En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Ami ou ennemi ?
Sanctions américaines : le temps de la riposte est venu
Publié le 08 décembre 2018
L'éventail des sanctions décrétées par Washington aux quatre coins du monde est vaste, et entraîne, directement ou non, de nombreux effets délétères pour l'économie européenne. Une conclusion s'impose : on ne peut plus compter sur notre allié historique. Si de premiers signes de riposte européenne se font jour, celle-ci n'est pour l'instant pas assez concertée ni assez massive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Blanchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'éventail des sanctions décrétées par Washington aux quatre coins du monde est vaste, et entraîne, directement ou non, de nombreux effets délétères pour l'économie européenne. Une conclusion s'impose : on ne peut plus compter sur notre allié historique. Si de premiers signes de riposte européenne se font jour, celle-ci n'est pour l'instant pas assez concertée ni assez massive.

Quand le héraut du mondialisme le plus débridé tourne casaque. Depuis son accession à la Maison Blanche, Donald Trump, fidèle à son mantra « America First », entraine les Etats-Unis à multiplier les sanctions économiques et diplomatiques à travers le monde. Iran, Russie et même Union européenne (UE) : ennemis de toujours ou anciens alliés, aucun pays ne semble à l'abri de la fièvre punitive qui s'est emparée de Washington. Le Vieux continent pas davantage que les autres, ses entreprises se retrouvant, par la grâce de l'extraterritorialité du droit américain, directement menacées par des sanctions qui ne les visent pourtant pas au premier chef.

Face aux sanctions américaines, une riposte européenne dispersée

Ainsi des sanctions « secondaires » réactivées à l'encontre de l'Iran, à la suite de la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire, signé à Vienne en 2015. Depuis le 4 novembre, les secteurs iraniens du pétrole, du gaz et de la finance sont, de fait, blacklistés. A partir de cette date, toute entreprise française ou européenne qui poursuivrait ses transactions avec les secteurs visés par Washington risquerait d'intégrer la liste des « Specially Designated Nationals » (SDN), un sigle créé par l'Ofac (Office of Foreign Assets Control) américain pour désigner les entités contournant l'embargo.

Une menace prise très au sérieux par les entreprises tricolores, dont les exportations vers Téhéran ont atteint 1,5 milliard d'euros au cours des deux dernières années. Des mastodontes comme Total, PSA ou Renault se sont ainsi immédiatement désengagés de leurs projets en Iran. Le secteur bancaire étant ciblé, aucune industrie n'est épargnée, les contrevenants risquant de perdre leur accès au marché américain et de se voir infliger de lourdes sanctions financières. La mésaventure de BNP Paribas, contrainte en 2014 de régler une ardoise de 9 milliards de dollars au Trésor américain, reste dans tous les esprits.

Longtemps tétanisées par l'aventurisme du nouvel hôte de la Maison Blanche, les chancelleries européennes organisent la riposte, mais en ordre dispersé. La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne souhaitent ainsi la création d'une « bourse européenne anti-sanctions américaines », hébergée en Autriche. Défendu par la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, ce « Special Purpose Vehicle » (SPV) pourrait faire office d'intermédiaire afin que les entreprises du continent puissent commercer avec l'Iran sans s'exposer aux sanctions de l'Oncle Sam. Mais pour l'heure, Vienne a exprimé une fin de non-recevoir.

Et quid des taxes décrétées par Washington sur l'acier et l'aluminium ? Quid des sanctions américaines visant des entreprises russes, dont le géant de l’aluminium Rusal, qui fournissent une part non négligeable des matières premières dont nos grandes entreprises et PME ont un besoin vital ? On parle ici de centaines de milliers d'emplois en Europe, autant d'emplois directement menacés si ces sociétés ne peuvent commercer avec les entités russes visées. Pour le seul secteur de l’aluminium, les sanctions américaines pourraient négativement affecter 250 000 emplois directs en Europe, dont 1 500 en France, et 100 000 emplois indirects.

Les Etats-Unis envisagent également de nouvelles taxes sur les importations d'automobiles européennes. Fin août, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a menacé Washington de représailles douanières équivalentes. Bruxelles a aussi proposé une forme de trêve, en suggérant qu'UE et Etats-Unis renoncent de concert aux droits de douane sur les importations de voitures. Une offre promptement déclinée par Donald Trump, dont on connait l'aversion pour les grosses berlines allemandes remontant les avenues de son New York natal.

De la nécessité d'un souverainisme européen

Divisée, apeurée, indécise, l'Europe tente vaille que vaille de répondre aux provocations du milliardaire américain. De manière trop brouillonne et impréparée pour le moment. Il faut nous rendre à l'évidence : si les Etats-Unis n'ont jamais fait mystère d'une forme de « préférence nationale » économique, l'UE manque encore d'une politique souverainiste digne de ce nom. Une politique pourtant appelée de ses vœux par le président français, Emmanuel Macron ayant déclaré devant les députés allemands, le 18 novembre, que « l'Europe doit être plus forte, plus souveraine ». Une « nouvelle responsabilité franco-allemande (qui) consiste à doter l'Europe des outils de sa souveraineté », a encore martelé le chef de l'Etat. Seuls de tels outils permettront d'élaborer une riposte européenne enfin massive et concertée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
sanctions, Etats-Unis, Iran, Irak, Russie
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 09/12/2018 - 09:09
@Marie-E
On ne discute pas avec le grand CH ' TRUMP ' F, au mieux on l'écoute, lui n'écoute personne, n'en déplaise à Macron, vous savez, ce petit président français prétentieux sans grands moyens (à tout point de vue !...) et qu'on surnomme dans les milieux dits autorisés : "Macron le précieux ridicule" !...
Le grand CH ' TRUMP ' F, LUI, est capable de changer d'avis et faire le contraire de ce qu'il a dit en moins de cinq minutes.
Alors à quoi bon discuter ???
Seul un boycott généralisé contre les USA pourrait éventuellement le faire céder mais à quel prix ???
edac44
- 09/12/2018 - 08:52
Etats Unis contre reste du monde, c'est jouable, non ???
Les "amerloques" ne comprennent que la force mais ont-ils les moyens de se battre seuls et dans tous les sens du terme contre le reste du monde ???
Un conflit nucléaire généralisé ne laisserait rien de vivant sur la planète et ne peut être une option à tenter pour personne (de sensé, of course !...)
Reste la lutte économique en riposte aux prétentions du grand CH ' TRUMP ' F, où le monde libre boycotterait tous les produits américains sauf éventuellement (mais à voir !...) ceux fabriqués hors USA, sans compter bien sûr, l'abandon du dollar comme monnaie de règlement à l'international dont bien évidement le pétrole.
Est-ce que le peuple américain peut (ou pourrait) vivre raisonnablement en autarcie et si oui, combien de temps et avec quelles conséquences pour leur économie ???

Marie-E
- 09/12/2018 - 07:57
tous derriere
Mogherini avec l'Iran, la Turquie ,,,, mais contre Trump et les USA .... ha ha ha et si au lieu de laisser parler une incompetente, on essayait de discuter avec Trump.
Le Canada et le Mexique l'ont bien fait ... et les Chinois aussi ... et je ne parle pas de la Coree du nord ( on attend de vor mais en attendant il n'y a pas de guerre)