des Associations existent pour ça ( la France a le plus grand nombre d'associations d'Europe mais l'on va dire qu'il n'y en a pas encore assez. Peut être qu'il faudrait ouvrir alors des Associations "Coup de Pied au Cul " )
AZKA
- 27/08/2019 - 10:31
Et gilets jaunes
Que voilà !