En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
3e samedi jaune

Macron ou Gilets jaunes, qui aura marqué des points ce soir dans la bataille des légitimités ?

Publié le 08 décembre 2018
Aujourd’hui venus de toute la France, des milliers de Gilets Jaunes ont convergé vers Paris, en route vers l’Elysée. A 10h du matin, ils sont déjà plus d’un millier sur les Champs Elysées. Chantant la Marseillaise. Ce chant de guerre des révolutionnaires de 1789 les porte. Ils avancent face aux CRS aux cris de « Macron démission! ».
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd’hui venus de toute la France, des milliers de Gilets Jaunes ont convergé vers Paris, en route vers l’Elysée. A 10h du matin, ils sont déjà plus d’un millier sur les Champs Elysées. Chantant la Marseillaise. Ce chant de guerre des révolutionnaires de 1789 les porte. Ils avancent face aux CRS aux cris de « Macron démission! ».

Force est désormais de constater que le « ni droite, ni gauche » du mouvement En Marche d’Emmanuel Macron a conduit la France au chaos. Ou alors, à un peu plus d’an après son élection, à la dissolution de l’Assemblée nationale comme le proposent la plupart des Gilets Jaunes. Cette République qualifiable de centriste, réformiste et techniciste, « on n’en veut plus », disent-ils. 

La France des plus démunis des classes moyennes qui ne finissent pas les fins de mois, rejointe par celle des restos du coeur et soutenue par près de 80% des Français, est en colère.

La France a mal, la France souffre, et quand l’Etat-Providence se meurt, l’Etat-nation se révolte.

Mais la situation est tristement claire. Personne ne peut plus douter que l’Elysée, le gouvernement et sa majorité ont opté pour un bras de fer contre ce mouvement populaire : 80.000 forces de l’ordre mobilisées dont 8000 déployées à Paris. Durant la semaine qui vient de s’écouler le silence assourdissant du Président de la République et l’impression laissée par Edouard Philippe d’avoir à regret lâché du leste sur les taxes, le pouvoir a choisi l’affrontement. La voie sécuritaire plutôt qu’une réponse politique.

D’abord la guerre ensuite l’annonce ? Le Président de la République a fait savoir qu’il parlerait en début de semaine prochaine.

Dans un premier temps,  il a décidé de relever le défi et fait le choix funeste du jusqu’au boutisme, malgré les alertes sur les dangers de cette troisième grande manifestation.

Au Paris brulé, Paris saccagé, Paris dévasté du samedi 1er décembre répond, ce 8 décembre, un Paris barricadé par les forces de l’ordre et des dizaines de véhicules blindés, inspectés hier par Christophe Castaner, le ministre de l’intérieur.

En ce troisième samedi de mobilisation la capitale semble déclarée ville morte. Encerclée par les barrages des dispositifs de sécurités qui bloquent quatorze quartiers déclarés « à risque ». En prévention d’une émeute que le pouvoir anticipe sanglante : « comme je dis la guerre ça fait peur, mais ils y sont allé quand même » répond Baptiste au journaliste qui l’a interrogé dans le bus qui le conduisait très tôt ce matin depuis Roanne à Paris, avec deux fois plus de Gilets Jaunes que samedi dernier.

Barricadé en son Palais de l’Elysée, entouré d’un énorme dispositif de forces de sécurité, Emmanuel Macron entend bien résister à ceux que ces ministres appellent les « séditieux » les « factieux »  les « putschistes », ces milliers d’hommes et de femmes venus manifester, à la fois, leur rejet de sa politique et leur volonté d’en finir avec ce que Macron a voulu remplacer : les élites politiques et les partis, mais aussi les syndicats, la droite et la gauche.

A-t’il conscience aujourd’hui d’avoir préparé le terrain à ceux qui l’affrontent aujourd’hui ? Les extrêmes, les ultras de droite et de gauche et le peuple Français tout entier, dont, au fond, les Gilets Jaunes sont devenus une sorte d’avant-garde révolutionnaire?

L’histoire se rappellera que le Président et le gouvernement ont fait le choix funeste du jusqu’au boutisme, malgré les alertes sur les dangers de cette troisième grande manifestation avec marche sur la capitale là où vit celui que le peuple au Suffrage Universel.

Tout se passe en réalité comme si le Président de la République était incapable de comprendre le sens historique de ce qu’il a provoqué par sa gouvernance ses choix politiques : son fameux cap écologiste d’une relance économique fort maladroitement menée.

Gouverner n’est pas gérer, telle est la leçon qui lui est infligée après seulement 18 mois de pouvoir. L’entendra-t’il ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/12/2018 - 15:10
@spiritucorsu
Bonne image, impressionnante de réalisme ....
BienVu
- 09/12/2018 - 11:05
Philosophe ?
"Force est désormais de constater que le « ni droite, ni gauche » du mouvement En Marche d’Emmanuel Macron a conduit la France au chaos". Force est de constater que cette analyse des causes de l'agitation actuelle est un peu sommaire, et c'est le moins que l'on puisse dire. Surtout quand on lit que l'auteur de l'article est "philosophe". Je croyais que la philosophie, pour reprendre une partie de la définition donnée par le Petit Robert, "envisageait les problèmes à leur plus haut degré de généralité". Donc, ma lecture de l'article s'est limitée à cette première phrase. Heureusement qu'il y a sur le site d'Atlantico, d'autres philosophes , Yves Michaud par exemple, pour relever le niveau de cette profession.
Ganesha
- 08/12/2018 - 14:34
Les Blindés sont entrés dans Paris !
Au moment où j'écris ces lignes, BFM-TV nous montre les véhicules blindés de la Gendarmerie paradant dans Paris.
Ce spectacle éveille immédiatement le souvenir des chars russes à Budapest en 1956 et à Prague en 1968.
Désormais, le temps s'est accéléré, et un pouvoir politique qui en est réduit à utiliser de tels arguments démontre clairement qu'il est totalement ''au bout du rouleau''.
Nous avons ici, sur Atlantico, quelques ''papys-Alzheimer'', qui ''voient des communistes partout'', et quelques autres psychotiques, qui, plutôt que de ''se prendre pour Napoléon'', nous proclament que ''le Règne du Capitalisme Libéral est Éternel'' !
Désolé les gars, il vous faut revenir à la réalité : le Mur de Berlin a été abattu en 1989, et là, c'est le Capitalisme qui s'effondre sous vos yeux. Hagards...