En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Odd ANDERSEN / AFP
Bonnes feuilles

Union européenne : les incompréhensions du couple franco-allemand

Publié le 01 décembre 2018
Luuk Van Middelaar publie "Quand l'Europe improvise : dix ans de crises politiques", aux éditions Gallimard, dans la collection Le Débat. Cet ouvrage raconte l'émergence d'une scène politique à partir de l'ovni bruxellois. Protagonistes et visions d'avenir s'y affrontent, de tragiques dilemmes s'y creusent. Extrait 1/2.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luuk van Middelaar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luuk Van Middelaar publie "Quand l'Europe improvise : dix ans de crises politiques", aux éditions Gallimard, dans la collection Le Débat. Cet ouvrage raconte l'émergence d'une scène politique à partir de l'ovni bruxellois. Protagonistes et visions d'avenir s'y affrontent, de tragiques dilemmes s'y creusent. Extrait 1/2.

Si les Français et les Allemands se comprenaient à la perfection, il n’y aurait plus de Français ni d’Allemands. Leurs tentatives de l’après-guerre visant à surmonter le malaise de leur proximité ont donné naissance à l’Europe en tant que projet politique. Tant que ces deux protagonistes resteront fidèles à eux-mêmes, l’Union continuera de produire des compromis « bancals » et de compter des institutions « illisibles ». 

Les différences de caractère entre ces peuples rejaillissent dans leur façon d’interpréter les concepts « règle » et « événement ». En Allemagne, la règle équivaut à l’équité, l’ordre, l’intégrité. En France, par contre, le centre de gravité sémantique du mot se déplace légèrement, passant de la protection à l’obstruction : et voilà que la règle renvoie à la coercition et à la soumission. 

La politique européenne étant traditionnellement axée sur la production de règles, cette discordance suscite une défiance systématique entre Paris et Berlin. En 2007, un conseiller du président Sarkozy avançait que « le contre-pouvoir le plus contraignant auquel est confronté un dirigeant français est dans la règle européenne ». Face aux règles, Paris a tendance à plaider en faveur d’un surcroît de flexibilité, tant pour les autres que pour elle-même. La France justifie de préférence la violation d’une règle en avançant des « circonstances exceptionnelles ». Berlin, qui observe cette attitude depuis quatre décennies, l’estime irresponsable, opportuniste et témoignant de mauvaise foi. Aux Allemands, qui donnent la priorité à une juste application de la même règle budgétaire par tous, on reproche d’être rigides et bornés quand on n’attaque pas leur obsession historique de l’inflation. Pendant la crise grecque relative à l’euro, on les a de surcroît accusés de manifester une trop grande soif de pouvoir et de vouloir imposer leur diktat. 

Avec le concept de l’événement, les connotations positives et négatives se trouvent inversées. En France, un événement, y compris un événement dramatique, reste un signe de vie, de renouveau et un appel à l’action. En Allemagne, par contre, un événement sape l’ordre établi. Il porte le risque d’une déstabilisation, de brusques changements de cours, par exemple l’abandon de l’énergie nucléaire en 2011 après le tsunami au Japon, ou les zigzags entre souci humanitaire et fermeture des frontières lors de l’afflux de migrants durant l’été 2015. 

Emmanuel Macron a comparé la bataille sémantique franco-allemande sur la norme budgétaire européenne à une « guerre de religion ». La comparaison avec la Réforme n’est pas déplacée. Souplesse dans les affaires budgétaires en 2018, compréhension quant au péché en 1518 — l’enjeu est le même : comment se rapporter à la loi ? Le catholique confère un pouvoir discrétionnaire à l’Église et conserve la possibilité d’être pardonné. Le protestant jure par la lettre et l’autorité autonome du Livre, bien qu’il soit amené à condamner le pécheur à l’Enfer. 

Ce dialogue de sourds sur la règle et l’événement se double d’une incompréhension sur l’organisation du pouvoir. Tandis que la politique de la règle s’appuie sur le contrôle et les équilibres entre institutions ou parties, la politique de l’événement exige incarnation et personnification. La gestion de la France s’opère de manière verticale, pour ainsi dire pyramidale. Le président fixe la ligne, le gouvernement exécute, l’administration suit. Quant au public, une fois un président élu, il veut une direction, un cap, une mise en scène, avant soit d’applaudir, soit de descendre dans la rue. En Allemagne, le pouvoir est divisé, plus encore depuis 1945. La Constitution de la République fédérale a été rédigée en 1949 par les puissances occidentales pour éviter tout déraillement du pouvoir. Le niveau exécutif se voit contrebalancé par des garde-fous considérables, en particulier un Parlement élu en grande partie à la proportionnelle, une Cour constitutionnelle faisant autorité ainsi qu’une Banque centrale très indépendante. 

Un chef d’État français et un chef de gouvernement allemand ne peuvent s’engager de la même manière. Ils « ne jouent pas dans la même pièce ». Aussi est-il d’autant plus remarquable qu’ils aient réussi, de temps à autre, y compris au cours de ces dernières années de crise politique, à prendre des décisions qui ont profondément influencé le cours de l’histoire européenne.

Extrait de l'ouvrage "Quand l'Europe improvise, dix ans de crises poltiques"  de Luuk Van Middelaar, publié aux éditions Gallimard. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 01/12/2018 - 10:52
Discipline !
J'ai effectué, il y a très longtemps, un an de service militaire en Allemagne.
Parmi les images qui restent gravées dans ma mémoire, il y a cet immense boulevard rectiligne à quatre bandes, parfaitement vide de voitures, ce soir là, à minuit, en hiver : il faisait un froid de canard !
Mais, les piétons allemands attendaient sagement que le petit bonhomme soit vert pour traverser !
Par contre, un autre carrefour, en journée, où les automobilistes démarraient au vert, comme des brutes, sans un regard pour vérifier s'il n'y avait pas un piéton handicapé qui n'avait pas fini de traverser, ou, une voiture sur l'autre voie, qui avait brûlé son feu rouge !
Je doute que les allemands aient beaucoup changé !