En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 11 heures 51 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 16 heures 4 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 20 heures 19 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 19 heures 50 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 20 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 20 heures 24 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 6 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Dans la tête des Français

Ce nouveau répertoire de mots dans les réponses de ceux qui ont une mauvaise image d’Emmanuel Macron dans les sondages

Publié le 24 décembre 2018
Attention, qualificatifs peu glorieux !
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attention, qualificatifs peu glorieux !

Un peu d’oxygène, enfin ? La dernière livraison de l’Observatoire de la politique nationale réalisé par BVA pour Orange-RTL-La Tribune peut donner le sentiment à Emmanuel Macron qu’un peu d’air frais arrive sur lui après le brasier des dernières semaines. La spectaculaire descente en vrille dans les profondeurs de l’impopularité semble s’être légèrement stoppée : sa popularité gagne…un point (27%) ! Si cette différence a toutes les chances d’être statistiquement peu significative, elle fait figure de bonne nouvelle pour le Président. Celui-ci revient de l’enfer comme un pilote de jet qui a appuyé à l’ultime seconde sur le siège éjectable.

Mais l’enfer laisse des traces sur celui qui ne fait même qu’y mettre un seul pied : le premier de cordée a glissé, et l’on peut même dire qu’il a dévissé.  Nous venons de vivre une grande crise démocratique et les images vues sur nos écrans laisseront dans la mémoire collective du pays un legs bien embarrassant pour le chef de l’Etat. Emmanuel Macron et ses communicants doivent tout simplement réinventer le soldat Macron pour tenter de le sauver. Qui aurait imaginé, il y a simplement deux ou trois mois, qu’un point gagné de popularité pourrait être pour lui une bonne nouvelle ?

L’ampleur du désastre dans l’opinion publique se révèle avec cruauté dans les verbatims des réponses données à la question ouverte que pose tous les mois BVA aux personnes interrogées. Les fréquences des mots négatifs continuent de nous en dire long sur le rejet dont Emmanuel Macron fait l’objet dans des franges de plus en plus diversifiées de l’opinion, parfois même chez des électeurs qui ont voté pour lui aux deux tours de la présidentielle.  Si la référence aux « gilets jaunes » apparaît à 51 reprises parmi les réponses, les références indirectes à la crise des dernières semaines apparaissent à de très nombreuses reprises. Le répertoire habituel des mots qui sont associés, mois après mois, aux images négatives d’Emmanuel Macron est venu se greffer sur les opinions à propos de sa gestion de cette crise. L’arrogance (le mot le plus cité à propos d’Emmanuel Macron, à 71 reprises), le caractère « hautain » (cité 44 fois) ou « méprisant » du Président (cité 39 fois) viennent conforter l’image du « monarque déconnecté » qui « n’écoute pas » (la locution « n’écoute » est employée 19 fois, dont 11 fois comme « n’écoute pas »). Les opinions négatives à propos du Président ont encore gagné en intensité ce mois-ci. Tout se passe comme si nous assistions à la chute d’un hélicoptère dont le rotor s’est cassé à un moment donné.

Comme les mauvaises nouvelles volent en escadrille, comme on le sait depuis Jacques Chirac, un nouveau répertoire de mots apparaît ce mois-ci dans les réponses de ceux qui ont une mauvaise image d’Emmanuel Macron : « inefficace », « pas à la hauteur », « ne sait pas gérer les crises ». Dans cette escadrille, un oiseau de très mauvais augure apparaît également pour le Président : des électeurs en fait très déçus qu’Emmanuel Macron ait, à leurs yeux, « cédé aux gilets jaunes » selon l’expression utilisée par un électeur d’Emmanuel Macron. Un autre emploie l’argument fatal aux yeux de nombreux macronistes : « il commence à se hollandiser et ne décide pas sur le champ ». L’un des verbatims les plus forts de cette série est rédigé par un électeur de gauche qui a voté Emmanuel Macron aux deux tours de la présidentielle : « mon opinion est devenue très mauvaise depuis deux mois (…) Ce Président vient de nous démontrer qu'il était, depuis son élection, le serviteur des riches. (…) Il nous a comblé (…) depuis son poste de ministre en 2014, de phrases méprisantes. Il perçoit aujourd'hui la monnaie de sa pièce ».

Face à un tel abîme d’opinions négatives, à quoi Emmanuel Macron peut-il s’en remettre ? Le talent qui lui a permis de réaliser l’incroyable en 2017 n’est tout d’abord pas éteint en lui. Par ailleurs, la neige carbonique qui a été déversée en grande quantité par les annonces budgétaires peut apaiser en partie le sentiment d’injustice qu’une partie de l’opinion s’est faite à propos de ses choix (l’ISF en particulier). Mais l’incendie n’est pas éteint et ne demande qu’à repartir.

Emmanuel Macron va entamer l’année 2019 très affaibli au plan français mais aussi européen. Le grand rendez-vous des élections européennes du 26 mai 2019 serait la balle de match de son mandat. Cela s’annonce pour le moins compliqué. Mais après tout c’est Noël dans quelques jours, et le Père Noël lui apportera peut-être des raisons d’espérer ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/12/2018 - 02:04
Je me ficherai que Macrouille soit arrogant...
s’il menait une bonne politique pour la France...mais , comme ses cousins Sarko-le-tricheur et Flamby-le-menteur, dont il était conseiller puis ministre de l’economie, Macrouille-l’enfumeur ne fait que des khommeries!...les GJ exigeaient de lui qu’il baisse les dépenses étatiques , dans une proportion au moins égale à celle des pires concurrents de la France gauchiste, et ce con à augmenté les dépenses étatiques de 55 milliards en deux ans à peine...ce type mérite la charrette de foin qui l'emmènera à l'échafaud dressé par le peuple en colère contre la nomenklatura PS-macroniste!..
OLYTTEUS
- 24/12/2018 - 14:55
Macron
Sous Macron , vient d'être voté par les deux assemblées une disposition menaçant les successions via les donations,achats immeubles, scpi en nue propriété, alors que ce politique avait certifié ne pas toucher aux successions. Ma conclusion : je n'ai pas pu voter pour celui que je considérais déjà comme un blanc bec , et maintenant, je souhaite sa démission. Il est arrivé par le mensonge ( à son chef,Hollande) et il continue à mentir: cynique,irrécupérable.
Anouman
- 24/12/2018 - 12:52
Incendie
C'est en appliquant la politique qu'il avait prévue qu'il a allumé l'incendie. A croire que ceux qui l'ont élu n'ont pas trop cherché à savoir ce qu'il envisageait de faire, du Sarkhollande, en pire.