En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Bas les masques !

Pourquoi la suppression de l’anonymat sur internet est une (très très) fausse bonne idée

Publié le 23 janvier 2019
Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d’une « levée progressive de toute forme d’anonymat » pour lutter contre les Fake News et les débordements sur Internet. Un serpent de mer politique, peu efficace, et inacceptable d’un point de vue pratique et philosophique.
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d’une « levée progressive de toute forme d’anonymat » pour lutter contre les Fake News et les débordements sur Internet. Un serpent de mer politique, peu efficace, et inacceptable d’un point de vue pratique et philosophique.

Le 18 janvier, lors du second épisode du grand débat national au palais des congrès de Souillac, Emmanuel Macron a évoqué l’idée d’une « levée progressive de toute forme d’anonymat »  afin de poser les bases de ce qu’il nomme « l’hygiène démocratique du statut de l’information ». 

L’idée de lutter contre la violence verbale, les fausses informations et les menaces par une levée de l’anonymat sur la toile n’est pas nouvelle. Mais elle reste mauvaise.

Avant de commencer, il convient d’écarter le cas des Fake News. Celles-ci sont bien souvent le fait d’officines de déstabilisation basées à l’étranger, qui ne tomberont pas sous le coup d’une loi franco-française sur l’anonymat. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire que leurs comptes soient créés et domiciliés en France pour que leurs contenus passent les frontières quasi-inexistantes de la toile pour être consultés chez nous. Et le gouvernement ne pourra pas poursuivre les utilisateurs français qui relaient ces Fake News, tant le nombre de ceux qui le font de bonne foi est grand, et tant la condamnation des autres impliquerait de faire le procès de leurs intentions.

La question de l’absence de frontières sur les réseaux sociaux est la même pour les utilisateurs créant des comptes et les utilisant en permanence depuis une adresse IP située à l’étranger. Celle-ci peut être obtenue grâce à l’usage d’un VPN, un logiciel simple d’accès simulant une présence hors de France.

La levée de l’anonymat ne règlera donc pas le cancer des Fake News. Les émetteurs de celles-ci sont trop souvent situés à l’étranger, à l’abri de nos lois, et il est presque impossible de juger ceux qui les relaient sans tomber dans des procès d’intention.

La loi n’aura donc un effet notable que sur les comportements agressifs ou menaçants, pour les utilisateurs basés en France n’utilisant pas de VPN. Et même sur ce périmètre réduit, l’idée de lever l’anonymat pose un certain nombre de problèmes, dont trois principaux.

D’abord, dans ce domaine, cibler les agresseurs c’est surtout affaiblir les agressés. 

L’idée de départ est de penser qu’une fois leur anonymat levé, les agresseurs à découvert n’oseront plus se déchainer. Or il n’est pas d’autorité sans force pour la faire appliquer, et il est malheureusement de notoriété publique que nos policiers sont débordés.  L’efficacité de la mesure ne repose donc pas sur la répression autoritaire et implacable des agresseurs, mais sur une peur du gendarme de plus en plus réduite. L’incidence sur l’agressivité ambiante serait limitée.

En revanche, dans ce contexte, l’anonymat protège mieux les agressés qu’une Police débordée et sous financée. En cela, en souhaitant protéger les agressés, l’Etat ferait au contraire tomber leur meilleure protection, sans pour autant compenser cette perte par une force de frappe adéquate contre les agresseurs. Assez pour réduire au silence les agressés que l’anonymat protège : opposants et exilés politiques, apostats de l’islam, homosexuels cachés, etc. 

Ensuite, le maintien de l’anonymat permet de conserver les nombreuses contributions d’experts ou d’autres utilisateurs de qualité, qui ne peuvent être livrées que de cette manière, soit par devoir de réserve, soit à cause des risques qui pèsent sur tout utilisateur aujourd’hui.

Exprimer ses opinions sous son vrai nom n’est pas un luxe offert à tous. Les lynchages nominatifs qui débordent sur la vie personnelle et professionnelle sont monnaie courante sur les réseaux. Un mauvais mot, un mauvais procès d’intention, un bon avis qui dérange, et vos parents sont menacés, votre employeur est contacté, votre passé est fouillé et n’importe quelle aspérité est sortie de son contexte pour être exploitée contre vous.

Face à de tels risques, les utilisateurs sont face à un calcul, évaluant ce qu’ils ont à gagner à s’exprimer, et ce qu’ils ont à perdre si les réseaux s’en viennent les lyncher. L’anonymat rééquilibre ce calcul, en réduisant drastiquement les risques de voir des détracteurs passer des insultes virtuelles aux menaces concrètes dans la vie réelle, qui prennent souvent la forme de pressions professionnelles. En cela, il permet d’encourager l’expression de contributeurs de qualité qui auraient à perdre à le faire.

Enfin, il est essentiel que toutes les opinions puissent être librement exprimées, même celles qui sont portées par les agresseurs. Or, l’anonymat favorise l’expression de ces opinions. Dans la tradition philosophique libérale, la liberté d’expression emporte trois avantages principaux. Elle permet la recherche de la vérité (toutes les opinions devant être exprimées et discutées pour en isoler la part de vérité à retenir et la part d’erreur à écarter), elle permet l’épanouissement personnel, et elle est nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie. En cela, la meilleure arme pour détruire les fausses opinions et les fausses informations reste la raison, et non pas la coercition. Si l’expression de certaines opinions est limitée, la société entière y perd en recherche de la vérité, en épanouissement personnel et en qualité de sa démocratie. 

Ainsi, l’idée de lever progressivement l’anonymat pose des problèmes techniques et philosophiques. Elle est contournable pour les comptes situés à l’étranger, elle est peu efficace sur les Fake News, elle menace les agressés et les contributeurs de qualité que l’anonymat protège, et elle menace les conditions du débat démocratique et de la recherche de vérité. 

Pire encore, elle pousse à l’autocensure, à l’heure où cette liberté d’expression est attaquée de toutes parts. Au final, les réseaux sociaux risquent de devenir de grands LinkedIn aseptisés, royaumes du politiquement correct, de la réalité alternative, et du mensonge perpétuel. Un monde hors du monde, sans saveur, sans intérêt, sans vérité, où évoluent des contributeurs effrayés en représentation permanente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

07.

Inégalités : petits contre-arguments aux nouvelles thèses de Thomas Piketty sur la propriété privée

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 21/03/2019 - 16:57
Excellent article,
Très bien argumenté.