En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 17 min 36 sec
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude américaine qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 6 heures 38 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 21 heures 4 min
light > Insolite
constante menace
Un oiseau attaque et tue un cycliste
il y a 22 heures 33 min
pépites > Politique
toujours en poche
Emmanuel Macron évalue ses ministres avec une application
il y a 23 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 1 heure 7 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 3 heures 45 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 4 heures 28 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 6 heures 30 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 6 heures 50 min
pépites > Education
une prison à ciel ouvert ?
Les guerres de bandes gangrènent des lycées franciliens
il y a 21 heures 55 min
Art et nature font-ils bon ménage ?
Une forêt de 300 arbres voit le jour en plein milieu d’un stade de football
il y a 23 heures 18 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Démanteler les GAFA pour déséquilibrer le monde ? Fausse bonne idée

il y a 1 jour 33 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Spontanéité

Clash de valeurs : cette contre-culture populaire que les Gilets jaunes tentent de défendre face aux élites

Publié le 14 janvier 2019
Les Gilets Jaunes ont d’abord été méprisés, puis exécrés par les élites, car ils portent en eux une contre-culture ou une contre-éthique, celle de la spontanéité populaire, à rebours de la retenue morale et comportementale pratiquée et valorisée par les élites. Celles-ci peinent d’ailleurs à assigner à ce mouvement de contestation radicale sa véritable portée: les élites rêvent d’en faire une simple poussée de fièvre sociale, quand c’est un modèle de comportement et de culture qui est en jeu.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Gilets Jaunes ont d’abord été méprisés, puis exécrés par les élites, car ils portent en eux une contre-culture ou une contre-éthique, celle de la spontanéité populaire, à rebours de la retenue morale et comportementale pratiquée et valorisée par les élites. Celles-ci peinent d’ailleurs à assigner à ce mouvement de contestation radicale sa véritable portée: les élites rêvent d’en faire une simple poussée de fièvre sociale, quand c’est un modèle de comportement et de culture qui est en jeu.

La crise des Gilets Jaunes, qui dure maintenant depuis plus de deux mois sans qu’on ne voit clairement quelle issue politique Emmanuel Macron lui propose, peut se résumer par une crise du contre-temps. Depuis le mois de novembre, les élites découvrent, samedi après samedi, une contestation qu’elle ne comprennent pas, qu’elle ne parviennent pas à analyser, qu’elle n’anticipent pas et dont elle ne décodent aucune expression. Ce retard dans la compréhension porte un danger majeur pour nos institutions, dans la mesure où la réponse au mouvement est toujours trop tardive, et généralement inappropriée. Se dégage peu à peu une revendication politique et institutionnelle majeure qui laisse les dirigeants, les décideurs, les intellectuels, dans un état de sidération inquiétant.

Les Gilets Jaunes ou l’émergence de la spontanéité populaire dans le débat public
Il faut avoir assisté à des débats de Gilets Jaunes pour mesurer la confrontation des cultures qui est à l’oeuvre et qui est, de notre point de vue, au coeur même à la fois des revendications du mouvement, et de son rejet par les élites. 

Nos élites sont formées au principe de rationalité. Un débat doit être organisé, structuré, conduit, piloté. Les intervenants, pour être pris au sérieux, doivent pratiquer un certain art oratoire où l’argumentation tient une place essentielle. Tout discours doit être pondéré, empreint de modération. Il doit fonctionner sur la base d’une dialectique où chaque élément « pour » ou « contre » est exposé, discuté, soupesé, jusqu’à une conclusion raisonnable, modérée, qui ne s’expose pas au reproche du « Vous exagérez! », si courant dans les bons milieux parisiens. 

En quelque sorte, le débat selon les élites est une redite de la dissertation de philosophie au baccalauréat, ou un dérivé de celle-ci. 

Chez les Gilets Jaunes, le débat se passe autrement. Il est fait de confrontations excessives, de passions, de coups de gueule. Les orateurs ne cherchent pas à y convaincre. Ils veulent simplement s’exprimer. On n’est pas ici dans le calcul cartésien qui structure nos esprits les plus dominateurs, et qui est valorisé par nos grandes écoles. Ce qui crée l’écoute dans une réunion de Gilets Jaunes n’est pas la qualité technique de l’argumentation. C’est au contraire la valorisation de l’émotion, de la sincérité, du moi romantique en quelque sorte. Au fond, la culture des Gilets Jaunes est celle de l’excès, du subjectif, de l’emportement. 

Deux France, deux mondes, deux cultures politiques, deux échelles de valeur. 

Les Gilets Jaunes et la violence: une histoire complexe


En intimant aux Gilets Jaunes de ne pas pratiquer la violence, en mettant en avant le fait que cette violence discréditait ce mouvement, les élites ont d’ailleurs montré qu’elles ne comprenaient rien à la nature éthique de ce qui se passait dans les rues. 

Je ne dis pas ici que les Gilets Jaunes font l’apologie de la violence, ni qu’ils la légitiment. Simplement, dans leur prisme culturel, elle ne joue pas le même rôle que pour les élites. Et cette différence de compréhension, de lecture des mêmes faits, explique largement le pourrissement de la crise qui risque de se retourner dangereusement contre le pouvoir en place. 

Parce que la spontanéité populaire est au coeur de leur mouvement, les Gilets Jaunes ne comprennent pas qu’ils soient comptables de faits violents commis par des casseurs ou par certains d’entre eux dont la colère déborde. Les Gilets Jaunes expriment leur ras-le-bol, leur désespérance. Ils n’ont pas de calcul politique, communicationnel comme on dit. Ils n’ont pas construit une revendication programmatique ou sociale avec une stratégie rusée comme dans un mouvement organisé par la CFDT ou par un parti politique. Ils ne sont pas dans ce jeu-là, à la recherche d’une crédibilité politique ou d’une respectabilité. Eux, ils s’expriment simplement, avec la sincérité d’un peuple pris d’émotion. 

Alors si, dans cette expression, il existe des débordements, ils en prennent acte sans plaisir. Ils notent que le gouvernement n’a semblé les prendre au sérieux qu’après l’éclatement des vitrines, les incendies de voiture, les heurts avec les policiers. Et ils voient mal pourquoi, tout à coup, ce gouvernement qui n’a tendu l’oreille qu’une fois la violence partout dans les rues explique aujourd’hui qu’elle vicie leur mobilisation.

Sauf bien entendu à entendre la petite musique du mépris social qui justifie encore et toujours qu’une revendication populaire ne doive pas être écoutée. Et il y a toujours un bon motif pour justifier cette surdité: ils s’expriment mal, ils sont trop simples, trop frustes, ils ne comprennent pas où l’on veut aller, etc. 

La paix dans les manifestations: un piège pour le gouvernement


Pour Emmanuel Macron, accusé un temps de nourrir la violence (par exemple avec des provocations comme sa phrase sur le sens de l’effort), l’appel à manifester sans violence est une erreur tactique. Car les Gilets Jaunes ont montré ce week-end qu’ils étaient capables de l’entendre et de se dominer. Ils ont mis en place des services d’ordre, et les affrontements ont, pour la plupart, cessé. 

Les contestataires ont fait un sérieux pas, salué par la presse mainstream, dans le sens du Président. Si celui-ci ne joue pas le jeu en retour, en continuant par exemple à exclure la fiscalité du patrimoine du débat, il s’exposera à une puissante déception dont personne ne sait où elle mènera. 

Emmanuel Macron ne l’a peut-être pas clairement vu, mais en demandant aux Gilets Jaunes d’entrer dans la peau, dans le style, dans l’apparence des élites, il a lancé un boomerang suicidaire. Car seules les élites parisiennes pensent que leur style retenu est un préalable, et même un passage obligé pour faire de la politique.

Les Gilets Jaunes sont faits d’un autre bois: leur échelle de valeur est différente. Ce n’est pas parce qu’ils se légitiment transitoirement en parlant comme les élites qu’ils vont abandonner la radicalité de leurs revendications. Simplement, le moment venu, il sera impossible au pouvoir en place de prétexter le non-respect des formes « bourgeoises » pour dire non au peuple. 

De ce point de vue, des Gilets Jaunes bourrus et agités sont beaucoup moins dangereux que des Gilets Jaunes pacifiques pour le pouvoir. Car dès lors que le référendum d’initiative citoyenne est demandé avec politesse, selon l’étiquette de la nouvelle aristocratie au pouvoir, comment le refuser sans aller à une confrontation brutale? Et là, la violence se nourrira sans limite de la mauvaise foi et de la rouerie du pouvoir en place.

Macron en position extrêmement difficile


En réalité, et comme nous l’indiquions déjà la semaine dernière, la relance des Gilets Jaunes après l’espoir absurde et mal informé de l’Élysée de voir le mouvement se tasser, ouvre une crise institutionnelle compliquée pour le pouvoir en place. 

D’une part, Emmanuel Macron est peu à peu lâché par les siens. Le retrait désormais officiel (et acté dans les textes) de Chantal Jouanno, présidente inamovible d’une autorité administrative indépendante chargée d’animer des débats publics, constitue un redoutable chant du cygne. Son entourage resserré ne semble pas prendre la mesure de la crise.

D’autre part, la capacité du Président à réformer est, dans tous les cas, proche de l’état de carbonisation. On ne compte déjà plus les réformes annoncées pour 2019 et discrètement reportées par le gouvernement. Parmi celles-ci figurent des mesures qui devaient profiter aux petits producteurs agricoles étouffés par des prix trop bas. Faute de parution, de nouveaux mouvements durs sont à craindre, notamment de la part des producteurs de porc. 

En l’état, Emmanuel Macron cherche à gagner du temps. Mais les revendications populaires risquent fort de heurter ses soutiens historiques les plus puissants, et rien ne dit que le pouvoir dispose encore des trois mois prévus pour le Grand Débat pour réagir. L’espérance d’un referendum final pour sortir de la crise pourrait donc reposer sur du sable. 

À force de jouer la montre, le pouvoir pourrait bien être pris de court, sans avoir rien vu venir, comme depuis le début. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/01/2019 - 19:20
Emmanuel Macron est bien à plaindre
Emmanuel Macron est bien à plaindre. Il avait été programmé pour gérer des choses et il se retrouve devant des humains. Il doit faire de la politique, c'est à dire un peu plus que de la "com". Regardez-le face aux Gilets jaunes: c'est une poule qui a trouvé un couteau.
spiritucorsu
- 15/01/2019 - 00:46
Collision de deux mondes antagonistes.
Analyse psychologique parfaite(là,je rejoins ullman) de deux mondes antagonistes entrés en collision,avec des valeurs et des intérêts opposés.La suite des événements risque d'être cataclysmique.
Ullman
- 14/01/2019 - 15:17
ANALYSE
Analyse psychologique très fine qui permet de passer de la perception intuitive à la pensée claire : merci.
Humble suggestion : et si on cessait de parler des « élites », s’agissant de personnes sourdes, aveugles et mal-comprenantes ? Pourquoi ne pas écrire « les snobs » ?