En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 12 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 16 heures 49 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 1 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 7 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 20 heures 53 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 20 heures 53 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 13 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 16 heures 53 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 19 heures 57 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 20 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 20 heures 53 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'Homme Providentiel

Qui attendent-ils : petite radioscopie des électeurs de droite à travers le prisme de leurs attentes

Publié le 29 novembre 2018
Candidats favoris, idées phares, éclairage sur les attentes des sympathisants de droite avec David Nguyen de l'IFOP.
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidats favoris, idées phares, éclairage sur les attentes des sympathisants de droite avec David Nguyen de l'IFOP.

Atlantico: En observant les derniers sondages concernant les attentes des Français à la fois sur la politique économique ou des questions plus sociales, que peut-on en conclure sur les attentes de l'électorat de droite ?

David Nguyen : Avant de pouvoir répondre à la question des attentes des électeurs de droite, je pense qu’il faut essayer de définir qui ils sont aujourd’hui, surtout après le big bang électoral de 2017.  Si l’on regarde le premier tour de la dernière présidentielle, 60% des électeurs de Nicolas Sarkozy de mai 2012 ont voté François Fillon, 17% Emmanuel Macron et 14% Marine Le Pen. C’est donc un électorat qui s’est majoritairement reporté sur un candidat de droite traditionnel, au programme économique libéral et aux orientations sociétales dures, en matière d’immigration comme de droits des minorités. D’un point de vue sociologique, François Fillon a été particulièrement fort auprès des retraités, des travailleurs indépendants, des cadres et des diplômés, même s’il a été dépassé par Emmanuel Macron dans ces deux dernières catégories. Cet électorat filloniste plutôt aisé et âgé déclarait enfin s’être déterminé en priorité selon trois thèmes au moment du vote : la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la délinquance et la lutte contre le chômage. A titre de comparaison la moyenne des Français plaçait en trio de tête la lutte contre le chômage, la lutte contre le terrorisme et la santé. On voit donc que l’électorat de droite de mai 2017 avait – et ce n’est pas une surprise - une plus forte appétence pour les questions régaliennes que l’ensemble des Français.

Aujourd’hui ces préoccupations restent centrales à droite, même s'il faut bien avoir en tête que l'électorat Les Républicains s'est réduit, notamment du fait de l'attraction exercée par Emmanuel Macron auprès du centre-droit. Selon un sondage mené par l’Ifop en août 2018, les sympathisants Les Républicains sont avant tout préoccupés par « la sécurité et la lutte contre le terrorisme » (81% jugent ce thème tout à fait prioritaire, contre 62% des Français en moyenne), « la lutte contre l’immigration clandestine » (71% tout à fait prioritaire, contre 44% des Français en moyenne) et « la lutte contre la délinquance (60% tout à fait prioritaire, contre 45% des Français en moyenne). On retrouve donc cette priorité absolue donnée au régalien. Mais les proches des Républicains se distinguent également de la moyenne des Français par une plus forte inquiétude concernant la maîtrise du niveau des impôts et la réduction de la dette publique. A l'inverse, ils se soucient moins de protection de l’environnement, de lutte contre la précarité ou de défense des services publics. Enfin, en matière sociétale, il est frappant de voir que les sympathisants Les Républicains sont la seule tendance politique à être majoritairement opposée à la PMA (38% favorables, contre 62% des Français favorables en moyenne). Pour résumer, être sympathisants Les Républicains aujourd'hui c'est vouloir l'ordre sur tous les plans : sécuritaire, économique et sociétal. 

A-t-on observé une évolution de celles-ci ?

En réalité, plus qu’une évolution des préoccupations des électeurs de droite, on a observé une évolution de la structure de l’électorat de droite après l’élection d’Emmanuel Macron. Comme nous l'avons dit, seuls 17% des électeurs de Nicolas Sarkozy ont voté pour le candidat d’En Marche au premier tour de la présidentielle de 2017. Au moment de la présidentielle, la droite n'était donc pas encore séduite par LREM contrairement à une grande partie des sympathisants socialistes (la moitié des électeurs de François Hollande 2012 ont voté Emmanuel Macron dès le premier tour en 2017). Mais c'est après l'élection, pendant les premiers mois du quinquennat, que le charme a opéré. Tout une partie de l’électorat de centre-droit a adhéré à la politique menée par Emmanuel Macron. Tout simplement parce que l’Elysée mettait en place avec succès les réformes attendus par la droite sur le plan économique. Ordonnances travail, réforme de l’ISF et de la SNCF, ces politiques, menées de surcroît avec un style très vertical et un Premier ministre de droite, ne pouvaient que plaire à ces électeurs. En décembre 2017, une large majorité de sympathisants LR avait une bonne opinion d’Emmanuel Macron. C’est seulement depuis l’été 2018 et le ralentissement des grandes réformes économiques, suivies des hésitations du gouvernement au sujet de l'Aquarius et des dérèglements dans la pratique du pouvoir liés à l’affaire Benalla et aux démissions de ministres importants, que la droite a commencé à se détourner d’Emmanuel Macron. Il faut ajouter à cela une grande colère chez les retraités, électeurs traditionnels de droite, qui ont vu leur pouvoir d’achat diminuer à partir du premier semestre 2018 et qui ont le sentiment d’être la principale cible fiscale de ce quinquennat. On en compte parmi les gilets jaunes. 

Aujourd’hui, il y a toujours une partie des électeurs de droite qui ne se reconnaissent pas dans Les Républicains et qui restent donc proches de La République En Marche (par exemple un quart des électeurs de droite aux européennes de 2014 déclarent qu’ils voteront pour LREM aux européennes de 2019), mais la magie du début du quinquennat est retombée. 

Les structures LR ont elles su évoluer aussi rapidement que leur électorat ? Quel décalage peut-on constater entre l'offre politique LR et les souhaits de son électorat ?

Tout dépend encore une fois de ce qu’on appelle l’électorat de droite. Si on parle des Français qui se déclarent aujourd’hui proche du parti Les Républicains, alors oui l’offre politique proposée par Laurent Wauquiez leur correspond : une position dure sur l’immigration, sur l’Islam, une opposition frontale à la PMA et une dénonciation de la pression fiscale. Mais si on parle des électeurs de centre droit, un moment séduits par Emmanuel Macron et aujourd’hui déçus par le gouvernement, ces derniers ne se reconnaissent pas non plus dans le discours très à droite des Républicains. Enfin si on considère l’électorat frontiste, la droitisation de Laurent Wauquiez ne fonctionne pas du tout auprès d’eux, tout simplement parce qu’on préfère toujours l’original à la copie. L’électorat frontiste est un électorat antisystème qui ne fait plus confiance aux partis de gouvernement tels que Les Républicains.

Au final, cette difficulté qu’ont Les Républicains à dépasser le cœur de leur électorat se constate dans les intentions de vote pour les européennes de 2019 : leur liste (qui n’a certes pas encore désigné de candidat) stagne pour le moment autour de 14% contre 20% pour LREM et 22% pour le Rassemblement National.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 30/11/2018 - 19:33
Analyse théorique et un peu simpliste .
Il y a un point que je conteste "ils se soucient moins de protection de l’environnement, de lutte contre la précarité ou de défense des services publics" en parlant des sympathisants de droite et de LR. Ils ont le souci de la protection de l'environnement, ils défendent des services publics efficients et sont pour que cesse la paupérisation des couches populaires et des couches moyennes. En un mot il faut un changement complet d'une politique commencé depuis 40 ans et qui nou a conduit où nous en sommes. Le taux d'imposition de plus fort du monde et des services publics très dégradés. Il suffit de lire les classements européens qui sont d'une cruelle réalité pour comprendre que l'électorat de droite , je dis bien de droite , sera opposé à tous les compromis qu'on lui a fait avaler jusqu'alors.
cloette
- 29/11/2018 - 13:01
ls Européennes donneront la vraie réponse
c'est bientôt, et les choix sont donc déjà faits ou presque . Le RN sera probablement en tête .