En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 37 min 10 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 50 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 58 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 47 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 32 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 58 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 30 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 3 heures 51 sec
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 7 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 26 min
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
Leçons du Brexit

Pourquoi l’Europe n’a toujours rien compris aux racines réelles du Brexit

Publié le 30 janvier 2019
Intervenu au cours de l'année 2016, le Brexit continue de rythmer l'agenda britannique et européen dans le cadre d'interminables négociations.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Intervenu au cours de l'année 2016, le Brexit continue de rythmer l'agenda britannique et européen dans le cadre d'interminables négociations.

Atlantico: Au regard des origines du référendum britannique, une révision de l'approche des négociations ne pourrait-elle pas prendre forme ?

Nicolas Goetzmann: Le Brexit est intervenu suite à la promesse faite par David Cameron de renégocier la position britannique dans l'Union européenne, notamment sur des questions de régulation économique mais principalement sur celle de la mobilité des personnes, et donc de l'immigration. Mais les avancées obtenues alors n'ont pas été jugées suffisantes pour éviter la mise en place du référendum. Puis, le vote en faveur du Brexit s'est formé sur une volonté de la majorité des britanniques de "reprendre le contrôle", une recherche de souveraineté, aussi bien économique que migratoire. Mais la composition du vote a aussi fait apparaître une structuration sociale qui peut être mise en lien avec le vote de Maastricht en 1992 en France, c’est-à-dire une opposition par catégories de revenus et de diplômes, entre un Royaume Uni du haut, et celui du bas. Une opposition retrouvée également dans le vote Trump ou dans le mouvement des Gilets jaunes en France. Ce qui signifie que le Brexit n'est pas un affront à l'Europe en tant que tel, le Brexit devrait plutôt servir de leçon à l'Union européenne, non pas pour s'autodétruire, mais pour évoluer dans un sens qui est partagé par les populations européennes. La politique d'accompagnement du Brexit par Theresa May est quand même l'exemple de la prise en compte des aspirations populaires par un parti de gouvernement. La fin de l'austérité (monétaire ou fiscale), la prise en compte de l'ensemble de la population dans un projet économique commun, et non plus réservée à quelques-uns, et une maitrise raisonnée des flux migratoires. Il est tout de même compliqué de dénoncer l'illégitimité de ces thématiques. On pourrait peut-être critiquer les résultats obtenus, mais les discours de Theresa May vont clairement en ce sens. En faisant la guerre frontale au Brexit, l'Europe rate le coche. Parce que l'enjeu européen aurait justement été de reprendre à son compte les aspirations dévoilées par cet événement. Comme si les pays européens étaient immunisés de ce que sont les demandes de la population britannique, alors qu'elles sont identiques à ce qui est demandé sur le continent. Les dernières données relatives au vote Brexit montrent une corrélation avec un faible niveau d'éducation, le chômage, l'emploi manufacturier, ou un manque de qualité des services publics. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le phénomène des Gilets jaunes.

Qu'est-ce que les européens auraient à apprendre du Brexit lui-même, en lieu et place d'y voir un affront existentiel ?

Il suffit de regarder ce que propose Theresa May quand elle n'est pas engluée dans les négociations du Brexit. L'enjeu pour elle est de trouver une alternative à un modèle économique qui repose avant tout sur la finance londonienne. A cette fin, Theresa May a dévoilé toute une série de mesures sur la question de sa politique industrielle, de la recherche et du développement, du partenariat entre les entreprises et les universités sur ces questions d'innovation, ou encore des dépenses d'infrastructures sur l'ensemble du territoire britannique. Cette approche découle notamment des travaux de Marianna Mazzucato, qui démontre l'importance des États dans le domaine de l'innovation. Parce que le secteur privé n'accepte d'investir qu'à partir du moment où un acteur étatique a déjà pris tous les risques dans le domaine de la recherche. Ce qui rappelle les travaux de Robert Gordon à la fin des années 90, qui soulignait l'importance des partenariats publics privés dans la croissance de la productivité américaine. En projetant ainsi un nouveau modèle de croissance dont l'objectif est de remplacer la finance comme moteur de l'économie britannique, Theresa May ouvre simplement la voie à un capitalisme plus intégré que ne l'était celui de la finance. L'enjeu est d'inclure la plus grande partie de la population, de faire croître la productivité, et donc le niveau de vie de la population. L'Europe pourrait s'inspirer de ces pistes pour retrouver le chemin de la croissance, tout comme elle pourrait prendre en compte les aspirations de ses populations les plus fragiles sur les questions de niveau de vie, ou encore sur les questions migratoires. Mais pour le moment, c'est l'opposition radicale qui domine. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 31/01/2019 - 05:37
Merci M Goetzmann
Et Spiritu Corsu.
1 Fin de l'austérité sans finalité et inégalitaire
2 répartition du tissu économique sur tout le territoire
3 maîtrise des flux migratoires (voir Australie ou Canada)
spiritucorsu
- 30/01/2019 - 17:37
Instinct de conservation des peuples.
Article extrêmement lucide et fine analyse de Nicolas Goetzmann sur les origines du Brexit dont les causes sont essentiellement à rechercher non seulement en Grande Bretagne,mais aussi en Europe de L'ouest dans la confiscation du pouvoir par une oligarchie avide qui a verrouillé le processus électoral,le débat démocratique en enfermant les citoyens avec des règlements et des normes pour mieux réduire leur liberté et les appauvrir,alors qu'ils s'octroient par ailleurs avantages et privilèges exorbitant .Il ne faut pas chercher plus loin les motifs de la révolte actuelle des des peuples européens et dans ces conditions,les gilets jaunes ont vocation à durer,et c'est plutôt salutaire,car ils sont une manifestation de l'instinct de conservation des peuples qui ne veulent pas mourir ou être enchaînés