En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 13 heures 32 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 15 heures 58 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 19 heures 38 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 19 heures 40 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 19 heures 42 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 12 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 13 heures 53 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 15 heures 28 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 19 heures 42 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Pas si grave ?

Quand l’ex chef économiste du FMI ébranle les idées reçues sur la dette

Publié le 08 janvier 2019
Lors d'une présentation très remarquée, l'ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, brise un tabou en montrant que la dette publique n'est pas un problème aussi "catastrophique" que nous l'imaginons parfois.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'une présentation très remarquée, l'ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, brise un tabou en montrant que la dette publique n'est pas un problème aussi "catastrophique" que nous l'imaginons parfois.

Atlantico : L'ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, vient de tenir une présentation au Peterson Institute "Dette publique et taux d'intérêts faibles", dans laquelle il relativise les risques d'un endettement trop important des États. Quels sont les arguments pouvant justifier un tel point de vue ? 

Alexandre Delaigue : La question qu'Olivier Blanchard s'est posée dans sa présentation est la suivante : à partir du moment ou le taux de croissance économique est plus élevé que le taux d'intérêt que vous payez sur la dette, est-il si dangereux que cela pour un État de décider d'avoir un endettement élevé ? En l'espèce, il faut bien comprendre que le coût de l'endettement est le taux d'intérêt, mais que les recettes de l'État augmentent mécaniquement chaque année si le PIB augmente. 

Ces recettes vont augmenter sous deux effets, d'une part l'inflation que l'on peut éliminer si on raisonne avec des taux d'intérêt réels, et d'autre part sous l'effet de la croissance économique. Si le PIB augmente, cela fait plus de revenus pour la population et donc plus de recettes pour l'État. Dans ces conditions, si un État voit ses revenus naturellement augmenter plus vite que le coût de son endettement, et puisqu'un État vit éternellement et a la possibilité de se ré-endetter lorsque ses dettes arrivent à échéance, alors théoriquement, dans une telle situation, un État peut recourir à l'endettement sans que cela ne pose de problèmes pour sa solvabilité future. Paradoxalement, il a même la possibilité de réduire son endettement total tout en utilisant de la dette.

Olivier Blanchard détaille cela en fonction de la nature des dépenses, parce que sinon cela serait trop beau, en utilisant des modèles classiques sur les finances publiques. Mais il en arrive à la conclusion que dans un environnement dans lequel les taux d'intérêt sont très bas et que les taux de croissance économique leurs sont supérieurs, alors l'austérité budgétaire n'est pas recommandée. Les États devraient être beaucoup moins inquiets sur leurs niveaux d'endettement, devraient plus recourir à l'endettement qu'ils ne le font. Dans ces conditions, La dette publique  n'est pas un poids qui s'impose aux générations futures.

Si l'objectif de cette présentation n'est pas, comme le dit Olivier Blanchard, d'inciter à plus d'endettement, quels sont les cas dans lesquels l'endettement peut avoir un effet positif ? 

Olivier Blanchard distingue ici deux types de situation dans lesquelles l'endettement public peut avoir des effets positifs. Le premier est la situation que l'on appelle en économie un "Output Gap". Un output gap est une situation ou l'économie ne produit pas tout ce qu'elle pourrait produire suite à une récession. La demande globale est faible, et l'économie est dans une situation de sous-emploi. Dans ces conditions, l'utilisation du déficit public -s'il ramène l'économie vers le plein emploi et vers sa pleine capacité de production - va générer de la croissance. C'est donc une situation dans laquelle il est intéressant et favorable pour l'économie d'avoir du déficit.

La deuxième situation décrite par Olivier Blanchard est celle ou la dette publique sert à financer des investissements qui vont contribuer à l'augmentation du PIB. Donc, Olivier Blanchard ne le recommande pas pour financer des transferts de revenus comme par exemple les retraites. Mais il peut le recommander pour des investissements matériels comme par exemple les infrastructures ou des investissements en actifs immatériels comme des dépenses de formation ou de recherche. Ces dépenses, pour peu qu'elles contribuent à la progression du PIB futur, peuvent tout à fait être financées par un recours à la dette publique.

Comment mesurer la position de l'Europe et de la France dans ce débat ? 

Ce qui rend cette intervention d'Olivier Blanchard importante, c'est que nous vivons depuis quelques temps dans une espèce d'obsession de la dette publique, en particulier en Europe ou nous sommes particulièrement concernés par cette obsession. De fait, nous avons multiplié les règles sur ce thème. Il y a quelques bonnes raisons de l'avoir fait mais cela a été fait en considérant les dettes publiques comme des problèmes par nature. Or, ce que cela nous rappelle, c'est que la dette publique est tout simplement un instrument de financement des dépenses publiques et qu'en tant que telle, la dette publique n'est ni bonne ni mauvaise. Elle peut être bonne ou mauvaise selon les circonstances. On pourrait ajouter à l'argument d'Olivier Blanchard que si nous avons de mauvaises dépenses publiques, qu'elles soient financées par la dette ou par les impôts, ce n'est pas mieux. 

Nous sommes un peu entrés dans un débat politique autour de la dette publique qui est trop centré sur ces questions de vertu ou de vice, ce qui nous a fait sortir des questions les plus importantes des finances publiques qui sont de savoir ce que l'on fait avec l'argent de l'État : qu'est ce que doit faire l'État ? Est-ce que toutes les dépenses sont justifiées d'une part, et d'autre part, comment financer ces dépenses par rapport aux objectifs ? Cette intervention d'Olivier Blanchard a l'immense intérêt de mettre un peu de rationalité dans un débat, qui, en Europe, n'est malheureusement pas très rationnel parce qu'il est devenu beaucoup trop partisan. Avec d'un côté des gens pour qui toute dette publique ne peut être que mauvaise, et de l'autre côté un certain nombre de mouvements populistes pour lesquels la dette publique n'a strictement aucune importance et devrait servir à financer tout et n'importe quoi. Cette intervention est donc bienvenue car elle remet un peu de raison dans un débat qui en est singulièrement dépourvu. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/01/2019 - 17:35
Cloette
Je vous ai déjà expliqué de nombreuses fois que la Dette, c'est une ''variable d'ajustement'' !
Tout comme les Emprunts Russes, elle ne sera jamais remboursée !
Je sais que vous êtes une ''grande romantique'' !
Dans les années 30, votre cœur aurait balancé entre Rudolf Valentino et Al Capone...
lémire
- 09/01/2019 - 17:25
Hypocrite
La charge de remboursement de la dette est la deuxième du budget national, alors qu'on n'arrive pas à financer correctement nos budgets régaliens (défense, justice, maintien de l'ordre). On n'ose demander ce qu'il en est pour les collectivités territoriales. L'article se borne hypocritement à la théorie pure, et ne prend pas en compte l'existence de bulles financières en gestation qui vont encore couler quelques banques européennes (une en Italie sauvée ce week-end) et nécessiter des financement publics. Il réduit l'argumentation des partisans de la réduction de la dette à un invocation de la "vertu". Bref, comme disait feue Marie-France Pisier dans un de ses films : "Foutaises ! Foutaises !"
cloette
- 09/01/2019 - 13:59
@Ganesha
Vous ne croyez pas que vous y allez un peu fort ? la mafia, ce n'est pas lui, quant à la dette, elle est obligatoire, il ne faut pas en faire le problème No 1, mais d'après ce que j'ai compris, si on emprunte trop ( et on ne peut le faire que sur les marchés financiers), l'argent n'a plus de valeur, et c'est la crise la monnaie ne valant plus rien . Le fonctionnement de l'Etat, les salaires des fonctionnaires et les investissements publics sont payés avec la dette . La seule question est : Est-ce que ce système est le meilleur et ne peut on garantir l'argent autrement ? ( sur l'or comme jadis, sur le dollar ? sur les intérêts payés, que trouver d'autre de nouveau ? )