En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Tout vous inquiète à l'extérieur ?
Bonne nouvelle : nos maisons n’ont jamais été aussi confortables même à petit prix
Publié le 25 décembre 2018
Alors que la crise des Gilets jaunes continue et que les violences se font de plus en plus remarquées, une bonne nouvelle mérite d'être évoquée durant cette période de fête. D'une manière générale, les Français semblent de plus en plus satisfaits de leurs foyers.
Dominique Desjeux est professeur d'anthropologie sociale et culturelle à l’université Paris Descartes. Il est le directeur de la Formation doctorale professionnelle en sciences sociales et responsable du Centre de Recherches en SHS appliquée aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Desjeux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Desjeux est professeur d'anthropologie sociale et culturelle à l’université Paris Descartes. Il est le directeur de la Formation doctorale professionnelle en sciences sociales et responsable du Centre de Recherches en SHS appliquée aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la crise des Gilets jaunes continue et que les violences se font de plus en plus remarquées, une bonne nouvelle mérite d'être évoquée durant cette période de fête. D'une manière générale, les Français semblent de plus en plus satisfaits de leurs foyers.

Atlantico : Selon une étude Harris Interactive réalisées pour Cetelem en 2017, 8 Français sur 10 se sentent à l'aise dans leur chez eux. Quel rapport les français entretiennent-ils avec leur habitat et leur maison aujourd'hui ? 

Dominique Desjeux : Ce qu'il faut comprendre, c'est que l'habitat des Français a commencé à basculer à partir des trente glorieuses. C'est à dire à partir des années 45-75 et que c'est à ce moment-là que se sont établies deux choses :qu'il y ait tout l'équipement électroménager dans la maison et le développement de l'habitant pavillonnaire. Paradoxalement, le mouvement des gilets jaunes est un mouvement consuméristes parce qu'une partie des revendications porte sur l'aménagement de la maison qui est bien souvent payé avec du crédit. Téléphone, ordinateur, tablette, jeux vidéos, tout cela joue un rôle extrêmement important dans l'habitat. Une partie de la revendication des gilets jaunes demande d'avoir la capacité d'acheter tous les éléments qui composent l'habitat. Une enquête de 1995 montrait que l'électricité est centrale et reste le support de la classe moyenne. Si la chaudière tombe en panne, tout l'équilibre du budget est déséquilibré.  

Au fil des années, la maison change grâce aux évolutions technologiques et sociétales. Comment les Français s'adaptent-ils ? Les familles "modestes" peuvent-elles aussi profiter de ces nouvelles technologies ? 

Elles n'y arrivent pas. C'est la grande difficulté et c'est une véritable course contre la montre. Pour le chauffage, la propreté (machine à laver le linge, vaisselle, aspirateur). Si la machine à laver le linge tombe en panne, c'est tout l'équilibre budgétaire qui est remis en cause mais aussi tout l'équilibre des taches de la maison. Dans le budget des ménages, 20 à 40% des revenus les plus bas est constamment menacé par un problème de panne. Qu'il s'agisse du réfrigérateur ou de la voiture. C'est pour cela que les revenus les plus modestes font très souvent appelle à des crédits afin de compenser son manque de revenu. 
Mais elle peuvent s'adapter. Les vides greniers, les sites comme le Bon coin peuvent être des bonnes alternatives et permettent de consommer moins cher. 

Confort ou fonctionnalité, quels sont les priorités des français concernant leur maison ?

C'est très mélangé. Si vous prenez la cuisine, prioritairement c'est le réfrigérateur et la cuisinière. La machine à lave est le cœur de la vie ménagère. Il a été au cœur de la révolution des années 60. 
Si on regarde le living, c'est très générationnel. Les plus âgés ont une télévision. Les plus jeunes n'en ont presque plus mais les écrans se sont multipliés. La tablette, le téléphone mobile, l'ordinateur sont très stratégiques, avec la console de jeux. Les dépenses numériques sont le 4ème poste budgétaire. C'était 0,5% de dépenses pour les télécommunications dans les années 1960. Aujourd'hui elles représentent 8%. Chez les plus pauvres, les dépenses numériques représentent 17%. Cela veut dire que c'est une dépense obligatoire, économiquement ou socialement. Aujourd'hui si vous n'avez pas un téléphone portable, comment vous socialisez ? 
Tout a été dématérialisé. Si vous voulez faire des commandes sur le e-commerce, comment faites-vous si vous n'avez pas de tablette ou d'ordinateur ? C'est toutefois une dépense contrainte, car c'est un luxe rendu nécessaire par la dématérialisation. C'est le plus important changement dans le confort de la maison. Le logement est devenu comme un hub domestique. On peut produire, travailler ou commander à distance, à travers le e-commerce. Aujourd'hui ce qui bouleverse le rapport tau logement c'est la capacité de tout faire à distance. L'objet central aujourd'hui, c'est l'écran. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 26/12/2018 - 14:09
douce France
Un tableau quasi idyllique qui masque le coût prohibitif du logement ou des contraintes de vie qui lui sont liées (4h de trajet quotidien pour se rendre sur son lieu de travail par exemple).
Avec le doublement du prix du logement à la fin des années 90, la classe moyenne qui n'était pas propriétaire a été ruinée. Les taux bas ont permis à certains de s'endetter sur 20 ou 30 ans pour une habitation trop petite et trop éloignée des centres urbains. Imaginez les conséquences financière en cas de divorce 10 ans plus tard....
Labarthe
- 26/12/2018 - 00:16
Vous blaguez?
Je suis actuellement pour les fêtes à Salamanque, une très jolie ville avec un passé historique, tout le centre est du XIV/XVº siècle. Un immeuble neuf, revêtement en marbre, trois pièces, plancher en bois, 2salles de bains, terrasse et piscine : 150 000 Euros. Vous trouvez ce genre de construction partout en Espagne. À côté, les promoteurs ont défiguré la France avec des constructions plus moches les unes que les autres.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 25/12/2018 - 11:33
Ouarffff .... encore un sachant hors sol!
Les gilets jaunes seraient un mouvement consumériste !? Et sic. .... a l’înstar des migrants ?!?!
Cela doctement débité : les bâtiments peu ou mal isolés,mal construits parcequ’il fallait consommer l’electricite de nos chères centrales nucléaires, les voitures bateaux avions bien polluants etc.....chut !
Ce sont les dépenses contraintes +impôts qui ont précipité certains dans la pauvreté et le repli sur soi qui va avec .
D’ou ce cocooning bien involontaire non-perçu par les bien pensants bobos ,mais adversaires déclarés des gj .Salauds de pôvres !