En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 10 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 47 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 59 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 59 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 51 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 51 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 50 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 27 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 55 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 51 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
© NICOLAS TUCAT / AFP
Réponse

Le gouvernement devra choisir entre les gilets jaunes d’aujourd’hui et ceux de demain

Publié le 02 décembre 2018
Sous leur apparente simplicité, les revendications des gilets jaunes sont incroyablement complexes à satisfaire. En exigeant de meilleures conditions économiques et du respect pour ce qu’ils sont, ils questionnent un demi-siècle de décisions politiques. Ils demandent en cela des changements phénoménaux, tout en exigeant des résultats immédiats. L’équation est insoluble, et risque de pousser le gouvernement vers des solutions de facilité.
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sous leur apparente simplicité, les revendications des gilets jaunes sont incroyablement complexes à satisfaire. En exigeant de meilleures conditions économiques et du respect pour ce qu’ils sont, ils questionnent un demi-siècle de décisions politiques. Ils demandent en cela des changements phénoménaux, tout en exigeant des résultats immédiats. L’équation est insoluble, et risque de pousser le gouvernement vers des solutions de facilité.

Certains commentateurs parlent encore de jacqueries, de mai 68, ou de la révolution de 1789 pour tenter decomprendre le gilet jaune à travers des schémas connus. Les autres ont renoncé, sondage après sondage, à dresser un profil exact de celui-ci. Politiquement, le gilet jaune vient de partout, et il est soutenu massivement par tous. Sociologiquement il n’a ni âge, ni sexe en particulier. Seuls ressortent ses revenus, plus bas que la moyenne, et son origine, cette France périphérique.

Que veut-il ? Qui sont ses chefs ? Comment le calmer ? Ces questions sont vaines, car les réponses sont aussi simples que les solutions sont hors de portée.

Le gilet jaune manifeste des sentiments. Il n’a pas de revendication politique. Il ne s’y intéresse d’ailleurs pas forcément. Il exprime une double exaspération. La première est concrète. Elle est le résultat d’une grande lassitude. Le gilet jaune boucle ses fins de mois à grand peine depuis trop longtemps, et son espoir de voir la situation s’améliorer a disparu. La seconde est plus abstraite. Il n’en peut plus de se sentir ignoré par une classe dirigeante qui ne lui parle plus.

Boucler ses fins de mois, et se sentir pris en compte. Voilà ce que réclame le gilet jaune. Il exprime une colère. Il ne propose pas de solution politique. Ce n’est d’ailleurs pas son rôle. Tous les citoyens n’ont pas vocation à s’intéresser à la politique. Tous n’ont pas les connaissances nécessaires à le faire. Mais tous ont le droit d’être représentés.

C’est à ce moment précis qu’intervient le monde politique, ou plus précisément, la récupération politicienne. Chez les Insoumis, on va confisquer la parole des gilets jaunes pour exiger le retour de l’ISF. A droite, on va leur faire réclamer une baisse des dépenses publiques. A l’extrême droite on va leur faire porter la question de l’identité à l’heure de la mondialisation. Pour En Marche, l’enjeu est de donner l’image d’un gouvernement à l’écoute.

Toutes agaçantes qu’elles soient, ces tentatives de récupération sont parfaitement légitimes. Il s’agit du cœur de métier des partis politiques. Et par chance pour eux, le mouvement réunit tellement de profils différents que chaque parti trouvera toujours des gilets jaunes pour porter ses revendications. A l’inverse, de nombreux gilets jaunes trouveront une ligne qui leur convient dans un parti précis. Mais aucun parti, ni aucun porte-parole, ne porte les revendications des gilets jaunes dans leur ensemble. Seul le mouvement pris comme un tout s’exprime légitimement.

Ils n’en demandaient d’ailleurs pas tant. Le mouvement ne s’est pas formé autour de points aussi précis. Et la revendication politique semble dissoudre le mouvement plus qu’elle ne le renforce. Non, le gilet jaune n’en demandait pas tant. Il en demande, sans forcément le savoir, beaucoup plus.

En criant son désespoir face aux fins de mois difficiles, il remet en cause un demi-siècle de décisions économiques qui l’ont placé dans la situation où il se trouve aujourd’hui. Un nombre incalculable de décisions prises affecte son pouvoir d’achat actuel : niveau d’imposition des particuliers et des entreprises, taux de charges sociales, répercussion sur les prix, promesses à des clientèles électorales, dépenses publiques, priorités budgétaires, ISF, inadaptation des politiques à la mondialisation, délocalisations, etc.

De même, lorsqu’il réclame la considération de ses compatriotes, le gilet jaune questionne indirectement un demi-siècle de décisions sociétales, prises ou évitées, sur la décentralisation, l’Europe, le clientélisme, l’identité, les valeurs, la Laïcité, l’Occident, les coutumes, les paysages, etc.

Pour ces raisons, il n’y a aucune réponse simple à apporter aux gilets jaunes, sans questionner les décisions économiques et sociétales prises depuis un demi-siècle.

La rue n’a aucune réponse à apporter à ces questions. Trop complexes. Et toute tentative de lui demander d’y répondre se soldera par un échec cuisant. Il est d’ailleurs à douter que la rue, où se massent de plus en plus de casseurs présents à toutes les manifestations de tous les bords, soit encore représentative du mouvement.

En démocratie, les questions d’importance réclament une organisation, des débats soutenus, du travail, et des élections. La campagne présidentielle de 2017 aurait dû permettre de traiter ces sujets. Mais la politique politicienne, les scandales, le vote utile, le vote barrage et le populisme ont étouffé toute discussion intelligente pendant des mois. Un président a été élu, mais les questions de fond n’ont pas été traitées. La colère qui n’a pas été exprimée dans les urnes ne demandait qu’à exploser en dehors.

Il restait à Emmanuel Macron une minuscule fenêtre de tir. Quelques mois pour corriger 50 ans d’erreurs politiques. Les changements imposés ne pouvaient être que révolutionnaires. Malheureusement la France s’en sort avec une réforme mineure de la SNCF et quelques ajustements à la marge sur divers sujets secondaires.

Aujourd’hui, face à des revendications incroyablement complexes malgré leur apparente simplicité, le gouvernement est dépourvu. Il ne peut calmer le mouvement qu’avec des résultats, ou par un populisme monstrueux. Malheureusement les réformettes engagées depuis un an ne peuvent rien apporter de concret sur le plan économique. Et sur le plan sociétal, Emmanuel Macron est l’archétype de l’élite mondialisée, peu attaché aux valeurs et coutumes de son pays, peu attaché à la Laïcité et au modèle républicain, et hostile au conservatisme de ceux pour qui tout était réellement mieux avant.Il est disqualifié pour comprendre cette autre France, qui vit loin de Paris, et qui se révolte aujourd’hui.

Le gouvernement ne règlera donc pas les inquiétudes sociétales des gilets jaunes. Il est incapable de les comprendre, et les considérer est incompatible avec son ADN politique.

Il ne reste plus au gouvernement que les questions économiques, où deux choix s’offrent à lui. Soit annoncer aux gilets jaunes qu’il ne pourra rien pour eux mais qu’il engage immédiatement les gigantesques réformes nécessaires à assurer l’avenir de leurs enfants ; soit tomber dans le populisme facile en signant des chèques, quitte à remettre la poussière sous le tapis quelques années de plus, en espérant être suffisamment loin quand l’inévitable explosion sociale surgira.

En somme, le gouvernement devra choisir entre sacrifier les gilets jaunes d’aujourd’huiou ceux de demain.Mais sur le respect de cette France périphérique, aucun miracle n’est à attendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tetavana
- 03/12/2018 - 19:06
Très bon article ....Mais
Mais nous ne sommes pas tellement avancés ….Il faut sortir de cette situation qui est catastrophique .Il est vrai que notre actuel président est fort éloigné culturellement de ce mouvement .
Cela n'empêche pas qu'il le comprend sans doute ...Mais quelle réponse lui accorder ? Difficile ...Parce que toutes les sensibilités , toutes les couches sociales se trouvent dans ce mouvement ...Et donc , en dehors de fraternité de rond points il y a forcément des revendications très différentes et donc des réponses parfois contradictoires .
En plus avec qui discuter ? Aucun parti ne peut les représenter ...Surement pas le PS ou FI mais pas d'avantage RN ou LR ...Alors qu'est ce qu'on fait ? On attend des saccages pour le 8 Décembre ?
lilasbleu
- 03/12/2018 - 06:03
Gilets jaunes incompris
Ce gouvernement ne comprend rien. Ils sont dans un autre monde que 90% des français . Macron est un pur produit de la haute finance : Berger, Pigasse , Niels, Drahi ( qui a son entreprise et domiciliation ? en Suisse : 12,5 % de bénéf de plus cette année!!!). Pur produit de la finance et des médias , je comprends mais condamne que certains s'en prennent à eux: il fallait voter Macron , BFMTV a ete l'archétype de ce comportement . Quand Ruth Elkrief apparaît , je zappe
Il faudrait tout mettre à plat .... Qui aura ce courage . Faire le tri dans les rôles de l'état : ce qui lui revient et ce qu'il doit abandonner
Revoir toute la fiscalité et donc les aides , cesser d'être infeode a l'Europe
En Californie ou Floride il y a 20 ou 30 ans les citoyens ont cessé de payer des impôts juges confiscatoires jusqu'à ce que l'analyse des besoins soit faite et déterminée avec les citoyens... Cela a été vite réglé
C'est évoqué par certains , cesser de payer la TVA ou autre afin de contraindre le gouvernement a la réflexion
Je ne demande pas la démission de Macron, je suis légaliste, mais il risque d'être empeché et d'etre obligé de se démettre ou l'assemblée nationale sera dissoute
Claude Romain
- 02/12/2018 - 18:37
Le pire n'est pas certain.
Intéressante analyse, bien qu'elle verse un peu dans la facilité négative sur Macron sur la fin. C'est *aussi* un type intelligent, déterminé et bien formé, et avoir un (des) gouvernant(s) issus de "l'élite" n'a pas que des inconvénients pour le pays. Auront-ils assez d'audace ? et dans quel sens ? Ils sont au manette, il y a une crise, ils vont faire de leur mieux.
Et pourquoi pas un scénario mixte, où il lâcherait quelques mesures (diminution de taxes) tout en s'appuyant sur l'événement "gilet jaune" pour accélérer des réformes de structure, passant outre les traditionnelles résistances des "corps constitués" ?