En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 3 heures 45 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 33 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 3 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 5 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 3 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 32 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 16 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 2 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Contribution publique

Révolutionner le système fiscal pour revitaliser le consentement à l’impôt

Publié le 11 janvier 2019
La colère des Gilets jaunes est le révélateur, entre autres frustrations, d’une forte dégradation du consentement à l’impôt, ce consentement qui est le fondement de notre système fiscal depuis la Révolution de 1789.
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La colère des Gilets jaunes est le révélateur, entre autres frustrations, d’une forte dégradation du consentement à l’impôt, ce consentement qui est le fondement de notre système fiscal depuis la Révolution de 1789.

Voté par l’Assemblée Constituante, la Déclaration des Droits de l’Homme dispose en son article 14 : « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ». Notre Constitution de 1958 a réaffirmé dans son préambule les principes définis par la Déclaration de 1789.

En se contentant de répondre à la colère de millions de Français par de nouveaux ajouts au patchwork fiscal instable de près de 4000 pages, le Président Macron constatera rapidement commeLouis XIV :« Quand je donne une place, je fais un ingrat et cent mécontents ». Alors comment revitaliser le consentement à l’impôt ?

On entend que notre système fiscal ne serait pas juste et que ce sentiment d’injustice serait la cause de la dégradation du consentement à l’impôt. Une fiscalité n’est pas juste ou injuste en elle-même. C’est le projet politique sous-jacentqui estjuste pour certains et injuste pour d’autres. La fiscalité est seulement un outil qui peut être efficace ou inefficace à réaliser le projet, et rien d’autre.La Déclaration de 1789 fonde le consentement à l’impôt sur le droit des citoyens à vérifier la nécessité de l’impôt et à en suivre l’emploi. Posé autrement,le consentement n’existe que si le citoyen peut constater l’efficacité de l’impôt à réaliser le contrat social.

Or ce que nous disent les Gilets Jaunes, c’est que dans un pays où l’impôt est censé régler tous les problèmes et où il est l’un des plus élevés au monde, ils seraient en droit de jouir du meilleur système éducatif, de la sécurité la plus élevée, du système de santé le plus performant etc. Or, ils font le constat chaque jour d’une dégradation de l’école, de la sécurité et de l’hôpital, entre autres. Notre système fiscal est devenu inefficace et donc répulsif.

Il est intéressant de constater que cette révolte contre l’impôt est associée à une perte du sentiment de représentativité des citoyens par les élus.

Efficacité de l’impôt et représentativité démocratique doivent donc être retrouvées pour sortir de la crise actuelle. Seule une révolution fiscale autorisera cette sortie et cette révolution, c’est la décentralisation du système fiscal par l’introduction de trois niveaux de fiscalité indépendants (Etat, région et commune) fondés sur le principe de subsidiarité.

La dépense d’Etat doit être limitée aux fonctions régaliennes (sécurité intérieure et extérieure + diplomatie + justice civile), au financement des grandes infrastructures nationales etdesinstances internationales. La région prendra en charge l’enseignement (de la maternelle à l’enseignement supérieur) et les infrastructures régionales. Aux communes seront réservées les autres tâches.

Il n’existe aucune raison de penser aussi que la centralisation et l’uniformisation du système de santé et de protection sociale soient les garantes de leur efficacité. Les problématiques sanitaires dans une région industrielle sont différentes de celles dans une région où le troisième âge est dominant. La protection sociale dans une région jouissant du plein emploi ne doit pas être appréhendée à l’identique de celle dans une région ayant un fort taux de chômage. C’est pourtant le cas à ce jour.

La centralisation de l’impôt et son uniformisation sur un territoire non-homogène pénalisent certains territoires et en favorisent d’autres. Le principe d’une fiscalité localisée permettrait à chaque territoire de faire jouer ses avantages compétitifs naturels ou historiques et de compenser ses désavantages. Localiser la fiscalité – si la mobilité géographique est facilitée - autorise également l’émergence de projets politiques divers sur le territoire, pouvant répondre à des aspirations ou à des spécialisations différentes entre les citoyens sans que les uns n’aient le sentiment de subventionner indûment les autres.

Serait-ce la fin de l’unité nationale ? Au contraire, l’unité nationale est d’autant plus forte qu’elle est concentrée sur les valeurs fondamentales de la Nation. C’est lorsque l’Etat tente d’imposer des contraintes secondaires qui n’affectent en rien les valeurs fondamentales de la Nation qu’il affaiblit son autorité. A l’Etat, la charge du projet national qui écrit notre histoire. Aux régions et aux communes de gérer le bien-être quotidien des citoyens, celui-ci pouvant être vécu et donc choisi librement localement.

Quitte à bousculer nombre d’a priori, s’il doit subsister une solidarité nationale dans les circonstances de force majeure, l’efficacité réelle des politiques d’aménagement du territoire n’a jamais été démontrée. Pour paraphraser un constat fait en matière d’aide internationale : les pauvres des régions riches subventionnent les riches des régions pauvres. C’est le développement du commerce entre les régions qui contribue à la prospérité des régions. Ce développement n’a pas besoin d’aides mais d’un cadre favorisant l’activité économique. Or ce cadre émerge d’autant plus facilement que les forces vives locales jouissent de liberté à cette fin.

Repenser entièrement notre système fiscal en le rapprochant du citoyen aurait une seconde vertu : renforcer la représentativité des élus et redonner confiance aux citoyens en leurs représentants.

Il est évident qu’une telle révolution fiscale nécessiterait plusieurs années pour aboutir, ne serait-ce que pour permettre le transfert au niveau régional et communal des compétences indispensables à sa réussite. Dès à présent, les super-régions récemment créées jouissent de la taille critique pour élaborer et gérer des budgets importants. Les électeurs pousseraient à l’intercommunalité ou même à la fusion de communes afin de regrouper les ressources locales. Le niveau du département devrait être supprimé car l’interlocuteur principal des communes serait les régions.

Pour ce qui est de la taxe carbone enfin, chaque citoyen devrait se voir alloué un crédit de CO2 et ne subir une taxation qu’au-delà d’une émission supérieure à ce crédit. Est-il normal qu’un conducteur rural de diesel, y compris ancien, subisse une taxe carbone alors qu’un citadin sans véhicule mais voyageant par les airs pour ses week-ends n’en supporte pas ? Le mieux étant l’ennemi du bien, y compris en matière fiscale, ce crédit devrait être simple et compréhensible, même s’il était très approximatif dans son suivi. Les moyens de paiements centralisés et transparents qui se mettent en place, autorisent un tel calcul. Voilà de quoi apaiser les gilets jaunes et rendre la fiscalité écologique acceptable par les citoyens.

Une telle révolution est à notre portée pour autant que la volonté et le courage de l’entreprendre soient présentes.Le Président Macron avait appelé son programme électoral « Révolution ». Le temps est peut-être venu de le mettre en œuvre, au moins au plan fiscal, et de se réconcilier ainsi avec les Français.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/01/2019 - 19:18
Rêverie
Croire que l'argent des impôts serait mieux utilisé en région est une douce rêverie. D'ailleurs c'est dans les collectivités locales que le gaspillage est le plus important et justement à cause de la proximité qui favorise le clientélisme et le favoritisme. Quant à l'histoire de la taxe carbone individualisée c'est encore plus con. Il faut abandonner toute idée de taxe carbone et si on ne le fait pas l'appliquer uniformément à toutes les consommations carbonées, donc aussi aux éoliennes. Pour qu'il y ait consentement à l'impôt il faut qu'il y ait d'abord consentement sur les dépenses: mais ceux qui souhaitent les dépenses sont souvent ceux qui payent le moins d'impôts, alors on n'en sortira pas.
jurgio
- 11/01/2019 - 16:06
La saga indigeste de la fiscalité française
Il faudra bien simplifier tout cela. Les gens des régions reculées ont le sentiment que les impôts ne servent qu'à engraisser la truie francilienne.