En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

07.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 57 sec
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 4 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 6 heures 4 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 21 heures 21 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 4 heures 47 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 19 heures 59 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 20 min
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
Leçons du Brexit

Pourquoi l’Europe n’a toujours rien compris aux racines réelles du Brexit

Publié le 30 janvier 2019
Intervenu au cours de l'année 2016, le Brexit continue de rythmer l'agenda britannique et européen dans le cadre d'interminables négociations.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Intervenu au cours de l'année 2016, le Brexit continue de rythmer l'agenda britannique et européen dans le cadre d'interminables négociations.

Atlantico: Au regard des origines du référendum britannique, une révision de l'approche des négociations ne pourrait-elle pas prendre forme ?

Nicolas Goetzmann: Le Brexit est intervenu suite à la promesse faite par David Cameron de renégocier la position britannique dans l'Union européenne, notamment sur des questions de régulation économique mais principalement sur celle de la mobilité des personnes, et donc de l'immigration. Mais les avancées obtenues alors n'ont pas été jugées suffisantes pour éviter la mise en place du référendum. Puis, le vote en faveur du Brexit s'est formé sur une volonté de la majorité des britanniques de "reprendre le contrôle", une recherche de souveraineté, aussi bien économique que migratoire. Mais la composition du vote a aussi fait apparaître une structuration sociale qui peut être mise en lien avec le vote de Maastricht en 1992 en France, c’est-à-dire une opposition par catégories de revenus et de diplômes, entre un Royaume Uni du haut, et celui du bas. Une opposition retrouvée également dans le vote Trump ou dans le mouvement des Gilets jaunes en France. Ce qui signifie que le Brexit n'est pas un affront à l'Europe en tant que tel, le Brexit devrait plutôt servir de leçon à l'Union européenne, non pas pour s'autodétruire, mais pour évoluer dans un sens qui est partagé par les populations européennes. La politique d'accompagnement du Brexit par Theresa May est quand même l'exemple de la prise en compte des aspirations populaires par un parti de gouvernement. La fin de l'austérité (monétaire ou fiscale), la prise en compte de l'ensemble de la population dans un projet économique commun, et non plus réservée à quelques-uns, et une maitrise raisonnée des flux migratoires. Il est tout de même compliqué de dénoncer l'illégitimité de ces thématiques. On pourrait peut-être critiquer les résultats obtenus, mais les discours de Theresa May vont clairement en ce sens. En faisant la guerre frontale au Brexit, l'Europe rate le coche. Parce que l'enjeu européen aurait justement été de reprendre à son compte les aspirations dévoilées par cet événement. Comme si les pays européens étaient immunisés de ce que sont les demandes de la population britannique, alors qu'elles sont identiques à ce qui est demandé sur le continent. Les dernières données relatives au vote Brexit montrent une corrélation avec un faible niveau d'éducation, le chômage, l'emploi manufacturier, ou un manque de qualité des services publics. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le phénomène des Gilets jaunes.

Qu'est-ce que les européens auraient à apprendre du Brexit lui-même, en lieu et place d'y voir un affront existentiel ?

Il suffit de regarder ce que propose Theresa May quand elle n'est pas engluée dans les négociations du Brexit. L'enjeu pour elle est de trouver une alternative à un modèle économique qui repose avant tout sur la finance londonienne. A cette fin, Theresa May a dévoilé toute une série de mesures sur la question de sa politique industrielle, de la recherche et du développement, du partenariat entre les entreprises et les universités sur ces questions d'innovation, ou encore des dépenses d'infrastructures sur l'ensemble du territoire britannique. Cette approche découle notamment des travaux de Marianna Mazzucato, qui démontre l'importance des États dans le domaine de l'innovation. Parce que le secteur privé n'accepte d'investir qu'à partir du moment où un acteur étatique a déjà pris tous les risques dans le domaine de la recherche. Ce qui rappelle les travaux de Robert Gordon à la fin des années 90, qui soulignait l'importance des partenariats publics privés dans la croissance de la productivité américaine. En projetant ainsi un nouveau modèle de croissance dont l'objectif est de remplacer la finance comme moteur de l'économie britannique, Theresa May ouvre simplement la voie à un capitalisme plus intégré que ne l'était celui de la finance. L'enjeu est d'inclure la plus grande partie de la population, de faire croître la productivité, et donc le niveau de vie de la population. L'Europe pourrait s'inspirer de ces pistes pour retrouver le chemin de la croissance, tout comme elle pourrait prendre en compte les aspirations de ses populations les plus fragiles sur les questions de niveau de vie, ou encore sur les questions migratoires. Mais pour le moment, c'est l'opposition radicale qui domine. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

07.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 31/01/2019 - 05:37
Merci M Goetzmann
Et Spiritu Corsu.
1 Fin de l'austérité sans finalité et inégalitaire
2 répartition du tissu économique sur tout le territoire
3 maîtrise des flux migratoires (voir Australie ou Canada)
spiritucorsu
- 30/01/2019 - 17:37
Instinct de conservation des peuples.
Article extrêmement lucide et fine analyse de Nicolas Goetzmann sur les origines du Brexit dont les causes sont essentiellement à rechercher non seulement en Grande Bretagne,mais aussi en Europe de L'ouest dans la confiscation du pouvoir par une oligarchie avide qui a verrouillé le processus électoral,le débat démocratique en enfermant les citoyens avec des règlements et des normes pour mieux réduire leur liberté et les appauvrir,alors qu'ils s'octroient par ailleurs avantages et privilèges exorbitant .Il ne faut pas chercher plus loin les motifs de la révolte actuelle des des peuples européens et dans ces conditions,les gilets jaunes ont vocation à durer,et c'est plutôt salutaire,car ils sont une manifestation de l'instinct de conservation des peuples qui ne veulent pas mourir ou être enchaînés