En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 43 min 38 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 57 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 27 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 4 heures 4 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 38 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 40 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 2 heures 4 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 36 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 3 heures 7 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 33 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Post Gilets jaunes

Mais comment conjuguer demande de protection sociale renforcée et aspiration à une plus grande liberté individuelle ?

Publié le 19 décembre 2018
Emmanuel Macron a bouleversé son agenda mardi pour organiser la mise en place du débat public, annulant une réunion de préparation du prochain G7 de septembre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a bouleversé son agenda mardi pour organiser la mise en place du débat public, annulant une réunion de préparation du prochain G7 de septembre.

Le mouvement des Gilets jaunes est très vite apparu comme inexplicable aux analystes politiques, aux économistes  et aux sociologues. C’est bien pour cette raison que le gouvernement a tardé à lui répondre et c’est pour cette raison que le plan d’urgence, décidé par le président de la République, a réussi à ramener un semblant de calme. Sauf qu’il n’a absolument pas résolu le problème de fond. Ce plan à 10 milliards, qui met à mal le pacte de stabilité au nom du pacte de sécurité, était évidemment nécessaire. Il est loin d’être suffisant. 
En fait, tout dépend de comment on explique le mouvement de colère.
A priori, et pour le plus grand nombre, cette colère manifeste la situation douloureuse dans laquelle vit une grande partie de la population, chez les retraités, les bas salaires et les classes moyennes qui habitent une province périphérique oubliée par les progrès de la modernité, on pourrait y ajouter les chômeurs, encore qu’on ne s’en soit pas beaucoup préoccupé. 
Cette colère a accouché d’un cahier de doléances sur lequel s’alignent  des revendications d’amélioration de pouvoir d’achat, de hausse de revenus et de baisse d’impôts, de plus et de mieux de services publics, avec à la clef, une critique violente des élites qui nous gouvernent « sans connaître le peuple », dit- on, une autre critique des institutions européennes qui paralysent  les initiatives nationales, etc.

Mais si on résume, il existe une énorme demande de protection et de réassurance de la part d’une bonne moitié de la population. Sachant que ces revendications n’étaient pas présentées, incarnées, elles étaient surtout truffées de contradictions qui, matériellement, freinent leur réalisation. Les contradictions sont irréductibles.
Passons sur la contradiction la plus flagrante entre la demande politique de démocratie directe (c’est le peuple qui décide de tout) et la demande d’autorité (c’est à Emmanuel Macron qu’on veut parler). 
Au-delà de ce clivage, les contradictions techniques ont débordé de tous les ronds-points de France et de Navarre. 

1ère contradiction : Comment marier la demande de moins d’impôts d’un côté et de plus de services publics de l’autre ? Les impôts servent à faire fonctionner la machine étatique. Alors, sauf à imaginer que l‘Etat soit une énorme usine à gaspiller l’argent public, ( ce qui n’est pas prouvé), il faut bien procéder à des arbitrages dans les dépenses si on veut financer les baisses d’impôts. 

2e contradiction : Comment vouloir réduire la fracture écologique, stopper le réchauffement climatique et refuser de financer les investissements correspondants ? Sauf à gagner du temps, et repousser les échéances... Comment revendiquer une énergie propre et pas chère et refuser le nucléaire ? 

3e contradiction : Comment se plaindre de l’Europe alors que l’Europe est une institution dont la vocation est de se mettre ensemble pour se protéger, qui permet de faire d’un ensemble de pays à taille moyenne un bloc économique de taille majeure capable de rivaliser face à la Chine ou aux Etats-Unis ?

4e contradiction : Comment réclamer une hausse importante du SMIC, et s’étonner que les petites entreprises ne le supporteraient pas ? Comment s’étonner du taux de chômage si l’on augmente sans cesse le coût du travail ? 

5° Comment trouver des recettes fiscales toujours plus élevées si on impose les gros, les riches et les puissants plus que partout ailleurs, en sachant évidemment que les gros, les riches et les puissants ont les moyens de partir à l‘étranger là où c’est plus clément pour eux ?

6° contradiction : Comment vouloir se protéger de la concurrence étrangère alors que c’est le consommateur qui choisit de consommer moins cher ? Comment attaquer les GAFA en les créditant de tous les péchés du monde, alors que les consommateurs les plébiscitent dans leur vie quotidienne ? 

La résolution de toutes ces contradictions est irréalisable. Et ce n’est pas l'organisation de grands débats à l’échelle locale et nationale qui permettra de trouver la martingale. 
Sauf à considérer que la demande de protection cache en réalité une demande souterraine d’une plus grande liberté d’initiative. 
Ce dont le système a besoin, c’est de croissance, d’activités créatrices de richesses et d’emplois. Alors que la moitié des Français vit avec des revenus de redistribution : entre les fonctionnaires et assimilés, les retraités, les pensionnés, les bénéficiaires de prestations sociales etc... La réaction première de ces catégories sociales et de surprotéger leur statut et leurs situations. Les avantages acquis développent chez celui qui en bénéficie un réflexe de propriété et d’accumulations. Résultat : le système économique s’essouffle sous le poids des dépenses publiques. 

Une part importante de la population des Gilets jaunes réclame donc des protections accrues, mais en réalité elle se plaint d’être étranglée. Il s‘agit d’un besoin de liberté. Besoin de s’affranchir des normes et des pressions fiscales. La colère ne s’apaisera que quand ils sentiront que la machine à créer des richesses sera repartie ou plutôt, quand l’écosystème leur permettra d’être les acteurs de cette restauration de la croissance.
Emmanuel Macron a été mal compris par les analystes et les Gilets jaunes. Mais c’est parce qu’il a répondu à l’urgence sans hypothéquer les chances d’un redressement durable. 
Un plan de relance assez massif de 10 milliards d’euros, mais le maintien des réformes de l’offre, flexibilité, formation et structure de l’Etat pour diminuer les dépenses publiques. Cette contradiction apparente ne facilite pas la présentation de cette politique, mais elle répond aux contradictions des manifestants. 

Ce qui est intéressant, c’est que le système britannique est traversé par les mêmes contradictions. Les classes moyennes britanniques, blessées par la modernité, ont voté pour le Brexit en pensant que l’Europe ne les protégeait pas et les minait de l’intérieur. Aujourd’hui, après deux années de négociations compliquées, ils sont plongés dans la plus grande incertitude, parce qu‘ils se rendent compte que sans l'Union européenne, ils seront confrontés aux grands vents de la concurrence internationale qui leur paraît très dangereuse. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 19/12/2018 - 16:39
@Fredja
Les services non publics , privatisés ou déjà privés ne marchent pas mieux, il y a des écoles privées de niveau nul, des cliniques privées sordides et sales, la poste est un peu privatisée aujourd'hui, et elle marche bien plus mal qu'avant ( 10 jours pour une lettre en ville tarif rapide), et je me sens mieux soignée à l'hôpital public . Quant à l'Armée, heureusement qu'elle dépend du régalien ! Pour la Police, la remplacer par quoi ? des milices ? En revanche il y a trop de fonctionnaires territoriaux payés à ne rien faire , mais au chômage ils coûteraient peut être autant ?
Fredja
- 19/12/2018 - 16:11
Et pourquoi pas ?
Je parle de la question n°1 ; comment faire moins d'impots et des services publics qui fonctionnent mieux? En restant factuels, on constate que les prélèvements en France entre 2007 et 2017 ont augmenté de 300 milliards (en gros, de 700 à 1000 milliards par an). Et sur ces 10 dernières années, honnêtement, quels sont les services publics qui se sont améliorés ??? Aucun, et non seulement aucune amélioration, mais pratiquement que des dégradations (Education Nationale, Sécurité, Hopitaux, etc...). Donc déjà on peut gagner 300 milliards sûr ! Et ensuite, quand vous aurez fini de cirer les pompes à Macron, vous vous rendrez compte qu'on peut faire des très grosses économies en France sans augmenter les prélèvements. Déjà, faire bosser 35h les fonctionnaires - ensuite réduire le mille feuille territorial - ensuite privatiser tout ce que l'Etat et les collectivités peuvent sans porter atteinte au sacro-saint "service public" - supprimer toutes les subventions aux syndicats et à la Presse. Et là, vous verrez, la machine à croissance repartira !
Quant à votre "plan de relance de 10 milliards", il est totalement hypothétique, puisqu'ils s'agit uniquement de prélèvements nouveaux annulés !
cloette
- 19/12/2018 - 16:07
Les riches
S'ils sont vraiment riches, ils ne partiront pas à l'étranger, ils se paieront le luxe ( car c'est un luxe) de rester en France . Macron a fait comme tous les autres le calcul suivant il vaut mieux ponctionner la plus grande partie de la population ( pauvres, classe moyenne, classe moyenne supérieure et aisée ) que les ultra-riches minoritaires . Un petit million de personnes multiplié par 1€ , ça fait 1 million d'€ !! De toute façon, tout le monde le sait Macron est là au pouvoir , on ne sait trop comment ..(mystère ?) .