En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 20 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 25 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 20 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 52 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 33 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 22 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 37 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 18 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 32 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 46 sec
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 56 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Contribution publique

Révolutionner le système fiscal pour revitaliser le consentement à l’impôt

Publié le 11 janvier 2019
La colère des Gilets jaunes est le révélateur, entre autres frustrations, d’une forte dégradation du consentement à l’impôt, ce consentement qui est le fondement de notre système fiscal depuis la Révolution de 1789.
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La colère des Gilets jaunes est le révélateur, entre autres frustrations, d’une forte dégradation du consentement à l’impôt, ce consentement qui est le fondement de notre système fiscal depuis la Révolution de 1789.

Voté par l’Assemblée Constituante, la Déclaration des Droits de l’Homme dispose en son article 14 : « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ». Notre Constitution de 1958 a réaffirmé dans son préambule les principes définis par la Déclaration de 1789.

En se contentant de répondre à la colère de millions de Français par de nouveaux ajouts au patchwork fiscal instable de près de 4000 pages, le Président Macron constatera rapidement commeLouis XIV :« Quand je donne une place, je fais un ingrat et cent mécontents ». Alors comment revitaliser le consentement à l’impôt ?

On entend que notre système fiscal ne serait pas juste et que ce sentiment d’injustice serait la cause de la dégradation du consentement à l’impôt. Une fiscalité n’est pas juste ou injuste en elle-même. C’est le projet politique sous-jacentqui estjuste pour certains et injuste pour d’autres. La fiscalité est seulement un outil qui peut être efficace ou inefficace à réaliser le projet, et rien d’autre.La Déclaration de 1789 fonde le consentement à l’impôt sur le droit des citoyens à vérifier la nécessité de l’impôt et à en suivre l’emploi. Posé autrement,le consentement n’existe que si le citoyen peut constater l’efficacité de l’impôt à réaliser le contrat social.

Or ce que nous disent les Gilets Jaunes, c’est que dans un pays où l’impôt est censé régler tous les problèmes et où il est l’un des plus élevés au monde, ils seraient en droit de jouir du meilleur système éducatif, de la sécurité la plus élevée, du système de santé le plus performant etc. Or, ils font le constat chaque jour d’une dégradation de l’école, de la sécurité et de l’hôpital, entre autres. Notre système fiscal est devenu inefficace et donc répulsif.

Il est intéressant de constater que cette révolte contre l’impôt est associée à une perte du sentiment de représentativité des citoyens par les élus.

Efficacité de l’impôt et représentativité démocratique doivent donc être retrouvées pour sortir de la crise actuelle. Seule une révolution fiscale autorisera cette sortie et cette révolution, c’est la décentralisation du système fiscal par l’introduction de trois niveaux de fiscalité indépendants (Etat, région et commune) fondés sur le principe de subsidiarité.

La dépense d’Etat doit être limitée aux fonctions régaliennes (sécurité intérieure et extérieure + diplomatie + justice civile), au financement des grandes infrastructures nationales etdesinstances internationales. La région prendra en charge l’enseignement (de la maternelle à l’enseignement supérieur) et les infrastructures régionales. Aux communes seront réservées les autres tâches.

Il n’existe aucune raison de penser aussi que la centralisation et l’uniformisation du système de santé et de protection sociale soient les garantes de leur efficacité. Les problématiques sanitaires dans une région industrielle sont différentes de celles dans une région où le troisième âge est dominant. La protection sociale dans une région jouissant du plein emploi ne doit pas être appréhendée à l’identique de celle dans une région ayant un fort taux de chômage. C’est pourtant le cas à ce jour.

La centralisation de l’impôt et son uniformisation sur un territoire non-homogène pénalisent certains territoires et en favorisent d’autres. Le principe d’une fiscalité localisée permettrait à chaque territoire de faire jouer ses avantages compétitifs naturels ou historiques et de compenser ses désavantages. Localiser la fiscalité – si la mobilité géographique est facilitée - autorise également l’émergence de projets politiques divers sur le territoire, pouvant répondre à des aspirations ou à des spécialisations différentes entre les citoyens sans que les uns n’aient le sentiment de subventionner indûment les autres.

Serait-ce la fin de l’unité nationale ? Au contraire, l’unité nationale est d’autant plus forte qu’elle est concentrée sur les valeurs fondamentales de la Nation. C’est lorsque l’Etat tente d’imposer des contraintes secondaires qui n’affectent en rien les valeurs fondamentales de la Nation qu’il affaiblit son autorité. A l’Etat, la charge du projet national qui écrit notre histoire. Aux régions et aux communes de gérer le bien-être quotidien des citoyens, celui-ci pouvant être vécu et donc choisi librement localement.

Quitte à bousculer nombre d’a priori, s’il doit subsister une solidarité nationale dans les circonstances de force majeure, l’efficacité réelle des politiques d’aménagement du territoire n’a jamais été démontrée. Pour paraphraser un constat fait en matière d’aide internationale : les pauvres des régions riches subventionnent les riches des régions pauvres. C’est le développement du commerce entre les régions qui contribue à la prospérité des régions. Ce développement n’a pas besoin d’aides mais d’un cadre favorisant l’activité économique. Or ce cadre émerge d’autant plus facilement que les forces vives locales jouissent de liberté à cette fin.

Repenser entièrement notre système fiscal en le rapprochant du citoyen aurait une seconde vertu : renforcer la représentativité des élus et redonner confiance aux citoyens en leurs représentants.

Il est évident qu’une telle révolution fiscale nécessiterait plusieurs années pour aboutir, ne serait-ce que pour permettre le transfert au niveau régional et communal des compétences indispensables à sa réussite. Dès à présent, les super-régions récemment créées jouissent de la taille critique pour élaborer et gérer des budgets importants. Les électeurs pousseraient à l’intercommunalité ou même à la fusion de communes afin de regrouper les ressources locales. Le niveau du département devrait être supprimé car l’interlocuteur principal des communes serait les régions.

Pour ce qui est de la taxe carbone enfin, chaque citoyen devrait se voir alloué un crédit de CO2 et ne subir une taxation qu’au-delà d’une émission supérieure à ce crédit. Est-il normal qu’un conducteur rural de diesel, y compris ancien, subisse une taxe carbone alors qu’un citadin sans véhicule mais voyageant par les airs pour ses week-ends n’en supporte pas ? Le mieux étant l’ennemi du bien, y compris en matière fiscale, ce crédit devrait être simple et compréhensible, même s’il était très approximatif dans son suivi. Les moyens de paiements centralisés et transparents qui se mettent en place, autorisent un tel calcul. Voilà de quoi apaiser les gilets jaunes et rendre la fiscalité écologique acceptable par les citoyens.

Une telle révolution est à notre portée pour autant que la volonté et le courage de l’entreprendre soient présentes.Le Président Macron avait appelé son programme électoral « Révolution ». Le temps est peut-être venu de le mettre en œuvre, au moins au plan fiscal, et de se réconcilier ainsi avec les Français.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/01/2019 - 19:18
Rêverie
Croire que l'argent des impôts serait mieux utilisé en région est une douce rêverie. D'ailleurs c'est dans les collectivités locales que le gaspillage est le plus important et justement à cause de la proximité qui favorise le clientélisme et le favoritisme. Quant à l'histoire de la taxe carbone individualisée c'est encore plus con. Il faut abandonner toute idée de taxe carbone et si on ne le fait pas l'appliquer uniformément à toutes les consommations carbonées, donc aussi aux éoliennes. Pour qu'il y ait consentement à l'impôt il faut qu'il y ait d'abord consentement sur les dépenses: mais ceux qui souhaitent les dépenses sont souvent ceux qui payent le moins d'impôts, alors on n'en sortira pas.
jurgio
- 11/01/2019 - 16:06
La saga indigeste de la fiscalité française
Il faudra bien simplifier tout cela. Les gens des régions reculées ont le sentiment que les impôts ne servent qu'à engraisser la truie francilienne.