En direct
Best of
Best Of
En direct
© ABDUL ABEISSA / AFP
Quand on veut, on peut
Gilets jaunes : pourquoi les manifestations se sont mieux passées ce samedi que le précédent (et ce que ça nous apprend par ailleurs)
Publié le 09 décembre 2018
La décision, le 1er décembre, de ne pas avoir arrêté les Black Blocs ou les Identitaires, relevait de l'impéritie la plus totale. Ce samedi, les mesures mises en place - utilisées classiquement depuis 40 ans dans le maintien de l'ordre - ont évité un nouveau débordement de violences dans la capitale.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La décision, le 1er décembre, de ne pas avoir arrêté les Black Blocs ou les Identitaires, relevait de l'impéritie la plus totale. Ce samedi, les mesures mises en place - utilisées classiquement depuis 40 ans dans le maintien de l'ordre - ont évité un nouveau débordement de violences dans la capitale.

Atlantico : Quelles mesures prises ce samedi ont-elles permis de maintenir l’ordre public malgré la dramatisation annoncée par le gouvernement, qui était allé jusqu’à parler de ceux qui  allaient monter à Paris « pour tuer » ? Que peut-on en déduire sur ce qui avait fait la semaine dernière ?

Xavier Raufer : Il faut séparer deux choses. Premièrement, un gouvernement paniqué, totalement hors d'état de raisonner sainement et disant n'importe quoi sur le fait que Genghis Khan et Attila allaient déferler sur la capitale. Deuxièmement, des choses simples comme le maintien de l'ordre dans une grande capitale d'un pays avec la plus ancienne force de police au monde. Depuis samedi dernier, l’exécutif a paniqué et a cru que c'était la « lutte finale » de l'Internationale et qu'on se dirigeait vers l'Apocalypse. En réalité, les événements de la semaine dernière sont arrivés parce que des mesures simples, connues depuis des décennies et appliquées d'ordinaire de façon parfaitement classique par la préfecture de police depuis 40 ans, n'ont pas été respectées.

Quels facteurs l’avaient emporté selon vous ? Le manque de compétence ou les calculs politiques s’étaient-ils retournés contre ses auteurs ?

Il est compliqué de répondre avec certitude mais, par exemple, d'ordinaire pour toute manifestation, y compris les plus triviales, le préfet de police envoie une équipe sur les lieux désignés pour la manifestation et fait en sorte que les objets dangereux soient évacués. Lorsqu'il y a un chantier, soit on appelle le propriétaire pour lui demander de retirer ses engins, soit on décale le trajet de la manifestation. Ça n'a pas été fait.

Qu'on ait laissé sur les Champs-Élysées des éléments comme des grues est incroyable. Ceci, plus le fait de ne pas avoir arrêté les Black Blocs ou les identitaires, relève soit de l'impéritie la plus totale, soit du sabotage, à savoir qu'on laisse les choses dégénérer délibérément.

La semaine passée, tout cela n'avait pas été fait. Les gens n'étaient pas fouillés, on a laissé les choses filer. Je ne sonde pas les reins et les cœurs, je ne peux pas vous dire si ce qu'il s'est passé la semaine dernière relève du crétinisme le plus absolu ou de la volonté délibérée et cynique d'aller vers le pire, mais ce qui est arrivé la semaine dernière – à savoir les débordements, l'orgie de violences – s'explique ainsi. Si l'on avait fait le nécessaire, nous serions revenus au désordre habituel d'une manifestation où les gens sont à bout et ne se sentent pas entendus. Et ce 8 décembre, le bilan de la journée était au même niveau que les premières journées de manifestation.

C'est une réalité stupéfiante : lorsque les gens font leur boulot, ça fonctionne mieux.

Que peut-on déduire sur le déroulement de ces prochaines manifestations ?

Les gens ont le droit de manifester et certains ont l'impression qu'un pouvoir « autiste » et arrogant les prend pour des ânes. Il peut donc y avoir des débordements, mais ça n'est pas le début de la guerre civile. Les propos du gouvernement sur les gens qui viennent « pour tuer » sont non seulement absurdes mais sont aussi stupides.

Et peut-on en tirer des leçons sur ce qui pourrait être fait en matière d’ordre public ailleurs dans le pays ? L’insécurité du quotidien, les braquages ou cambriolages à répétition relèveraient-ils aussi d’une logique à la « si on veut, on peut » ?

Evidemment ! L'année dernière, les chiffres ont montré une augmentation de 21% des cambriolages, un fait que l'on sait être fréquemment celui d'étrangers comme des Roms ou des Géorgiens. On a notamment arrêté dans la Meuse une bande de cambrioleurs venus de Mongolie extérieure pour « piller » en France. Nous servons presque de paillasson à la planète entière. Des voleurs venus de l'autre bout de la planète, on peut les arrêter et les expulser, ça s'arrête très vite. Il suffirait de faire la même chose que cette semaine (des fouilles de gens ou de véhicules) et ça s'arrête. C'est possible, on l'a fait.

Le problème de sécurité de la France est un problème de décision. La base absolue de toute considération criminologique est la suivante : les criminels ne s'arrêtent que lorsqu'on les arrête ! Cela semble être une boutade mais lorsque l'on laisse faire les gens ils continuent. L'être humain doit parfois être « dressé ». Si l'on explique de manière énergique - dans le respect des lois en vigueur bien évidemment, il n'est pas question de rétablir la loi martiale – que certaines choses sont interdites, les choses se calment.

Que la police et les services de sécurité fassent leur travail et la situation s'améliorera. On ne peut pas dire qu'un pays où il y a 21% d'augmentation de cambriolages en une année va bien. Il faut que les politiques soutiennent ces services lorsqu'ils font leur travail : à savoir lutter contre les infractions et la délinquance. Lorsqu'on arrête 300 Black Blocs, Paris n'est plus à feu et à sang. Il est consternant de devoir enfoncer des portes ouvertes pour le rappeler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sohobis
- 10/12/2018 - 15:45
Les Ultras casseurs, forcement de Droite...
... les casseurs forcement de Droite, comme nous l'a expliqué tous les jours, M. Castaner, vont tout casser et mettre Paris a feu et à sang...
Pour être certain que tout se passe, ce 1er Décembre, comme le disait le Ministre, choisi par et aux ordres du Président, le mieux était, évidemment, de laisser les habituels ultras et casseurs organiser leurs classiques razzias (terme étranger désignant une attaque très brutale et très courte à visée de pillage) comme ils le font depuis des décennies avec la béate "compréhension" des politicards et des magistrats.. Ces jeunes ont besoin de se dégourdir et de s'exprimer !
Il y a eu quelques arrestations mais la plupart étaient des gilets jaunes plus que quinquagénaire et sans aucun passé judiciaire.. comme ont du le reconnaître du bout des lèvres les journalistes de goooche...
... mais, par contre, témoignages, photos et vidéos prisent en très grand nombre par les participants ont montré clairement que rien n'avait été fait par les forces de l'ordre pour empêcher ces casseurs de casser, d'une part, et pour en arrêter le plus possible, d'autre part... Il était donc clair que ces razzias avaient été délibérément acceptées et souhaitées !!