En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Atlantico Business
Pourquoi le RIC inquiète le monde de l’entreprise
Publié le 24 décembre 2018
Le monde des affaires (et pas seulement) s’inquiète du risque de tyrannie des référendums qui écarteront les gouvernances du rationnel...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde des affaires (et pas seulement) s’inquiète du risque de tyrannie des référendums qui écarteront les gouvernances du rationnel...

Un chef d’entreprise peut faire rêver. Le produit qu’il met sur le marché doit faire rêver. Mais dans la gestion de son entreprise, il n’a pas le droit de rêver ; sinon il se plante. Les gestionnaires de l‘Etat sont dans la même position. Ils doivent faire rêver leurs électeurs, mais ils n’ont pas le droit de rêver dans la gestion de l’Etat.

Or, les Gilets jaunes demandent aux gouvernants de réaliser leur rêve sans se préoccuper des contingences matérielles de ce rêve. Le pari est impossible.

La colère des Gilets jaunes, qui s’était cristallisée sur des demandes très matérielles centrées notamment sur la question du pouvoir d’achat, déborde maintenant sur le terrain des institutions, avec au cœur de la revendication : le referendum d’initiative citoyenne.

En bref et en attendant les précisons qu’il faudra apporter sur la portée de ces referendums, leur périmètre, leur rythme, leur objet et sur les procédures de déclenchement, cette proposition générique traduit au mieux une demande de consultation des peuples, au pire un rejet des procédures de la démocratie représentative...

La démocratie représentative est née chez les libéraux du XVIIIe siècle, de la volonté d’organiser un gouvernement qui puisse, sous le contrôle de l’opinion, prendre des décisions qui correspondent aux choix du peuple mais qui soit aussi compatible avec les contraintes matérielles de la réalité immédiate et qui prenne en compte des objectifs à moyen et long terme. La responsabilité du gouvernement, c’est évidemment de respecter les choix de la majorité, de faire en sorte que ces choix soient réalisables mais aussi de préserver les équilibres à moyen et long terme.

La démocratie représentative a fabriqué des parlementaires élus du peuple, pour détenir le pouvoir législatif, chargé de voter les décisions prises par un pouvoir exécutif et le contrôler. Entre le pouvoir législatif de faire les lois, et le pouvoir exécutif chargé de gérer les fonctions régaliennes de l’Etat, avec en plus, le pouvoir judiciaire indépendant des deux pouvoirs précédents, la démocratie représentative a dominé la grande majorité des démocraties pendant près de deux siècles. Alors, l'équilibre des trois pouvoirs a subi quelques aménagements depuis l’an 1 de la République. La IIème République a été trop fragile, la IIIème République a sombré devant les réalités de la grande crise de 1929 et de la deuxième guerre mondiale. Terrible. Née en 1946, la IVème République s’est enlisée dans la confusion parlementaire. En 1958, la Ve République renvoie le balancier du pouvoir vers l’exécutif. Mais toutes ces formes de République, armée de contrepouvoirs multiples ont, bon an, mal an, réussi à protéger les valeurs fondatrices de la République.

Et ces valeurs fondamentales reposent sur la confiance que l’on a pu avoir dans les élus. Les représentants du peuple (pouvoir législatif et pouvoir exécutif inclus) sont élus sur un programme pour une durée déterminée, en général 4 ou 5 ans. Le contrat de confiance entre les électeurs et leurs élus a été fondé sur la garantie que l'action des élus corresponde à la promesse et que la réalisation assume les contraintes à moyen et long terme.

Si les élus ne font pas le travail, la sanction est simple. Au terme de la mandature, aux vues de leur bilan, ils sont révoqués.

 

Le mouvement des Gilets jaunes promeut une nouvelle logique de fonctionnement, à savoir que le peuple doit pouvoir intervenir à tout moment dans la gestion et les décisions de l’appareil d’Etat. Tout se passe comme si le contrat de confiance était rompu et qu’il fallait re-légitimer en permanence les détenteurs du pouvoir. D’où cette demande de référendum d’initiative citoyenne.

Ce besoin de démocratie directe, sous réserve qu’on réussisse à le satisfaire, entraine une modification de fond de la décision publique.
La décision dans le système de la démocratie représentative est prise en toute rationalité. Elle doit correspondre au programme sur lequel on a été élu. Elle doit tenir compte des contraintes juridiques, financières ou budgétaires. Elle ne peut pas aller à l’encontre de lois déjà votées et garantir ainsi la continuité de l‘Etat. Mais elle ne doit pas non plus insulter l’avenir, c’est à dire hypothéquer l’intérêt des générations futures. La république, ainsi gérée, doit protéger la liberté individuelle, les conditions de l’égalité et de la fraternité.

L’ambition des Gilets jaunes est d’imposer des prises de décisions immédiates, adaptées à l’air du temps et de répondre aux demandes d’une partie de la population. Alors, personne n’est capable d’expliquer comment un besoin de réforme qui apparaît autour d’un rond-point en viendrait à se transformer en un projet précis, puis à fabriquer une décision juridique, compatible avec les contraintes juridiques et financières, qui correspondrait à la majorité.

Personne n’est capable d‘expliquer le process, mais la remontée des réseaux sociaux fabrique, a priori, une sorte de consensus populaire et suggère un soutien général accompagné, ou pas, de manifestations plus ou moins spectaculaires ou violentes.

Dans ce cas, la prise d’émotion dépasse de loin la prise en compte des rationalités. Le pouvoir politique ne peut pas prendre une décision sans avoir mesurer l’avis et l’émotion des populations. Il doit vérifier en permanence le degré d’acceptation, avant même d’en mesurer la faisabilité juridique et financière. Si le peuple des Gilets jaunes décide de tout, ils peuvent décider de transgresser les règles, de s’affranchir des équilibres budgétaires et de se moquer des minorités, tant que ces minorités ne deviennent des majorités.

En clair, le pouvoir ne peut prendre aucun risque de froisser qui que ce soit. C’est le principe de précaution applicable dans tous les cas excessifs. Au moindre risque, on menace d’un referendum. Et le processus politique s’arrête.

Un tel système conduit évidemment à l’immobilisme ou prépare la prise autoritaire du pouvoir.
L’Histoire a déjà expérimenté deux formes d’évolution. La Terreur, au début de la République, la IVe République dans les années 1950. L‘autorité et la tyrannie d’un côté, le laxisme, la paralysie du pouvoir et la faillite de l’autre. Dans l‘un ou l’autre des cas, le résultat n’a guère été brillant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 25/12/2018 - 00:12
Faut pas rêver?
Parce que générer 5 et quelques millions de chômeurs et un endettement étatique colossal, c'est être rationnel?
ajm
- 24/12/2018 - 23:51
Chaos.
Le référendum doit etre réservé aux grands enjeux où la souveraineté du pays est en question de façon claire comme dans certains traités, modifications constitutionnelles ou institutionnelles etc..faire des référendums sur des sujets plus techniques d'ordre fiscal, économique etc..expose notre pays à un chaos total, aucun gouvernement ne pouvant alors mettre en pratique la moindre politique sans être contrecarré par des référendums intempestifs. On parle de la Suisse mais la Californie qui est le grand état US le plus mal géré est un contre exemple justement
AZKA
- 24/12/2018 - 18:18
Le chaos, l'horreur, apocalypse
La Suisse quoi! Meuuuuh!
Les REMs bourges affolés, calmez vous! Et joyeux Noël quand même, chers compatriotes.