En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Post Gilets jaunes
Mais comment conjuguer demande de protection sociale renforcée et aspiration à une plus grande liberté individuelle ?
Publié le 19 décembre 2018
Emmanuel Macron a bouleversé son agenda mardi pour organiser la mise en place du débat public, annulant une réunion de préparation du prochain G7 de septembre.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a bouleversé son agenda mardi pour organiser la mise en place du débat public, annulant une réunion de préparation du prochain G7 de septembre.

Le mouvement des Gilets jaunes est très vite apparu comme inexplicable aux analystes politiques, aux économistes  et aux sociologues. C’est bien pour cette raison que le gouvernement a tardé à lui répondre et c’est pour cette raison que le plan d’urgence, décidé par le président de la République, a réussi à ramener un semblant de calme. Sauf qu’il n’a absolument pas résolu le problème de fond. Ce plan à 10 milliards, qui met à mal le pacte de stabilité au nom du pacte de sécurité, était évidemment nécessaire. Il est loin d’être suffisant. 
En fait, tout dépend de comment on explique le mouvement de colère.
A priori, et pour le plus grand nombre, cette colère manifeste la situation douloureuse dans laquelle vit une grande partie de la population, chez les retraités, les bas salaires et les classes moyennes qui habitent une province périphérique oubliée par les progrès de la modernité, on pourrait y ajouter les chômeurs, encore qu’on ne s’en soit pas beaucoup préoccupé. 
Cette colère a accouché d’un cahier de doléances sur lequel s’alignent  des revendications d’amélioration de pouvoir d’achat, de hausse de revenus et de baisse d’impôts, de plus et de mieux de services publics, avec à la clef, une critique violente des élites qui nous gouvernent « sans connaître le peuple », dit- on, une autre critique des institutions européennes qui paralysent  les initiatives nationales, etc.

Mais si on résume, il existe une énorme demande de protection et de réassurance de la part d’une bonne moitié de la population. Sachant que ces revendications n’étaient pas présentées, incarnées, elles étaient surtout truffées de contradictions qui, matériellement, freinent leur réalisation. Les contradictions sont irréductibles.
Passons sur la contradiction la plus flagrante entre la demande politique de démocratie directe (c’est le peuple qui décide de tout) et la demande d’autorité (c’est à Emmanuel Macron qu’on veut parler). 
Au-delà de ce clivage, les contradictions techniques ont débordé de tous les ronds-points de France et de Navarre. 

1ère contradiction : Comment marier la demande de moins d’impôts d’un côté et de plus de services publics de l’autre ? Les impôts servent à faire fonctionner la machine étatique. Alors, sauf à imaginer que l‘Etat soit une énorme usine à gaspiller l’argent public, ( ce qui n’est pas prouvé), il faut bien procéder à des arbitrages dans les dépenses si on veut financer les baisses d’impôts. 

2e contradiction : Comment vouloir réduire la fracture écologique, stopper le réchauffement climatique et refuser de financer les investissements correspondants ? Sauf à gagner du temps, et repousser les échéances... Comment revendiquer une énergie propre et pas chère et refuser le nucléaire ? 

3e contradiction : Comment se plaindre de l’Europe alors que l’Europe est une institution dont la vocation est de se mettre ensemble pour se protéger, qui permet de faire d’un ensemble de pays à taille moyenne un bloc économique de taille majeure capable de rivaliser face à la Chine ou aux Etats-Unis ?

4e contradiction : Comment réclamer une hausse importante du SMIC, et s’étonner que les petites entreprises ne le supporteraient pas ? Comment s’étonner du taux de chômage si l’on augmente sans cesse le coût du travail ? 

5° Comment trouver des recettes fiscales toujours plus élevées si on impose les gros, les riches et les puissants plus que partout ailleurs, en sachant évidemment que les gros, les riches et les puissants ont les moyens de partir à l‘étranger là où c’est plus clément pour eux ?

6° contradiction : Comment vouloir se protéger de la concurrence étrangère alors que c’est le consommateur qui choisit de consommer moins cher ? Comment attaquer les GAFA en les créditant de tous les péchés du monde, alors que les consommateurs les plébiscitent dans leur vie quotidienne ? 

La résolution de toutes ces contradictions est irréalisable. Et ce n’est pas l'organisation de grands débats à l’échelle locale et nationale qui permettra de trouver la martingale. 
Sauf à considérer que la demande de protection cache en réalité une demande souterraine d’une plus grande liberté d’initiative. 
Ce dont le système a besoin, c’est de croissance, d’activités créatrices de richesses et d’emplois. Alors que la moitié des Français vit avec des revenus de redistribution : entre les fonctionnaires et assimilés, les retraités, les pensionnés, les bénéficiaires de prestations sociales etc... La réaction première de ces catégories sociales et de surprotéger leur statut et leurs situations. Les avantages acquis développent chez celui qui en bénéficie un réflexe de propriété et d’accumulations. Résultat : le système économique s’essouffle sous le poids des dépenses publiques. 

Une part importante de la population des Gilets jaunes réclame donc des protections accrues, mais en réalité elle se plaint d’être étranglée. Il s‘agit d’un besoin de liberté. Besoin de s’affranchir des normes et des pressions fiscales. La colère ne s’apaisera que quand ils sentiront que la machine à créer des richesses sera repartie ou plutôt, quand l’écosystème leur permettra d’être les acteurs de cette restauration de la croissance.
Emmanuel Macron a été mal compris par les analystes et les Gilets jaunes. Mais c’est parce qu’il a répondu à l’urgence sans hypothéquer les chances d’un redressement durable. 
Un plan de relance assez massif de 10 milliards d’euros, mais le maintien des réformes de l’offre, flexibilité, formation et structure de l’Etat pour diminuer les dépenses publiques. Cette contradiction apparente ne facilite pas la présentation de cette politique, mais elle répond aux contradictions des manifestants. 

Ce qui est intéressant, c’est que le système britannique est traversé par les mêmes contradictions. Les classes moyennes britanniques, blessées par la modernité, ont voté pour le Brexit en pensant que l’Europe ne les protégeait pas et les minait de l’intérieur. Aujourd’hui, après deux années de négociations compliquées, ils sont plongés dans la plus grande incertitude, parce qu‘ils se rendent compte que sans l'Union européenne, ils seront confrontés aux grands vents de la concurrence internationale qui leur paraît très dangereuse. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Bientôt des personnages gays chez Disney ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 19/12/2018 - 16:39
@Fredja
Les services non publics , privatisés ou déjà privés ne marchent pas mieux, il y a des écoles privées de niveau nul, des cliniques privées sordides et sales, la poste est un peu privatisée aujourd'hui, et elle marche bien plus mal qu'avant ( 10 jours pour une lettre en ville tarif rapide), et je me sens mieux soignée à l'hôpital public . Quant à l'Armée, heureusement qu'elle dépend du régalien ! Pour la Police, la remplacer par quoi ? des milices ? En revanche il y a trop de fonctionnaires territoriaux payés à ne rien faire , mais au chômage ils coûteraient peut être autant ?
Fredja
- 19/12/2018 - 16:11
Et pourquoi pas ?
Je parle de la question n°1 ; comment faire moins d'impots et des services publics qui fonctionnent mieux? En restant factuels, on constate que les prélèvements en France entre 2007 et 2017 ont augmenté de 300 milliards (en gros, de 700 à 1000 milliards par an). Et sur ces 10 dernières années, honnêtement, quels sont les services publics qui se sont améliorés ??? Aucun, et non seulement aucune amélioration, mais pratiquement que des dégradations (Education Nationale, Sécurité, Hopitaux, etc...). Donc déjà on peut gagner 300 milliards sûr ! Et ensuite, quand vous aurez fini de cirer les pompes à Macron, vous vous rendrez compte qu'on peut faire des très grosses économies en France sans augmenter les prélèvements. Déjà, faire bosser 35h les fonctionnaires - ensuite réduire le mille feuille territorial - ensuite privatiser tout ce que l'Etat et les collectivités peuvent sans porter atteinte au sacro-saint "service public" - supprimer toutes les subventions aux syndicats et à la Presse. Et là, vous verrez, la machine à croissance repartira !
Quant à votre "plan de relance de 10 milliards", il est totalement hypothétique, puisqu'ils s'agit uniquement de prélèvements nouveaux annulés !
cloette
- 19/12/2018 - 16:07
Les riches
S'ils sont vraiment riches, ils ne partiront pas à l'étranger, ils se paieront le luxe ( car c'est un luxe) de rester en France . Macron a fait comme tous les autres le calcul suivant il vaut mieux ponctionner la plus grande partie de la population ( pauvres, classe moyenne, classe moyenne supérieure et aisée ) que les ultra-riches minoritaires . Un petit million de personnes multiplié par 1€ , ça fait 1 million d'€ !! De toute façon, tout le monde le sait Macron est là au pouvoir , on ne sait trop comment ..(mystère ?) .