En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© DANIEL ROLAND / AFP
Europe
Pourquoi la banque centrale européenne abandonne son programme d'aide anti-crise malgré les nuages qui s'accumulent sur l'économie du vieux continent
Publié le 14 décembre 2018
La BCE renonce à sa politique de soutien de l’économie au moment où la conjoncture européenne s’affaisse.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La BCE renonce à sa politique de soutien de l’économie au moment où la conjoncture européenne s’affaisse.

C’est un tournant historique dans la politique monétaire de la banque centrale européenne. Elle a confirmé hier son intention de renoncer à ses achats d’actifs qui lui avaient permis en moins de quatre ans de déverser 2600 milliards de liquidités sur les marchés pour soutenir une croissance qui avait besoin de carburant. Le moment choisi ne manque pas de surprendre certains économistes alors que la conjoncture commence à donner quelques signes de faiblesse. Pourtant cette décision paraissait irréfutable car la BCE se trouvait le dos au mur. Elle ne pouvait faire baisser davantage les taux d’intérêt qui flirtaient déjà avec le zéro, à moins de créer des taux négatifs d’ailleurs apparus à plusieurs reprises notamment pour l’Allemagne, alors que les Etats-Unis s’étaient engagés dans un processus de relèvement du loyer de l’argent. Le cours de l’euro a ainsi perdu vingt pour cent depuis 2014 face au dollar, à la grande faveur des exportations, mais ce qui renchérissait les importations et contribuait à accroître le déficit des échanges français avec l’étranger. Pour se recréer une marge de manœuvre, le président Mario Draghi a donc décidé de cesser les rachats d’actifs des pays membres dès le 31 décembre. En cas de besoin, la BCE disposera alors toujours de munitions pour apporter secours à un Etat en difficulté. En clair elle va rester l’arme au pied pour intervenir en cas de rechute, ce qui lui conférera un rôle d’équilibriste, attitude dans laquelle Maio Draghi dont le mandat expirera l’an prochain était passé maître.
Ce changement de cap n’est pas sans risque. Parce que les marchés du vieux continent  étaient devenus véritablement drogués aux liquidités de la BCE et auront du mal à se dégager de cette addiction. D’autant que la conjoncture est à la décélération. Les bourses ont donné le signal du retournement par des prises de bénéfices au départ, mais en prenant ensuite en compte les menaces de la situation géopolitique avec notamment les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, la politique commerciale agressive de Donald Trump, les incertitudes concernant le Brexit, et aussi les difficultés rencontrées par l’Allemagne et l’Italie, auxquelles s’ajoute désormais la France depuis la jacquerie conduite par les » gilets jaunes ». Cela conduit Emmanuel Macron à se rendre à Bruxelles comme d’autres se sont  rendus à Canossa pour plaider le dossier difficile de celui qui se met en contravention avec les engagements européens, alors que cyniquement l’Italie invoque le cas français pour tenter de se faire concéder par la Commission l’autorisation d’un déficit supérieur de se comptes publics. La France va sans doute obtenir un traitement de faveur en raison de la gravité de la situation actuelle et pour éviter que celle-ci entraîne une contagion à d’autres territoires. Mais elle fera l’objet d’une surveillance attentive, qui va aussi brider les initiatives de l‘Elysée dans sa politique européenne.   Il y avait pourtant urgence à agir. La dizaine de milliards d’euros au bas mot qui vont être injectés rapidement dans l’hexagone devraient permettre d’étendre l’incendie au prix d’un déficit qui pourrait dépasser largement la règle des trois pour cent. Mais ils donneraient un coup de fouet à l’activité, en particulier à la consommation et entraîner des recettes supplémentaires dans un deuxième temps.  Ils juguleraient le mouvement de ralentissement dénoncé par la Banque de France qui chiffrait la croissance à 0,2% seulement au quatrième trimestre au lieu de 0,4 prévus avec l’hypothèse de revenir autour d’un et demi pour cent pour l’ensemble de l’année, contre plus de deux pour cent l’an dernier, ce qui ferait renaitre le danger d‘une remontée du chômage. Les mesures gouvernementales seront ainsi sans doute fortuites à court terme, à condition que l’on ne s’installe pas dans la durée comme on en a trop  souvent l’habitude en France, en évitant de remettre sur la table le lancinant dossier de la baisse de la dépense publique et de la réforme de l’Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 15/12/2018 - 10:28
Une guerre civile en Europe (pour commencer) c'est combien ?
La dette est une construction artificielle créée par les banques avec le consentement des états pour dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde.

Michel Rocard avait en son temps déjà brisé la loi du silence !...
==> http://bit.ly/2EwD34k

Depuis sa création en 1801, la banque de France prêtait de l’argent à l’Etat sans intérêt.
En 1974, sous Giscard, le plus grand salopard incompétent que la France est connue comme président de la république
(le regroupement familial, c'est lui, le désastreux emprunt indexé sur l'or, c'est lui, etc..., etc..., etc... )
une loi a obligé l’Etat à payer des intérêts sur ses emprunts, comme les particuliers.

Sans cette loi perfide, la dette actuelle ne serait qu’à 16 ou 17% du PNB (produit national brut) et pas à plus de 100% comme à ce jour.
Les gouvernants sont parfaitement au courant de ce fait...
Liberte5
- 14/12/2018 - 14:55
E. Macron est pris dans la nasse et il ne pourra pas en sortir.
Certes il n'est pas responsable de tout , mais il a contribué à faire exploser la bulle où a été confinée la France profonde. Car depuis 40 ans où les énarques ont pris le pouvoir, la haute administration dirige ce pays . Elle a réussi à le mettre à genoux par son incompétence. La France ne pourra s'en sortir qu'en virant cette haute fonction publique des postes de responsabilité. Mais ce n'est pas demain la veille , j'en ai peur.
Ganesha
- 14/12/2018 - 11:24
Fake News
Les derniers mots de cet article m'ont littéralement fait ''exploser de colère'' !
A ce niveau, nous ne sommes pas dans la bêtise ou l'ignorance, mais dans le mensonge délibéré, la propagande, la Fake News !
Il y a sur Atlantico un tabou absolu : ne jamais, en aucune circonstance, reconnaître que nous vivons depuis 1980, dans le Libéralisme Thatchérien, la ''Revanche des Riches sur les Pauvres''.
De plus, ce système économique a dérivé vers la financiarisation, la spéculation boursière frénétique.
Les 2600 milliards mentionnés dans cet article se sont multipliés dans une gigantesque bulle, qui continue à croître, en attendant sa prochaine explosion, bien à l'abri, non-imposable, dans les paradis fiscaux.
Cette gigantesque montagne d'argent n'a contribué que de façon très marginale à la Croissance et à la création d'emplois.
Il s'agit là d'une information publique : le président Macron l'a lui même confirmée dans sa récente allocution télévisée devant 21 millions de français !