En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 14 heures 5 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 15 heures 31 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 21 heures 29 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 21 heures 33 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 13 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 15 heures 17 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 21 heures 29 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 21 heures 30 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 21 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Données personnelles

RGPD : pourquoi il ne faut pas trop vite crier victoire après la condamnation de Google par la CNIL

Publié le 23 janvier 2019
La CNIL a condamné Google à une amende de 50 millions d'euros pour non-respect de la RGPD.
Etienne Drouard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Drouard est avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique. Ancien membre de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), ses activités portent sur l’ensemble des débats de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La CNIL a condamné Google à une amende de 50 millions d'euros pour non-respect de la RGPD.

Atlantico : Six mois après son entrée en vigueur, où en est l'application du RGPD ?

Etienne Drouard : Les entreprises l'appliquent, même si 85 % d'entre-elles n'ont pas encore bouclé l'inventaire des données qu’elles traitent. Les entreprises ont énormément travaillé sur la pédagogie, la formation pour mieux se coordonner sur le sujet et ont rendu visible sur internet les politiques modifiées. Les services clients se sont adaptés face aux personnes qui souhaitent exercer leur droit, conformément au RGPD. 

Par ailleurs les régulateurs, eux aussi, courent derrière la montre. Chacun de leur côté, les entreprises et les régulateurs ont assisté à la négociation pendant 4 ans du texte et ils doivent désormais l’interpréter. On a le sentiment que ce texte est incomplet. Par exemple, il a fallu attendre jeudi 17 janvier, pour que les entreprises publient les lignes directrices afin de connaître le périmètre géographique d'application du RGPD. Est-ce qu'une entreprise extra-européenne va déclencher l'application du RGPD du seul fait qu'elle ait un sous-traitant européen ? Si vous êtes un sous-traitant européen, cela va nécessairement déclencher l'application du RGPD. 
On voit bien que les régulateurs travaillent, les entreprises aussi et que 6 mois plus tard, on est encore dans un processus d'interprétation et cela va encore durer.  

Des plaintes ont été déposées contre Google pour infraction au RGPD. Assiste-t-on déjà à des fraudes de certaines entreprises ?

Ce sont les régulateurs qui le diront, mais il faut être patient : ces enquêtes sont lourdes et prennent du temps. Par ailleurs, ces plaintes ont été déposées le jour de l'entrée en vigueur. Hors, déposer une plainte le jour de l'entrée en vigueur d'une loi pour dénoncer le fait qu'une entreprise n'est pas conforme à cette même loi, cela ne peut que faire référence à une situation qui datait de la veille, donc lorsque le texte n'était pas encore en vigueur. Dans l'application de la loi, si le dépôt de ces plaintes était intervenu un peu plus tard, il aurait pu se reposer sur une certaine réalité postérieure à l'entrée en vigueur. C'est tout ce que les régulateurs vont devoir démêler et ils devront le faire ensemble. Aujourd'hui ce qui me parait essentiel, ça n'est pas tant que l'on décide de cibler de grandes entreprises fraudeuses, mais plutôt que, si on les sanctionne, il faut que cela soit solide comme du béton. Sinon, c'est la protection des données personnelles qui sera fragilisée.

C'est pourquoi les régulateurs ne se précipitent pas. Ils doivent se mettre d'accord sur une même lecture des sujets. La promesse du RGPD, c'est l'harmonisation absolue de l'interprétation par les régulateurs et tout cela prend du temps, pendant lequel chacun fait ce qu'il peut pour avancer.

Nous sommes dans une phase de fourmillement sur le plan réglementaire qui laisse passer une instrumentalisation du RGPD dans les rapports de force économique. Lorsqu'on a peur du RGPD et qu'on se retrouve dans une position dominante, on demande une assurance-vie à son contractant en lui expliquant qu'en cas d'accord sur des données, il s'engage à respecter le RGPD ou alors sa responsabilité pourra être enclenchée. Aujourd'hui, c'est plutôt des rapports de force économique dans les rapports contractuels qui nous montrent que, pour être caricatural, certains géants américains font payer le RGPD à des sociétés européennes en leur demandant des garanties qui les obligent ou à mentir ou à mourir. Elles apportent des garanties qu'elles ne sont pas capables de tenir sous peine de ne pas signer de contrats pourtant vitaux pour elles. 

Le RGPD a été critiqué notamment parce qu'il serait désavantageux pour les entreprises européennes, comparées à certaines entreprises, notamment nord-américaines. Peut-on déjà constater ce désavantage, un écart qui se creuse ?

Oui. Certaines sociétés européennes perdent plus d'un million d'euros par semaine parce qu'elles ne peuvent plus pratiquer leur activité, par exemple de la publicité digitale, si elles ne signent pas un accord de responsabilité totale. Aujourd'hui 43 États non-européens ont adopté une discussion de textes sur la protection des données personnelles. On peut y voir une inspiration européenne envers le reste du monde. Ces textes sont destinés à être des remparts au RGPD. Par exemple, la Californie  a mis une au point une loi de protection des données. Ca n'est pas un état où il n'y a que de petites entreprises…  Le Japon, la Chine et la Russie ont fait de même. Cela leur permet d'affirmer que le RGPD s'arrête à leur frontière, puisqu'ils n'ont pas de niveau de protection nul. L'écart entre la loi locale et les endroits où le RGPD sera appliqué feront de ces pays des lieux où les sociétés seront plus compétitives.

Les entreprises européennes risquent donc d'être les principales impactées par ce nouveau règlement ?
Oui. Il ne s'agit pas de souhaiter un nivellement par le bas des règles de protection des données personnelles. Cependant, le premier exemple que l'on a des interprétations du RGPD européen sont tellement strictes – plus strictes même que le RGPD – que cela créé de l'insécurité et de la perte de valeur économique pour les entreprises européennes. C'est immédiat, mécanique. La manière dont le texte est interprété aujourd'hui n'est pas celle dans laquelle il a été adopté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires