En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Le juste mot

Macron : il y a vraiment des choses qu’un Président ne devrait jamais dire

Publié le 10 décembre 2018
Après un long silence, le président de la République va s'exprimer ce lundi soir à la télévision. L'occasion de ne pas commettre les mêmes erreurs langagières commises auparavant.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un long silence, le président de la République va s'exprimer ce lundi soir à la télévision. L'occasion de ne pas commettre les mêmes erreurs langagières commises auparavant.

Au bout de dix-huit mois de pouvoir, le pouvoir macronien est à l’agonie. L’ampleur du soutien populaire aux « Gilets jaunes » traduit évidemment un désespoir profond lié à la dégradation toujours plus grande des conditions de vie matérielle d’un bon nombre de nos concitoyens. Mais il veut dire aussi autre chose.

Disons-le tout net : on ne peut pas comprendre l’effondrement brutal de la popularité du Président de la République sans ajouter une dimension émotionnelle forte. La rupture totale du lien entre Emmanuel Macron et les Français est une affaire d’amour et de haine. Pour nous, l’erreur fondamentale de l’élection de 2017 aura été de porter à l’Elysée un Président qui n’aime ni la France, ni les Français. Son échec, désormais avéré aux yeux des plus crédules, était certain.

En 2017, dès la campagne électorale, il régnait sur la campagne du candidat « en marche » un sentiment diffus de malaise avec la perception d’un candidat à la fonction suprême en France qui n’aimait pas la France. C’est ainsi qu’il fallait saisir ses déclarations scandaleuses et sans aucune nuance sur la colonisation et les crimes contre l’humanité. Il déclara encore qu’il « n’y a pas de culture française ». Certains voulaient y voir des dérapages sans conséquences. C’était en réalité le révélateur d’une personnalité et d’une pensée véritablement anti- nationales. Car qu’étaient les discours de campagne du candidat Macron, sinon des prêches illuminés sur l’amour de l’universalisme, de l’Europe fédérale et la réussite des start-uppers déracinés. Pour nous, rares à le dire à l’époque, tout était déjà écrit.

Malgré tout, une fois passée l’élection, les Français ont voulu donner sa chance au jeune Président. Pour un temps, l’opinion a salué le retour d’une incarnation verticale de la présidence de la République et le maniement, avec un certain talent, des symboles du pouvoir national français et de sa tradition historique (Versailles, le 14 juillet, le Louvre, le Fort de Brégançon, le discours aux Catholiques…). Mais déjà, beaucoup de gestes sonnaient faux, à commencer par la photo présidentielle, toute en arrogance, la relégation du bureau du général de Gaulle au rang d’un studio vidéo pour signer « à l’américaine » les textes de lois devant les caméras et la décoration de l’Elysée en hall d’hôtel aseptisé du monde global.

Ces signes avant-coureurs n’étaient rien avant que la personnalité profonde d’Emmanuel Macron ne reprenne vraiment le dessus et exprime ouvertement son désintérêt profond pour la France et son mépris pour bon nombre des Français. 

Très vite, le Président Macron nous a clairement signifié que son regard était porté sur des horizons bien plus lointains et exaltants que les médiocres réalités françaises. Quand a-t-on vu un président enthousiaste, exalté, inspiré et prêcheur ? Pour parler de l’Europe lors de discours fleuves (Athènes, la Sorbonne), de la réussite par l’argent et de la planète (« make our planet great again »), mais jamais pour la France, le pays dont pourtant un Président de la République a d’abord et avant tout la charge. Ce dédain pour la France est naturel dès lors qu’elle se rapporte à la dimension nationale que Macron entend rejeter dans toutes ses dimensions (les frontières, la culture, la fierté,) au nom de la lutte contre l’esprit de « fermeture » et de « repli sur soi ».

Emmanuel Macron est allé encore plus loin, en prenant la parole publiquement, à plusieurs reprises depuis l’étranger, pour critiquer vertement la France et les Français. A l’ONU, en septembre, il désigne la France comme un pays ayant « fait beaucoup d’erreurs ». Au Bundestag, il y a quelques semaines, il condamne le « rapport à la règle » des Français et vante l’esprit de discipline allemand, révélant ainsi la tendance naturelle d’une certaine élite française à se soumettre à l’Allemagne par détestation de son propre pays. Au Danemark, il moque les « Gaulois rétifs au changement ». Plus tôt, il avait tancé un chômeur qui peut « trouver un travail en traversant la rue » et déclaré sans aucune précaution que les gens qui ne font pas d’argent « ne sont rien ». 

C’est avec une véritable hargne qu’Emmanuel Macron s’est efforcé de saper les symboles et les occasions de fierté nationale. Sa récupération de la victoire française en Coupe du monde de football fut honteuse, privant la foule de la célébration de ses héros. Son discours du Vel d’Hiv, en juillet 2017, fut d’un simplisme idiot et d’une violence hallucinante (Vichy, c’était la France), sur un sujet qui porte au cœur de la mystique nationale et qui mérite beaucoup de tact. L’affaire Benalla, la fête de la musique, ont été aussi ressenties comme une désacralisation du pouvoir présidentiel.

Au fond, le pays commence à se rendre compte que l’élection de 2017 n’a été qu’une grossière erreur de casting. Comment peut-on qualifier autrement l’arrivée à l’Elysée d’un Président de la République française dont rien, ou si peu, dans ses idées, ses attachements idéologiques et ses rêves d’avenir n’accorde la moindre importance à la nation française ? Depuis dix-huit mois, Emmanuel Macron s’est comporté comme un patron venu d’ailleurs, sans aucun attachement particulier au pays dont il a la charge et aux habitants qu’il a la responsabilité de protéger. Comment bien gouverner son pays sans l’aimer et sans le lui dire ? Comment convaincre les citoyens de le suivre et d’accepter des efforts si ce n’est pas pour s’occuper d’abord et avant tout de leur pays, de leur patrie, de leur réalité ? Emmanuel Macron n’a de grands mots que pour l’ailleurs, l’étranger, le global. Cette négation du national a viré à l’acharnement. 

La haine qui s’exprime dans nos rues à l’encontre du Chef de l’Etat, bien loin de rester circonscrite aux casseurs et autres voyous que notre Etat faible tolère depuis trop longtemps, traduit cette incompréhension radicale du peuple français à l’égard d’un Président (et d’une élite globalisée qu’il incarne de manière chimiquement pure) qui n’a jamais aimé son pays. 

La leçon des derniers jours est bien qu’il n’est pas de changement possible dans notre pays sans une fidélité des gouvernants à ce qui fait la France. On ne gouverne bien la France qu’en assurant d’abord les Français que la grandeur du pays et le bien être du pays sont bien les seuls critères pour conduire une politique. C’est en rassurant les Français sur leur valeur, c’est en les aimant, que les responsables publics remettront la France sur le chemin de la réussite. L’équipe actuelle en est, hélas, radicalement incapable. Il faut donc en changer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Emmanuel Macron
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

06.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Cap sur 2011

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
royeri
- 10/12/2018 - 17:49
Le juste mot ?
Deux premiers commentaires représentatifs de la clientèle visée par le papier....Sinon Beaumarchais, parlant de mots disait qu'il pouvait perdre un ami pour un bon car déjà, à l'époque certains n'avaient aucun humour. On oublie aussi que Sully, dans la période calme du règne de Henry IV, bien loin des massacres et de l'immédiateté planta aux frais de l'état les arbres qui furent utilisés par Louis XIV pour construire une des plus grande flotte d'Europe. Effectivement notre président parle fort et aime le trait, la belle affaire et que les lecteurs d'Astérix trouvent blessant qu'il les décrivent tel qu'ils sont serait plutôt comique. Reconnaître que la France ne fut pas toujours glorieuse ne veux pas dire ne pas l'aimer. Il aime surement plus de français que MLP ou JLM qui sont prêts, eux à sélectionner ceux qui entrent dans leurs critères de qualité (qui ne sont pas les mêmes) et à nuire le plus possible qui à des enfants nés en France de parents eux mêmes nés en France et qui à des travailleurs trop chanceux et donc trop rémunérés.
Je souhaiterai qu'ici, les problèmes se résolvent par le dialogue, soit l'écoute du discours construit de l'autre, mais il en faut alors un...
assougoudrel
- 10/12/2018 - 15:45
Ce mec (?) est un
mégot, aussi insignifiant qu'un lavement expulsé par un derrière. Comme tous les français dignes de ce nom, je le hais et quand il prendra son coup de pied au cul (ainsi que sa rombière) devant le monde entier, je me ferai blanchir les dents et mon sourire sera éclatant. Quand on pense que ces merdes de bobos et bien-pensants, intellectuels du bois de Boulogne critiquent et jugent Trump et Poutine qui aiment leur pays, ce n'est pas étonnant que le notre soit à la traîne et bien malade.
Poussard Gérard
- 10/12/2018 - 10:19
Il est carbonisé
Il a tellement humilié, taxé, insulté, le peuple français que sa parole ne vaut plus rien..Soit il refuse de signer le pacte Onu inutile car la France est un pays souverain, soit il poursuit l'islamisation en donnant plus aux étrangers et en taxant toujours les classes moyennes et en oubliant de réduire le train de vie de l'état..
Ce président, menteur, incohérent, provocateur, a oeuvré pour notre disparition, la fin de notre civilisation et de notre identité...Qu'il parte..il rend service à son pays..et à l'europe..