En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© GEORGES GOBET / AFP
Cercle de la raison
“Il n’y a pas d’alternative” : Alain Juppé se rend-il compte que ses vœux 2019 sont une dangereuse publicité pour renverser l’ordre établi ?
Publié le 10 janvier 2019
Lors de ses traditionnels "vœux à la presse", le maire de Bordeaux a aussi dénoncé "la dérive" des Républicains.
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de ses traditionnels "vœux à la presse", le maire de Bordeaux a aussi dénoncé "la dérive" des Républicains.

Atlantico : En déclarant "qu'il n'y a pas d'autres alternatives" aux réformes, Alain Juppé n'incarne-t-il pas une incapacité à changer de logiciel de pensée face à un contexte inédit ?

Paul-François Paoli : Nul n'a jamais contesté qu'Alain Juppé est un homme de grande valeur et d'une grande intelligence. Ce qui est déplaisant dans ce type de déclaration est l'espèce d'OPA qu'il fait, lui avec d'autres, sur la rationalité en politique. Macron a entrepris des réformes justifiées, notamment celle de la SNCF. Il faudrait être démagogue jusqu'au dernier degré pour considérer comme normal que rien ne bouge dans ce pays. Oui, celui-ci a besoin d'être réformé, et oui le système de solidarité qui permet à des gens de vivre sans presque travailler est abusif.  "Qui ne travaille pas ne mange pas" proclamait Saint Paul dans un de ses épîtres. Un principe qui était même inscrit dans la constitution soviétique.

En France, le principe de solidarité a été détourné par une mentalité d'assisté qui prolifère un peu partout en particulier dans des régions comme la Réunion qui vient de soutenir massivement les Gilets Jaunes. Je pense aussi aux intermittents du spectacle dont certains bénéficient d'un système scandaleux de protection que Macron ne touchera pas car ils font partie de son électorat potentiel et sont les vaches sacrées du milieu bobo. Donc oui, ce pays est malade. Nonobstant, il y a réforme et réforme. Les réformes sociétales avalisées par Macron et prétendument non-négociables comme le mariage pour tous n'ont rien à voir avec les questions économiques et sociales. Elles relèvent de l'anthropologie et de la civilisation. Dire qu'une question est non négociable avant même d'entamer un débat, c'est intenter à la démocratie où tout doit être discutable.

Paradoxalement ce type de posture ne risque-t-il pas d'être introductif et d'embraser la situation.   

Oui, c'est une posture dangereuse. Un monde où il n'y a pas d'alternative : voilà qui est curieux pour un défenseur intraitable de la société ouverte. Juppé est un spécialiste de ce genre de chantages. Il y avait eu recours lors du référendum de Maastricht où il avait combattu à la suite de Chirac les options de Séguin et Chevènement. Comment affirmer que la France se porte mieux aujourd'hui que dans les années 80 ? Qu'a à dire Alain Juppé sur la désindustrialisation de la France ? Celle-ci est-elle sans rapport avec la politique néo-libérale de l'Europe où les économies ont été mises en concurrence avec un voisin, l'Allemagne, avec lequel elle n'était pas en mesure de lutter. Les souverainistes ont tort de prétendre qu'il suffit de revenir au franc pour sauver l'économie. Chacun sa démagogie. Mais il y a aussi une démagogie européiste. Il est dommage de voir un gaulliste s'y prêter. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
07.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/01/2019 - 09:45
Juppé
Un zombie dans un cimetière.
JG
- 11/01/2019 - 14:43
@Ganesha
Juppé n'a pas inventé le numerus clausus qui est apparu en 1977. En revanche il est responsable d'une des plus grandes crétineries politiques au sujet de la médecine de ces 40 dernières années. A l'époque de son gouvernement, en 1995 pour faire court, le nombre de médecins en exercice augmentait encore car il étaient issus des classes nombreuses formées AVANT l'application sévère du numerus clausus qui date de la fin des années 80. Comme les dépenses de santé augmentaient (et continuent d'augmenter, influencées par l'augmentation et le vieillissement de la population, l'augmentation du coût de certains médicaments et techniques médicales, et sous l'effet de certaines politiques laxistes - AME = 1 milliard d'euros par an...) il a cru, en mauvais statisticien qu'il était que les courbes d'augmentation du nombre de médecins et des dépenses de santé étaient corrélées car parallèles.
Et il ne s'est trouvé personne parmi les conseillers dont la moitié sont polytechniciens pour lui expliquer , à ce gros nul, que ce n'était pas forcément le cas. Du coup, il a serré le numérus clausus et a même introduit un mécanisme de départ en retraite anticipé...bonjour le résultat 20 ans après !!
spiritucorsu
- 10/01/2019 - 19:52
Consanguinité intellectuelle.
Un monsieur arrogant,suffisant,imbu de sa petite personne sans jamais d'empathie à l'égard d'autrui,aux résultats tellement brillants que même Chirac n'a pas voulu le garder.Le meilleur d'entre nous est ce qu'on appelle une réussite.Personnage de la même caste que l'actuel monarque que la consanguinité intellectuelle à fini par dégénérer,comme ces antiques dynasties aux mariages interdits dont le sang s'est affaibli qui finissent dans la folie et l'oubli