En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
light > Media
Déconfinement
Jean-Pierre Pernaut sera de retour sur le plateau du journal de 13H de TF1 dès le lundi 8 juin
il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
Longue interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien de Didier Raoult sur BFMTV
il y a 5 heures 13 min
pépites > International
Menace du Covid-19 ?
Tiananmen : des milliers de manifestants défilent à Hong Kong malgré la répression policière
il y a 6 heures 25 min
pépites > Europe
Prédictions
La BCE prévoit une chute de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cœurs. Du romantisme dans l’art contemporain" : le cœur romantique

il y a 8 heures 45 min
light > France
Place de la Concorde
14 juillet : le traditionnel défilé militaire sera remplacé par une cérémonie et un hommage aux soignants
il y a 11 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Elections municipales
Rachida Dati défend son projet pour Paris et critique la décision d’Agnès Buzyn de se maintenir au second tour
il y a 12 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Le Point pense que Macron endort les Français à coup de milliards qu’il n’a pas; L’Express s’inquiète pour nos salaires; VA tire à vue sur les ennemis de Raoult; Onfray décline l’invitation de Buisson
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Science
Calcul mental

La méthode de calcul basée sur le boulier chinois qui pourrait révolutionner la façon dont nous concevons les mathématiques

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
Second tour

Elections municipales : quand le Conseil d'Etat joue la montre...

il y a 15 heures 4 min
pépites > France
Liberté de circulation
La France a l’intention de proposer la réouverture des frontières de l'espace Schengen pour le 1er juillet
il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > People
Eglise Saint-Germain-des-Prés
Célébrités et anonymes rendent un dernier hommage à Guy Bedos pour ses obsèques
il y a 5 heures 52 min
pépites > Justice
Chemin vers la vérité ?
Affaire Maddie McCann : un nouveau suspect a été identifié par la police allemande
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'officier de fortune" de Xavier Houssin : un bon et court récit écrit à la pointe sèche, un père peut en croiser un autre

il y a 8 heures 33 min
pépites > France
Derniers jours
Impôts : une dizaine de millions de contribuables n'ont pas encore déclaré leurs revenus
il y a 10 heures 58 min
pépites > Santé
Vague de colère
Des syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une "journée d'action nationale et de grève" le 16 juin
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Monde d'après

Les plateformes d’indépendants nous permettent collectivement d’être plus résilients face à la crise

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelles cibles

Ce que l’étrange communiqué de presse récent de Daech qui vise uniquement et seulement le Qatar dit des guerres "proxi" à venir

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Méthode face à la crise

Miser sur l'intelligence collective : le secret du leadership intelligent

il y a 14 heures 41 min
décryptage > France
La condition humaine

"Il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat" (Baudelaire). Pourquoi avons-nous permis qu’ils disparaissent ?

il y a 15 heures 24 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Dystopique

La PMA pour toutes ou la tentation du « meilleur des mondes »

Publié le 28 novembre 2018
La question de l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes mérite une réflexion menée au-delà des considérations religieuses et des clivages politiques.
Valérie Debord est vice-présidente du Conseil général du Grand-Est et porte-parole des Républicains.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Debord
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Debord est vice-présidente du Conseil général du Grand-Est et porte-parole des Républicains.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La question de l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes mérite une réflexion menée au-delà des considérations religieuses et des clivages politiques.

S’opposer à la PMA pour toutes ne constitue pas de facto un enfermement dans une posture hostile au progrès. Une question aussi complexe qui comprend des aspects issus à la fois de la science, de la sphère de l’intime, du droit et de l’éthique ne doit pas faire l’objet d’un procès simpliste et obscène. Nous avons, au contraire, le devoir de nous affranchir de la dichotomie entre « réacs » et « progressistes » et de conduire un débat exempt de toute instrumentalisation partisane.

Aujourd’hui, la médecine dans sa stricte mission de réparation permet de  corriger une incapacité ou une pathologie dans le cadre d’un couple hétérosexuel. La généralisation de la PMA consisterait à aller au-delà de cet objectif en remettant en question de manière radicale la nature même de l’intervention médicale. Il reviendrait ainsi à faire perdre à la médecine sa qualité curative et à établir un « droit à l’enfant » pour tous.
Dès lors, la satisfaction d’un désir d’avoir un enfant se placerait au-dessus de toute préoccupation quant à l’avenir de celui-ci. Pourtant, certaines inquiétudes sont majeures et doivent être placées au cœur de nos réflexions. La création, délibérée, d’orphelins de père ne peut être considérée comme un progrès pour la société.

Il est primordial de rappeler l’importance du rôle paternel dans le développement de l’enfant. 

L’amour qui lui sera donné, aussi fort soit-il, ne sera jamais en mesure de pallier l’absence de représentation du père et la nécessaire altérité qui participe de la construction d’un enfant.

Méconnaître ou ignorer cela risque de générer des conséquences néfastes et des répercutions incertaines. Nous devons donc placer l’enfant au centre de ce débat en veillant à ce que la primauté des « droits de l'enfant » sur l’inconcevable « droit à l’enfant » soit sauvegardée.

Invoquer « l’égalité » comme fondement de la revendication pour la généralisation de la PMA à toutes les femmes me paraît inopportun voire dangereux. En effet, nous avons ici la responsabilité de ne pas confondre certaines notions en vue d’éviter de commettre des erreurs sur une question sociétale d’une telle ampleur. La procréation ne constitue pas un concept en rapport avec l’égalité. En l’espèce, il est difficile de penser que les hommes seuls puissent faire des enfants de même que les femmes seules puissent devenir parturientes sans intervention masculine. 

La nature, telle qu’elle est faite, n’est pas dans « l’égalité » mais exige la complémentarité. 

L’heureuse prise de conscience de la nécessité de la préservation des richesses de la nature et de notre environnement a incité nos sociétés à adopter de nouveaux comportements qualifiés d’écologiques, il serait paradoxal que parallèlement à cette prise de conscience l’Homme contrevienne à cet ordre naturel par un artifice technologique au nom de cette pseudo égalité.

Il y a une contradiction absolue à militer pour la préservation du milieu face à certains  errements du progrès scientifique et de l’innovation, et à vouloir dans le même temps bousculer les règles naturelles élémentaires de la procréation. Ce sont malheureusement souvent les défenseurs revendiqués de l’écologie qui versent dans ce paradoxe. 

Ce constat doit à mon sens nous alerter sur l’orientation et les décisions que nous sommes amenés à prendre sur l’espèce humaine. N’agissons pas uniquement au nom de l’égalité et du progrès, mais au contraire, revenons aux fondamentaux et fixons les limites pour éviter toute dérive potentiellement irréversible.

Évitons que les hérauts de la bonne conscience deviennent les créateurs du « Meilleur des mondes ». 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bisc31
- 01/12/2018 - 18:01
"Il reviendrait ainsi à faire
"Il reviendrait ainsi à faire perdre à la médecine sa qualité curative"... Madame Debord pourrait-elle nous expliquer qui a été soigné par l'insémination avec donneur (IAD) ? La réalité est que l'IAD est un acte de solidarité sociale qui vise à remplacer mais pas soigner un géniteur défaillant qu'on rend inexistant en tant que géniteur par son remplacement. Elle ne soigne personne et peut se pratiquer sans médecin. Elle n'a été classifiée comme PMA que pour raison de commodité. Partant de là, tout son raisonnement tombe à l'eau.
cloette
- 29/11/2018 - 13:17
précisions
La "fille mère" (quelle expression désuète pas digne de vous) ne me dérange pas, elle toute ma sympathie, ce qui me dérange c'est l'achat du petit sachet en plastique , cat l'enfant n'est pas une marchandise, il ne saurait même dans ce pré-état être vendu , ou autorisé par un Etat totalitaire du meilleur des mondes .
Ganesha
- 29/11/2018 - 10:32
Cloette, la Liberté, c'est le Naturel
Comme d'habitude, nous n'arrivons pas à nous comprendre !
Une véritable ''incommunicabilité'' !
C'est vous qui êtes arc-boutée, avec l'énergie du désespoir, pour empêcher certaines femmes ''indignes'' de réaliser leur désir d'enfant !
La nature, dites-vous, rien que la Nature !
Vouloir s'affranchir des lois impitoyables de la Nature, c'est se rebeller contre la volonté de votre Dieu tout Puissant !
Bien entendu, lorsque je parle de ''permis'', j'envisage surtout la possibilité de le refuser aux femmes qui ne seront pas capables de prouver, au préalable, une liaison stable avec un homme.
Ce permis existe déjà : c'est le mariage, ''naturel'', bien entendu ! Pas les nouvelles saloperies !
Quant aux ''contrevenantes'', comme les filles-mères, et les lesbiennes, ayant eu recours à la PMA, et/ou refusant de communiquer l'identité du ''géniteur'', leur enfant leur sera arraché dès sa naissance, et confié à des familles ''chrétiennes'' !