En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© FRANCK FIFE / AFP
Scientisme
Plus influent encore que l’ENA ? Sciences po au cœur des réseaux de pouvoir du quinquennat Macron
Publié le 24 janvier 2019
Sciences Po est-elle l’école qui forme les véritables bataillons puissants de la macronie? Plus le temps passe et plus le rôle de cette école parait bien plus décisif que celui de l’ENA. L’affaire Benalla en est une illustration parmi d’autres. Cette donnée, mal cernée jusqu’ici, explique largement l’idéologie du macronisme.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sciences Po est-elle l’école qui forme les véritables bataillons puissants de la macronie? Plus le temps passe et plus le rôle de cette école parait bien plus décisif que celui de l’ENA. L’affaire Benalla en est une illustration parmi d’autres. Cette donnée, mal cernée jusqu’ici, explique largement l’idéologie du macronisme.

L’audition d’Alexandre Benalla n’a pas mis en évidence une curiosité qui a pourtant intéressé Le Monde et Ariane Chemin. Alexandre Benalla est arrivé dans l’équipe d’Emmanuel Macron par l’intermédiaire d’un certain Ludovic Chaker, ancien élève de Sciences Po finalement recruté par Richard Descoings. C’est à Sciences Po que Chaker a rencontré le strauss-kahnien Ismaël Emélien.

Chaker est-il, comme le suggère Le Monde, un barbouze qui présente l’intérêt d’avoir été le premier salarié de la République En Marche? L’affaire est piquante et ne manquera pas de nourrir les fantasmes sur les origines profondes et réelles de l’ascension fulgurante qui a permis à Emmanuel Macron d’arriver au pouvoir. Il n’en reste pas moins qu’à chaque étape, c’est Sciences Po qui revient comme le véritable lieu où le pouvoir prend forme, mûrit et finalement s’impose.

Retrouvez ici notre description du réseau secret Sciences Po au cœur de la macronie

C’est probablement rue Saint-Guillaume, beaucoup plus qu’à l’ENA, qu’il faut chercher le substrat idéologique du macronisme.

Sciences Po et l’Etat jacobin

Fondamentalement, Sciences Po est productrice d’une pensée politique majeure: l’Etat central est l’horizon indépassable de toute action publique. L’Etat est la puissance publique, mais il est aussi l’alfa et l’oméga de toute politique, de tout programme, et de toute vision collective.

On accuse souvent Emmanuel Macron d’incarner le libéralisme. En réalité, il en est la pensée contraire. L’ensemble de sa vision du monde est fondée sur l’idée que l’Etat doit être au centre du jeu social et sociétal. On ne sera pas étonné de voir que, dans cette logique, Emmanuel Macron a crevé tous les plafonds de dépense et de déficit connus jusqu’ici en matière budgétaire.

Cet héritage étatiste est porté par sa formation initiale, mais aussi par son entourage. Et c’est dans l’écosystème de Sciences Po que cette conviction-là trouve sa racine. C’est au fond la survivance d’un jacobinisme tempéré qui s’exprime ici, fondé sur l’idée que la France doit s’appuyer sur sa capitale pour s’organiser et se développer.

L’élitisme républicain…

La particularité de Sciences Po est évidemment de porter une vision d’élite qui explique assez largement les réactions du pouvoir face aux Gilets Jaunes. Dans la doctrine de la rue Saint-Guillaume, il y a les aristocrates, et il y a le tiers Etat. L’un et l’autre ne peuvent être confondus ni ne peuvent être mélangés.

Cela ne signifie pas que les passerelles soient impossibles. On retrouve dans les équipes de Macron des « petites mains », les Benalla, les Chaker, chargés d’exécuter un certain nombre de basses œuvres sur lesquelles le plus grand des secrets continue à peser. Mais ils ne seront jamais que des supplétifs en charge de besognes secondaires. Le cœur du pouvoir reste aux mains des meilleurs.

Bien entendu, les meilleurs sont les diplômés: les Sciences Po passés par l’ENA au premier chef, puis les autres.

Jamais probablement, de mémoire de la Vé République, on avait poussé aussi loin le mimétisme dans les parcours. La macronie consacre le triomphe absolu de cette élite très fermée. C’est probablement ce qui nourrit son impopularité. L’incapacité du pouvoir à déléguer effectivement les décisions au-delà de ce noyau dur pour ainsi dire consanguin irrite l’opinion publique.

… au service d’un conservatisme bon teint

Si cette élite a peu d’empathie pour le peuple (ces gens qui roulent en diesel et qui fument des clopes, comme disait Benjamin Griveaux), au sein de l’élite, la bienveillance et la tolérance dominent. L’affaire de la députée En Marche Agnès Thill, qui devrait être exclue pour homophobie, le montre.

Dans l’écosystème Sciences Po, une certaine tolérance morale est de mise. Les propos homophobes sont évidemment cloués au pilori, et la question de l’immigration ne peut y être traitée n’importe comment. Il convient d’observer de la retenue, et d’endosser les valeurs dominantes sur le sujet.

Faute de s’être pliée à cette règle, la députée Thill risque l’exclusion de son groupe parlementaire. Pas de pitié pour ceux qui, au sein de l’élite, ne respectent pas les codes de tolérance ambiants.

Une parenté strauss-kahnienne évidente

Au-delà de ces marqueurs sociaux, la pensée Sciences Po en matière économique s’est assez bien exprimée dans la doctrine strauss-kahnienne. D’ailleurs, on retrouve un grand nombre de strauss-kahniens dans l’univers macronien.

Cette pensée peut être simplifiée (les lecteurs modéreront ici) comme la promotion du « crony capitalism », du capitalisme de connivence ou capitalisme d’Etat décrit par Noam Chomsky. Cette doctrine repose sur plusieurs piliers.

Le premier consiste à poser comme moment fondamental dans la croissance la régulation étatique. Dans cet esprit, le marché est indispensable, mais il a besoin d’un Etat régulateur de la concurrence pour mieux fonctionner.

Le second consiste à troquer l’autonomie de la pensée citoyenne contre des dispositifs de protection sociale. « Vous ne participerez plus au pouvoir, mais le pouvoir vous protègera ».

Macron n’exprime pas autre chose que ces deux piliers lorsqu’il répète en boucle « Libérer et Protéger ».

Un modèle en pleine crise de légitimité

Ces simplifications rapides expriment trop brièvement, mais de façon assez robuste, le substrat de la pensée dominante qui tient le pouvoir en France aujourd’hui. Répétons-le, cette domination a rarement été aussi intense qu’aujourd’hui. La forte grogne des Gilets Jaunes laisse toutefois penser que ce schéma de pouvoir vit une vraie crise de légitimité.

A ce stade, nul ne sait par quoi il peut être remplacé…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GPM
- 25/01/2019 - 18:38
Nécessaire diversité
C'est un peu réducteur comme analyse car Macron n'est pas opposé à une intégration/dissolution de l'Etat français dans l'UE. Ce qui est certain, c'est que la France a payé les pensées dominantes des députés issus de la fonction publique sous Mitterrand, puis des énarques. Il faut une diversité de parcours chez nos gouvernants.
Pour mémoire, Bruno Le Maire proposait de fermer l'ENA en 2017. Car notre pays souffre de la main mise des énarques sur les postes clés publics et privés; elle souffre aussi de ce détournement de l'élite vers une seule voie alors qu'elle devrait être présente dans les PME PMI.
J'accuse
- 24/01/2019 - 23:01
Mais si, on le sait très bien !
Par quoi le système d'aristocratie élective fondée sur le mensonge au peuple peut-il être remplacé ? Par la démocratie.
Les "élites" appellent démocratie ce système aristocratique, et populisme la vraie démocratie.
Elles sont convaincues que ce système qui les sert, ce système dont elles se servent, n'est pas le meilleur mais le seul possible. Aucun politicien, aucun haut fonctionnaire, n'est démocrate, et jamais une caste n'abandonne spontanément ses pouvoirs et ses privilèges. Elle est même prête à tout pour les conserver.
La question n'est donc pas de savoir quel autre système mettre en place, mais comment placer les "élites" au service du peuple, alors que c'est aujourd'hui -et depuis toujours- l'inverse.
cloette
- 24/01/2019 - 13:22
c'est bien vrai
A ce stade , on ne sait par quoi ce système peut être remplacé, mais rien n'est irremplaçable. Mais il faut d'abord détruire pour remplacer, et c'est notre spécialité justement à nous Français .