En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 9 heures 26 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 15 heures 2 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 15 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 8 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 44 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 19 heures 11 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Mention bien, mais peut mieux faire

Laurent Wauquiez cible habilement les faiblesses d’Emmanuel Macron mais oublie une partie du problème

Publié le 11 janvier 2019
Dans une interview donnée aux Echos, Laurent Wauquiez assure qu' "Il faut engager un vrai plan de réduction de la dépense publique qui s’accompagne d’un big bang fiscal ".
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview donnée aux Echos, Laurent Wauquiez assure qu' "Il faut engager un vrai plan de réduction de la dépense publique qui s’accompagne d’un big bang fiscal ".

Atlantico : Comment évaluer les propositions formulées par Laurent Wauquiez dans son interview donnée aux Échos ? Derrière l’aspect politique, comment préjuger des résultats que pourraient apporter ces réformes économiques ?

Michel Ruimy : La France a la caractéristique navrante de posséder un système fiscal qui, à la fois, frustre ses contribuables, coûte cher à l’Administration, et nuit à l’attractivité du pays. Ceci dérive des méandres de l’Histoire. En effet, il est le résultat de l’empilement de dispositifs qui poursuivent souvent plusieurs objectifs à la fois, ou plusieurs fois le même objectif. Il est donc lourd, complexe et peu cohérent.

L’idée de Laurent Wauquiez de remettre à plat la fiscalité pour rendre l’impôt plus lisible et plus juste et, en même temps, réduire les dépenses publiques n’est pas nouvelle. Nombreux, avant lui, ont déjà fait écho sur la nécessité d’une profonde réforme fiscale. Pour autant, ce qu’il propose est-il nouveau ? Non !

De plus, il est réducteur dans son analyse en attribuant la crise actuelle aux « profondes erreurs d’Emmanuel Macron ». En effet, celle-ci révèle surtout les erreurs et les insuffisances des politiques qui se sont engagés sur la voie de la facilité et du laxisme durant plusieurs décennies.

Ensuite, la question n’est plus de savoir si des erreurs ont été commises mais comment en sortons-nous. Sur le fond, nous retrouvons des phrases, des concepts généraux et vagues, des platitudes telles que celles qu’on a déjà entendues ou lues de la part de différents politiciens au cours de ces dernières années mais toujours pas d’idées clairement énoncées, ni de stratégie crédible.

Qu’aurait fait la Droite si elle avait été élue ? Aurait-elle vraiment pu éviter le ras le bol général qui couvait depuis longtemps ? Alors, pourquoi ne lui a-t-on pas fait confiance en élisant un président sorti de son camp ? Bref, une critique permanente et facile.

Au plan pratique, Laurent Wauquiez se paie de mots. Le « big bang » fiscal est impossible en France non pas d’un point de vue technique car il est toujours possible, par exemple, de supprimer un certain nombre de niches fiscales dont l’intérêt budgétaire ou économique n’est pas démontré, mais d’un point de vue politique, quand on observe déjà ce qui se passe quand le Gouvernement transforme l’ISF ! En d’autres termes, comment faire travailler plus de fonctionnaires sans augmentation de salaires ?

En outre, vouloir diminuer les impôts sans préciser les services de l’Etat qui seront restreints en conséquence, c’est promettre de « raser gratis ».

Enfin, il oublie juste une chose dans son raisonnement : le temps. En combien de temps, envisage-t-il d’effectuer l’ensemble de ces réformes ?

En évitant d’aborder les questions économiques européennes et les enjeux qu’elles représentent pour la France, Laurent Wauquiez ne passe-t-il pas trop rapidement sur les enjeux macroéconomiques qui pourraient être décisifs dans le cadre de son projet de Big Bang fiscal ?

En fait, ce n’est pas surprenant car la ligne du parti LR sur le volet économique est brouillée. Ceci explique que le président des Républicains ne pipe mot sur le contexte macroéconomique européen et les engagements de la France.

De plus, les circonstances sont, cette année, particulièrement défavorables pour sa formation politique, qui traverse une crise d’identité depuis son échec à la présidentielle de 2017. En effet, les élections européennes de mai sont d’autant plus délicates à aborder pour la Droite classique (et d’autant plus cruciale pour lui qui n’est pas parvenu jusqu’ici à s’imposer dans l’opinion, même à Droite) qu’elle doit trouver la bonne formule pour faire entendre ses positions, à mi-chemin entre celles, plus aisément identifiables, du parti présidentiel (proeuropéen) et de l’extrême droite (hostile à l’Union européenne).

Un récent sondage crédite la liste LR de 8% des intentions de vote (1 point devant le parti de Nicolas Dupont-Aignan qui se rêve plus fort que Laurent Wauquiez) tandis qu’il vise 15% ! Un niveau modeste au regard des 20% obtenus par l’UMP lors des élections de 2014.

N’oublions pas toutefois que les élections européennes seront une photographie à l’instant T de la situation politique nationale et personne ne pourra en tirer des enseignements définitifs futurs.

Comment rendre un tel big bang possible, permettant, à la fois, la baisse des impôts, et la réduction des dépenses ?

Traçons, tout d’abord, les grandes caractéristiques de la fiscalité française. La France impose fort, et redistribue beaucoup. En 2017, le taux de prélèvements obligatoires (impôts, taxes, cotisations sociales) s’élevait à 46,1 % du Produit intérieur brut (PIB) et la France se plaçait en deuxième position au sein de l’Union européenne, derrière le Danemark.

Ensuite, concernant l’entreprise, la fiscalité est trop centrée sur le travail. Or, faire reposer le financement de la protection sociale essentiellement sur les revenus du travail peut nuire à l’emploi. D’autre part, le taux d’impôt sur les sociétés est « facialement » élevé (33,3% contre 22,8% en moyenne dans l’Union européenne) mais rapporte peu (2,7% du PIB).

Quant à l’impôt sur le revenu des ménages, il est fortement concentré sur les hauts revenus et a un rendement faible (9% du PIB). Moins d’1 ménage sur 2 acquitte cet impôt, les 10% des ménages les plus aisés en payent les deux-tiers, et les 1% les plus aisés près d’un tiers.

Par ailleurs, l’impôt sur la consommation est à contre-courant des autres pays. La France se distingue de ses principaux voisins par un relativement faible recours à la TVA, impôt principalement assis sur la consommation, qui rapporte 7 points de PIB contre 9 à 10 points de PIB dans les pays nordiques.

Enfin, une fiscalité environnementale peu utilisée. La France reste en retard en matière de taxes environnementales par rapport à ses voisins européens.

Dans un tel contexte, comment et par où, commencer le travail ?

Le « grand soir fiscal » pourrait passer, en conservant le prélèvement à la source et la prime d’activité, par la fusion de la Contribution sociale généralisée (CSG) et de l’impôt sur le revenu (IR) en retenant le meilleur de chacun c’est-à-dire l’assiette large de la CSG et la progressivité de l’IR. Ceci se traduirait par une progressivité plus continue et par un nombre plus important de contribuables, ce qui éviterait une concentration de l’IR vers les plus hauts revenus. En outre, une fraction de ce nouvel impôt (à déterminer) financerait la Sécurité sociale. Le quotient familial serait transformé en crédit d’impôt égal par enfant quel que soit le revenu des parents (système existant en Allemagne, aux États-Unis, au Royaume-Uni…), ce qui assure une redistribution en faveur des familles modestes. Enfin, certaines niches fiscales devront disparaître.

Aucune de ces voies de réforme n’est facile, mais une réforme est nécessaire pour rendre notre impôt plus simple, plus clair, plus juste et mieux accepté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/01/2019 - 09:58
Rêveries
Les propositions d'un Laurent Wauquiez comme celles d'un Olivier Faure ne sont que des manifestation d'onanisme politicien. Qui peut encore en 2019, en plein dans un bouillonnement populaire qui les ignore, prendre ces braves gens au sérieux?
pierre de robion
- 11/01/2019 - 15:50
Yaurékafodrékon!
Mais toutes les solutions sont déjà dans maints rapports vite enterrés car la fiscalité comme la politique ou l'économie c'est une question de feeling!
Or la psychologie des foules n'a jamais fait bon ménage avec le réalisme que nécessiterait l'intérêt général, ne serait-ce que parce que chacun espère échapper aux coups que recevra son voisin qui, lui, les aura bien mérités.
Bref, le citoyen lambda est égoïste, les saints et les héros ne sont que des monstruosités civiques!
Gpo
- 11/01/2019 - 09:56
Tous les citoyens français doivent payer un
impôt même symbolique car chacun profite du système éducatif, médical, ferroviaire etc...
Et il faut revoir toutes les taxes et imôts qui grèvent le pouvoir d'achat et supprimer l'AME qui permet aux clandestins de se soigner gratuitement sans jamais avoir cotisé...
cette aide est une pompe aspirante et le pays crève de cette générosité qui pénalise les français