En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Fed-Ex
Jerome Powell et la Réserve Fédérale des Etats-Unis ont bien reçu le message de Donald Trump... mais sans l'admettre
Publié le 20 décembre 2018
Jerome Powell, le Président de la Banque centrale américaine, a frappé, avec sa 4ème hausse des taux de 2018 le 19 décembre. Voilà donc les Fonds fédéraux (Fed funds) entre 2,25 et 2,5%, pour une croissance 2018 à 3%, avec un taux de chômage à 3,7% et une inflation à 1,9% (à rapprocher d’un objectif de 2 %).
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jerome Powell, le Président de la Banque centrale américaine, a frappé, avec sa 4ème hausse des taux de 2018 le 19 décembre. Voilà donc les Fonds fédéraux (Fed funds) entre 2,25 et 2,5%, pour une croissance 2018 à 3%, avec un taux de chômage à 3,7% et une inflation à 1,9% (à rapprocher d’un objectif de 2 %).

C’était annoncé et répété, en dépit des cris de Donald Trump. Ne pas augmenter les taux aurait été se déjuger. La crédibilité de la Fed ne s’en serait pas remise, en tout cas pas celle de son Président : Jerome Powell.

Mais Jerome Powell, et le Comité qui gère et décide des taux à court terme, n’ont quand même pas pu ignorer la violence des attaques de Donald Trump, qualifiant presque Jerome Powell de « saboteur » contre sa volonté de soutenir la croissance américaine. Make America Great Again passe en effet, aux yeux de Donald Trump, par une croissance toujours plus forte, avec une mobilisation accrue des capacités techniques, financières et humaines du pays. On peut traduire cette politique en disant qu’il souhaite pousser la Chine à des comportements plus « coopératifs », ou bien être réélu, mais il est clair que, dans son esprit, la hausse des taux est plus un frein que la garantie d’une croissance qui continuerait sur un sentier plus stable, équilibré entre croissance et inflation. Trump n’est pas la Fed ! Et il ne pense pas qu’elle peut l’aider, en menant cette politique, au contraire.

Et pourtant, aux nombreuses questions posées à sa conférence de presse le 19 décembre après-midi heure de Washington (20 heures 30 heure de Paris) sur les influences politiques qu’il aurait subies, Jerome Powell a été catégorique : les questions politiques n’ont pas été abordées dans le Comité et n’ont joué aucun rôle dans ces décisions. Ce qui compte, c’est une inflation qui est toujours faible, à 2 % environ, même en quasi plein emploi et avec une hausse graduelle des salaires de 2 % l’an dernier à 3 % actuellement. Ce qui compte, c’est la situation du pays, et le mandat de la Fed, pas la politique !

Pour autant, Donald Trump et la politique, sinon sa politique, ont été quand même pris en compte. En effet, les prévisions de croissance de la banque centrale américaines pour les années à venir sont revues un peu à la baisse : 2,3 % pour 2019 contre 2,5%, la suite restant 2%. C’est ainsi, parce que des contre-courants sont apparus dans la croissance pour 2019 (même si le taux de chômage continue de baisser vers 3,5 % avec 2 % d’inflation) que la Fed revoit le rythme de ses hausses de taux. Ces contrecourants viennent surtout des tensions sur les droits de douane et les échanges. Alors, il n’y aura pas 3 mais 2 hausses de taux en 2019, pas 2 mais 1 en 2020, pas 1 mais 0 en 2021. Le point bas du taux d’équilibre est ainsi « touché » à 2,3 %, montant graduellement à 2,9 % en 2019 puis 3,1 % en 2020 et 2021. Jerome Powell a revu son rythme de hausses : 2, 1, 0 et surtout avoué qu’il avait touché la limite basse de son taux neutre, son objectif, à 2,3 %. C’est beaucoup !

L’exercice monétaro-politique de la Fed est ainsi paramétré pour les mois qui viennent, avec l’idée de commenter chaque mois la situation économique et les décisions, en fonction du sentier ainsi décrit. La Fed ne se veut plus comme un guide, compilant toutes les données et analyses possibles, pour éclairer le futur. Elle se veut dépendante des données, fin de la forward guidance, bonjour le data dependant ! Ce sera compliqué !

Jerome Powell s’ajuste ainsi à un monde plus heurté. Il va continuer à vendre chaque mois 50 milliards de dollars de sa cagnotte de bons du trésor et n’entend pas en modifier le montant. Donc il parlera 8 fois l’an prochain pour 2 hausses de taux. Il lui faudra meubler entretemps. Mais si le pétrole continue de baisser, ou au moins de se stabiliser entre 50 et 60 dollars le baril, si les salaires montent peu avec des gains de productivité, le plein emploi à 2 % d’inflation et 1,8 % de croissance est possible. Ceci ferait que les États-Unis ont réalisé la plus longue phase d’expansion de leur histoire. Il sera temps, alors, de s’occuper de la récession, qui « devrait » être imminente, en baissant les taux, mais à 3,1 % de taux à ce moment (2021), il n’y aura pas beaucoup de munition.  

Si Jerome Powell est encore là, autrement dit si Donald Trump ne l’a pas fait partir, et si Donald Trump est là, autrement dit s’il est réélu, nous aurons droit à de furieuses invectives. Mais les marchés s’y habitueront peut-être. En revanche le terrain actuel de l’économie mondiale : croissance soutenue, plein emploi et absence d’inflation est, lui, franchement nouveau. Va-t-il s’infléchir ? Se casser ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires