En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Retraités

Mobilisation des retraités : pourquoi l’intuition d’Emmanuel Macron sur la CSG était bonne mais sa mise en œuvre ratée

Publié le 31 janvier 2019
Comment une réforme limitée, légitime et équilibrée, est montée en épingle par des postures politiciennes manipulatrices, jusqu’à mettre les retraités dans les rues, au cœur de l’hiver.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment une réforme limitée, légitime et équilibrée, est montée en épingle par des postures politiciennes manipulatrices, jusqu’à mettre les retraités dans les rues, au cœur de l’hiver.

Un quart de la population française est retraité, l’âge moyen de départ à la retraite étant de 62 ans et l’espérance de vie de 82 ans. Cas unique au monde, le niveau de vie moyen des retraités français est supérieur à celui des actifs. Et 82% des retraités sont propriétaires de leur logement, contre moins de 50% pour les autres. Faut-il pleurer sur la situation économique des retraités ?

Tous les salariés, même les smicards, acquittent une CSG de 9,2 %. Pour les retraités, ce taux varie selon le niveau de leur pension, à 0 %, 3,8 %, 6,6 % ou 8,3 %. Un retraité percevant l’équivalent du SMIC acquitte ainsi une CSG réduite de 5,4 points par rapport au salarié. Faut-il pleurer sur la CSG des retraités ?

Lorsqu’on visite un proche à l’hôpital, on remarque le nombre de lits occupés par des personnes âgées. L’accès au système de santé français est universel, c’est un choix collectif moralement inattaquable. Tout le monde l’utilise, mais qui le finance ? Pas les retraités, avec leur CSG réduite et un maigre 1 % de retenue sur les retraites complémentaires. En sus de la CSG à taux plein, la fiche de paie des salariés affiche une cotisation maladie au taux normal de 13 %. Les actifs paient massivement pour la santé des retraités. Faut-il pleurer sur le budget santé des retraités ?

Pour qui ne regarde que les chiffres, il est évident que notre système socio-fiscal avantage les retraités par rapport aux actifs. D’ailleurs, le nombre de personnes âgées bénéficiant du minimum vieillesse (ASPA) baisse depuis 10 ans (pour une population âgée toujours plus nombreuse), alors que le nombre de personnes d’âge actif au RSA augmente d’année en année.

 

Le vote des retraités

Lorsqu’on tient un bureau de vote, on est parfois surpris de voir se présenter des personnes très âgées, qui tiennent mordicus à accomplir leur devoir d’électeur. A l’inverse – les statistiques sont implacables – les jeunes votent de moins en moins : pour la présidentielle de 2017, les moins de 30 ans n’ont été que un sur cinq à aller voter. L’expression de la démocratie, qui décide les places et les honneurs dans notre société, incite fortement les professionnels de la politique à courtiser leurs bons clients. Les retraités sont en première ligne.

Il n’est donc pas étonnant que tous les partis d’opposition, de l’extrême-droite à l’extrême gauche, en passant par LR et le PS, ont publiquement poussé des hauts cris lorsque le gouvernement a augmenté de 1,7 points la CSG de certains retraités (pour les pensions dépassant 2000 euros par mois). Mais dans le privé, les commentaires de beaucoup de responsables politiques sont plus nuancés. Pitoyable règle d’un jeu « politicien », qui éloigne toujours plus les français de la « Politique » qui fait la grandeur d’une nation.

 

Un récit gouvernemental technocratique

A posteriori, on peut regretter que l’augmentation de 1,7 point de CSG ait été présentée de façon technique, équilibrant la diminution des cotisations sociales des salariés, puis de la suppression progressive de la taxe d’habitation, ensuite accompagnée de diverses contreparties. Le tout chiffré comme la démonstration d’un théorème mathématique. Toutes ces opérations fleurent bon la technocratie. Celle qui met les français dans la rue, avec un gilet jaune sur le dos. Chiffres contre chiffres, ce n’est pas la bonne approche pour réformer. Il faut raconter une histoire compréhensible par tous.

 

L’urgence d’une vision commune intégratrice

Pour commencer, osons expliquer que le système de santé étant désormais universel, il est normal que chacun y contribue à proportion de ses moyens. Un prélèvement de 13% sur tous les revenus des particuliers, riches comme pauvres, actifs comme retraités, salariés comme rentiers, serait beaucoup plus compréhensible et équitable que le patchwork actuel. Pour tous les salariés, ce serait un soulagement, pour les retraités, un surcoût net. Mais d’une légitimité certaine, mettant un terme à l’hérésie actuelle : ceux qui consomment le plus de services de santé paient le moins !

Si on s’arrête là, ce surcoût est une pilule très amère, même si elle est pleinement légitime. C’est pourquoi il faut élargir la vision à la question du soutien au revenu. Une personne âgée qui ne perçoit aucune retraite est bénéficiaire d’une prestation ASPA de 868 euros par mois, évidemment non soumise à la CSG. Le différentiel par rapport à une petite pension de retraite de même montant, elle soumise à la CSG, est problématique. La frontière entre le monde de l’assurance sociale (pensions de retraites et réversion) et de la solidarité (ASPA) est incohérente. Il faudrait revoir totalement l’articulation entre ces deux logiques. Chaque retraité devrait bénéficier d’un socle de solidarité universelle (santé et revenu), y ajouter les prestations assurantielles proportionnées aux cotisations versées pendant la vie active, payer des impôts et une CSG proportionnelle.

Elargissons encore la vision. Au fond, le véritable enjeu de la vieillesse n’est pas tant le niveau de vie monétaire que l’intégration dans la société. Lorsque la dépendance apparaît, ce ne sont pas quelques euros de plus ou de moins qui changent la vie, mais bien la disponibilité de personnes vaillantes et motivées à accompagner nos aînés. Là, ce sont des qualités humaines d’altruisme et d’empathie qui sont appréciées, pas les revendications égoïstes, la cuisine technocratique et les postures politiciennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marc de Basquiat
- 02/02/2019 - 07:28
Réponse à jurgio
Si on suit votre raisonnement, la génération des actifs actuels devrait à son tour se plaindre de vivre dans un monde beaucoup plus difficile que celui de 2050 !
On peut aussi dire que la génération du baby boom a vécu beaucoup mieux que ses parents et grand-parents, qui ont connu la crise des années 30 et la guerre.
Dans une perspective historique, tout est relatif. On peut se réjouir de constater des progrès des conditions de vie, de génération en génération.
Par contre, à un moment donné, les citoyens s'interrogent légitimement sur l'équité du système de transferts, qui privilégie certaines catégories par rapport à d'autres.
Constatant que le niveau de vie des retraités dépasse celui des actifs, ce qui met la France dans une anti-dynamique sociale unique au monde, il est pertinent de réagir.
Aux retraités aisés qui ronchonnent, je conseille de s'interroger sur le niveau de salaire des aides-soignantes. Elles s'occupent de leurs familles et trouvent également l'énergie et la motivation pour prodiguer les soins les plus essentiels à nos aînés dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Respect et reconnaissance.
Marc de Basquiat
- 02/02/2019 - 07:07
Réponse à lesud83
Si vos retraites ont baissé de 140€ par mois du fait de l'augmentation de 1,7 points de la CSG, cela révèle, mathématiquement, que vos deux retraites dépassent 8.200 euros par mois.
A titre de comparaison, le plafond mensuel de la sécurité sociale est de 3.377 euros par mois.
Félicitations, vous faites largement partie des 5% de retraités les plus aisés de France.
L'objectif du gouvernement avec cette augmentation de 1,7 point est de pouvoir abaisser les cotisations payées par les salariés, vos enfants et petits-enfants.
Je crois que vous pouvez y contribuer d'un cœur léger. Merci.
jurgio
- 31/01/2019 - 21:15
Les retraités sont d'anciens salariés
Ce qu'oublient les « actifs » (on ne rit pas) qui leur reprochent amèrement de ne plus l'être. Le contrat de solidarité a été imposé et ils l'ont accepté en voyant leurs aînés qui ont travaillé beaucoup plus que nous, sans grand pouvoir d'achat et surtout sans niveau de vie. Qui avait une voiture, une télé (N&B) et un téléphone dans les années 60 et même 70 ? Très peu. La qualité des soins, n'en parlons même pas ! Ces fameuses Trente glorieuses qu'un économiste a stupidement baptisées (j'espère qu'il pensait au relèvement du pays parti de zéro...) et qui est devenu aujourd'hui pour les sans emploi un système de pensée. Quand vous aurez 45% de salaire en moins en fin de carrière, sans le 13 (et souvent 14ème mois) les primes, les heures sup etc... vous apprécierez la différence. Beaucoup ont commencé dans un petit studio et ont économisé toute leur vie pour un petit pavillon (qu'on espère entièrement payé ! qui d'ailleurs ne vaut plus grand chose en IDF) car, eux, ont connu la chanson : « sa taille est plus mince que la retraite des vieux » et ont prévu. Les plus jeunes, au lieu d'être inutilement et injustement envieux des petits, pensez-y.