En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Névroses
LR : Ce que la “chasse à François-Xavier Bellamy” révèle de l’état de la droite
Publié le 24 janvier 2019
Dans la perspective d'une tête de liste LR menée par François-Xavier Bellamy pour les élections européennes, certaines voix se délient pour critiquer ce choix incarnant pourtant le conservatisme.
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la perspective d'une tête de liste LR menée par François-Xavier Bellamy pour les élections européennes, certaines voix se délient pour critiquer ce choix incarnant pourtant le conservatisme.

Atlantico: Derrière ces critiques, ne peut-on pas plutôt voir une problématique interne aux LR quand à son incapacité de proposer une personnalité alternative ?

Paul-François Paoli : Il est difficile dans cette polémique de dissocier ce qui relève des réserves concernant la personne de Bellamy et ce qui relève du fond. Il est évident qu'une sensibilité conservatrice existe en France qui ne se reconnait ni dans la libéral-républicanisme tempéré d'Edouard Philippe ni dans le national populisme de Marine Le Pen. Ce conservatisme qui s'est manifesté fortement lors des grandes manifs contre le mariage pour tous et n'est pas étranger à certaines revendications des Gilets jaunes déborde très largement le camp catholique ou même la droite de conviction. Il relève moins d'une posture idéologique que d'une inquiétude de fond quant à un monde marqué par le primat de la techno science et du culte narcissique de la performance. De ce point de vue un philosophe comme Bellamy est assez représentatif de cette sensibilité qui critique une certaine hyper modernité. Ceux qui, à droite, s'en inquiètent feraient bien de se tenir au courant de l'actualité philosophique. Plus un seul penseur n'est aujourd'hui naïvement progressiste. A moins de considérer Luc Chatel ou Chantal Jouanno comme des penseurs.

 

En quoi les critiques se méprennent-elles sur la capacité d'autres personnalités plus "modérées" à opérer le rassemblement recherché ?

Il faut bien admettre qu'il existe un véritable vide au niveau de l'offre politique. De plus à chaque fois qu'émerge une personnalité indépendante, je pense par exemple à des gens aussi remarquables qu'Hervé Mariton ou Jean Frédéric Poisson les fondamentalistes de la République montrent au front pour les affaiblir. L'héritage désastreux du chiraquisme, avec lequel la droite n'a pas rompu, empêche la formation d'un véritable conservatisme-libéral à la française qui refuse l'alternative mortifère entre un néo libéralisme qui érige le Marché en curseur ultime et un étatisme qui imagine que c'est en redistribuant des richesses que l'on a plus que l'on peut combattre le déclin d'une nation. 

 

Quelles sont les véritables causes internes de cette situation ? 

Il y a un déficit de pensée politique en France. Les hommes politiques n'ont, pour beaucoup, ni le temps de lire, ni celui de réfléchir car il sont généralement obsédés par leur réélection ou leurs petites affaires politiciennes. Les derniers hommes politiques qui avaient une vraie envergure, je pense à Villiers, à Bayrou ou à Chevènement appartiennent déjà au passé. A droite je ne vois guère que Bruno Le Maire ou Bruno Retailleau qui aient une très forte personnalité. Faire de la politique c'est être capable de penser l'avenir. Et pour penser tant soit peu l'avenir il faut connaitre le passé et être féru d'histoire. Il faut aussi connaitre l'histoire des idées. Quand on entend parler Castaner, B. Griveaux ou Darmanin on ne peut qu'être inquiet sur l'avenir de la classe politique française. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
04.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
07.
Barbara Lefebvre : “Le patriotisme est intimement lié à la dimension militaire d’une nation”
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 25/01/2019 - 13:43
Sauf à, les phrases qui sauvent
"A moins de considérer Luc Chatel ou Chantal Jouanno comme des penseurs."
You made my day... Et ourtant ce que vous oubliez peut être c'est le postmodernisme, digne successeur révisionniste du progressisme.
Ganesha
- 24/01/2019 - 18:20
Cloette
Vous trouverez une information complète et détaillée en cliquant sur le premier des deux liens que je ne donne â 16 h 19.
cloette
- 24/01/2019 - 17:21
François Xavier Bellamy
Son livre "Demeure" ( que j'ai commencé) est un excellent ouvrage d'un vrai philosophe et en même temps un livre lisible . C'est un livre sur le mouvement, l'accélération, l'évolution, la croissance, le progrès etc , à rendre ridicule le nom du parti "En Marche".