En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 41 min 5 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 16 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 25 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 56 min 35 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 27 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 5 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Terra incognita

Vague mondiale d'endettement : sommes-nous confronté à une situation inédite ?

Publié le 22 janvier 2019
Dans le Washington Post, Robert Samuelson s'inquiétait récemment de l'accumulation spectaculaire de la dette depuis une dizaine d'années dans le monde.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le Washington Post, Robert Samuelson s'inquiétait récemment de l'accumulation spectaculaire de la dette depuis une dizaine d'années dans le monde.

Atlantico : Sommes-nous vraiment confrontés à une vague mondiale d'endettement ?

Jean-Paul Betbèze : Oui, mais ce n’est qu’une partie du problème. Oui, d’abord, la dette mondiale ne cesse de monter, toutes les instances mondiales de mesure en conviennent, FMI, BRI notamment. L’IIF, l’Institut International de Finance vient ainsi d’ajouter sa pierre à l’édifice et de calculer qu’en septembre 2018 la somme totale de la dette mondiale, privée et publique, atteignait 244 trillions de dollars, soit 3,2 fois le PIB mondial.

Comme à chaque fois, les messages rassurants abondent : cette dette est très répartie dans le monde, les pays en difficulté sont connus et aidés, comme l’Argentine, d’autres se sortent peu à peu d’affaire, comme la Grèce. Le pays en difficulté extrême est le Venezuela. Il est soutenu en fait par la Chine, qui prend ses risques, sans que l’on puisse penser à un effet domino mondial quand l’insolvabilité du pays aura été officiellement reconnue par les autorités.

D’autres messages « apaisants » mettent en avant le fait que c’est surtout la dette publique qui a monté dans les pays mûrs, comme les Etats-Unis ou la France, et par « mûrs », il faut sans doute entendre : « sûrs ». En même temps, on nous dit que la dette privée a certes partout monté, mais relativement moins que la dette publique, à la fois pour les ménages (elle est multipliée par 2,7 sur la période, passant de 17 à 46 trillions) et pour les entreprises. Pour ces dernières, elle est multipliée par 3, passant de 24 à 73 trillions, mais on nous dit que c’est l’effet d’un usage plus répandu de la dette privée dans les pays émergents, où elle a soutenu la croissance. Au fond, les états s’endettent dans les pays vieux, et les entreprises dans les jeunes.

Ajoutons alors que ces dettes ont des contreparties : des actifs, bien sûr. Un travail du FMI sur 31 pays, représentant 61 % du PIB mondial montre un actif net positif… sauf la plupart des pays du G7 dont les États-Unis, où l’actif net est de -16,7% du PIB ! C’est donc sérieux, malgré tout.

La préoccupation est-elle le ralentissement de la croissance qui rendrait les services de la dette plus ardus ?

Oui, c’est le risque majeur avec le ralentissement économique mondial en cours, aux États-Unis (avec en plus le shutdown), en Chine, pour partie en liaison avec le ralentissement dû aux tensions avec les États-Unis, et en zone euro (avec l’Allemagne et la France qui inquiètent, l’Allemagne pour ses exportations et la France pour ses « gilets jaunes »). Aujourd’hui, le risque majeur est donc bien celui du ralentissement. Il peut affecter surtout des entreprises trop endettées (qui avaient profité des taux bas, alors qu’elles étaient fragiles, dans l’espoir de se refaire) et donc aussi les banques : c’est bien le signal envoyé par les bourses.

Il y a quelques mois, on pensait à un risque inverse : la croissance américaine ferait monter les taux court et longs dans le monde, ce qui pèserait, par la hausse des taux, sur les entreprises trop endettées !

Y a-t-il un risque de crise financière ? Qui est aujourd'hui particulièrement concerné ?

Le cycle mondial s’est retourné depuis six mois, en liaison avec la politique américaine qui inquiète, après avoir suscité un boum boursier grâce à la baisse des impôts. Le passage de l’euphorie à l’inquiétude a lieu sous nos yeux, empêchant les hausses de taux. Il n’y en aura pas en zone euro, peut-être une seule aux États-Unis, alors que la Fed parlait de 3 il y a six mois ! Les pays les plus fragiles sont déjà ceux en ralentissement et en chute boursière, comme la Turquie, pour des raisons politiques. De manière générale, ce seront les pays émergents qui vont inquiéter, avec 2 trillions de dette qui arrivent à échéance (1 en dollar, le reste en monnaie locale) qu’il faudra refinancer. C’est là le problème majeur : le ralentissement, pas la hausse des taux. Quant aux pays du G7, ils serviront de refuge. Les bons du trésor à 10 ans sont à 2,7% aux États-Unis, à 1,3% au Royaume Unis (les marchés ne croient plus au Brexit ?), 0,2% en Allemagne, en France (les « gilets jaunes » n’inquiètent pas !) et à 2,8% en Italie (où tout le monde se rue !).

Bref dans un monde qui se rend compte qu’il est surendetté parce qu’il n’est pas sorti de la crise, même si les taux ont été très bas, et qu’il ralentit, c’est surtout la dette des émergents qui inquiète. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 22/01/2019 - 17:55
Les cafards heriteront de nos dettes
D'après Alexandria Ocasio-Cortez , nouvelle pythie des démocrates américains.
patafanari
- 22/01/2019 - 17:55
Les cafards heriteront de nos dettes
D'après Alexandria Ocasio-Cortez , nouvelle pythie des démocrates américains.