En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
L’horreur historique
Populistes ou progressistes, tout le monde patauge dans la même impasse : faut-il maintenant défoncer le mur ou faire marche arrière ?
Publié le 17 janvier 2019
Comme un air "d'Horreur économique" version Viviane Forrester. Emmanuel Macron se trouve confronté au mouvement des Gilets jaunes, Theresa May fait face au rejet de son accord concernant le Brexit, tandis que Donald Trump est absorbé par le shutdown et Angela Merkel est en prise avec une situation de quasi-récession.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme un air "d'Horreur économique" version Viviane Forrester. Emmanuel Macron se trouve confronté au mouvement des Gilets jaunes, Theresa May fait face au rejet de son accord concernant le Brexit, tandis que Donald Trump est absorbé par le shutdown et Angela Merkel est en prise avec une situation de quasi-récession.

Atlantico: En quoi progressistes et populistes se trouvent finalement confrontés aux mêmes problématiques ?

Edouard Husson: Nous sommes dans une phase de transition, qui rappelle le tournant du début des années 1980. Rappelons-nous, Margaret Thatcher avait été élue en 1979 et Ronald Reagan fin. 1980. Ils se heurtaient à une très forte résistance de l’establishment politique de leur pays. L’Occident commençait à sortir de 50 ans de politique social-démocrate ou socialiste. La France se distinguait déjà par un choix électoral à rebours de la tendance de l’époque: elle installait un président socialiste au pouvoir, exactement comme elle a élu, voici deux ans, le dernier des néolibéraux.

Les blocages dont vous parlez, aux Etats-Unis ou en Europe, sont le produit de la résistance des néolibéraux à l’avènement d’une politique conservatrice. Le parti démocrate américain résiste au populisme conservateur de Donald Trump et le bras de fer cristallise symboliquement sur la question du contrôle des frontières. En Grande-Bretagne, nous avons une situation différente: Theresa May n’a pas osé aller au bout de la logique conservatrice du référendum de 2016; son gouvernement avait toutes les cartes en main et s’est paralysé lui-même. Emmanuel Macron a décidé de mettre en oeuvre une politique néolibérale radicale au moment où ces politiques suscitent largement le rejet des sociétés et il en subit l’effet boomerang. Quant à Angela Merkel, elle paie largement son refus de faire un compromis avec le monde qui advient: si l’Allemagne avait cherché un accord équilibré sur le Brexit et accepté l’évolution de la zone euro vers une politique monétaire au service de la croissance et de l’emploi, l’Allemagne ne verrait pas sa croissance chuter.

Comment comprendre cette situation particulière pour chaque pays mais finalement générale dans le blocage ? Faut-il y voir une trop place des Etats sous ses différentes formes par rapport au politique, ou plus globalement à une forme de perte de pouvoir des politiques ?

Le problème est à la fois politique et économique. Etats-Unis, Grande-Bretagne et Allemagne ont choisi, en gros, depuis des années, une baisse des prélèvements obligatoires, une dérégulation du marché du travail et une absence de contrôle de l’immigration. Il en résulte une croissance non négligeable mais avec l’apparition de fortes inégalités: c’est sans doute en Allemagne que l’apparition des «MiniJobs » est la plus spectaculaire, depuis les années Schröder. La France, elle, a maintenu un taux de prélèvements obligatoires de dix points au-dessus de la moyenne de l’OCDE; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle une politique néolibérale a tant d’attraits sur les élites économiques françaises, alors que cette politique a montré ses limites ailleurs. On ajoutera cependant un point qui est commun aux quatre pays: la révolution numérique conduit, dans un premier temps au moins, à la concentration de la décision, de plus en plus loin des citoyens. Ce qui caractérise l’évolution des opinions publics, c’est à peu près partout l’envie de relocaliser la décision: pas simplement au niveau national, aussi au niveau local; en fait, au plus près de l’activité. La révolution numérique, c’est aussi le smartphone et le développement horizontal des réseaux sociaux. Le contresens d’un Macron, lorsqu’il parle de rétablir la « verticalité » du pouvoir ou qu’il supprime la taxe d’habitation, c’est qu’il ne sent pas que le pays a besoin au contraire d’une réappropriation de la décision politique par les citoyens et les collectivités locales. De même, l’Allemagne ne supporte plus les décisions solitaires d’Angela Merkel. C’est aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne que le mouvement du « take back control » a le mieux exprimé les choses. Dans le cas britannique, cela inclut de redéfinir les relations entre Londres, l’Angleterre et les autres nations du Royaume-Uni de Grande-Bretagne.

Quels sont les enjeux politiques qui en découlent ? S'agit-il de choisir de revenir "en arrière" ou plutôt d'affronter l'impasse actuelle en s'affranchissant du cadre établi ?

Tout d’abord, tout dépend de la qualité des leaders qui portent la nouvelle politique. Exactement comme Reagan, Donald Trump est sous-estimé et méprisé par une grande partie des élites; or son bilan est d’ores et déjà impressionnant: recul du chômage, renégociation d’accords commerciaux, évaluation plus réaliste que celle de ses deux prédécesseurs sur la fragilisation de l’Empire américain. En revanche, en Grande-Bretagne, Theresa May se révèle une conservatrice « wet », très hésitante alors qu’elle avait toutes les cartes en main fac à l’UE. En Europe de l’Ouest en général, c’est le manque de personnalités capables de porter le conservatisme en train d’advenir qui est le plus flagrant.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
05.
Carla Bruni : "On a fait passer mon mari pour un bourrin inculte"
06.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
07.
Trois propositions pour changer le travail au bureau que proposent les happiness managers… et qui fonctionnent
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 17/01/2019 - 10:46
Langue de Bois
Citation : ''L’Occident commençait à sortir de 50 ans de politique social-démocrate ou socialiste''.
Ce qui rend cet article difficilement compréhensible, c'est que mr. Husson est atteint du même ''tic de langage'' que de nombreux ''papys-Atlantico'', il parle la même ''langue de bois'' !
Ganesha
- 17/01/2019 - 10:43
Socialisme, Source de tous les Malheurs du Monde
La réalité fondamentale, c'est que la ''Social Démocratie'', c'est effectivement bien l'excellente politique qui a permis les ''Trente Glorieuses'' !
Ce qui est surprenant, c'est qu'un économiste aussi distingué nie la réalité et cherche à brouiller les pistes, en prétendant établir un synonyme, et pouvoir affirmer que l'Occident a été dirigé de 1945 à 1980 selon des principes que l'on pourrait également qualifier de Socialisme !
Mr. Husson, consultez un ''Dictionnaire pour les Nuls'', et cherchez la définition de ce qu'a été le ''Socialisme'' !
Lequel a définitivement disparu en France en 1983, nos gouvernements successifs n'ayant ensuite simplement appliqué qu'une version moins cruelle et fanatique du Libéralisme que d'autres pays européens.
Même si le JT d'Arte m'a récemment appris que l'Allemagne a, en fait, établi aussi un RSA, et du même montant que la France !
Mr. Husson, de grâce, soyez honnête, sincère et raisonnable !
Laissez donc l'usage de ''l'insulte suprême'', le ''Socialisme, Source de tous les Malheurs du Monde'', aux vieux débris fillonistes qui constituent la clientèle de base d'Atlantico !
Loupdessteppes
- 17/01/2019 - 10:25
Ce n'est ni un problème politique, ni un problème économique !
Les rouages de l'état sont sont massifs, ruineux, doctes, stagnants, inefficaces, autoritaires. Nous subissons une dictature administrative qui empêche toute créativité et s'abreuve de fiscalité abusive pour les petits entrepreneurss, artisans et commerçants au profit d'une caste de grands (sic) patrons qui bénéficient d'avantages à la limite de la corruption (Pauvre Carlos...)...Cette caste est soutenue par le pouvoir administratif et politique depuis des lustres...indépendamment de la couleur politique et les variations de l'économie...