En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'Homme Providentiel
Qui attendent-ils : petite radioscopie des électeurs de droite à travers le prisme de leurs attentes
Publié le 29 novembre 2018
Candidats favoris, idées phares, éclairage sur les attentes des sympathisants de droite avec David Nguyen de l'IFOP.
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidats favoris, idées phares, éclairage sur les attentes des sympathisants de droite avec David Nguyen de l'IFOP.

Atlantico: En observant les derniers sondages concernant les attentes des Français à la fois sur la politique économique ou des questions plus sociales, que peut-on en conclure sur les attentes de l'électorat de droite ?

David Nguyen : Avant de pouvoir répondre à la question des attentes des électeurs de droite, je pense qu’il faut essayer de définir qui ils sont aujourd’hui, surtout après le big bang électoral de 2017.  Si l’on regarde le premier tour de la dernière présidentielle, 60% des électeurs de Nicolas Sarkozy de mai 2012 ont voté François Fillon, 17% Emmanuel Macron et 14% Marine Le Pen. C’est donc un électorat qui s’est majoritairement reporté sur un candidat de droite traditionnel, au programme économique libéral et aux orientations sociétales dures, en matière d’immigration comme de droits des minorités. D’un point de vue sociologique, François Fillon a été particulièrement fort auprès des retraités, des travailleurs indépendants, des cadres et des diplômés, même s’il a été dépassé par Emmanuel Macron dans ces deux dernières catégories. Cet électorat filloniste plutôt aisé et âgé déclarait enfin s’être déterminé en priorité selon trois thèmes au moment du vote : la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la délinquance et la lutte contre le chômage. A titre de comparaison la moyenne des Français plaçait en trio de tête la lutte contre le chômage, la lutte contre le terrorisme et la santé. On voit donc que l’électorat de droite de mai 2017 avait – et ce n’est pas une surprise - une plus forte appétence pour les questions régaliennes que l’ensemble des Français.

Aujourd’hui ces préoccupations restent centrales à droite, même s'il faut bien avoir en tête que l'électorat Les Républicains s'est réduit, notamment du fait de l'attraction exercée par Emmanuel Macron auprès du centre-droit. Selon un sondage mené par l’Ifop en août 2018, les sympathisants Les Républicains sont avant tout préoccupés par « la sécurité et la lutte contre le terrorisme » (81% jugent ce thème tout à fait prioritaire, contre 62% des Français en moyenne), « la lutte contre l’immigration clandestine » (71% tout à fait prioritaire, contre 44% des Français en moyenne) et « la lutte contre la délinquance (60% tout à fait prioritaire, contre 45% des Français en moyenne). On retrouve donc cette priorité absolue donnée au régalien. Mais les proches des Républicains se distinguent également de la moyenne des Français par une plus forte inquiétude concernant la maîtrise du niveau des impôts et la réduction de la dette publique. A l'inverse, ils se soucient moins de protection de l’environnement, de lutte contre la précarité ou de défense des services publics. Enfin, en matière sociétale, il est frappant de voir que les sympathisants Les Républicains sont la seule tendance politique à être majoritairement opposée à la PMA (38% favorables, contre 62% des Français favorables en moyenne). Pour résumer, être sympathisants Les Républicains aujourd'hui c'est vouloir l'ordre sur tous les plans : sécuritaire, économique et sociétal. 

A-t-on observé une évolution de celles-ci ?

En réalité, plus qu’une évolution des préoccupations des électeurs de droite, on a observé une évolution de la structure de l’électorat de droite après l’élection d’Emmanuel Macron. Comme nous l'avons dit, seuls 17% des électeurs de Nicolas Sarkozy ont voté pour le candidat d’En Marche au premier tour de la présidentielle de 2017. Au moment de la présidentielle, la droite n'était donc pas encore séduite par LREM contrairement à une grande partie des sympathisants socialistes (la moitié des électeurs de François Hollande 2012 ont voté Emmanuel Macron dès le premier tour en 2017). Mais c'est après l'élection, pendant les premiers mois du quinquennat, que le charme a opéré. Tout une partie de l’électorat de centre-droit a adhéré à la politique menée par Emmanuel Macron. Tout simplement parce que l’Elysée mettait en place avec succès les réformes attendus par la droite sur le plan économique. Ordonnances travail, réforme de l’ISF et de la SNCF, ces politiques, menées de surcroît avec un style très vertical et un Premier ministre de droite, ne pouvaient que plaire à ces électeurs. En décembre 2017, une large majorité de sympathisants LR avait une bonne opinion d’Emmanuel Macron. C’est seulement depuis l’été 2018 et le ralentissement des grandes réformes économiques, suivies des hésitations du gouvernement au sujet de l'Aquarius et des dérèglements dans la pratique du pouvoir liés à l’affaire Benalla et aux démissions de ministres importants, que la droite a commencé à se détourner d’Emmanuel Macron. Il faut ajouter à cela une grande colère chez les retraités, électeurs traditionnels de droite, qui ont vu leur pouvoir d’achat diminuer à partir du premier semestre 2018 et qui ont le sentiment d’être la principale cible fiscale de ce quinquennat. On en compte parmi les gilets jaunes. 

Aujourd’hui, il y a toujours une partie des électeurs de droite qui ne se reconnaissent pas dans Les Républicains et qui restent donc proches de La République En Marche (par exemple un quart des électeurs de droite aux européennes de 2014 déclarent qu’ils voteront pour LREM aux européennes de 2019), mais la magie du début du quinquennat est retombée. 

Les structures LR ont elles su évoluer aussi rapidement que leur électorat ? Quel décalage peut-on constater entre l'offre politique LR et les souhaits de son électorat ?

Tout dépend encore une fois de ce qu’on appelle l’électorat de droite. Si on parle des Français qui se déclarent aujourd’hui proche du parti Les Républicains, alors oui l’offre politique proposée par Laurent Wauquiez leur correspond : une position dure sur l’immigration, sur l’Islam, une opposition frontale à la PMA et une dénonciation de la pression fiscale. Mais si on parle des électeurs de centre droit, un moment séduits par Emmanuel Macron et aujourd’hui déçus par le gouvernement, ces derniers ne se reconnaissent pas non plus dans le discours très à droite des Républicains. Enfin si on considère l’électorat frontiste, la droitisation de Laurent Wauquiez ne fonctionne pas du tout auprès d’eux, tout simplement parce qu’on préfère toujours l’original à la copie. L’électorat frontiste est un électorat antisystème qui ne fait plus confiance aux partis de gouvernement tels que Les Républicains.

Au final, cette difficulté qu’ont Les Républicains à dépasser le cœur de leur électorat se constate dans les intentions de vote pour les européennes de 2019 : leur liste (qui n’a certes pas encore désigné de candidat) stagne pour le moment autour de 14% contre 20% pour LREM et 22% pour le Rassemblement National.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 30/11/2018 - 19:33
Analyse théorique et un peu simpliste .
Il y a un point que je conteste "ils se soucient moins de protection de l’environnement, de lutte contre la précarité ou de défense des services publics" en parlant des sympathisants de droite et de LR. Ils ont le souci de la protection de l'environnement, ils défendent des services publics efficients et sont pour que cesse la paupérisation des couches populaires et des couches moyennes. En un mot il faut un changement complet d'une politique commencé depuis 40 ans et qui nou a conduit où nous en sommes. Le taux d'imposition de plus fort du monde et des services publics très dégradés. Il suffit de lire les classements européens qui sont d'une cruelle réalité pour comprendre que l'électorat de droite , je dis bien de droite , sera opposé à tous les compromis qu'on lui a fait avaler jusqu'alors.
cloette
- 29/11/2018 - 13:01
ls Européennes donneront la vraie réponse
c'est bientôt, et les choix sont donc déjà faits ou presque . Le RN sera probablement en tête .