En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

05.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

07.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 28 min 4 sec
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 2 heures 16 sec
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 3 heures 34 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 9 heures 17 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 14 heures 17 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 1 heure 19 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 2 heures 38 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 4 heures 52 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 6 heures 41 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 14 heures 10 sec
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 14 heures 30 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Monnaie unique

L’euro pourra-t-il survivre à la nouvelle crise économique qui se profile (et si non, que faire pour s’y préparer) ?

Publié le 06 janvier 2019
En cas de nouvelle crise économique, financière et politique à l'échelle européenne, l'euro peut-il résister ? Eléments de réponses avec Jean-Luc Baslé.
Jean-Luc Baslé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Baslé est économiste. Il travaille notamment pour la rédaction des Echos. Il est diplômé de Columbia University et de Princeton University. Ancien directeur de Citigroup New York (1972-1995), il est enseignant associé aux Ecoles de Saint-Cyr...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cas de nouvelle crise économique, financière et politique à l'échelle européenne, l'euro peut-il résister ? Eléments de réponses avec Jean-Luc Baslé.

Les faiblesses structurelles de l’euro

L’euro est né du Traité de Maastricht de 1992. C’est la première fois que des nations décidaient volontairement, sinon démocratiquement, d’abandonner leur monnaie au profit d’une monnaie unique. Il n’y avait donc pas de précédents dont les dirigeants européens pouvaient s’inspirer. Plusieurs économistes avaient théorisé sur ce sujet dont Robert Mundell, Ronald McKinnon et Peter Kenen. Pour le premier, les nations désireuses d’adopter une monnaie unique doivent avoir des structures économiques homogènes. Pour le second, plus les économies des nations concernées sont ouvertes au commerce international, plus grandes sont les chances de succès. Pour le troisième, c’est le degré de diversification des économies qui importe. Il n’y avait donc pas, au plan théorique, consensus sur les conditions à remplir pour réussir une telle expérience. Les concepteurs de l’euro ont donc bricolé un système ad hoc qui tient plus du marchandage politique que de la raison économique. L’euro est un projet économique au service d’une cause politique : la construction européenne. C’est sa plus grande faiblesse.

Aristote a défini les usages de la monnaie mais pas sa nature. Bien qu’elle ait pris de multiples formes au cours des âges, sa nature est immatérielle. Sa réalité ne repose que sur la confiance que ses utilisateurs lui accordent. Cette confiance s’exprime dans la valeur qui lui attribuent. La valeur de l’euro a énormément varié au cours du temps. Introduite sous sa forme scripturale au taux de 1,1591 dollar en janvier 1999, elle tombe à 0,8525 dollar en octobre 2000 pour quasiment doubler en juillet 2008 (1,5759), avant de s’effondrer à nouveau. Cette méfiance à son égard est confirmée par les statistiques du Fonds monétaire international. L’euro n’a jamais atteint le statut de monnaie de réserve internationale, comme le pensait ses thuriféraires. Le pourcentage moyen de réserves internationales libellé en euro est de 22%. Banquiers centraux et institutions internationales lui préfèrent le dollar en dépit des questions que l’on peut se poser sur l’économie américaine.

Cela tient au fait que l’euro est une monnaie sans nation. La valeur d'une monnaie dépend au premier chef de la nation dont elle est issue. Le dollar tire sa valeur de la nation américaine, de son pouvoir économique, politique et militaire.  La première banque fédérale américaine fut créée en 1816, vingt-neuf ans après l'adoption de la constitution américaine. Une monnaie suit la constitution d'une nation.  Elle ne la précède pas.  L'euro fait exception à ce principe.  La banque centrale européenne existe alors que l'Union européenne n'est pas achevée.  L'euro est donc une monnaie sans nation, et de ce fait ne bénéficie pas de la confiance des investisseurs au même titre que le dollar. C’est sa seconde grande faiblesse structurelle.

 

Alternative à l’euro

En cas de disparition de l’euro, le réflexe naturel serait un retour au Système monétaire européen. C’est oublier que ce système et celui qui le précéda, connu familièrement sous le nom de « Serpent dans le tunnel », furent des échecs. Le retour de l’un ou l’autre de ces deux systèmes conduirait au même résultat. On peut d’ailleurs se demander ce qui, au vu de ces échecs, poussa les dirigeants européens à se lancer dans une nouvelle tentative plus radicale et donc plus risquée que les précédentes en créant l’euro. Cela dépasse l’entendement.

Les économistes ont dépensé beaucoup d’énergie et de matière grise à la recherche d’une solution durable pour solutionner l’épineux problème des taux de change. Ils les ont imaginés fixes, flexibles, dirigés, ajustables (crawling pegs), etc. jusqu’à ce que leur imagination se tarisse pour la simple raison qu’il n’y a pas de solution miracle.

Pour qu’un système monétaire international fonctionne, il faut que les structures économiques des états-membres soient homogènes et que leurs politiques soient compatibles. Ce n’est jamais le cas. Le système monétaire international de Bretton Woods du nom de la station balnéaire dans le New Hampshire où se tint la conférence qui lui donna naissance en 1944, n’a duré qu’un quart de siècle. Son effondrement est une des causes indirectes, mais réelles, des tentatives des Européens de créer leur propre système.

 

Conséquences d’une disparition de l’euro

Il est impossible de les prédire. La première question qui vient à l’esprit est de savoir dans quelles conditions cette disparition se ferait. Dans une hypothèse optimiste où les Européens, l’acceptant comme inéluctable, se réuniraient autour d’une table pour y mettre fin dans les meilleures conditions, on peut imaginer une sortie, certes difficile et fâcheuse, mais à moindre coût. C’est bien sûr une vue de l’esprit. La disparition de l’euro sera économiquement brutale et douloureuse pour les populations. Elle entraînera une crise économique majeure au niveau européen et mondial, plus violente que celle de 1929, en raison de l’intégration profonde des économies nationales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 06/01/2019 - 14:46
Le problème
C'est que l'ENA est une école d'administration , qui apprend à gérer, et non à créer, or pour avoir de la croissance il faut la créer, et Macron n'est pas un créateur. Sortir ou pas de l'euro, ben on ne sait pas, car avouons le, on n'est pas des économistes, ni Macron non plus, de plus l'économie n'est pas une science exacte, l'économie va quand tout va, et en ce moment ça ne va pas . Un pays va quand il y a adhésion à son chef, et en ce moment, ce n'est pas le cas, Un pays va, quand il y a cohésion entre ses citoyens, trop de migrants en ligne d'horizon n'est pas une solution pour renforcer les liens, il y a donc trop de problèmes, et quand trop c'est trop, ça déborde .
ajm
- 06/01/2019 - 14:20
L'Euro, l'alibi commoden
Sortir de l'euro sans passer par une case chaos puis sans sombrer après , supposerait une politique financière, budgétaire et fiscale très cohérente, très solide qui rassure les investisseurs et les milieux financiers internationaux, notamment anglo-saxons. Par contre, sortir de l'euro sur fonds de revendications et d'actions contradictoires voir loufoques, mélange gilets jaunes- Melancho- Le Pen, nous conduirait vers un effondrement monétaire , avec un euro franc qui ne vaudrait guère plus que le bolivar Vénézuélien , un exode massif de capitaux et de Français qualifiés dans tous les domaines. Sortir de l'euro, à court terme en tout cas; c'est plus de rigueur et de discipline que de rester dedans.
cloette
- 06/01/2019 - 13:25
c'set sûr que
Junker, Moscovici ,et d'autres messieurs de Bruxelles ne déchainent pas l'enthousiasme des foules...Celles ci ne sont plus sentimentales, elles sont devenues indifférentes, pas encore hostiles, mais ...