En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Climat de rejet

COP 24 : comment gérer désormais le défi climatique en pleine crise existentielle du multilatéralisme ?

Publié le 02 décembre 2018
A l'heure du rejet des instances multilatérales, harmoniser le combat contre les émissions de gaz à effet de serre est une gageure.
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Maréchal est Maître de conférences en Science économique à lUniversité Paris Sud. Il est l'auteur de l'ouvrage Chine/USA. Le climat en jeu, Paris, Choiseul, 2011, 116 p.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure du rejet des instances multilatérales, harmoniser le combat contre les émissions de gaz à effet de serre est une gageure.

Atlantico : Le climat et la lutte contre le réchauffement climatique sont par définition un enjeu mondial. A l'heure du rejet des instances multilatérales, comment harmoniser ce combat contre les émissions de gaz à effet de serre ?

Jean-Paul Marechal : Il faut faire attention. Je ne suis pas sûr qu'il y ait un rejet global des instances multilatérales. Les Etats-Unis ont décidé de sortir de l'accord de Paris mais pour l'instant ils restent les seuls dans ce cas.

Les Etats-Unis sont sortis de l'accord de Paris mais on observe un grand nombre de villes et d'entreprises américaines qui ont affiché leur volonté de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et ont décidé de s'en tenir aux accords de Paris. Ensuite, la Chine a un comportement qui prête à discussion. En interne, elle semble avoir pour objectif de se conformer à ses engagements. Même si on peut noter des efforts, il convient aussi de souligner qu'elle continue d'exporter des centrales à charbon et délocalise une activité industrielle polluante. Quant au Brésil, on verra bien ce que cela va donner mais l'élection de Bolsonaro est effectivement inquiétante.

Mais même si le contexte est inquiétant, le rejet des instances multilatérales reste relatif.

Légiférer sur l'interdiction du charbon au niveau européen pourrait-il faire pencher la balance dans le bon sens ?

Si l'on interdisait le charbon au niveau européen, ce serait plutôt une bonne chose, mais force est de constater que l'on est loin du compte. Les grands pays charbonniers comme la Pologne auront du mal à franchir le cap et ceux qui, comme l'Allemagne après Fukushima, ont décidé de fermer leurs centrales nucléaires au profit des centrales à charbon seront difficiles à convaincre.

Les énergies renouvelables pâtissent de leur faible rendement par rapport au charbon. S'orienter vers un nucléaire plus efficace et compétitif ne serait-il pas un moyen de convaincre les pays pollueurs agissant souvent par simple pragmatisme ?

En France, les énergies renouvelables ne permettent pas de réduire les émissions de CO2 liées à la production d'énergie puisque notre production d'énergie ne dépend pas de ressources carbonnées. En gros, vous pouvez mettre autant de panneaux solaires que vous voulez, cela ne réduit pas les émissions de CO2 liée à la production d'électricité puisqu'elles sont dans leur quasi-totalité déjà produites par des énergies qui n'émettent pas de CO2 : le nucléaire, l'éolien, le salaire, l'hydroélectrique. Nous n'avons que deux grosses centrales à charbon qui vont être fermées : c'est insignifiant.

En revanche dans un certain nombre de pays comme l'Allemagne où le mix énergétique est plus carbonné qu'en France, les énergies renouvelables sont une des solutions possibles. L'idée pour ces pays serait de modifier leur mix énergétique, mais à partir du moment où l'Allemagne a renoncé au nucléaire, il ne lui reste plus que les énergies renouvelables. Et le charbon. Les Allemands sont coincés en ne s'étant pas donné un moment de respiration avec le nucléaire. Ils sont obligés de palier la production par le nucléaire par la production par le charbon.

Le nucléaire peut-il être plus séduisant ?

Le nucléaire est séduisant pour les Chinois. Ils ont un mix énergétique global fondé à 66% sur le charbon. Ce qui signifie que leur électricité est produite à plus de 80% avec du charbon. Comme ils veulent lutter contre la pollution de l'air, il va falloir fermer des centrales à charbon ou mettre en place des centrales à charbon qui capte le CO2 et les poussières, ce qui signifie une diminution du rendement. Cela demande des investissements considérables. Le choix des Chinois est de diversifier leur mix énergétique pour réduire la part de charbon et augmenter la part de ce qu'ils appellent les énergies vertes. Les Chinois mettent le nucléaire dans les énergies vertes. Il ne faut renoncer à aucune source de production d'électricité.

De plus, il faut savoir qu'en matière de production d'électricité, il y a des sources pilotables et d'autres non. L'éolien et le solaire n'est pas pilotable, il dépend des conditions météorologiques. C'est pourquoi ces énergies demandent 4 Gigawatt de capacité de production pour 1 gigawatt de produit. Les sources pilotables demandent 1 Gigawatt de capacité pour 1 gigawatt de produit. Comparer les deux sources, pilotables ou non pilotables, n'est pas faisable. C'est un élément de complexité supplémentaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

05.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 03/12/2018 - 02:05
Comment gérer...
Tout simplement en remettant en cause le pseudo "réchauffement climatique". Sans doute plus compliqué que de rajouter des taxes sur les carburants...
J'accuse
- 02/12/2018 - 12:29
Ni défi ni multilatéralisme
Des affirmations fausses derrière des raisonnements vrais ! M. Maréchal dit qu'il n'y a pas de rejet tout en avouant le contraire dans ses explications.
Les accords de Paris n'existent pas: non contraignants, non vérifiables, non financés. Ils ne sont donc que du papier.
Seul Trump en est sorti officiellement, mais aucun pays n'entend les respecter, et l'Allemagne a hypocritement abandonné ses objectifs de réduction de CO2 pour faire marcher son économie, sans dénoncer des accords de toute façon bidon.
La France ne peut les respecter qu'en conservant son nucléaire, mais ce n'est pas son programme officiel: la France abandonne donc aussi en prétendant le contraire, mais elle n'oublie pas pour autant d'augmenter les taxes ! Et qu'est-ce que la France, sinon juste 1% de la production mondiale ? Insignifiant.
Le multilatéralisme n'a jamais existé, et n'existera jamais: le "machin" est impuissant ou soumis à la loi des grandes puissances; l'UE est soumise à l'Allemagne, la COP et le GIEC ne servent à rien. C'est un terme fallacieux, comme l'est celui de démocratie.