En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

CoVid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 2 min 1 sec
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 1 heure 54 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 16 heures 33 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 22 heures 20 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 23 heures 10 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 23 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 min 50 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 4 heures 52 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 21 heures 36 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 23 heures 48 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 1 jour 5 min
© Anis MILI / AFP
© Anis MILI / AFP
Economie

Maghreb : trois modèles économiques pour un même marasme. Comment l’expliquer ?

Publié le 30 novembre 2018
Selon un rapport de la Banque mondiale publié en cette année 2018, l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ne seraient pas parvenus à sortir du groupe de pays à revenu intermédiaire pour prendre le statut de pays à revenu élevé.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport de la Banque mondiale publié en cette année 2018, l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ne seraient pas parvenus à sortir du groupe de pays à revenu intermédiaire pour prendre le statut de pays à revenu élevé.

Atlantico: Comment décrire la situation économique du Maghreb ? Avec quelles conséquences ? 

Laurent Chalard: Effectivement, selon la Banque Mondiale, les trois pays du Maghreb se caractérisent en 2017 par un PIB par habitant particulièrement faible à l’échelle internationale, très largement en-dessous de la moyenne planétaire qui tourne autour de 10 700 dollars par habitant, puisqu’il est de seulement 4123 dollars par habitant en Algérie, de 3491 dollars par habitant en Tunisie et de 3007 dollars par habitant au Maroc, soit des niveaux assez proches d’un Etat à l’autre. Si ces chiffres sont dix fois plus élevés que dans les pays les plus pauvres de la planète, tels que le Niger, le Malawi ou le Burundi, ils sont aussi dix fois moins importants que dans les grands pays européens développés, tels que la France ou l’Allemagne. La situation économique du Maghreb n’est donc pas satisfaisante, d’autant qu’elle ne s’est pas améliorée depuis plusieurs décennies, contrairement à ce qui a pu se constater dans de nombreuses autres régions du monde, le Maghreb faisant partie des perdants du boom économique mondial des années 2000. En outre, la croissance économique limitée a été largement obérée par l’augmentation de la population, qui est restée, pendant longtemps, très élevée.

En conséquence, contrairement à d’autres Etats de la planète qui ont vu émerger une classe moyenne au niveau de consommation se rapprochant de celui constaté dans les pays développés, au Maghreb, cette classe moyenne demeure peu importante en pourcentage de la population totale, d’où le maintien d’une nombreuse population paupérisée, qui souffre d’un sous-emploi massif et dont les revenus sont extrêmement précaires. Il s’en suit une émigration vers des pays à plus hauts revenus et un mécontentement politique certain, qui s’est traduit par une Révolution en Tunisie en 2011 et des troubles dans les autres pays.

Comment expliquer cette situation alors que les modèles de développement économiques sont très divers au sein du Maghreb ?

Le plus surprenant lorsque l’on compare le PIB par habitant des trois Etats du Maghreb en 2017 est son niveau semblable alors qu’ils ont fait des choix de développement économique fortement différenciés depuis leur Indépendance, qui ont laissé des traces dans les caractéristiques actuelles de leur tissu économique. En effet, l’Algérie qui s’était engagée dans la voie socialiste, a connu pendant longtemps une économie dirigiste, d’où la présence encore très forte d’un secteur étatique, en particulier dans le domaine des hydrocarbures, moteur de la richesse nationale, qui structure une économie rentière typique. A contrario, au Maroc, qui a fait le choix des Etats-Unis sous le règne d’Hassan II, le modèle capitaliste a toujours été dominant, reposant sur un tissu de petites entreprises, souvent artisanales à l’origine. En Tunisie, après avoir suivi la voie dirigiste, le pays a fait un virage à 180 degrés au milieu des années 1980 en s’engageant dans une politique de libéralisme économique sous l’égide des recommandations du FMI. 

Malgré des voies différentes, les résultats sont les mêmes, une stagnation économique relative pour plusieurs raisons. Cette dernière s’explique d’abord par l’héritage historique. En effet, les Etats du Maghreb s’inscrivaient dans une logique de déclin affirmé depuis plusieurs siècles au moment du début de la colonisation au XIX° siècle avec des économies totalement déstructurées, ce qui n’était pas forcément le cas dans d’autres régions du monde, y compris en Egypte, qui sous Méhémet-Ali était plutôt bien partie, le démarrage industriel, qui reposait sur le coton, n’ayant été tué dans l’œuf que par la colonisation britannique. Ensuite, une deuxième raison tient à la structure des tissus économiques locaux, trop traditionnalistes, empêchant l’émergence d’un capitalisme moderne, avec une réticence à innover. En-dehors du secteur commercial, la mobilisation de capitaux vers une production de nouveaux produits s’est toujours avérée limitée. Enfin, une troisième raison tient au rapport avec l’Europe sur le plan économique. Les Etats du Maghreb tentent de se rattacher au wagon européen suivant une logique de guichet, avec une certaine forme d’attentisme, entendu comme le fait d’attendre que les européens choisissent d’investir massivement pour des raisons de proximité géographique sans que soient mises en place les conditions nécessaires pour qu’ils choisissent le Maghreb plutôt qu’une autre région du monde. Il s’en suit un rapport dominant/dominé, le Maghreb étant dans l’incapacité de produire massivement des produits manufacturés exportables vers le reste du monde reposant sur des capitaux maghrébins.

Comment imaginer la suite pour ces pays, et quels seraient les modèles à suivre ? 

S’il est impossible de préjuger de leurs choix économiques futurs, qui seront très fortement dépendants des évolutions politiques des Etats du Maghreb, il n’en demeure pas moins que s’ils veulent progresser dans la hiérarchie internationale, il semble indispensable qu’ils modifient complètement leur modèle de développement, ce qui passe par un changement de paradigme. A la logique de guichet vis-à-vis de l’Europe, dont l’histoire et le modèle de développement économique ne correspondent pas aux caractéristiques maghrébines, doit se substituer une politique de développement endogène s’appuyant sur le modèle de la Corée du Sud. Pour cela, chaque pays pourrait envoyer 1000 de ses plus brillants étudiants dans ce pays dans l’optique qu’ils intègrent le mode de fonctionnement économique coréen ainsi que sa mentalité pour ensuite tenter de reproduire le modèle au Maghreb. Parallèlement, il faudrait envisager la venue de formateurs sud-coréens sur place pour, dans un premier temps, donner des conseils, ce qui, dans un second temps, pourrait aussi conduire à des investissements productifs. Ces échanges avec la Corée du Sud et d’éventuels autres pays d’Asie Orientale au dynamisme économique reconnu permettrait aux Etats du Maghreb de plus s'ouvrir au monde et aux autres cultures de la planète, demeurant, à l’heure actuelle, dans un rapport amour/haine vis-à-vis de l'ancien colonisateur, qui s’avère contre-productif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires