En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

07.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 1 heure 11 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 8 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 10 heures 14 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 11 heures 19 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 14 heures 21 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 8 heures
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 10 heures 50 sec
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 1 jour 10 heures
© DR
© DR
Conséquences

Mur des cons : cinq ans après, le procès d'une dérive politique de la justice

Publié le 06 décembre 2018
Il y a cinq ans, Atlantico diffusait une vidéo du "mur des cons", un tableau sur lequel le puissant Syndicat de la Magistrature épinglait ses adversaires. Un scandale riche en conséquences.
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a cinq ans, Atlantico diffusait une vidéo du "mur des cons", un tableau sur lequel le puissant Syndicat de la Magistrature épinglait ses adversaires. Un scandale riche en conséquences.

Atlantico : Depuis la révélation de l'affaire du mur des cons par Atlantico qui diffusait une vidéo tournée par le smartphone d'un journaliste de France 3, Clément Weill-Raynal, 5 ans ont passé. L'affaire est  jugée depuis mardi 4 décembre devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Concrètement, que reste-t-il du mur des cons aujourd'hui ? Quel impact a-t-il eu au sein de la magistrature ?

Guillaume Jeanson : Je tiens d’abord, si vous me le permettez, à saluer le courage de Clément Weill-Raynal, auteur de cette fameuse vidéo, et celui de votre journal auquel on doit la révélation de toute cette affaire. Le Mur des cons affichait, pour mémoire, de nombreux visages parmi lesquels on reconnaissait facilement deux pères de victimes, le général Schmidt, père d’Anne-Lorraine Schmitt, assassinée dans le RER D, et Jean-Pierre Escarfail, père de la première victime de Guy Georges. Il affichait également les visages de personnalités aussi diverses qu’Alain Minc, Jacques Attali, Alexandre Adler, Gilbert Collard, Eric Zemmour et David Pujadas. Y figurait enfin des hommes politiques comme Edouard Balladur, Manuel Valls ou Philippe de Villiers…

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, il me semble que c’est une affaire emblématique car elle manifeste par l’étalage de son indécence outrageante, le degré de sectarisme qui hélas ronge certains magistrats. Fort heureusement, ces magistrats sont minoritaires et il est important de le souligner, bien qu’ils puissent encore conserver parfois une certaine influence.

La plupart des magistrats ont ainsi subi injustement le discrédit jeté par cette affaire sur l’ensemble de leur profession. Que reste-t-il du mur ? Physiquement ? n’ayant jamais eu l’honneur d’être invité dans le local de ce syndicat, je ne saurais vous affirmer qu’il a été nettoyé. J’imagine et espère bien sûr qu’il l’a été promptement, à tout le moins, dès l’ouverture de la procédure judiciaire. Moralement ? j’emprunterai ces mots si justes à Philippe Bilger, célèbre magistrat, dont le visage figurait aussi en bonne place sur ce mur : « Ce Mur qu'on a osé qualifier de pochade a ouvert une période où non seulement la magistrature - à cause du SM et bien au-delà de lui - n'a plus pu plaider son absence de politisation mais où, dans son ensemble, en dépit des protestations et de la bonne foi de beaucoup, elle a été mise en cause, réputée injuste et décrétée partisane. »

L’ex-présidente du SM pour sa défense s’en tient à une ligne de défense : ce « mur des cons » se trouvait dans un « lieu privé », et ne peut donc constituer le délit d’« injures publiques » qui lui est reproché. Qu'en est-il vraiment ? 

Ce point technique sera sans doute âprement discuté par la défense qui est évidemment dans son rôle. Il ne retire rien en revanche à la flétrissure de toute cette affaire. Une injure publique est un délit puni de 12.000 euros d’amende, alors qu’une injure privée est sanctionnée par une contravention de 38 euros. Il est admis par la jurisprudence que le fait qu’une injure ait été prononcée dans un lieu fermé n’en fait pas nécessairement une injure non publique. A cet égard il a par exemple pu être retenu qu’une injure criée dans une cour d'immeuble, parce qu'elle peut être entendue par tous les occupants -qui ne se connaissent pas forcément- et leurs invités, est une injure publique. Le tristement fameux « mur des cons » était en tout cas suffisamment étalé à la vue du public pour y être semble-t-il facilement « contemplé » par celui qui l’a dénoncé.

Puisqu’on parle de ligne de défense, mentionnons quelques perles dont Clément Weill Raynal, (qui pourrait le lui reprocher après le déchaînement des foudres subies par ce dernier au commencement de cette affaire ?), a pu gratifier twiiter lors de l’audience. Cité par la défense, le sociologue Laurent Muchielli aurait ainsi argué sans vergogne que « le mur des cons était destiné à renforcer la cohésion professionnelle au sein d’un local syndical ». D’autres citations rapportées par le journaliste tout au long de cette journée ont aussi de quoi laisser songeur : le mur des cons serait « une défense collective contre la souffrance du magistrat qui s’apparente à l’angoisse du pilote de chasse ». De quoi, pour nos frêles oreilles, franchir en effet le mur du son.

L'orientation de la magistrature avait été fortement remise en question à la découverte de ce mur. Est-elle toujours un problème aujourd'hui ? 

L’orientation en question a beau ne concerner qu’une minorité de magistrats, les dégâts d’images causés par cette affaire n’en demeurent pas moins considérables. Fustigeant la réaction désastreuse du syndicat de la magistrature tout au long de cette affaire, le magistrat en disponibilité Guillaume Didier, lui aussi brocardé sur ce mur, a ainsi pu écrire ces mots très forts : « Votre réaction, à l’occasion de cette crise, a été catastrophique. Arrogante et sans empathie, elle a amplifié le scandale et gravé durablement dans la mémoire des Français votre triste initiative. Depuis six ans maintenant, les dégâts causés dans l’opinion publique sur l’image de la magistrature restent immenses. ». Qui a oublié en effet qu’en octobre dernier le journal Le Point a prouvé, avec une vidéo, que Françoise Martres, l’ex-présidente du syndicat de la magistrature mise en cause dans cette affaire, avait bien vu et parlé avec le journaliste devant le « mur », en dépit de ce qu’elle avait affirmé devant le juge d’instruction ?

Est-ce que les choses vont changer ? A lire les propos d’audience de cette dernière, rapportés par Pascale Robert-Diard, il est permis d’en douter : « (…) ce n’est pas l’ignominie dont on nous parle tout le temps. Et « con », ce n’est pas non plus l’injure suprême. »

Cette attitude inquiète pour l’avenir. Elle inquiète d’autant plus lorsqu’on apprend, toujours via Guillaume Didier, mais cette fois-ci sur twitter, que « sur France Inter, l’ex présidente du syndicat de la magistrature dénonce « une attaque de la droite contre le syndicalisme judiciaire ». Autant de mauvaise foi désarmerait presque. Rappelons-le s’il en était encore besoin : le syndicalisme judiciaire est évidemment un droit qu’il ne s’agit aucunement de remettre en cause ici. Mais le syndicat est là pour assurer la défense des intérêts de ses membres. Or, ce qui est en jeu ici, c’est la dérive politique du syndicalisme. Ce qui est jeu, c’est cette forme dévoyée du syndicalisme qui est d’une toute autre nature, car il bafoue allègrement le devoir de réserve des magistrats et entache ainsi l’image d’impartialité si nécessaire à la fonction suprême de juger. Pourquoi ? Parce que, comme a pu le rappeler Philippe Courroye (lui aussi en bonne place sur ce mur) dans son livre « reste la justice », si certains magistrats tels que Serge Portelli, estiment heureusement que : « quand on est juge, on met une robe et on laisse de côté ses convictions politiques, militantes ou religieuses », d’autres n’hésitent pas à tenir malheureusement des propos bien plus ambigües. Mathieu Bonduelle, ancien secrétaire général du syndicat de la magistrature, a ainsi affirmé dans la Gazette du Palais du 30 août 2013, que « prétendre que les juges doivent être neutres, c’est leur dénier le droit de juger ». 

Concrètement, quel peuvent être les conséquences de ce procès selon vous ? Quid du syndicat de la magistrature ?

Le syndicat de la magistrature n’a eu de cesse, depuis l’éclatement de cette affaire, de perdre de son influence. Le nombre de ses votants diminue maintenant à chaque élection. Mais, la question de l’engagement politique demeure éminemment problématique. Stéphane Durand-Souffland a en effet rapporté cette autre phrase d’audience de Françoise Martres qui, tout en se voulant presqu’anodine et « respectueuse » des personnes bêtement injuriées, n’en trahit pas moins l’ampleur du problème : « nous combattons des idées, pas des hommes ». 

Il va de soi que le jugement qui sera rendu dans cette affaire devra impérativement être exempt de tout soupçon de partialité, de quelque bord qu’elle soit. Il en va de l’honneur, sali par cette affaire, de la magistrature tout entière. Mais, au-delà de ce procès, souhaitons que la première des conséquences de toute cette affaire, soit le respect désormais scrupuleux du devoir de réserve de ces magistrats. Afin que cessent enfin les dérives politiques d’un syndicalisme dévoyé.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Mur des cons
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

07.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 07/12/2018 - 08:48
Justice Taubira
Durant ces 5 années de présidence Hollande, la justice et le monde carcéral ont été anéantis par les lois scélérates de Taubira.... Ce syndicat en est le bras armé .... Hélas, Mme Béloubet poursuit cette doctrine: maisons d'arrêts devenus des centres d'hébergement, pas une cellule en construction, des caïds de 17 ans ultra violents jugés par un tribunal pour "enfants".... Merci la gauche.
JG
- 06/12/2018 - 22:53
Le pire chez ce type de Magistrat
C'est l'arrogance et l'absence de toute forme d'excuse ou de repentir....
Ils sont inexcusables....faute d'avoir demandé pardon.... et probablement indécrottables, hélas....Le propre des fanatiques est rarement la repentance....
lexxis
- 06/12/2018 - 22:45
LA HONTE!
On remarquera qu'en statuant elle-même sur le mur des cons, la Justice se trouve patauger en plein conflit d'intérêts, puisqu'au delà du comportement syndical de certains magistrats dévoyés, c'est sur sa propre image auprès des Français qu'elle a à se prononcer. Pourquoi lorsqu'un citoyen ordinaire commet une faute, il doit en répondre devant un juge, alors que quand des juges commettent une faute surtout en insultant les pères de victimes, on revient encore devant un juge, là où un jury sans juge professionnel ferait sans doute infiniment mieux l'affaire.

Enfin, comment ces magistrats éminemment courageux puisqu'aucun colleur ne s'est dénoncé, peuvent-ils encore rendre quotidiennement la justice au nom de ce peuple français pour lequel ils nourrissent un tel mépris?

D'autre part, il ne semble pas que le reste de la profession judiciaire ait manifesté plus que discrètement son désaveu vis-à-vis d'un comportement qui la décrédibilise toute entière.

Imagine-t-on un citoyen insulté se risquer à la réciprocité? Ou à exiger en début d'audience que le magistrat décline son appartenance syndicale? Manifestement, il y a des gens qui n'ont rien à faire dans la Magistrature.